Fenêtres sur Grenoble

Tourisme | Même s’il a provisoirement fermé ses portes au public, l’Office de tourisme de Grenoble Alpes Métropole n’a pas renoncé à mieux faire connaître la ville aux curieux. Plusieurs de ses initiatives récentes en témoignent. Revue de détail.

Martin de Kerimel | Vendredi 13 novembre 2020

Photo : (c) Martin de Kerimel


Des conférences… en ligne !

Il vous est déjà arrivé de déambuler dans les rues de Grenoble en suivant un guide qui vous raconte l'histoire de la ville et/ou vous dévoile les détails de son architecture ? Vous espérez pouvoir le refaire sans tarder ? Bonne nouvelle : même en confinement, l'Office de tourisme et son équipe s'organisent pour continuer à transmettre des connaissances sur notre environnement urbain immédiat. Depuis peu et pour quelques semaines encore, des conférences (gratuites !) sont ainsi proposées en ligne. Un ordinateur relié à Internet, idéalement doté d'une webcam et d'un micro, suffit pour mieux connaître les œuvres de street art présentes sur les murs grenoblois, mais aussi des œuvres plus anciennes, signées Jean-Baptiste Carpeaux ou Leonetto Capiello. Les établissements culturels ayant dû fermer leurs portes, l'Office de tourisme prend ainsi le relais de la Maison Bergès et du Musée Hébert pour présenter leurs grandes expositions. Clin d'œil à l'actualité, on peut aussi en savoir plus sur… l'histoire de la peste à Grenoble ! Il faut juste s'inscrire à l'avance pour obtenir les consignes de connexion. Et, en quelques clics, on vous invite à relire nos articles précédents pour vous faire une petite idée de ce qui vous attend…

Quelques secrets révélés

Sherlock Holmes, Hercule Poirot et Columbo n'ont qu'à bien se tenir : l'Office de tourisme s'adresse également aux détectives amateurs pour de petites enquêtes culturelles. Le principe : des photos mystérieuses sont postées sur les réseaux sociaux… sans précision immédiate sur le lieu où elles ont été prises et ce qu'elles représentent. Il s'agit en réalité de mettre en avant des facettes de la ville auxquelles les Grenoblois sont si habitués ou si peu sensibles… qu'ils n'y prêtent plus guère attention. Exemples de ces « détails qui content » : les deux méridiennes (place de Gordes et rue Philis de La Charce) ou la tête de cheval sculptée de la rue Génissieu. Ils sont en effet révélateurs de l'histoire de leur quartier, souvent oubliée, et font donc l'objet d'une présentation détaillée sur une page dédiée du site de l'Office de tourisme. D'après nos sources, le troisième épisode de cette série ludique hebdomadaire sera consacré aux serpents. Mais on ne nous en a pas dit plus pour ne pas risquer de gâcher votre surprise…

Un magazine à découvrir

Un nouveau support d'information conçu par l'Office de tourisme : avec divers partenaires, dont les éditions Glénat, l'établissement vient de lancer Camp de base, une revue – annuelle – qui présente la métropole grenobloise comme « le cœur des Alpes » et une destination pour tous : touristes de loisirs, congressistes… et même tous ceux qui souhaitent mieux connaître le territoire. Au sommaire du premier numéro : des dossiers thématiques très variés, sur la montagne et l'art de vivre, la French Tech, les idées shopping, la gastronomie et la culture locales, etc. Évidemment, il faudra attendre la fin du confinement pour retrouver et profiter pleinement de l'ensemble des suggestions ainsi mises en avant. Consultable en ligne, Camp de base est également édité sur papier (20 000 exemplaires) et peut être commandé par les organisateurs d'événements, entreprises et opérateurs du territoire. Bilingue français-anglais, le premier numéro a déjà reçu un bon accueil. Le prochain est déjà en projet, pour une parution prévue à la rentrée de septembre 2021.

Et bientôt…

L'Office de tourisme confiné devrait très prochainement s'adapter à la tendance du Click & Collect. D'après nos informations, c'est dans le courant de la semaine du 16 novembre qu'une boutique virtuelle sera mise en ligne pour la commande de tous les produits estampillés Grenoble habituellement vendus en direct à ses visiteurs : mugs, cartes postales, savons, gants en tissu, gourmandises locales à base de noix ou de Chartreuse…

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Des prolos aux aristos

ARTS | Si Jean-Baptiste Carpeaux est surtout connu pour avoir réalisé le fameux Génie de la danse qui orne la façade de l’Opéra Garnier à Paris, ce n’est pas un (...)

Benjamin Bardinet | Mardi 8 décembre 2020

Des prolos aux aristos

Si Jean-Baptiste Carpeaux est surtout connu pour avoir réalisé le fameux Génie de la danse qui orne la façade de l’Opéra Garnier à Paris, ce n’est pas un hasard : il a toujours excellé à retranscrire en sculpture l’énergie propre au mouvement qui traverse les corps. Consacrée à ses années de pensionnaire de l’Académie de France à Rome (la fameuse Villa Médicis), la première partie de l’exposition conçue par le musée Hébert (en partenariat avec le musée d’Orsay) permet d’en prendre la pleine mesure. On y découvre l’esprit frondeur de l'artiste qui, refusant les sujets historiques ou bibliques imposés par l’Académie, s’autorise à remettre des œuvres d’inspiration libre, dont le Pêcheur à la coquille présenté dans la première salle est un bel exemple. Plus intéressé par les sujets contemporains que par l’Antiquité, Carpeaux se nourrit de l’observation de la vie dans les quartiers populaires et les campagnes romaines. Il y croise de pittoresques paysans, des danseurs de tarentelle et surtout Barbara Pasquarelli dont la beauté du visage le hantera toute sa vie – une série de bustes en témoigne. Enfin, consacrée aux relations qu’entretenait l’artist

Continuer à lire

"Cappiello ou l'art publicitaire" : l’art de captiver les foules

ARTS | Habitués des images publicitaires pondues à la chaîne par des stratèges du marketing dont la créativité est anéantie par l’injonction à anticiper les (...)

Benjamin Bardinet | Mardi 6 octobre 2020

Habitués des images publicitaires pondues à la chaîne par des stratèges du marketing dont la créativité est anéantie par l’injonction à anticiper les tendances, nous oublions parfois que la publicité fut un temps un véritable art que beaucoup d’artistes appréciaient d’investir, à la fois curieux d’explorer un nouveau média et désireux de s’adresser au plus grand nombre. En effet, avec l’essor de l’industrialisation à l’aube du siècle dernier, les villes grouillent littéralement de monde et l’opportunité de dessiner une affiche est l’assurance pour certains qui le souhaitent de créer un art à destination des masses populaires (et de s’éloigner des salons bourgeois). Grâce à quelques éléments théoriques et documents photographiques introductifs, l’exposition Cappiello ou l'art publicitaire resitue très bien ce contexte singulier qui permet à Leonetto Cappiello, dessinateur autodidacte fraîchement installé à Paris, de décrocher de nombreux contrats. Rapidement, cet affichiste d’origine italienne met en place des "trucs" qui lui permettent de s’imposer visuellement. Le systématique fond noir sur lequel se détache ses p

Continuer à lire