Qui sommes nous   |   Envoyez un programme   |   Diffusion   |   Recrutement   |   Coordonnées   |   Publicité   |   Archives

GRENOBLE
LE WEB DES SPECTACLES

GRENOBLE

SUIVEZ-NOUS


THEMATIQUE DATE
Film SALLE
Notre selection
Avant premiere
en V.O en 3D   
Mot-clé

RECHERCHER ►

CINEMA

La Vénus à la fourrure

Une actrice, un metteur en scène, un théâtre et "La Vénus à la fourrure" de Sacher-Masoch : un dispositif minimal pour une œuvre folle de Roman Polanski, à la fois brûlot féministe et récapitulatif ludique de tout son cinéma. Christophe Chabert
le Mercredi 6 novembre 2013 par

La Vénus à la fourrure

Une actrice, un metteur en scène, un théâtre et "La Vénus à la fourrure" de Sacher-Masoch : un dispositif minimal pour une œuvre folle de Roman Polanski, à la fois brûlot féministe et récapitulatif ludique de tout son cinéma. Christophe Chabert
le Mercredi 6 novembre 2013 par Christophe Chabert

La Vénus à la fourrure

La Vénus à la fourrure

De Roman Polanski (Fr, 1h33) avec Emmanuelle Seigner, Mathieu Amalric...
sortie nationale : Mercredi 13 novembre 2013
Seul dans un théâtre parisien après une journée passée à auditionner des comédiennes pour la pièce qu’il s’apprête à mettre en scène, Thomas se lamente au téléphone sur la piètre performance des candidates.

voir les salles et horaires

À LIRE AUSSI

"Réparer les vivants" : Simon, as-tu du cœur ?"Réparer les vivants" : Simon, as-tu du cœur ?

L’insolente jeunesse des vieux cinéastesL’insolente jeunesse des vieux cinéastes

Tout ça pour çaTout ça pour ça

Incompréhension totaleIncompréhension totale

Dans la maisonDans la maison

À sa sortie, on avait pris Carnage pour une sorte de repli stratégique de la part de Roman Polanski. L’adaptation de la pièce de Yasmina Reza venait après ses déboires avec la justice suisse, et le choix d’un huis clos à quatre personnages lui permettait de tourner vite en déclinant en virtuose sa science du découpage et de la mise en scène. Surtout, il y circulait une rage que l’on imaginait circonstanciée, là encore liée à cette énième humiliation dans une vie déjà chaotique.

Derrière sa réjouissante santé, par-delà la comédie de mœurs labyrinthique à laquelle Polanski nous convie, La Vénus à la fourrure poursuit ce double geste de façon enthousiasmante. C’est une charge virulente contre l’époque et ses travers, ici pris sous l’angle de la lutte des sexes, et c’est à nouveau un huis clos tiré d’une pièce de théâtre, signée cette fois David Ives ; sauf que cette fois, le théâtre est le lieu et la matière du film, même si, en transparence, le cinéaste vise aussi tout ce qu’implique l’acte de mettre en scène, y compris le sien.

Le théâtre du complot

Il y a donc un auteur, Thomas, qui s’apprête à adapter La Vénus à la fourrure de Sacher-Masoch sur les planches, et qui cherche une comédienne pour incarner Vanda. Mais, en cette journée d’auditions, il n’a vu défiler que de ravissantes idiotes, et il peste au téléphone auprès de sa compagne contre l’inculture de ces jeunes filles surtout préoccupées par leur carrière. Soudain, comme tombée du ciel – orageux, orageux, ce qu'on découvre durant le générique, travelling à travers une allée parisienne où la caméra finit par pousser les portes du théâtre, le tout rythmé par une musique de sabbat païen d’Alexandre Desplat, très inspiré – une dernière actrice débarque, en retard, trempée jusqu’aux os, trop maquillée, un peu vulgaire ; et pour couronner le tout, son nom n’est même pas sur la liste des auditions.

Au départ, elle donne raison à Thomas : mâchouillant son chewing-gum et ponctuant toutes ses phrases par des « genre » et des « OK », elle figure une caricature de la comédienne écervelée, et plus toute jeune qui plus est. Mais, à force d’insister, elle finit par obtenir le droit de faire un essai pour le rôle, et c’est Thomas qui lui donnera la réplique. Dès les premières lignes, la voilà métamorphosée, crédible en demoiselle autrichienne du XIXe siècle. C’est le renversement inaugural opéré par Polanski dans La Vénus à la fourrure, et ce n’est pas le dernier puisqu’il va ensuite s’amuser à brouiller les frontières entre le texte de Sacher-Masoch et celui de Ives, entre la représentation théâtrale et la mise en scène cinématographique, créant ainsi une atmosphère de complot où le pouvoir ne cesse de changer de main.

La déesse du carnage

Thomas et Vanda sont comme les trois actes d’une pièce, à tour de rôles acteurs, personnages et auteurs de partitions conflictuelles. Mais chacun de ces actes renvoie à un moment du cinéma polanskien, si bien que La Vénus à la fourrure est comme un condensé sidérant de toute son œuvre, enfermé entre quatre murs mais libre d’en explorer tous les recoins : la scène et les gradins, la régie et les loges, ouvrant un espace considérable pour une mise en scène constamment inventive et d’une remarquable fluidité…

Thomas est un bourgeois hautain et arrogant qui pense détenir un savoir qui le met à l’abri de la bêtise environnante ; puis il devient un homme ensorcelé par une femme dont il cherche à percer le mystère ; et il terminera en être androgyne et humilié, victime d’un machisme dont il n’a même plus conscience. Il est à la fois Le Pianiste, l’écrivain de Lunes de fiel et Le Locataire. Il est surtout un parfait alter ego de Polanski, metteur en scène obsédé par le contrôle mais dépassé par son désir ; la ressemblance, graduellement troublante, entre Amalric et le cinéaste, achève de le souligner. En face de lui, Emmanuelle Seigner, impressionnante comme jamais auparavant, semble elle aussi ramasser en un seul rôle tous ceux qu’elle a tenus chez son mari : la fille d’à côté muée en héroïne hitchcockienne de Frantic, la femme fatale de Lunes de fiel et le diable sexué de La Neuvième porte.

Cet affrontement entre deux archétypes quasi-mythologiques – l’Homme dominant et la Femme asservie – a quelque chose de vertigineux à l’écran : car Polanski arrive non seulement à éclairer sous un jour nouveau ce qui travaillait secrètement ses films, dont on découvre aujourd’hui à quel point ils ont toujours été féministes, mais il parvient à le faire dans un geste extrêmement audacieux de cinéma, où chaque détail sollicite une attention totale du spectateur, qui perd pied entre le réel, sa représentation et sa représentation à l’intérieur de la représentation.

En cela, le jeu sur les objets, tantôt réels, tantôt mimés et sonorisés, et sur un érotisme essentiellement suggéré – il suffit d’un sein qui se dévoile furtivement et de manière inattendu pour que Thomas perde définitivement le peu d’ascendant qu’il avait encore sur la situation – participent du trouble ludique avec lequel Polanski nous invite dans son dispositif, dont l’épure dissimule l’extrême sophistication. C’est d’ailleurs à cela qu’on mesure quel immense cinéaste il est : avec La Vénus à la fourrure, il n’a jamais été si près d’une absolue nudité de moyens – deux comédiens, un seul lieu, du temps réel – et autant dans l’expérimentation, la liberté et l’ouverture sur le monde actuel. On l’imaginait replié sur lui-même ; il était, au contraire, en train d’élargir encore l’horizon de son œuvre, une des plus importantes du cinéma contemporain.

La Vénus à la fourrure
De Roman Polanski (Fr, 1h36) avec Emmanuelle Seigner, Matthieu Amalric…

Tags  • La+Venus+a+la+Fourrure • Roman+Polanski • Emmanuelle+Seigner • Matthieu+Amalric

À sa sortie, on avait pris Carnage pour une sorte de repli stratégique de la part de Roman Polanski. L’adaptation de la pièce de Yasmina Reza venait après ses déboires avec la justice suisse, et le choix d’un huis clos à quatre personnages lui permettait de tourner vite en déclinant en virtuose sa science du découpage et de la mise en scène. Surtout, il y circulait une rage que l’on imaginait circonstanciée, là encore liée à cette énième humiliation dans une vie déjà chaotique.

