Rencontres de géopolitique critique : « La violence est généralement annoncée par le pouvoir »

Festival | La quatrième édition de ces Rencontres se déroulera dans l'agglo du lundi 4 au samedi 16 mars. On vous en dit plus.

Solène Permanne | Mardi 26 février 2019

Photo : DYADE - Khaled Baïtiche


Théorisée dans les années 1970 par Johan Galtung (pionnier des études modernes sur la paix), la violence structurelle désigne la violence provoquée par les structures sociales ou institutions étatiques. Un concept qui sera le poumon des quatrièmes Rencontres de géopolitique critique organisées pendant douze jours dans divers lieux de l'agglo sur le thème de la (non)violence.

« "Qui attribue la violence ? Qui est violent ?" sont des questions essentielles. La violence est généralement annoncée par le pouvoir. Identifiés comme sujets violents, les dominés n'ont pas toujours la capacité de parler des violences qu'eux-mêmes subissent » explique Karine Gatelier, co-fondatrice de l'association Modus Operandi à l'initiative de ces Rencontres. Des Rencontres qui ont été créées en 2016, avec le laboratoire de sciences sociales Pacte, comme un "off" du Festival de géopolitique de Grenoble piloté par l'école de management de Grenoble.

« Nos événements sont souhaités les plus ouverts et participatifs possibles, avec une circulation de la parole » précise Karine Gatelier. Au programme (à retrouver en entier sur blog.modop.org) : documentaires, plateau radio, jeux de rôles, ateliers, rencontres et débats. La nouveauté ? Les « traversées », rendez-vous quotidien organisé au bar le Square et annoncé comme des « ateliers d'autodéfense poétique »Élégant et intrigant.

4e Rencontres de géopolitique critique
Dans divers lieux du lundi 4 au samedi 16 mars

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter