Qui sommes nous   |   Envoyez un programme   |   Diffusion   |   Recrutement   |   Coordonnées   |   Publicité   |   Archives

GRENOBLE
LE WEB DES SPECTACLES

SUIVEZ-NOUS


La Vénus à la fourrure

CINEMA | critique publiée le Mercredi 6 novembre 2013 par Christophe Chabert

Petit Bulletin n°908 consulté 818 fois

Critique du film La Vénus à la Fourrure de Roman Polanski Une actrice, un metteur en scène, un théâtre et "La Vénus à la fourrure" de Sacher-Masoch : un dispositif minimal pour une œuvre folle de Roman Polanski, à la fois brûlot féministe et récapitulatif ludique de tout son cinéma. Christophe Chabert

La Vénus à la fourrure

À sa sortie, on avait pris Carnage pour une sorte de repli stratégique de la part de Roman Polanski. L’adaptation de la pièce de Yasmina Reza venait après ses déboires avec la justice suisse, et le choix d’un huis clos à quatre personnages lui permettait de tourner vite en déclinant en virtuose sa science du découpage et de la mise en scène. Surtout, il y circulait une rage que l’on imaginait circonstanciée, là encore liée à cette énième humiliation dans une vie déjà chaotique.

Derrière sa réjouissante santé, par-delà la comédie de mœurs labyrinthique à laquelle Polanski nous convie, La Vénus à la fourrure poursuit ce double geste de façon enthousiasmante. C’est une charge virulente contre l’époque et ses travers, ici pris sous l’angle de la lutte des sexes, et c’est à nouveau un huis clos tiré d’une pièce de théâtre, signée cette fois David Ives ; sauf que cette fois, le théâtre est le lieu et la matière du film, même si, en transparence, le cinéaste vise aussi tout ce qu’implique l’acte de mettre en scène, y compris le sien.

Le théâtre du complot

Il y a donc un auteur, Thomas, qui s’apprête à adapter La Vénus à la fourrure de Sacher-Masoch sur les planches, et qui cherche une comédienne pour incarner Vanda. Mais, en cette journée d’auditions, il n’a vu défiler que de ravissantes idiotes, et il peste au téléphone auprès de sa compagne contre l’inculture de ces jeunes filles surtout préoccupées par leur carrière. Soudain, comme tombée du ciel – orageux, orageux, ce qu'on découvre durant le générique, travelling à travers une allée parisienne où la caméra finit par pousser les portes du théâtre, le tout rythmé par une musique de sabbat païen d’Alexandre Desplat, très inspiré – une dernière actrice débarque, en retard, trempée jusqu’aux os, trop maquillée, un peu vulgaire ; et pour couronner le tout, son nom n’est même pas sur la liste des auditions.

Au départ, elle donne raison à Thomas : mâchouillant son chewing-gum et ponctuant toutes ses phrases par des « genre » et des « OK », elle figure une caricature de la comédienne écervelée, et plus toute jeune qui plus est. Mais, à force d’insister, elle finit par obtenir le droit de faire un essai pour le rôle, et c’est Thomas qui lui donnera la réplique. Dès les premières lignes, la voilà métamorphosée, crédible en demoiselle autrichienne du XIXe siècle. C’est le renversement inaugural opéré par Polanski dans La Vénus à la fourrure, et ce n’est pas le dernier puisqu’il va ensuite s’amuser à brouiller les frontières entre le texte de Sacher-Masoch et celui de Ives, entre la représentation théâtrale et la mise en scène cinématographique, créant ainsi une atmosphère de complot où le pouvoir ne cesse de changer de main.

La déesse du carnage

Thomas et Vanda sont comme les trois actes d’une pièce, à tour de rôles acteurs, personnages et auteurs de partitions conflictuelles. Mais chacun de ces actes renvoie à un moment du cinéma polanskien, si bien que La Vénus à la fourrure est comme un condensé sidérant de toute son œuvre, enfermé entre quatre murs mais libre d’en explorer tous les recoins : la scène et les gradins, la régie et les loges, ouvrant un espace considérable pour une mise en scène constamment inventive et d’une remarquable fluidité…