Derrière sa réjouissante santé, par-delà la comédie de mœurs labyrinthique à laquelle Polanski nous convie, La Vénus à la fourrure poursuit ce double geste de façon enthousiasmante. C’est une charge virulente contre l’époque et ses travers, ici pris sous l’angle de la lutte des sexes, et c’est à nouveau un huis clos tiré d’une pièce de théâtre, signée cette fois David Ives ; sauf que cette fois, le théâtre est le lieu et la matière du film, même si, en transparence, le cinéaste vise aussi tout ce qu’implique l’acte de mettre en scène, y compris le sien.

Le théâtre du complot

Il y a donc un auteur, Thomas, qui s’apprête à adapter La Vénus à la fourrure de Sacher-Masoch sur les planches, et qui cherche une comédienne pour incarner Vanda. Mais, en cette journée d’auditions, il n’a vu défiler que de ravissantes idiotes, et il peste au téléphone auprès de sa compagne contre l’inculture de ces jeunes filles surtout préoccupées par leur carrière. Soudain, comme tombée du ciel – orageux, orageux, ce qu'on découvre durant le générique, travelling à travers une allée parisienne où la caméra finit par pousser les portes du théâtre, le tout rythmé par une musique de sabbat païen d’Alexandre Desplat, très inspiré – une dernière actrice débarque, en retard, trempée jusqu’aux os, trop maquillée, un peu vulgaire ; et pour couronner le tout, son nom n’est même pas sur la liste des auditions.

Au départ, elle donne raison à Thomas : mâchouillant son chewing-gum et ponctuant toutes ses phrases par des « genre » et des « OK », elle figure une caricature de la comédienne écervelée, et plus toute jeune qui plus est. Mais, à force d’insister, elle finit par obtenir le droit de faire un essai pour le rôle, et c’est Thomas qui lui donnera la réplique. Dès les premières lignes, la voilà métamorphosée, crédible en demoiselle autrichienne du XIXe siècle. C’est le renversement inaugural opéré par Polanski dans La Vénus à la fourrure, et ce n’est pas le dernier puisqu’il va ensuite s’amuser à brouiller les frontières entre le texte de Sacher-Masoch et celui de Ives, entre la représentation théâtrale et la mise en scène cinématographique, créant ainsi une atmosphère de complot où le pouvoir ne cesse de changer de main.

La déesse du carnage

Thomas et Vanda sont comme les trois actes d’une pièce, à tour de rôles acteurs, personnages et auteurs de partitions conflictuelles. Mais chacun de ces actes renvoie à un moment du cinéma polanskien, si bien que La Vénus à la fourrure est comme un condensé sidérant de toute son œuvre, enfermé entre quatre murs mais libre d’en explorer tous les recoins : la scène et les gradins, la régie et les loges, ouvrant un espace considérable pour une mise en scène constamment inventive et d’une remarquable fluidité…

Thomas est un bourgeois hautain et arrogant qui pense détenir un savoir qui le met à l’abri de la bêtise environnante ; puis il devient un homme ensorcelé par une femme dont il cherche à percer le mystère ; et il terminera en être androgyne et humilié, victime d’un machisme dont il n’a même plus conscience. Il est à la fois Le Pianiste, l’écrivain de Lunes de fiel et Le Locataire. Il est surtout un parfait alter ego de Polanski, metteur en scène obsédé par le contrôle mais dépassé par son désir ; la ressemblance, graduellement troublante, entre Amalric et le cinéaste, achève de le souligner. En face de lui, Emmanuelle Seigner, impressionnante comme jamais auparavant, semble elle aussi ramasser en un seul rôle tous ceux qu’elle a tenus chez son mari : la fille d’à côté muée en héroïne hitchcockienne de Frantic, la femme fatale de Lunes de fiel et le diable sexué de La Neuvième porte.

Cet affrontement entre deux archétypes quasi-mythologiques – l’Homme dominant et la Femme asservie – a quelque chose de vertigineux à l’écran : car Polanski arrive non seulement à éclairer sous un jour nouveau ce qui travaillait secrètement ses films, dont on découvre aujourd’hui à quel point ils ont toujours été féministes, mais il parvient à le faire dans un geste extrêmement audacieux de cinéma, où chaque détail sollicite une attention totale du spectateur, qui perd pied entre le réel, sa représentation et sa représentation à l’intérieur de la représentation.

En cela, le jeu sur les objets, tantôt réels, tantôt mimés et sonorisés, et sur un érotisme essentiellement suggéré – il suffit d’un sein qui se dévoile furtivement et de manière inattendu pour que Thomas perde définitivement le peu d’ascendant qu’il avait encore sur la situation – participent du trouble ludique avec lequel Polanski nous invite dans son dispositif, dont l’épure dissimule l’extrême sophistication. C’est d’ailleurs à cela qu’on mesure quel immense cinéaste il est : avec La Vénus à la fourrure, il n’a jamais été si près d’une absolue nudité de moyens – deux comédiens, un seul lieu, du temps réel – et autant dans l’expérimentation, la liberté et l’ouverture sur le monde actuel. On l’imaginait replié sur lui-même ; il était, au contraire, en train d’élargir encore l’horizon de son œuvre, une des plus importantes du cinéma contemporain.

La Vénus à la fourrure
De Roman Polanski (Fr, 1h36) avec Emmanuelle Seigner, Matthieu Amalric…

Tags  • La+Venus+a+la+Fourrure • Roman+Polanski • Emmanuelle+Seigner • Matthieu+Amalric

La Vénus à la fourrure

De Roman Polanski (Fr, 1h33) avec Emmanuelle Seigner, Mathieu Amalric...
sortie nationale : Mercredi 13 novembre 2013
Seul dans un théâtre parisien après une journée passée à auditionner des comédiennes pour la pièce qu’il s’apprête à mettre en scène, Thomas se lamente au téléphone sur la piètre performance des candidates.

voir les salles et horaires

À LIRE AUSSI

"Réparer les vivants" : Simon, as-tu du cœur ?"Réparer les vivants" : Simon, as-tu du cœur ?

L’insolente jeunesse des vieux cinéastesL’insolente jeunesse des vieux cinéastes

Tout ça pour çaTout ça pour ça

Incompréhension totaleIncompréhension totale

Dans la maisonDans la maison

Recherche
+ CINEMA
THEMATIQUE
DATE

Film
SALLE
Notre selection
Avant premiere
en V.O en 3D   
         Mot-clé

RECHERCHER ►
les choix de la rédaction


AL MANARA + MAWWÂL
Quand deux mondes se rencontrent, ils ne rentrent pas forcément en collision. Il arrive qu'ils fasse (...)

GEORGIO
Si les clashs sont légion dans le monde du rap, ce dernier abrite aussi parfois de belles histoires (...)

QUAI D'ORSAY
Excellent quatuor grenoblois qui a déjà eu droit à la "une" du PB, Quai d’Orsay propose un sympathiq (...)

PIERS FACCINI + FAIK
Né en Angleterre d'un père italien et d'une mère anglaise, éduqué entre la France et l'Italie et dev (...)

EMILY LOIZEAU
Plus les albums passent et plus Emily Loizeau nous fait penser à du Murat au féminin – ce qui, pour (...)

JOHN MAYALL + GABRIEL GORDON
À l'évocation du génie d'Eric Clapton, John Mayall est trop souvent oublié. Pourtant, sans lui, le p (...)

KATERINE + LES SœURS BOULAY
Est-ce encore utile de présenter Katerine ? Depuis ses débuts, il fait partie de ces artistes qui po (...)

LIVE IN THE CITY, TRIBUTE TO STEVIE WONDER
Un concert en hommage à Stevie Wonder créé l’an passé qui est d’une efficacité redoutable. Surtout q (...)

LAST TRAIN + STONE CAVALLI
La vérité du rock'n'roll sort de la bouche de ses enfants. Et les vérités des gamins de Last Train s (...)

CHINESE MAN
Les revoilà enfin ! Cinq ans après Racing with the sun (2011), les rois de l'électro-groove dévoiler (...)

PLANETS !
Jeff Mills ? Une véritable légende de la musique électronique, à la fois technicien hors pair, artis (...)

MICHEL JONASZ
Michel Jonasz ? L’homme qui a su habilement conjuguer jazz et variété, avec ses tubes qui n’ont (pre (...)

JULIEN DORÉ
À peine dix ans après sa victoire à la Nouvelle Star, Julien Doré est un des artistes français les p (...)

D'UNE RIVE À L'AUTRE... HOMMAGE À LA MÉDITERRANÉE
Dirigé par la cheffe Zahia Ziouani, l'orchestre symphonique Divertimento accueillera le violoniste e (...)

INTÉGRALE BRAHMS AVEC EMMANUEL KRIVINE #2
Tout récemment nommé à la direction musicale du prestigieux Orchestre National de France, le chef gr (...)

ON A DIT ON FAIT UN SPECTACLE
Un spectacle musical mêlant compositions originales et reprises de titres phares par divers artistes (...)

VINCENT DELERM
En 2014, nous terminions un article sur Vincent Delerm et son album Les Amants parallèles de la sort (...)

LIVE IN THE CITY, TRIBUTE TO STEVIE WONDER
Un concert en hommage à Stevie Wonder créé l’an passé qui est d’une efficacité redoutable. Surtout q (...)


Tous les concerts et soirées à l'affiche à GRENOBLE

LE CHAGRIN D'HÖLDERLIN
Pour sa dernière création dans les murs du Petit 38, Chantal Morel livre une pièce sur une figure qu (...)

LA RÉSISTIBLE ASCENSION D'ARTURO UI
Un classique de Bertolt Brecht que l’excellent metteur en scène Dominique Pitoiset nous transmet ave (...)

LE PAS DE BÊME
Un jour, un adolescent se met à ne rendre que des copies blanches à ses professeurs, sans explicatio (...)

LE PAS DE BÊME
Un jour, un adolescent se met à ne rendre que des copies blanches à ses professeurs, sans explicatio (...)

TRISTESSES
Une pièce centrée sur le présent, sur la montée de l’extrême droite dans différents pays européens. (...)

AMOUR, MENSONGE ET OBUS DE 75
Deux guerres, deux figures qui les ont incarnées : un Poilu de 14-18 et une résistante pendant la Se (...)

SUBLIME
La compagnie en résidence à la Rampe d’Échirolles depuis l’an passé a imaginé cette sympathique pièc (...)

SONNEURS DE SONNETS
Le comédien grenoblois Grégory Faive, à la nature comique finement développée, s’est associé au musi (...)

NID DE FRELONS
Dans cette nouvelle aventure de la famille Maudru, le père a la jambe qui flanche, ce qui le contrai (...)

ON N'EST PAS DES CHIENS
Un humour bien piquant, une galerie de personnages savoureux et, surtout, un sens du comique affûté (...)

TIRÉSIAS
Tirésias, devin aveugle dans la mythologie grecque, vit aujourd’hui reclus avec sa fille et délivre (...)

MY ROCK
Jean-Claude Gallotta reprend son spectacle créé en 2004 pour l’ouverture de la MC2. Une pièce énergi (...)

NICHT SCHLAFEB
Alain Platel, fondateur des Ballets C de la B, est un grand, très grand, de la scène internationale. (...)

RUE DES VOLEURS
Avec cette adaptation du roman de Mathias Énard, Bruno Thircuir de la Fabrique des petites utopies l (...)

GASPARD PROUST
Son dernier spectacle était une merveille d’humour noir, dans laquelle il faisait montre d’un sens d (...)

VENDS 2 PIÈCES À BEYROUTH
C’est l’un des one-man-shows les plus surprenants du moment, jusque dans son titre : Vends deux pièc (...)

EL CID !
Philippe Car est un metteur en scène qui sait transmettre les textes classiques de manière décalée m (...)

LUDWIG, UN ROI SUR LA LUNE
Un roi mythique (Louis II de Bavière) ancré dans la légende comme romantique, excessif et inadapté a (...)

MILADY EN SOUS-SOL
Un taulard s’évade et tombe sur la Belle au bois dormant... qui dort depuis plus de 500 ans ! Une sa (...)

SMASHED
Neuf jongleurs rendent hommage à Pina Bausch avec des pommes et mettent en compote les idées reçues (...)

