Qui sommes nous   |   Envoyez un programme   |   Diffusion   |   Recrutement   |   Coordonnées   |   Publicité   |   Archives

GRENOBLE
LE WEB DES SPECTACLES

GRENOBLE

SUIVEZ-NOUS


THEMATIQUE DATE
Film SALLE
Notre selection
Avant premiere
en V.O en 3D   
Mot-clé

RECHERCHER ►

CINEMA

La Vénus à la fourrure

Une actrice, un metteur en scène, un théâtre et "La Vénus à la fourrure" de Sacher-Masoch : un dispositif minimal pour une œuvre folle de Roman Polanski, à la fois brûlot féministe et récapitulatif ludique de tout son cinéma. Christophe Chabert
le Mercredi 6 novembre 2013 par

La Vénus à la fourrure

Une actrice, un metteur en scène, un théâtre et "La Vénus à la fourrure" de Sacher-Masoch : un dispositif minimal pour une œuvre folle de Roman Polanski, à la fois brûlot féministe et récapitulatif ludique de tout son cinéma. Christophe Chabert
le Mercredi 6 novembre 2013 par Christophe Chabert

La Vénus à la fourrure

La Vénus à la fourrure

De Roman Polanski (Fr, 1h33) avec Emmanuelle Seigner, Mathieu Amalric...
sortie nationale : Mercredi 13 novembre 2013
Seul dans un théâtre parisien après une journée passée à auditionner des comédiennes pour la pièce qu’il s’apprête à mettre en scène, Thomas se lamente au téléphone sur la piètre performance des candidates.

voir les salles et horaires

À LIRE AUSSI

"Réparer les vivants" : Simon, as-tu du cœur ?"Réparer les vivants" : Simon, as-tu du cœur ?

L’insolente jeunesse des vieux cinéastesL’insolente jeunesse des vieux cinéastes

Tout ça pour çaTout ça pour ça

Incompréhension totaleIncompréhension totale

Dans la maisonDans la maison

À sa sortie, on avait pris Carnage pour une sorte de repli stratégique de la part de Roman Polanski. L’adaptation de la pièce de Yasmina Reza venait après ses déboires avec la justice suisse, et le choix d’un huis clos à quatre personnages lui permettait de tourner vite en déclinant en virtuose sa science du découpage et de la mise en scène. Surtout, il y circulait une rage que l’on imaginait circonstanciée, là encore liée à cette énième humiliation dans une vie déjà chaotique.

Derrière sa réjouissante santé, par-delà la comédie de mœurs labyrinthique à laquelle Polanski nous convie, La Vénus à la fourrure poursuit ce double geste de façon enthousiasmante. C’est une charge virulente contre l’époque et ses travers, ici pris sous l’angle de la lutte des sexes, et c’est à nouveau un huis clos tiré d’une pièce de théâtre, signée cette fois David Ives ; sauf que cette fois, le théâtre est le lieu et la matière du film, même si, en transparence, le cinéaste vise aussi tout ce qu’implique l’acte de mettre en scène, y compris le sien.

Le théâtre du complot

Il y a donc un auteur, Thomas, qui s’apprête à adapter La Vénus à la fourrure de Sacher-Masoch sur les planches, et qui cherche une comédienne pour incarner Vanda. Mais, en cette journée d’auditions, il n’a vu défiler que de ravissantes idiotes, et il peste au téléphone auprès de sa compagne contre l’inculture de ces jeunes filles surtout préoccupées par leur carrière. Soudain, comme tombée du ciel – orageux, orageux, ce qu'on découvre durant le générique, travelling à travers une allée parisienne où la caméra finit par pousser les portes du théâtre, le tout rythmé par une musique de sabbat païen d’Alexandre Desplat, très inspiré – une dernière actrice débarque, en retard, trempée jusqu’aux os, trop maquillée, un peu vulgaire ; et pour couronner le tout, son nom n’est même pas sur la liste des auditions.

Au départ, elle donne raison à Thomas : mâchouillant son chewing-gum et ponctuant toutes ses phrases par des « genre » et des « OK », elle figure une caricature de la comédienne écervelée, et plus toute jeune qui plus est. Mais, à force d’insister, elle finit par obtenir le droit de faire un essai pour le rôle, et c’est Thomas qui lui donnera la réplique. Dès les premières lignes, la voilà métamorphosée, crédible en demoiselle autrichienne du XIXe siècle. C’est le renversement inaugural opéré par Polanski dans La Vénus à la fourrure, et ce n’est pas le dernier puisqu’il va ensuite s’amuser à brouiller les frontières entre le texte de Sacher-Masoch et celui de Ives, entre la représentation théâtrale et la mise en scène cinématographique, créant ainsi une atmosphère de complot où le pouvoir ne cesse de changer de main.

La déesse du carnage

Thomas et Vanda sont comme les trois actes d’une pièce, à tour de rôles acteurs, personnages et auteurs de partitions conflictuelles. Mais chacun de ces actes renvoie à un moment du cinéma polanskien, si bien que La Vénus à la fourrure est comme un condensé sidérant de toute son œuvre, enfermé entre quatre murs mais libre d’en explorer tous les recoins : la scène et les gradins, la régie et les loges, ouvrant un espace considérable pour une mise en scène constamment inventive et d’une remarquable fluidité…

Thomas est un bourgeois hautain et arrogant qui pense détenir un savoir qui le met à l’abri de la bêtise environnante ; puis il devient un homme ensorcelé par une femme dont il cherche à percer le mystère ; et il terminera en être androgyne et humilié, victime d’un machisme dont il n’a même plus conscience. Il est à la fois Le Pianiste, l’écrivain de Lunes de fiel et Le Locataire. Il est surtout un parfait alter ego de Polanski, metteur en scène obsédé par le contrôle mais dépassé par son désir ; la ressemblance, graduellement troublante, entre Amalric et le cinéaste, achève de le souligner. En face de lui, Emmanuelle Seigner, impressionnante comme jamais auparavant, semble elle aussi ramasser en un seul rôle tous ceux qu’elle a tenus chez son mari : la fille d’à côté muée en héroïne hitchcockienne de Frantic, la femme fatale de Lunes de fiel et le diable sexué de La Neuvième porte.

Cet affrontement entre deux archétypes quasi-mythologiques – l’Homme dominant et la Femme asservie – a quelque chose de vertigineux à l’écran : car Polanski arrive non seulement à éclairer sous un jour nouveau ce qui travaillait secrètement ses films, dont on découvre aujourd’hui à quel point ils ont toujours été féministes, mais il parvient à le faire dans un geste extrêmement audacieux de cinéma, où chaque détail sollicite une attention totale du spectateur, qui perd pied entre le réel, sa représentation et sa représentation à l’intérieur de la représentation.

En cela, le jeu sur les objets, tantôt réels, tantôt mimés et sonorisés, et sur un érotisme essentiellement suggéré – il suffit d’un sein qui se dévoile furtivement et de manière inattendu pour que Thomas perde définitivement le peu d’ascendant qu’il avait encore sur la situation – participent du trouble ludique avec lequel Polanski nous invite dans son dispositif, dont l’épure dissimule l’extrême sophistication. C’est d’ailleurs à cela qu’on mesure quel immense cinéaste il est : avec La Vénus à la fourrure, il n’a jamais été si près d’une absolue nudité de moyens – deux comédiens, un seul lieu, du temps réel – et autant dans l’expérimentation, la liberté et l’ouverture sur le monde actuel. On l’imaginait replié sur lui-même ; il était, au contraire, en train d’élargir encore l’horizon de son œuvre, une des plus importantes du cinéma contemporain.

La Vénus à la fourrure
De Roman Polanski (Fr, 1h36) avec Emmanuelle Seigner, Matthieu Amalric…

Tags  • La+Venus+a+la+Fourrure • Roman+Polanski • Emmanuelle+Seigner • Matthieu+Amalric

À sa sortie, on avait pris Carnage pour une sorte de repli stratégique de la part de Roman Polanski. L’adaptation de la pièce de Yasmina Reza venait après ses déboires avec la justice suisse, et le choix d’un huis clos à quatre personnages lui permettait de tourner vite en déclinant en virtuose sa science du découpage et de la mise en scène. Surtout, il y circulait une rage que l’on imaginait circonstanciée, là encore liée à cette énième humiliation dans une vie déjà chaotique.

Derrière sa réjouissante santé, par-delà la comédie de mœurs labyrinthique à laquelle Polanski nous convie, La Vénus à la fourrure poursuit ce double geste de façon enthousiasmante. C’est une charge virulente contre l’époque et ses travers, ici pris sous l’angle de la lutte des sexes, et c’est à nouveau un huis clos tiré d’une pièce de théâtre, signée cette fois David Ives ; sauf que cette fois, le théâtre est le lieu et la matière du film, même si, en transparence, le cinéaste vise aussi tout ce qu’implique l’acte de mettre en scène, y compris le sien.

Le théâtre du complot

Il y a donc un auteur, Thomas, qui s’apprête à adapter La Vénus à la fourrure de Sacher-Masoch sur les planches, et qui cherche une comédienne pour incarner Vanda. Mais, en cette journée d’auditions, il n’a vu défiler que de ravissantes idiotes, et il peste au téléphone auprès de sa compagne contre l’inculture de ces jeunes filles surtout préoccupées par leur carrière. Soudain, comme tombée du ciel – orageux, orageux, ce qu'on découvre durant le générique, travelling à travers une allée parisienne où la caméra finit par pousser les portes du théâtre, le tout rythmé par une musique de sabbat païen d’Alexandre Desplat, très inspiré – une dernière actrice débarque, en retard, trempée jusqu’aux os, trop maquillée, un peu vulgaire ; et pour couronner le tout, son nom n’est même pas sur la liste des auditions.

Au départ, elle donne raison à Thomas : mâchouillant son chewing-gum et ponctuant toutes ses phrases par des « genre » et des « OK », elle figure une caricature de la comédienne écervelée, et plus toute jeune qui plus est. Mais, à force d’insister, elle finit par obtenir le droit de faire un essai pour le rôle, et c’est Thomas qui lui donnera la réplique. Dès les premières lignes, la voilà métamorphosée, crédible en demoiselle autrichienne du XIXe siècle. C’est le renversement inaugural opéré par Polanski dans La Vénus à la fourrure, et ce n’est pas le dernier puisqu’il va ensuite s’amuser à brouiller les frontières entre le texte de Sacher-Masoch et celui de Ives, entre la représentation théâtrale et la mise en scène cinématographique, créant ainsi une atmosphère de complot où le pouvoir ne cesse de changer de main.

La déesse du carnage

Thomas et Vanda sont comme les trois actes d’une pièce, à tour de rôles acteurs, personnages et auteurs de partitions conflictuelles. Mais chacun de ces actes renvoie à un moment du cinéma polanskien, si bien que La Vénus à la fourrure est comme un condensé sidérant de toute son œuvre, enfermé entre quatre murs mais libre d’en explorer tous les recoins : la scène et les gradins, la régie et les loges, ouvrant un espace considérable pour une mise en scène constamment inventive et d’une remarquable fluidité…

Thomas est un bourgeois hautain et arrogant qui pense détenir un savoir qui le met à l’abri de la bêtise environnante ; puis il devient un homme ensorcelé par une femme dont il cherche à percer le mystère ; et il terminera en être androgyne et humilié, victime d’un machisme dont il n’a même plus conscience. Il est à la fois Le Pianiste, l’écrivain de Lunes de fiel et Le Locataire. Il est surtout un parfait alter ego de Polanski, metteur en scène obsédé par le contrôle mais dépassé par son désir ; la ressemblance, graduellement troublante, entre Amalric et le cinéaste, achève de le souligner. En face de lui, Emmanuelle Seigner, impressionnante comme jamais auparavant, semble elle aussi ramasser en un seul rôle tous ceux qu’elle a tenus chez son mari : la fille d’à côté muée en héroïne hitchcockienne de Frantic, la femme fatale de Lunes de fiel et le diable sexué de La Neuvième porte.

Cet affrontement entre deux archétypes quasi-mythologiques – l’Homme dominant et la Femme asservie – a quelque chose de vertigineux à l’écran : car Polanski arrive non seulement à éclairer sous un jour nouveau ce qui travaillait secrètement ses films, dont on découvre aujourd’hui à quel point ils ont toujours été féministes, mais il parvient à le faire dans un geste extrêmement audacieux de cinéma, où chaque détail sollicite une attention totale du spectateur, qui perd pied entre le réel, sa représentation et sa représentation à l’intérieur de la représentation.

En cela, le jeu sur les objets, tantôt réels, tantôt mimés et sonorisés, et sur un érotisme essentiellement suggéré – il suffit d’un sein qui se dévoile furtivement et de manière inattendu pour que Thomas perde définitivement le peu d’ascendant qu’il avait encore sur la situation – participent du trouble ludique avec lequel Polanski nous invite dans son dispositif, dont l’épure dissimule l’extrême sophistication. C’est d’ailleurs à cela qu’on mesure quel immense cinéaste il est : avec La Vénus à la fourrure, il n’a jamais été si près d’une absolue nudité de moyens – deux comédiens, un seul lieu, du temps réel – et autant dans l’expérimentation, la liberté et l’ouverture sur le monde actuel. On l’imaginait replié sur lui-même ; il était, au contraire, en train d’élargir encore l’horizon de son œuvre, une des plus importantes du cinéma contemporain.

La Vénus à la fourrure
De Roman Polanski (Fr, 1h36) avec Emmanuelle Seigner, Matthieu Amalric…

Tags  • La+Venus+a+la+Fourrure • Roman+Polanski • Emmanuelle+Seigner • Matthieu+Amalric

La Vénus à la fourrure

De Roman Polanski (Fr, 1h33) avec Emmanuelle Seigner, Mathieu Amalric...
sortie nationale : Mercredi 13 novembre 2013
Seul dans un théâtre parisien après une journée passée à auditionner des comédiennes pour la pièce qu’il s’apprête à mettre en scène, Thomas se lamente au téléphone sur la piètre performance des candidates.

voir les salles et horaires

À LIRE AUSSI

"Réparer les vivants" : Simon, as-tu du cœur ?"Réparer les vivants" : Simon, as-tu du cœur ?

L’insolente jeunesse des vieux cinéastesL’insolente jeunesse des vieux cinéastes

Tout ça pour çaTout ça pour ça

Incompréhension totaleIncompréhension totale

Dans la maisonDans la maison

Recherche
+ CINEMA
THEMATIQUE
DATE

Film
SALLE
Notre selection
Avant premiere
en V.O en 3D   
         Mot-clé

RECHERCHER ►
les choix de la rédaction


LE CLIENT
De Asghar Farhadi (Fr-Ir, 2h03) avec Shahab Hosseini, Taraneh Alidoosti...
Un homme recherche l’agresseur de son épouse en s’affranchissant des circuits légaux. Mais que tient (...)

MA VIE DE COURGETTE
De Claude Barras (Sui-Fr, 1h06) animation
Avec ce portrait d’une marmaille cabossée par la vie retrouvant foi en elle-même et en son avenir, C (...)

MADEMOISELLE
De Park Chan-Wook (Corée du Sud, 2h25) avec Kim Min-Hee, Kim Tae-Ri...
Expert ès dispositifs raffinés, Park Chan-wook emboîte ici combines et jeux de séduction dans un bra (...)

MOI, DANIEL BLAKE
De Ken Loach (Angl-Fr, 1h39) avec Dave Johns, Hayley Squires...
Lorsque un État fait des économies en étouffant les plus démunis, ceux-ci s’unissent pour survivre e (...)

RELÈVE : HISTOIRE D'UNE CRÉATION
De Thierry Demaizière et Alban Teurlai (Fr, 2h) documentaire
Benjamin Millepied transmet à de jeunes danseurs du ballet de l’Opéra de Paris son inépuisable entho (...)

SNOWDEN
De Oliver Stone (ÉU-All-Fr, 2h15) avec Joseph Gordon-Levitt, Shailene Woodley...
Suivant à la trace Laura Poitras (Citizenfour, Oscar du documentaire), Oliver Stone s’intéresse à so (...)

SWAGGER
De Olivier Babinet (Fr, 1h24) documentaire
Portrait d’une banlieue par des jeunes qui la vivent au présent et ont foi en l’avenir, dans un docu (...)

UNE VIE
De Stéphane Brizé (Fr-Bel, 1h59) avec Judith Chemla, Jean-Pierre Darroussin...
Une ingénue sort du couvent pour se marier et mener une existence emplie de trahisons et de désencha (...)


Tous les films à l'affiche à GRENOBLE

ICONE INVITE ANDREW CLARISTIDGE
DJ/producteur talentueux et moitié du duo Acid Washed, Andrew Claristidge est surtout un fin connais (...)

INTÉGRALE BRAHMS AVEC EMMANUEL KRIVINE #1
Tout récemment nommé à la direction musicale du prestigieux Orchestre National de France, le chef gr (...)

CHROMB! + FRANCKY GOES TO POINT-À-PITRE
Sans doute tombés dans une marmite de potions magiques à base de King Crimson, Emerson Lake & Palmer (...)

TRYO
En 2016, 20 ans après leurs débuts, l’hymne de leurs campagnes, de leurs rivières, de leurs montagne (...)

QUATUOR POUR LA FIN DU TEMPS
Quintet bruxellois à l'instrumentation atypique – piano, cordes, clarinette et flûte –, le Het Colle (...)

BIG UKULÉLÉ SYNDICATE
Énergiques, ces « dix syndicalistes déjantés [venus de plusieurs groupes locaux] qui turbinent aux u (...)

YAEL NAIM ET LE QUATUOR DEBUSSY
À la faveur d'un concert exceptionnel à Lyon en 2015, Yael Naïm et le Quatuor Debussy (on ne présent (...)

LES SIÈCLES FONT LA RÉVOLUTION
Dans le septième chapitre du cycle musique et politique que propose la MC2 cette saison, l'Orchestre (...)

LES HORMONES SIMONE
Un récital donné par un groupe vocal de cinq chanteuses centré sur les chansons d’Anne Sylvestre, fo (...)

ANNE GASTINEL JOUE WALTON
Épaulées par leurs aînés des Musiciens du Louvre Grenoble et placées sous la baguette de Sébastien R (...)

LIVE IN THE CITY, TRIBUTE TO STEVIE WONDER
Un concert en hommage à Stevie Wonder créé l’an passé qui est d’une efficacité redoutable. Surtout q (...)

PLANETS !
Jeff Mills ? Une véritable légende de la musique électronique, à la fois technicien hors pair, artis (...)

D'UNE RIVE À L'AUTRE... HOMMAGE À LA MÉDITERRANÉE
Dirigé par la cheffe Zahia Ziouani, l'orchestre symphonique Divertimento accueillera le violoniste e (...)

INTÉGRALE BRAHMS AVEC EMMANUEL KRIVINE #2
Tout récemment nommé à la direction musicale du prestigieux Orchestre National de France, le chef gr (...)

LIVE IN THE CITY, TRIBUTE TO STEVIE WONDER
Un concert en hommage à Stevie Wonder créé l’an passé qui est d’une efficacité redoutable. Surtout q (...)


Tous les concerts et soirées à l'affiche à GRENOBLE

R.A.G.E.
Depuis une quinzaine d’années, la compagnie Les Anges au plafond fait des merveilles avec ses marion (...)

LES ALGÉRIENS AU CAFÉ
Un spectacle composé de trois nouvelles (et donc trois monologues) qui dépeignent le café et ses cod (...)

S'IL SE PASSE QUELQUE CHOSE
Et si l’humour et le théâtre se réconciliaient ? C’est ce que propose le jeune comédien Vincent Dedi (...)

ET QUE VIVE LA REINE !
C’est un peu le projet à part de l'excellente compagnie grenobloise Les Gentils, avec quelques coméd (...)

TRACES
Un spectacle où la voltige est un langage à part entière et, surtout, où le collectif est envisagé c (...)

LA PETITE CASSEROLE D'ANATOLE
Basé sur l’ouvrage jeunesse d’Isabelle Carrier, ce spectacle pour enfant traite de la différence (An (...)

SUBLIME
La compagnie en résidence à la Rampe d’Échirolles depuis l’an passé a imaginé cette sympathique pièc (...)

2666
Julien Gosselin, jeune metteur en scène qui nous avait subjugués en 2015 avec sa vision des Particul (...)

AMOUR, MENSONGE ET OBUS DE 75
Deux guerres, deux figures qui les ont incarnées : un Poilu de 14-18 et une résistante pendant la Se (...)

MARC-ANTOINE LE BRET FAIT DES IMITATIONS
Un jeune imitateur excellent qui croque des figures bien de son temps – beaucoup de peoples ou de pe (...)

EN ATTENDANT GODOT
Encore une mise en scène du texte de Beckett ? Oui. Mais une mise en scène fidèle à l’esprit de l’Ir (...)

QUE DEMANDE LE PEUPLE ?
Le comédien, humoriste et chroniqueur sur France Inter revient sur scène pour évoquer un personnage (...)

POURQUOI ?
« De la petite enfance au troisième âge, Michaël Hirsch suit le parcours d’un personnage qui s’inter (...)

UN FIL À LA PATTE
Il y a plus de 100 ans, Georges Feydeau a conçu plusieurs machines à jouer pour comédiens dans lesqu (...)

AU-DESSUS DE LA MÊLÉE
Un seul-en-scène sur le monde du rugby qui dépasse la simple question du sport, même si cette derniè (...)

ON AURAIT DÛ LAISSER UN MOT
En 1997, l’auteur français Patrick Kermann livrait cet «oratorio in progress », cette « polyphonie d (...)

LE PAS DE BÊME
Un jour, un adolescent se met à ne rendre que des copies blanches à ses professeurs, sans explicatio (...)

TRISTESSES
Une pièce centrée sur le présent, sur la montée de l’extrême droite dans différents pays européens. (...)

SONNEURS DE SONNETS
Le comédien grenoblois Grégory Faive, à la nature comique finement développée, s’est associé au musi (...)

MY ROCK
Jean-Claude Gallotta reprend son spectacle créé en 2004 pour l’ouverture de la MC2. Une pièce énergi (...)

GASPARD PROUST
« Je suis un cartésien désabusé : je pense donc je suis, mais je m’en fous. » Ou encore : « Le nazis (...)

EL CID !
Philippe Car est un metteur en scène qui sait transmettre les textes classiques de manière décalée m (...)

LUDWIG, UN ROI SUR LA LUNE
Un roi mythique (Louis II de Bavière) ancré dans la légende comme romantique, excessif et inadapté a (...)

SMASHED
Neuf jongleurs rendent hommage à Pina Bausch avec des pommes et mettent en compote les idées reçues (...)

LIVE !
Il y a l’improvisation théâtrale, très courue à Grenoble comme ailleurs. Les Bandits manchots, eux, (...)


Tous les spectacles à l'affiche à GRENOBLE

le Film de la semaine

L'ornithologue

De João Pedro Rodrigues (Port-Fr-Br, 1h57) avec Paul Hamy, João Pedro Rodrigues...
Fernando, un ornithologue, descend une rivière en kayak dans l’espoir d’apercevoir des spécimens rares de cigognes noires. Absorbé par la majesté du paysage, il se laisse surprendre par les rapides et échoue plus bas, inconscient, flottant dans son propre sang.

Voir les salles et horaires du film

Au cinéma


BANANA
D'Andrea Jublin (It, 1h30) avec Marco Todisco, Beatrice Modica...
Voir la fiche du film

LA FILLE DE BREST
De Emmanuelle Bercot (Fr, 2h20) avec Sidse Babett Knudsen, Benoît Magimel...
Voir la fiche du film

LA FINE ÉQUIPE
De Magaly Richard-Serrano (Fr, 1h29) avec Annabelle Lengronne, William Lebghil...
Voir la fiche du film

LE BAL
De Ettore Scola (1983, Fr-It, 1h52) avec Christophe Allwright, Aziz Arbia...
Voir la fiche du film

LE GANG DES ANTILLAIS
De Jean-Claude Barny (Fr, 1h30) avec Djedje Apali, Eriq Ebouaney...
Voir la fiche du film

LE VOYAGE AU GROENLAND
De Sébastien Betbeder (Fr, 1h38) avec Thomas Blanchard, Thomas Scimeca...
Voir la fiche du film

LES ENFANTS DE LA CHANCE
De Malik Chibane (Fr) avec Matteo Perez, Philippe Torreton...
Voir la fiche du film

L'ORNITHOLOGUE
De João Pedro Rodrigues (Port-Fr-Br, 1h57) avec Paul Hamy, João Pedro Rodrigues...
Voir la fiche du film

MA'ROSA
De Brillante Mendoza (Philippines, 1h50) avec Jaclyn Jose, Julio Diaz...
Voir la fiche du film

MOUCHETTE
De Robert Bresson (1967, Fr, 1h21) avec Marie Cardinal, Paul Hebert...
Voir la fiche du film

OPPRESSION
De Farren Blackburn (Fr-Can, 1h30) avec Naomi Watts, Jacob Tremblay...
Voir la fiche du film

ROCCO
De Thierry Demaizière et Alban Teurlai (Fr, 1h43) avec Rocco Siffredi, Rozsa Tano...
Voir la fiche du film

SAUSAGE PARTY
De Conrad Vernon et Greg Tiernan (ÉU, 1h29) Animation
Voir la fiche du film

SULLY
De Clint Eastwood (EU, 1h36) avec Tom Hanks, Aaron Eckhart...
Voir la fiche du film

THE BLUES BROTHERS
De John Landis (1980, ÉU, 2h10) avec John Belushi, Dan Aykroyd...
Voir la fiche du film

THE THING
De John Carpenter (1982, ÉU, 1h48) avec Kurt Russell, T.K. Carter...
Voir la fiche du film

VAIANA, LA LÉGENDE DU BOUT DU MONDE
De John Musker et Ron Clements (ÉU, 1h43) Animation
Voir la fiche du film

les choix de la rédaction


LE CLIENT
De Asghar Farhadi (Fr-Ir, 2h03) avec Shahab Hosseini, Taraneh Alidoosti...
Un homme recherche l’agresseur de son épouse en s’affranchissant des circuits légaux. Mais que tient (...)

MA VIE DE COURGETTE
De Claude Barras (Sui-Fr, 1h06) animation
Avec ce portrait d’une marmaille cabossée par la vie retrouvant foi en elle-même et en son avenir, C (...)

MADEMOISELLE
De Park Chan-Wook (Corée du Sud, 2h25) avec Kim Min-Hee, Kim Tae-Ri...
Expert ès dispositifs raffinés, Park Chan-wook emboîte ici combines et jeux de séduction dans un bra (...)

MOI, DANIEL BLAKE
De Ken Loach (Angl-Fr, 1h39) avec Dave Johns, Hayley Squires...
Lorsque un État fait des économies en étouffant les plus démunis, ceux-ci s’unissent pour survivre e (...)

RELÈVE : HISTOIRE D'UNE CRÉATION
De Thierry Demaizière et Alban Teurlai (Fr, 2h) documentaire
Benjamin Millepied transmet à de jeunes danseurs du ballet de l’Opéra de Paris son inépuisable entho (...)

SNOWDEN
De Oliver Stone (ÉU-All-Fr, 2h15) avec Joseph Gordon-Levitt, Shailene Woodley...
Suivant à la trace Laura Poitras (Citizenfour, Oscar du documentaire), Oliver Stone s’intéresse à so (...)

SWAGGER
De Olivier Babinet (Fr, 1h24) documentaire
Portrait d’une banlieue par des jeunes qui la vivent au présent et ont foi en l’avenir, dans un docu (...)

UNE VIE
De Stéphane Brizé (Fr-Bel, 1h59) avec Judith Chemla, Jean-Pierre Darroussin...
Une ingénue sort du couvent pour se marier et mener une existence emplie de trahisons et de désencha (...)


Tous les films à l'affiche à GRENOBLE

ICONE INVITE ANDREW CLARISTIDGE
DJ/producteur talentueux et moitié du duo Acid Washed, Andrew Claristidge est surtout un fin connais (...)

INTÉGRALE BRAHMS AVEC EMMANUEL KRIVINE #1
Tout récemment nommé à la direction musicale du prestigieux Orchestre National de France, le chef gr (...)

CHROMB! + FRANCKY GOES TO POINT-À-PITRE
Sans doute tombés dans une marmite de potions magiques à base de King Crimson, Emerson Lake & Palmer (...)

TRYO
En 2016, 20 ans après leurs débuts, l’hymne de leurs campagnes, de leurs rivières, de leurs montagne (...)

QUATUOR POUR LA FIN DU TEMPS
Quintet bruxellois à l'instrumentation atypique – piano, cordes, clarinette et flûte –, le Het Colle (...)

BIG UKULÉLÉ SYNDICATE
Énergiques, ces « dix syndicalistes déjantés [venus de plusieurs groupes locaux] qui turbinent aux u (...)

YAEL NAIM ET LE QUATUOR DEBUSSY
À la faveur d'un concert exceptionnel à Lyon en 2015, Yael Naïm et le Quatuor Debussy (on ne présent (...)

LES SIÈCLES FONT LA RÉVOLUTION
Dans le septième chapitre du cycle musique et politique que propose la MC2 cette saison, l'Orchestre (...)

LES HORMONES SIMONE
Un récital donné par un groupe vocal de cinq chanteuses centré sur les chansons d’Anne Sylvestre, fo (...)

ANNE GASTINEL JOUE WALTON
Épaulées par leurs aînés des Musiciens du Louvre Grenoble et placées sous la baguette de Sébastien R (...)

LIVE IN THE CITY, TRIBUTE TO STEVIE WONDER
Un concert en hommage à Stevie Wonder créé l’an passé qui est d’une efficacité redoutable. Surtout q (...)

PLANETS !
Jeff Mills ? Une véritable légende de la musique électronique, à la fois technicien hors pair, artis (...)

D'UNE RIVE À L'AUTRE... HOMMAGE À LA MÉDITERRANÉE
Dirigé par la cheffe Zahia Ziouani, l'orchestre symphonique Divertimento accueillera le violoniste e (...)

INTÉGRALE BRAHMS AVEC EMMANUEL KRIVINE #2
Tout récemment nommé à la direction musicale du prestigieux Orchestre National de France, le chef gr (...)

LIVE IN THE CITY, TRIBUTE TO STEVIE WONDER
Un concert en hommage à Stevie Wonder créé l’an passé qui est d’une efficacité redoutable. Surtout q (...)


Tous les concerts et soirées à l'affiche à GRENOBLE

R.A.G.E.
Depuis une quinzaine d’années, la compagnie Les Anges au plafond fait des merveilles avec ses marion (...)

LES ALGÉRIENS AU CAFÉ
Un spectacle composé de trois nouvelles (et donc trois monologues) qui dépeignent le café et ses cod (...)

S'IL SE PASSE QUELQUE CHOSE
Et si l’humour et le théâtre se réconciliaient ? C’est ce que propose le jeune comédien Vincent Dedi (...)

ET QUE VIVE LA REINE !
C’est un peu le projet à part de l'excellente compagnie grenobloise Les Gentils, avec quelques coméd (...)

TRACES
Un spectacle où la voltige est un langage à part entière et, surtout, où le collectif est envisagé c (...)

LA PETITE CASSEROLE D'ANATOLE
Basé sur l’ouvrage jeunesse d’Isabelle Carrier, ce spectacle pour enfant traite de la différence (An (...)

SUBLIME
La compagnie en résidence à la Rampe d’Échirolles depuis l’an passé a imaginé cette sympathique pièc (...)

2666
Julien Gosselin, jeune metteur en scène qui nous avait subjugués en 2015 avec sa vision des Particul (...)

AMOUR, MENSONGE ET OBUS DE 75
Deux guerres, deux figures qui les ont incarnées : un Poilu de 14-18 et une résistante pendant la Se (...)

MARC-ANTOINE LE BRET FAIT DES IMITATIONS
Un jeune imitateur excellent qui croque des figures bien de son temps – beaucoup de peoples ou de pe (...)

EN ATTENDANT GODOT
Encore une mise en scène du texte de Beckett ? Oui. Mais une mise en scène fidèle à l’esprit de l’Ir (...)

QUE DEMANDE LE PEUPLE ?
Le comédien, humoriste et chroniqueur sur France Inter revient sur scène pour évoquer un personnage (...)

POURQUOI ?
« De la petite enfance au troisième âge, Michaël Hirsch suit le parcours d’un personnage qui s’inter (...)

UN FIL À LA PATTE
Il y a plus de 100 ans, Georges Feydeau a conçu plusieurs machines à jouer pour comédiens dans lesqu (...)

AU-DESSUS DE LA MÊLÉE
Un seul-en-scène sur le monde du rugby qui dépasse la simple question du sport, même si cette derniè (...)

ON AURAIT DÛ LAISSER UN MOT
En 1997, l’auteur français Patrick Kermann livrait cet «oratorio in progress », cette « polyphonie d (...)

LE PAS DE BÊME
Un jour, un adolescent se met à ne rendre que des copies blanches à ses professeurs, sans explicatio (...)

TRISTESSES
Une pièce centrée sur le présent, sur la montée de l’extrême droite dans différents pays européens. (...)

SONNEURS DE SONNETS
Le comédien grenoblois Grégory Faive, à la nature comique finement développée, s’est associé au musi (...)

MY ROCK
Jean-Claude Gallotta reprend son spectacle créé en 2004 pour l’ouverture de la MC2. Une pièce énergi (...)

GASPARD PROUST
« Je suis un cartésien désabusé : je pense donc je suis, mais je m’en fous. » Ou encore : « Le nazis (...)

EL CID !
Philippe Car est un metteur en scène qui sait transmettre les textes classiques de manière décalée m (...)

LUDWIG, UN ROI SUR LA LUNE
Un roi mythique (Louis II de Bavière) ancré dans la légende comme romantique, excessif et inadapté a (...)

SMASHED
Neuf jongleurs rendent hommage à Pina Bausch avec des pommes et mettent en compote les idées reçues (...)

LIVE !
Il y a l’improvisation théâtrale, très courue à Grenoble comme ailleurs. Les Bandits manchots, eux, (...)


Tous les spectacles à l'affiche à GRENOBLE

le Film de la semaine

L'ornithologue

De João Pedro Rodrigues (Port-Fr-Br, 1h57) avec Paul Hamy, João Pedro Rodrigues...
Fernando, un ornithologue, descend une rivière en kayak dans l’espoir d’apercevoir des spécimens rares de cigognes noires. Absorbé par la majesté du paysage, il se laisse surprendre par les rapides et échoue plus bas, inconscient, flottant dans son propre sang.

Voir les salles et horaires du film

Au cinéma


BANANA
D'Andrea Jublin (It, 1h30) avec Marco Todisco, Beatrice Modica...
Voir la fiche du film

LA FILLE DE BREST
De Emmanuelle Bercot (Fr, 2h20) avec Sidse Babett Knudsen, Benoît Magimel...
Voir la fiche du film

LA FINE ÉQUIPE
De Magaly Richard-Serrano (Fr, 1h29) avec Annabelle Lengronne, William Lebghil...
Voir la fiche du film

LE BAL
De Ettore Scola (1983, Fr-It, 1h52) avec Christophe Allwright, Aziz Arbia...
Voir la fiche du film

LE GANG DES ANTILLAIS
De Jean-Claude Barny (Fr, 1h30) avec Djedje Apali, Eriq Ebouaney...
Voir la fiche du film

LE VOYAGE AU GROENLAND
De Sébastien Betbeder (Fr, 1h38) avec Thomas Blanchard, Thomas Scimeca...
Voir la fiche du film

LES ENFANTS DE LA CHANCE
De Malik Chibane (Fr) avec Matteo Perez, Philippe Torreton...
Voir la fiche du film

L'ORNITHOLOGUE
De João Pedro Rodrigues (Port-Fr-Br, 1h57) avec Paul Hamy, João Pedro Rodrigues...
Voir la fiche du film

MA'ROSA
De Brillante Mendoza (Philippines, 1h50) avec Jaclyn Jose, Julio Diaz...
Voir la fiche du film

MOUCHETTE
De Robert Bresson (1967, Fr, 1h21) avec Marie Cardinal, Paul Hebert...
Voir la fiche du film

OPPRESSION
De Farren Blackburn (Fr-Can, 1h30) avec Naomi Watts, Jacob Tremblay...
Voir la fiche du film

ROCCO
De Thierry Demaizière et Alban Teurlai (Fr, 1h43) avec Rocco Siffredi, Rozsa Tano...
Voir la fiche du film

SAUSAGE PARTY
De Conrad Vernon et Greg Tiernan (ÉU, 1h29) Animation
Voir la fiche du film

SULLY
De Clint Eastwood (EU, 1h36) avec Tom Hanks, Aaron Eckhart...
Voir la fiche du film

THE BLUES BROTHERS
De John Landis (1980, ÉU, 2h10) avec John Belushi, Dan Aykroyd...
Voir la fiche du film

THE THING
De John Carpenter (1982, ÉU, 1h48) avec Kurt Russell, T.K. Carter...
Voir la fiche du film

VAIANA, LA LÉGENDE DU BOUT DU MONDE
De John Musker et Ron Clements (ÉU, 1h43) Animation
Voir la fiche du film