Qui sommes nous   |   Envoyez un programme   |   Diffusion   |   Recrutement   |   Coordonnées   |   Publicité   |   Archives

GRENOBLE
LE WEB DES SPECTACLES

SUIVEZ-NOUS


La Vénus à la fourrure

CINEMA | critique publiée le Mercredi 6 novembre 2013 par Christophe Chabert

Petit Bulletin n°908

Critique du film La Vénus à la Fourrure de Roman Polanski Une actrice, un metteur en scène, un théâtre et "La Vénus à la fourrure" de Sacher-Masoch : un dispositif minimal pour une œuvre folle de Roman Polanski, à la fois brûlot féministe et récapitulatif ludique de tout son cinéma. Christophe Chabert

La Vénus à la fourrure

À sa sortie, on avait pris Carnage pour une sorte de repli stratégique de la part de Roman Polanski. L’adaptation de la pièce de Yasmina Reza venait après ses déboires avec la justice suisse, et le choix d’un huis clos à quatre personnages lui permettait de tourner vite en déclinant en virtuose sa science du découpage et de la mise en scène. Surtout, il y circulait une rage que l’on imaginait circonstanciée, là encore liée à cette énième humiliation dans une vie déjà chaotique.

Derrière sa réjouissante santé, par-delà la comédie de mœurs labyrinthique à laquelle Polanski nous convie, La Vénus à la fourrure poursuit ce double geste de façon enthousiasmante. C’est une charge virulente contre l’époque et ses travers, ici pris sous l’angle de la lutte des sexes, et c’est à nouveau un huis clos tiré d’une pièce de théâtre, signée cette fois David Ives ; sauf que cette fois, le théâtre est le lieu et la matière du film, même si, en transparence, le cinéaste vise aussi tout ce qu’implique l’acte de mettre en scène, y compris le sien.

Le théâtre du complot

Il y a donc un auteur, Thomas, qui s’apprête à adapter La Vénus à la fourrure de Sacher-Masoch sur les planches, et qui cherche une comédienne pour incarner Vanda. Mais, en cette journée d’auditions, il n’a vu défiler que de ravissantes idiotes, et il peste au téléphone auprès de sa compagne contre l’inculture de ces jeunes filles surtout préoccupées par leur carrière. Soudain, comme tombée du ciel – orageux, orageux, ce qu'on découvre durant le générique, travelling à travers une allée parisienne où la caméra finit par pousser les portes du théâtre, le tout rythmé par une musique de sabbat païen d’Alexandre Desplat, très inspiré – une dernière actrice débarque, en retard, trempée jusqu’aux os, trop maquillée, un peu vulgaire ; et pour couronner le tout, son nom n’est même pas sur la liste des auditions.

Au départ, elle donne raison à Thomas : mâchouillant son chewing-gum et ponctuant toutes ses phrases par des « genre » et des « OK », elle figure une caricature de la comédienne écervelée, et plus toute jeune qui plus est. Mais, à force d’insister, elle finit par obtenir le droit de faire un essai pour le rôle, et c’est Thomas qui lui donnera la réplique. Dès les premières lignes, la voilà métamorphosée, crédible en demoiselle autrichienne du XIXe siècle. C’est le renversement inaugural opéré par Polanski dans La Vénus à la fourrure, et ce n’est pas le dernier puisqu’il va ensuite s’amuser à brouiller les frontières entre le texte de Sacher-Masoch et celui de Ives, entre la représentation théâtrale et la mise en scène cinématographique, créant ainsi une atmosphère de complot où le pouvoir ne cesse de changer de main.

La déesse du carnage

Thomas et Vanda sont comme les trois actes d’une pièce, à tour de rôles acteurs, personnages et auteurs de partitions conflictuelles. Mais chacun de ces actes renvoie à un moment du cinéma polanskien, si bien que La Vénus à la fourrure est comme un condensé sidérant de toute son œuvre, enfermé entre quatre murs mais libre d’en explorer tous les recoins : la scène et les gradins, la régie et les loges, ouvrant un espace considérable pour une mise en scène constamment inventive et d’une remarquable fluidité…

Thomas est un bourgeois hautain et arrogant qui pense détenir un savoir qui le met à l’abri de la bêtise environnante ; puis il devient un homme ensorcelé par une femme dont il cherche à percer le mystère ; et il terminera en être androgyne et humilié, victime d’un machisme dont il n’a même plus conscience. Il est à la fois Le Pianiste, l’écrivain de Lunes de fiel et Le Locataire. Il est surtout un parfait alter ego de Polanski, metteur en scène obsédé par le contrôle mais dépassé par son désir ; la ressemblance, graduellement troublante, entre Amalric et le cinéaste, achève de le souligner. En face de lui, Emmanuelle Seigner, impressionnante comme jamais auparavant, semble elle aussi ramasser en un seul rôle tous ceux qu’elle a tenus chez son mari : la fille d’à côté muée en héroïne hitchcockienne de Frantic, la femme fatale de Lunes de fiel et le diable sexué de La Neuvième porte.

Cet affrontement entre deux archétypes quasi-mythologiques – l’Homme dominant et la Femme asservie – a quelque chose de vertigineux à l’écran : car Polanski arrive non seulement à éclairer sous un jour nouveau ce qui travaillait secrètement ses films, dont on découvre aujourd’hui à quel point ils ont toujours été féministes, mais il parvient à le faire dans un geste extrêmement audacieux de cinéma, où chaque détail sollicite une attention totale du spectateur, qui perd pied entre le réel, sa représentation et sa représentation à l’intérieur de la représentation.

En cela, le jeu sur les objets, tantôt réels, tantôt mimés et sonorisés, et sur un érotisme essentiellement suggéré – il suffit d’un sein qui se dévoile furtivement et de manière inattendu pour que Thomas perde définitivement le peu d’ascendant qu’il avait encore sur la situation – participent du trouble ludique avec lequel Polanski nous invite dans son dispositif, dont l’épure dissimule l’extrême sophistication. C’est d’ailleurs à cela qu’on mesure quel immense cinéaste il est : avec La Vénus à la fourrure, il n’a jamais été si près d’une absolue nudité de moyens – deux comédiens, un seul lieu, du temps réel – et autant dans l’expérimentation, la liberté et l’ouverture sur le monde actuel. On l’imaginait replié sur lui-même ; il était, au contraire, en train d’élargir encore l’horizon de son œuvre, une des plus importantes du cinéma contemporain.

La Vénus à la fourrure
De Roman Polanski (Fr, 1h36) avec Emmanuelle Seigner, Matthieu Amalric…

Tags  • La Venus a la Fourrure • Roman Polanski • Emmanuelle Seigner • Matthieu Amalr

Vous aimez cet article ? partagez le sur les réseaux sociaux !

Suivez l'actualité Cinéma à Grenoble avec LE PETIT BULLETIN

NEWSLETTER

La Vénus à la fourrure

sortie nationale : Mercredi 13 novembre 2013

De Roman Polanski (Fr, 1h33) avec Emmanuelle Seigner, Mathieu Amalric...
Seul dans un théâtre parisien après une journée passée à auditionner des comédiennes pour la pièce qu’il s’apprête à mettre en scène, Thomas se lamente au téléphone sur la piètre performance des candidates.

Voir les salles et horaires du film à GRENOBLE

À LIRE AUSSI

+ L’insolente jeunesse des vieux cinéastes (CINEMA / 27 août 2013)

+ Cannes, jour 10 : bouquet final (CINEMA / 25 mai 2013)

+ Tout ça pour ça (THEATRE-DANSE / 28 mars 2013)

+ Incompréhension totale (THEATRE-DANSE / 9 janvier 2013)

+ Dans la maison (CINEMA / 4 octobre 2012)

+ Vous n’avez encore rien vu (CINEMA / 21 septembre 2012)

+ Le charme hargneux de la bourgeoisie (CINEMA / 2 décembre 2011)

+ Le goût de la claustrophobie (CINEMA / 2 décembre 2011)

+ Essential killing (CINEMA / 1 avril 2011)

+ The Ghost writer (CINEMA / 1 mars 2010)

comments powered by Disqus

Portraits

«UN STYLE GOTHIQUE, BRITISH, FAÇON HAMMER»

Mardi 20 janvier 2015

Entretien avec Romain Basset, réalisateur de "Horsehead", tentative de film d’horreur onirique et symbolique made in France, en compétition au festival des Maudits films. Propos r (...)

ALAIN CAVALIER : « À MON ÂGE, TERMINER UN FILM EST UNE VICTOIRE »

Lundi 20 octobre 2014

Rencontre avec Alain Cavalier, autour de son dernier film "Le Paradis", en salles depuis le 8 octobre. Propos recueillis par Christophe Chabert (...)

Billetterie

Dany Brillant

Mercredi 11 mars 2015 à 20h

Summum

Messmer Intemporel

Vendredi 20 mars 2015 à 20h

Summum

Soprano

Mercredi 1 avril 2015 à 20h

Summum

Toute la billetterie

Blogs

Everything is awesome (ou presque)

Blog Cinéma publié le Mardi 20 janvier 2015
par AURÉLIEN MARTINEZ

Édito du n°959 - mercredi 21 janvier - Petit Bulletin Grenoble (...)

Mélanie Laurent, la modestie et le sexisme

Blog Cinéma publié le Mardi 11 novembre 2014
par AURÉLIEN MARTINEZ

Édito du n°950 - mercredi 12 novembre - Petit Bulletin Grenoble (...)

Sin City : J'ai tué pour elle

Blog Cinéma publié le Lundi 29 septembre 2014
par ALEXIS ORSINI

Neuf ans après "Sin City", Robert Rodriguez replonge dans la ville de tous les péchés avec "Sin City : J'ai tué pour elle", partiellement adapté du comics de Frank Miller. Casting (...)

Recherche
+ CINEMA
THEMATIQUE
DATE

Film
SALLE
Notre selection
Avant premiere
en V.O en 3D   
         Mot-clé

RECHERCHER ►
Choix de la rédaction


+ A MOST VIOLENT YEAR
Peut-on suivre la ligne droite que l'on s'est fixé lorsqu'on est un entrepreneur cerné par la corrup (...)

+ ASTÉRIX - LE DOMAINE DES DIEUX
Réjouissante adaptation animée d'Astérix par Alexandre Astier et Louis Clichy, qui respecte l'esprit (...)

+ CHARLIE'S COUNTRY
Entre portrait de son acteur David Gulpilil et fiction cherchant à faire le point sur le destin des (...)

+ DANS LA COUR
Rencontre dans une cour d'immeuble entre un ex-rocker dépressif et une retraitée rongée d'inquiétude (...)

+ EXODUS : GODS AND KINGS
Bonne surprise de la part de Ridley Scott : son péplum biblique échappe au pompiérisme et à la bigot (...)

+ FIDELIO, L’ODYSSÉE D’ALICE
"Si j'étais un homme, je serais capitaine…". Alice est une femme — et quelle femme, puisque c'est la (...)

+ HARD DAY
Un polar à la mode sud-coréenne, c'est-à-dire efficace, drôle, joyeusement immoral et remarquablemen (...)

+ HEIMAT - CHRONIQUE D'UN RÊVE
Deux frères pour incarner un tournant dans l'Histoire allemande : celle des petites révolutions et d (...)

+ HEIMAT - L'EXODE
Un cran en dessous de la première partie, L'Exode pose le propos politique de Reitz sur la période, (...)