LE GRAND RASSEMBLEMENT #2
Fin décembre 2016, le Centre chorégraphique national de Grenoble dirigé par Yoann Bourgeois et Rachi (...)

LIVE !
Il y a l’improvisation théâtrale, très courue à Grenoble comme ailleurs. Les Bandits manchots, eux, (...)


Tous les spectacles à l'affiche à GRENOBLE

le Film de la semaine

Chez nous

De Lucas Belvaux (Fr-Bel, 1h58) avec Emilie Dequenne, André Dussollier...
Pauline, infirmière à domicile, entre Lens et Lille, s’occupe seule de ses deux enfants et de son père ancien métallurgiste. Dévouée et généreuse, tous ses patients l'aiment et comptent sur elle. Profitant de sa popularité, les dirigeants d’un parti extrémiste vont lui proposer d’être leur candidate aux prochaines municipales.

Voir les salles et horaires du film

Au cinéma


ANASTASIA
De Don Bluth, Gary Goldman (1998, ÉU, 1h25) animation
Voir la fiche du film

CERTAINES FEMMES
De Kelly Reichardt (ÉU, 1h47) avec Kristen Stewart, Michelle Williams...
Voir la fiche du film

CHEZ NOUS
De Lucas Belvaux (Fr-Bel, 1h58) avec Emilie Dequenne, André Dussollier...
Voir la fiche du film

DE SAS EN SAS
De Rachida Brakni (Fr, 1h22) avec Samira Brahmia, Zita Hanrot...
Voir la fiche du film

FENCES
De Denzel Washington (ÉU, 2h19) avec Denzel Washington, Viola Davis...
Voir la fiche du film

JOHN WICK 2
De Chad Stahelski (ÉU, 2h03) avec Keanu Reeves, Common...
Voir la fiche du film

LA DORMEUSE DUVAL
De Manuel Sanchez (Fr, 1h50) avec Dominique Pinon, Marina Tomé...
Voir la fiche du film

LES DERNIERS PARISIENS
De Hamé Bourokba, Ekoué Labitey (Fr, 1h45) avec Reda Kateb, Slimane Dazi...
Voir la fiche du film

LES FLEURS BLEUES
De Andrzej Wajda (Pol, 1h38) avec Boguslaw Linda, Aleksandra Justa...
Voir la fiche du film

LION
De Garth Davis (EU-Aust-Angl, 1h59) avec Dev Patel, Rooney Mara...
Voir la fiche du film

MADAME B, HISTOIRE D'UNE NORD-CORÉENNE
De Jero Yun (Fr-Cor.sud, 1h11) documentaire
Voir la fiche du film

NOCES
De Stephan Streker (Bel-Lux-Pak-Fr, 1h38) avec Lina El Arabi, Sébastien Houbani...
Voir la fiche du film

SAM LE POMPIER : ALERTE EXTRATERRESTRE - LE FILM
(Angl, 1h) Animation
Voir la fiche du film

SI J'ÉTAIS UN HOMME
De Audrey Dana (Fr, 1h38) avec Audrey Dana, Christian Clavier...
Voir la fiche du film

SPLIT
De M. Night Shyamalan, Zack Roberts (ÉU, 1h57) avec James McAvoy, Anya Taylor-Joy...
Voir la fiche du film

les choix de la rédaction


AL MANARA + MAWWÂL
Quand deux mondes se rencontrent, ils ne rentrent pas forcément en collision. Il arrive qu'ils fasse (...)

GEORGIO
Si les clashs sont légion dans le monde du rap, ce dernier abrite aussi parfois de belles histoires (...)

QUAI D'ORSAY
Excellent quatuor grenoblois qui a déjà eu droit à la "une" du PB, Quai d’Orsay propose un sympathiq (...)

PIERS FACCINI + FAIK
Né en Angleterre d'un père italien et d'une mère anglaise, éduqué entre la France et l'Italie et dev (...)

EMILY LOIZEAU
Plus les albums passent et plus Emily Loizeau nous fait penser à du Murat au féminin – ce qui, pour (...)

JOHN MAYALL + GABRIEL GORDON
À l'évocation du génie d'Eric Clapton, John Mayall est trop souvent oublié. Pourtant, sans lui, le p (...)

