Haut les mots avec le Printemps du livre

CONNAITRE | Zoom sur la programmation de l'incontournable raout littéraire grenoblois, qui accueillera notamment la lauréate du dernier Prix Goncourt et proposera quelques lectures-spectacles alléchantes.

Aurélien Martinez | Mardi 24 mars 2015

Photo : Hermance Triay


Printemps du livre, treizième édition, sous-titrée « avec le temps ». Avec toujours l'envie de faire se rencontrer les auteurs qui posent un regard précis sur le monde (comprendre : pas les auteurs de supermarché) et les lecteurs dont la découverte avec les œuvres est plutôt solitaire.

Une démarche cette année renforcée par une donnée a priori pas très enthousiasmante : la fin du traditionnel chapiteau du Jardin de ville faute de budget (ça coûtait un bras cette affaire). Mais l'équipe du Printemps a finalement trouvé une solution de repli tout aussi séduisante (voire plus) : investir le prestigieux Musée de Grenoble pendant tout le week-end et ainsi faciliter les échanges entre les participants. L'ensemble des auteurs invités sera ainsi de la partie au cours de ces deux jours où l'entrée des lieux sera complètement libre, que vous soyez lecteur ou non.

Mais comme chaque année, le Printemps se déroulera aussi dans de nombreux autres endroits de la ville et de l'agglo : dans des bibliothèques (forcément), des librairies (forcément aussi), des lieux culturels (la salle Juliet Berto, le Théâtre municipal, le Petit Angle…), des écoles…

Outre les traditionnelles rencontres avec les auteurs comme Sophie Divry, plusieurs lectures-spectacles ont aussi été imaginées pour faire résonner différemment les mots : une autour de L'Horizon de Modiano, une avec le dandy Éric Reinhardt à partir de son dernier roman, une en mode concert avec Sylvain Prudhomme, une très électro avec Olivia Rosenthal

Le programme du Printemps est donc dense, très dense : pour tout savoir, rendez-vous dans la version papier du journal avec l'agenda complet et éditorialisé (on a encore de choses à vous dire sur certains romanciers, dont la goncourisée Lydie Salvayre – photo). Ou fiez-vous à votre instinct, ça peut aussi fonctionner.

AM

Le Printemps du livre de Grenoble, du mercredi 25 au dimanche 29 mars, dans divers lieux


Un week-end au musée

Rencontre + activités + ateliers...
Musée de Grenoble Place Lavalette Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Lydie Salvayre

Auteur "Pas pleurer"
Musée de Grenoble Place Lavalette Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


L'horizon

De Patrick Modiano, lecture musicale par Nathalie Richard (lecture) et Bénédicte Villain (violon)
Théâtre municipal de Grenoble 4 rue Hector Berlioz Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Le Printemps du livre : « C'est génial de fédérer autant d'auteurs dans un si bel endroit »

CONNAITRE | Depuis 2015, le Printemps du livre a établi son camp de base dans le Musée de Grenoble, ce qui a dû vous changer… Carine D’Inca : Oui, et c'est (...)

Aurélien Martinez | Lundi 18 mars 2019

Le Printemps du livre : « C'est génial de fédérer autant d'auteurs dans un si bel endroit »

Depuis 2015, le Printemps du livre a établi son camp de base dans le Musée de Grenoble, ce qui a dû vous changer… Carine D’Inca : Oui, et c'est génial de fédérer autant d'auteurs dans un même endroit ! Même si je dois dire que quand la Ville nous a annoncé qu'on quittait le chapiteau du Jardin de Ville qui tenait lieu de librairie, j'ai été un peu réticente comme j'avais le sentiment qu'on allait perdre une manière de capter un public qui venait par hasard. Mais très vite, quand on nous a expliqué que le nouvel endroit serait le Musée de Grenoble, l'un des plus beaux de France, on s'est dit que ça allait ouvrir de nombreuses perspectives. Et je n'avais pas mesuré à quel point ce serait vrai. En quoi ce déménagement a-t-il influé sur la programmation ? Pour moi, il était évident qu'il fallait qu'on trouve du sens au fait qu'un festival littéraire s'installe dans un musée dit des beaux-arts : il ne fallait pas qu’on habite le lieu comme si c'était une salle des fêtes quelconque. Notre chance a été d'avoir des interlocuteur

Continuer à lire

Sur un air de Printemps (du livre)

CONNAITRE | Oui, la programmation du Printemps du livre 2016 questionne. Car si les manifestations littéraires invitent souvent des grands noms qui jouent (...)