+ LOIN DES HOMMES
David Oelhoffen réunit Viggo Mortensen et Reda Kateb pour une adaptation d'Albert Camus transformée (...)

+ THE GRAND BUDAPEST HOTEL
Étourdissante comédie retraçant, en la redessinant de fond en comble, l'histoire de l'Europe de l'Es (...)

+ THE PLACE BEYOND THE PINES
Derek Cianfrance tente, avec ce triptyque ambitieux, de créer un pont entre l'esprit du cinéma améri (...)

+ TIMBUKTU
En posant un regard tragi-comique sur l'absurdité dangereuse du djihadisme au Mali, Abderrahmane Sis (...)

+ WHIPLASH
"Coup de fouet" mais surtout coup d'essai et coup de maître pour Damien Chazelle : sa première œuvre (...)


Tous les films à l'affiche à GRENOBLE

+ MERCREDIS PIMENTÉS
Dancehall, tropical, grime, bass music, african beat, balkan beat, électro-swing, ghetto funk, UK ho (...)

+ EMILY LOIZEAU
Une artiste dont on a déjà maintes fois loué le dernier album Mothers & Tygers, et qu’on a même comp (...)

+ OLIVIER DEPARDON + POP. 1280
Dans la famille "groupe de rock’n’roll dont l’un des membres ressemble à un émule de Norman Bates", (...)

+ TONY ALLEN
Vous préférez Lily ? Bon bah ce sera Tony, désolé. D'autant qu'il n'y a guère de quoi être désolé. T (...)

+ ALFIO ORIGLIO JAZZ QUARTET
Alfio Origlio, c’est un peu la Rolls Royce des pianistes contemporains. Un cador. Aux côtés de Malco (...)

+ TONI
La Grenobloise Toni, découverte l'année dernière lors d'un concert acoustique en solo, revient déver (...)

+ CHRISTINE AND THE QUEENS - COMPLET
Christine and the Queens, c’est le phénomène made in France de 2014. Un mélange plutôt glacé, assez (...)

+ ANTOINE HERVÉ
Depuis quatre ans, dans un piano show à demi improvisé, Antoine Hervé joue les passeurs de jazz. Un (...)

+ YOANNA + BERTRAND BELIN
Vous avez loupé l'une des 876 occasions d'assister à un bout de la tournée Parcs de Bertrand Belin ? (...)

+ MUSIQUE (EN ROBE) DE CHAMBRE N°21
Une formule conviviale autour de la musique classique, initiée par les excentriques Barbarins fourch (...)

+ MARCEL, RAMI & BACHAR KHALIFÉ
En juin dernier, on faisait notre une sur le musicien franco-libanais Bachar Mar-Khalifé. Il sera de (...)

+ MARCUS MILLER
Légende précoce de la basse jazz-funk, producteur et compositeur pour Miles Davis avant la trentaine (...)

+ THE BIG UKULÉLÉ SYNDICATE
Énergiques, ces « dix syndicalistes déjantés [venus de plusieurs groupes locaux] turbinent aux ukulé (...)


Tous les concerts et soirées à l'affiche à GRENOBLE

+ CE QUE J'APPELLE OUBLI
D’un fait divers survenu à un SDF à Lyon en 2009 (il a été tabassé à mort par des vigiles pour une c (...)

+ OPEN BAL
Boumons avec la compagnie de Nicolas Hubert pour célébrer la fin de sa résidence échirolloise. Une f (...)

+ LE SOLEIL JUSTE APRÈS
Après la claque "Magie noire" en 2010, le chorégraphe Laurent Poncelet (compagnie Ophélia Théâtre) a (...)

+ LE MISANTHROPE, OU L'ATRABILAIRE AMOUREUX
Un Molière mis en scène par l’incroyable Michel Fau et interprété par Julie Depardieu, la trop rare (...)