KATERINE + LES SœURS BOULAY
Est-ce encore utile de présenter Katerine ? Depuis ses débuts, il fait partie de ces artistes qui po (...)

LIVE IN THE CITY, TRIBUTE TO STEVIE WONDER
Un concert en hommage à Stevie Wonder créé l’an passé qui est d’une efficacité redoutable. Surtout q (...)

LAST TRAIN + STONE CAVALLI
La vérité du rock'n'roll sort de la bouche de ses enfants. Et les vérités des gamins de Last Train s (...)

CHINESE MAN
Les revoilà enfin ! Cinq ans après Racing with the sun (2011), les rois de l'électro-groove dévoiler (...)

PLANETS !
Jeff Mills ? Une véritable légende de la musique électronique, à la fois technicien hors pair, artis (...)

MICHEL JONASZ
Michel Jonasz ? L’homme qui a su habilement conjuguer jazz et variété, avec ses tubes qui n’ont (pre (...)

JULIEN DORÉ
À peine dix ans après sa victoire à la Nouvelle Star, Julien Doré est un des artistes français les p (...)

D'UNE RIVE À L'AUTRE... HOMMAGE À LA MÉDITERRANÉE
Dirigé par la cheffe Zahia Ziouani, l'orchestre symphonique Divertimento accueillera le violoniste e (...)

INTÉGRALE BRAHMS AVEC EMMANUEL KRIVINE #2
Tout récemment nommé à la direction musicale du prestigieux Orchestre National de France, le chef gr (...)

ON A DIT ON FAIT UN SPECTACLE
Un spectacle musical mêlant compositions originales et reprises de titres phares par divers artistes (...)

VINCENT DELERM
En 2014, nous terminions un article sur Vincent Delerm et son album Les Amants parallèles de la sort (...)

LIVE IN THE CITY, TRIBUTE TO STEVIE WONDER
Un concert en hommage à Stevie Wonder créé l’an passé qui est d’une efficacité redoutable. Surtout q (...)


Tous les concerts et soirées à l'affiche à GRENOBLE

LE CHAGRIN D'HÖLDERLIN
Pour sa dernière création dans les murs du Petit 38, Chantal Morel livre une pièce sur une figure qu (...)

LA RÉSISTIBLE ASCENSION D'ARTURO UI
Un classique de Bertolt Brecht que l’excellent metteur en scène Dominique Pitoiset nous transmet ave (...)

LE PAS DE BÊME
Un jour, un adolescent se met à ne rendre que des copies blanches à ses professeurs, sans explicatio (...)

LE PAS DE BÊME
Un jour, un adolescent se met à ne rendre que des copies blanches à ses professeurs, sans explicatio (...)

TRISTESSES
Une pièce centrée sur le présent, sur la montée de l’extrême droite dans différents pays européens. (...)

AMOUR, MENSONGE ET OBUS DE 75
Deux guerres, deux figures qui les ont incarnées : un Poilu de 14-18 et une résistante pendant la Se (...)

SUBLIME
La compagnie en résidence à la Rampe d’Échirolles depuis l’an passé a imaginé cette sympathique pièc (...)

SONNEURS DE SONNETS
Le comédien grenoblois Grégory Faive, à la nature comique finement développée, s’est associé au musi (...)

NID DE FRELONS
Dans cette nouvelle aventure de la famille Maudru, le père a la jambe qui flanche, ce qui le contrai (...)

ON N'EST PAS DES CHIENS
Un humour bien piquant, une galerie de personnages savoureux et, surtout, un sens du comique affûté (...)

TIRÉSIAS
Tirésias, devin aveugle dans la mythologie grecque, vit aujourd’hui reclus avec sa fille et délivre (...)

MY ROCK
Jean-Claude Gallotta reprend son spectacle créé en 2004 pour l’ouverture de la MC2. Une pièce énergi (...)

NICHT SCHLAFEB
Alain Platel, fondateur des Ballets C de la B, est un grand, très grand, de la scène internationale. (...)

RUE DES VOLEURS
Avec cette adaptation du roman de Mathias Énard, Bruno Thircuir de la Fabrique des petites utopies l (...)

GASPARD PROUST
Son dernier spectacle était une merveille d’humour noir, dans laquelle il faisait montre d’un sens d (...)

VENDS 2 PIÈCES À BEYROUTH
C’est l’un des one-man-shows les plus surprenants du moment, jusque dans son titre : Vends deux pièc (...)

EL CID !
Philippe Car est un metteur en scène qui sait transmettre les textes classiques de manière décalée m (...)

LUDWIG, UN ROI SUR LA LUNE
Un roi mythique (Louis II de Bavière) ancré dans la légende comme romantique, excessif et inadapté a (...)

MILADY EN SOUS-SOL
Un taulard s’évade et tombe sur la Belle au bois dormant... qui dort depuis plus de 500 ans ! Une sa (...)

SMASHED
Neuf jongleurs rendent hommage à Pina Bausch avec des pommes et mettent en compote les idées reçues (...)

LE GRAND RASSEMBLEMENT #2
Fin décembre 2016, le Centre chorégraphique national de Grenoble dirigé par Yoann Bourgeois et Rachi (...)

LIVE !
Il y a l’improvisation théâtrale, très courue à Grenoble comme ailleurs. Les Bandits manchots, eux, (...)


Tous les spectacles à l'affiche à GRENOBLE

le Film de la semaine

Chez nous

De Lucas Belvaux (Fr-Bel, 1h58) avec Emilie Dequenne, André Dussollier...
Pauline, infirmière à domicile, entre Lens et Lille, s’occupe seule de ses deux enfants et de son père ancien métallurgiste. Dévouée et généreuse, tous ses patients l'aiment et comptent sur elle. Profitant de sa popularité, les dirigeants d’un parti extrémiste vont lui proposer d’être leur candidate aux prochaines municipales.

Voir les salles et horaires du film

Au cinéma


ANASTASIA
De Don Bluth, Gary Goldman (1998, ÉU, 1h25) animation
Voir la fiche du film

CERTAINES FEMMES
De Kelly Reichardt (ÉU, 1h47) avec Kristen Stewart, Michelle Williams...
Voir la fiche du film

CHEZ NOUS
De Lucas Belvaux (Fr-Bel, 1h58) avec Emilie Dequenne, André Dussollier...
Voir la fiche du film

DE SAS EN SAS
De Rachida Brakni (Fr, 1h22) avec Samira Brahmia, Zita Hanrot...
Voir la fiche du film

FENCES
De Denzel Washington (ÉU, 2h19) avec Denzel Washington, Viola Davis...
Voir la fiche du film

JOHN WICK 2
De Chad Stahelski (ÉU, 2h03) avec Keanu Reeves, Common...
Voir la fiche du film

LA DORMEUSE DUVAL
De Manuel Sanchez (Fr, 1h50) avec Dominique Pinon, Marina Tomé...
Voir la fiche du film

LES DERNIERS PARISIENS
De Hamé Bourokba, Ekoué Labitey (Fr, 1h45) avec Reda Kateb, Slimane Dazi...
Voir la fiche du film

LES FLEURS BLEUES
De Andrzej Wajda (Pol, 1h38) avec Boguslaw Linda, Aleksandra Justa...
Voir la fiche du film

LION
De Garth Davis (EU-Aust-Angl, 1h59) avec Dev Patel, Rooney Mara...
Voir la fiche du film

MADAME B, HISTOIRE D'UNE NORD-CORÉENNE
De Jero Yun (Fr-Cor.sud, 1h11) documentaire
Voir la fiche du film

NOCES
De Stephan Streker (Bel-Lux-Pak-Fr, 1h38) avec Lina El Arabi, Sébastien Houbani...
Voir la fiche du film

SAM LE POMPIER : ALERTE EXTRATERRESTRE - LE FILM
(Angl, 1h) Animation
Voir la fiche du film

SI J'ÉTAIS UN HOMME
De Audrey Dana (Fr, 1h38) avec Audrey Dana, Christian Clavier...
Voir la fiche du film

SPLIT
De M. Night Shyamalan, Zack Roberts (ÉU, 1h57) avec James McAvoy, Anya Taylor-Joy...
Voir la fiche du film