Aurélien Martinez | Mardi 29 mars 2016

Sur un air de Printemps (du livre)

Oui, la programmation du Printemps du livre 2016 questionne. Car si les manifestations littéraires invitent souvent des grands noms qui jouent involontairement les têtes de gondole (Virginie Despentes, Édouard Louis, Emmanuel Carrère et Christine Angot début mars à la Fête du livre de Bron ; Éric Reinhardt et la goncourisée Lydie Salvayre l’an passé au Printemps du livre), la liste des auteurs de cette année n’en met pas plein la vue – même si quelques noms sortent du lot (on y reviendra). Un choix (volontaire ?) qui, paradoxalement, ouvre un beau champ des possibles puisque le lecteur vorace comme le néophyte pourra partir à la découverte des différents univers proposés sans que certains en phagocytent d’autres. Une liberté de cheminement accordée au public matérialisée jusque dans l’abandon de la thématique annuelle qui guidait les précédentes éditions – "Avec le temps" en 2015. Le sujet est le livre, pas besoin d’en rajouter semble nous asséner le Printemps. D’accord, pas la peine de crier. Des mots et des œuvres

Continuer à lire

Qui es-tu Printemps du livre?

CONNAITRE | Le Printemps du livre, à quoi ça sert ? Carine d’Inca : Ça sert à beaucoup de choses : créer du lien social, inciter à la lecture, soutenir la création littéraire (...)

Aurélien Martinez | Mardi 8 avril 2014

Qui es-tu Printemps du livre?

Le Printemps du livre, à quoi ça sert ? Carine d’Inca : Ça sert à beaucoup de choses : créer du lien social, inciter à la lecture, soutenir la création littéraire et l’économie du livre, mettre en avant des auteurs y compris ceux de la région... C’est un espace de réflexion et de convivialité autour du livre. Quel était l’objectif à la création du festival, en 2003 ? Depuis le début, le Printemps fait le lien entre littérature et réalité. C’est une manière de montrer comment les livres enrichissent notre réflexion, non seulement sur le monde mais aussi sur nous-mêmes. Et depuis ? C’est le même objectif, mais le festival a évolué. Auparavant, nous favorisions les rencontres avec plusieurs écrivains. C’était parfois frustrant. Nous veillons aujourd’hui à ce que chaque auteur invité ait, en plus de ses rencontres croisées, un temps à lui, avec son public. Les lecteurs peuvent le questionner et il répond en toute sérénité. Ce moment de rencontre privilégié fait la force et l’originalité du Printemps du livre de Grenoble. Le Printemps s

Continuer à lire

Ce vieux rêve qui bouge

CONNAITRE | Ne serait-ce que parce que l'incitation à la lecture est déjà une spectaculaire opération de salubrité publique, il faut louer des manifestations comme le (...)

François Cau | Dimanche 25 mars 2012

Ce vieux rêve qui bouge

Ne serait-ce que parce que l'incitation à la lecture est déjà une spectaculaire opération de salubrité publique, il faut louer des manifestations comme le Printemps du Livre. L'équipe de Grenoble Ville Lecture, en précieux partenariat avec les bibliothèques de Grenoble et sa flamboyante agglo, pousse le lecteur impénitent dans ses derniers retranchements en lui soumettant moult rencontres avec des plumes aguerries ou fraîchement révélées des scènes littéraires françaises et, cette année particulièrement, internationales ; et prolonge le plaisir avec des spectacles, des lectures et autres animations, tout en maintenant une permanence sous chapiteau au Jardin de Ville. Alors après, bien sûr, on peut pinailler sur la prog. Regretter que le cru 2012 soit exsangue du côté du polar ou de la science-fiction (ce dernier genre drainant malheureusement trop peu de curieux), qu'il laisse un peu de côté le neuvième art (avec quelques notables exceptions, comme la présence de Samuel Ribeyron pour ses Super Beige), ainsi que la poésie ou le théâtre, ou enfin qu'il ne compte pas dans ses rangs Régis Jauffret pour son monstrueux Claustria

Continuer à lire

Littérature mon amour

CONNAITRE | Septième édition pour le Printemps du livre de Grenoble, qui confirme la position centrale de cette manifestation culturelle dans l’agglo, sorte de place (...)

François Cau | Vendredi 20 mars 2009

Littérature mon amour

Septième édition pour le Printemps du livre de Grenoble, qui confirme la position centrale de cette manifestation culturelle dans l’agglo, sorte de place to be incontournable pour qui aime les mots et les partager. Vu son âge, le Printemps peut donc se permettre de se rebeller, ce qu’il nous fait avec brio cette année : désobéissance, insoumission, résistance et révolte seront, nous dit-on, les maîtres mots de cette édition 2009. En cette période socialement agitée, il n’en fallait pas plus pour nous attirer dans ce monde magique de la littérature, nous, sorte de rebelles cachés au fond de nos abris. Des auteurs spécialisés en rébellion au sens large du terme ont donc répondu présent. Citons en vrac l’Afghan Atiq Rahimi, Prix Goncourt 2008 avec Syngué Sabour, la féministe Gisèle Halimi, le toujours poétique William Cliff ou encore le local de l’étape Franck Pavloff, tous en révolte perpétuelle. La rébellion en marche Et ça tombe bien, car c’est exactement ce que l’on attend d’un artiste : ne pas accepter les conventions, dynamiter l’ordre établi, questionner en permanence notre monde, le retourner dans tous les sens pour mettre en lumière ses c

Continuer à lire