Thomas est un bourgeois hautain et arrogant qui pense détenir un savoir qui le met à l’abri de la bêtise environnante ; puis il devient un homme ensorcelé par une femme dont il cherche à percer le mystère ; et il terminera en être androgyne et humilié, victime d’un machisme dont il n’a même plus conscience. Il est à la fois Le Pianiste, l’écrivain de Lunes de fiel et Le Locataire. Il est surtout un parfait alter ego de Polanski, metteur en scène obsédé par le contrôle mais dépassé par son désir ; la ressemblance, graduellement troublante, entre Amalric et le cinéaste, achève de le souligner. En face de lui, Emmanuelle Seigner, impressionnante comme jamais auparavant, semble elle aussi ramasser en un seul rôle tous ceux qu’elle a tenus chez son mari : la fille d’à côté muée en héroïne hitchcockienne de Frantic, la femme fatale de Lunes de fiel et le diable sexué de La Neuvième porte.

Cet affrontement entre deux archétypes quasi-mythologiques – l’Homme dominant et la Femme asservie – a quelque chose de vertigineux à l’écran : car Polanski arrive non seulement à éclairer sous un jour nouveau ce qui travaillait secrètement ses films, dont on découvre aujourd’hui à quel point ils ont toujours été féministes, mais il parvient à le faire dans un geste extrêmement audacieux de cinéma, où chaque détail sollicite une attention totale du spectateur, qui perd pied entre le réel, sa représentation et sa représentation à l’intérieur de la représentation.

En cela, le jeu sur les objets, tantôt réels, tantôt mimés et sonorisés, et sur un érotisme essentiellement suggéré – il suffit d’un sein qui se dévoile furtivement et de manière inattendu pour que Thomas perde définitivement le peu d’ascendant qu’il avait encore sur la situation – participent du trouble ludique avec lequel Polanski nous invite dans son dispositif, dont l’épure dissimule l’extrême sophistication. C’est d’ailleurs à cela qu’on mesure quel immense cinéaste il est : avec La Vénus à la fourrure, il n’a jamais été si près d’une absolue nudité de moyens – deux comédiens, un seul lieu, du temps réel – et autant dans l’expérimentation, la liberté et l’ouverture sur le monde actuel. On l’imaginait replié sur lui-même ; il était, au contraire, en train d’élargir encore l’horizon de son œuvre, une des plus importantes du cinéma contemporain.

La Vénus à la fourrure
De Roman Polanski (Fr, 1h36) avec Emmanuelle Seigner, Matthieu Amalric…

Tags  • La Venus a la Fourrure • Roman Polanski • Emmanuelle Seigner • Matthieu Amalric

Vous aimez cet article ? partagez le sur les réseaux sociaux !

Suivez l'actualité Cinéma à Grenoble avec LE PETIT BULLETIN

NEWSLETTER

La Vénus à la fourrure

sortie nationale : Mercredi 13 novembre 2013

De Roman Polanski (Fr, 1h33) avec Emmanuelle Seigner, Mathieu Amalric...
Seul dans un théâtre parisien après une journée passée à auditionner des comédiennes pour la pièce qu’il s’apprête à mettre en scène, Thomas se lamente au téléphone sur la piètre performance des candidates.

Voir les salles et horaires du film à GRENOBLE

À LIRE AUSSI

+ L’insolente jeunesse des vieux cinéastes (CINEMA / 27 août 2013)

+ Cannes, jour 10 : bouquet final (CINEMA / 25 mai 2013)

+ Tout ça pour ça (THEATRE-DANSE / 28 mars 2013)

+ Incompréhension totale (THEATRE-DANSE / 9 janvier 2013)

+ Dans la maison (CINEMA / 4 octobre 2012)

+ Vous n’avez encore rien vu (CINEMA / 21 septembre 2012)

+ Le charme hargneux de la bourgeoisie (CINEMA / 2 décembre 2011)

+ Le goût de la claustrophobie (CINEMA / 2 décembre 2011)

+ Essential killing (CINEMA / 1 avril 2011)

+ The Ghost writer (CINEMA / 1 mars 2010)

comments powered by Disqus

Portraits

QUENTIN DUPIEUX, ARTISTE HORS-LA-LOI

Mercredi 12 mars 2014

Que ce soit au cinéma avec "Wrong cops", sa nouvelle folie en salles cette semaine, ou dans la musique électronique en tant que Mr Oizo, Quentin Dupieux confirme qu’il est désormai (...)

« QUAND ON JOUE, IL N’Y A PLUS DE MASQUES »

Lundi 3 mars 2014

En tournée pour la sortie de "Diplomatie" de Volker Schlöndorff, rencontre avec le grand André Dussollier autour du film, mais aussi du prochain film d’Alain Resnais, "Aimer, boire (...)