+ L'IMPORTANCE D'ÊTRE WILDE
Une plongée joyeuse dans l’œuvre et la vie d’Oscar Wilde qui met en avant tant le personnage fantasq (...)

+ LA SANTÉ PAR LES PLANTES
Papagalli revient avec toute sa petite famille de paysans (les Maudru) bien décidée à utiliser son p (...)

+ UN ÉTÉ À OSAGE COUNTY
Une pièce de théâtre sur une famille américaine qui se suit comme une excellente série télévisée (où (...)

+ MADAME K
Un petit bijou centré sur le personnage de Madame K, qui a peur de tout. Grâce notamment à une scéno (...)

+ ROBOT !
Faire danser des robots? Une idée originale de l'exubérante chorégraphe espagnole Blanca Li. Sur scè (...)

+ LES PARTICULES ÉLÉMENTAIRES
C’était la révélation du Festival d’Avignon 2013. Une adaptation improbable et inespérée du deuxième (...)

+ LETTRES DE L'INTÉRIEUR
Un texte prenant et simplement écrit croisant les lettres de deux adolescentes dont l’une est en pri (...)

+ LETTRES DE L'INTÉRIEUR
Un texte prenant et simplement écrit croisant les lettres de deux adolescentes dont l’une est en pri (...)

+ LA NUIT, LES ARBRES DANSENT
Une fable écologiste jeune public centrée sur quatre contes faisant référence à « des légendes des q (...)

+ LE TOUR COMPLET DU CœUR
Toute l’œuvre shakespearienne en une soirée, personne (ou presque) ne l’avait encore imaginée. Un ho (...)

+ D'APRÈS UNE HISTOIRE VRAIE
Stop, on arrête tout : voici le choc de la saison, véritable claque chorégraphique portée par huit i (...)

+ BOUNCE
Ce qui importe à Thomas Guerry et Camille Rocailleux, c'est la beauté du geste, fut-il conflictuel o (...)

+ MATAMORE
Macabre et prodigieux, Matamore ramène les arts de la piste à leurs origines conjuratoires. Planquez (...)

+ LUNE JAUNE
Leila et Lee, deux ados que la vie a laissés sur le bas-côté, tentent de s’inventer un peu de douceu (...)

+ LA CARRIOLE FANTASQUE DE MONSIEUR VIVALDI
Le théâtre, ce sont des mots issus de textes plus ou moins classiques, mais aussi d’autres venus d’a (...)

+ UN CLANDESTIN AU PARADIS
Vincent Karle adapte à la scène son propre ouvrage jeunesse éponyme qui narre les aventures d’un jeu (...)

+ (RE)FLUX
Une pièce qui fait se confronter les corps en utilisant la grammaire de base de la danse. La musique (...)

+ OPUS
Un parangon de virtuosité aux proportions épiques (pas moins de quatorze acrobates quadrillent la sc (...)

+ LA NUIT, LES ARBRES DANSENT...
Une fable écologiste jeune public centrée sur quatre contes faisant référence à « des légendes des q (...)


Tous les spectacles à l'affiche à GRENOBLE

L'Oeil du Petit Bulletin

Retrouvez les sorties cinéma en compagnie de Christophe Chabert (Petit Bulletin - Lysa productions)

Au cinéma


À l'affiche aujourd'hui

à GRENOBLE le Samedi 31 janvier 2015

Cinéma 83 Films

Concerts et Soirées 18 Concerts

Animations 11 Événements

Théâtre et danse 18 Spectacles

Expositions 51 Expositions

Film de la semaine
 
Les Parfumeurs Amateurs Grenoble

Les Parfumeurs Amateurs Grenoble

Atelier

Découverte des parfums naturels et émotions partagées

67 quai Pierre Scize 69005 Lyon


De l'atelier photo au cours de didgeridoo... toutes les disciplines que vous recherchez sont représentées sur Cours & Stages Grenoble