Billetterie

Ben Harper

Jeudi 15 mai 2014 à 20h

Summum

Johnny Winter

Vendredi 23 mai 2014 à 20h30

Les Abattoirs

Impérila quartet + Anne Quillier sextet

Mardi 27 mai 2014 à 20h30

La Source - Fontaine

Toute la billetterie

Dossiers

20 ANS DE PB, 20 ANS DE CINÉ

Pour fêter ses vingt ans, le Petit Bulletin et le cinéma Le Club proposent, tout au long de la saison, des films qui ont marqué l'histoire du journal. Les séances auront lieu le lu (...)

Tous les dossiers

Blogs

Chroniques d'un monde virtuel

Blog Cinéma publié le Jeudi 3 avril 2014
par GUILLAUME RENOUARD

Lyrique, visionnaire et enivrant, le dernier Spike Jonze dresse le portrait d’une société future atomisée et désincarnée, où les frontières entre intelligence humaine et artificiel (...)

Wrong Cops

Blog Cinéma publié le Mercredi 26 mars 2014
par GEORGESLECHAMEAU

Avec "Wrong Cops" Quentin Dupieux continue d'entretenir son mystère cinématographique résumable en un joli "WTF" ? (...)

24 heures (voire plus) chrono

Blog Séries publié le Mardi 25 mars 2014
par AURÉLIEN MARTINEZ

Édito du n°925 - mercredi 26 mars - Petit Bulletin Grenoble (...)

Recherche
+ CINEMA
THEMATIQUE
DATE

Film
SALLE
Notre selection
Avant premiere
en V.O en 3D   
         Mot-clé

RECHERCHER ►
Choix de la rédaction


+ À DEMAIN
Un spectacle au cordeau d’une grande intensité comme le fait souvent la metteuse en scène Pascale He (...)

+ DE NOS JOURS [NOTES IN THE CIRCUS]
Réinventer la grammaire de base du cirque : telle est la mission que se sont donnée les quatre inter (...)

+ LE COMTE DE BOUDERBALA
Fascinant mutant d’une scène stand-up française dont il constitue le haut du panier, Sami Ameziane, (...)

+ LA POSITION DE L'AUTRUCHE
Un forcené décide de tuer un trader pour enrailler les rouages du système économique. La Position de (...)

+ LA NUIT, LES ARBRES DANSENT...
Une fable écologiste jeune public centrée sur quatre contes faisant référence à « des légendes des q (...)

+ À CHACUN SA MÉTHODE
Aurélien Portehaut, comédien, s’éloigne avec À chacun sa méthode son premier one-man-show, des scori (...)

+ VORTEX TEMPORUM
Un Anne Teresa De Keersmaeker mineur et trop intellectualisé qui reste tout de même un fascinant voy (...)

+ MOX 1380
Le passionnant lieu qu’est CitéDanse souhaite élargir son champ d’action tout en restant sur ce que (...)

+ NOS AMOURS BÊTES
Entre danse et théâtre, les comédiens construisent des séquences mouvantes qui nous emmènent sur les (...)

+ LA POSITION DE L'AUTRUCHE
Un forcené décide de tuer un trader pour enrailler les rouages du système économique. La Position de (...)

+ POURVU QU'IL NOUS ARRIVE QUELQUE CHOSE
Que fait un comédien avant la représentation ? Comment est-il possible de retenir autant de texte ? (...)

+ L'HOMME CIRQUE
Artiste, musicien, directeur de cirque et technicien de son spectacle, David Dimitri s’assure une pa (...)

+ LA PAPALAGUI
Au début du XXe siècle, alors que les îles Samoa occidentales (Polynésie) appartiennent à l'empire a (...)

+ ONDES
Une création à la scénographie bluffante portée par de très bons interprètes issus de l’École nation (...)

+ AKRAM KHAN - ISRAEL GALVÁN
Deux montres sacrés de la danse contemporaine, qui chacun à sa manière transcende un art ancestral – (...)


Tous les spectacles à l'affiche à GRENOBLE

Au cinéma


À l'affiche aujourd'hui

à GRENOBLE le Vendredi 18 avril 2014

Cinéma 72 Films

Concerts et Soirées 21 Concerts

Animations 9 Événements

Théâtre et danse 12 Spectacles

Expositions 83 Expositions

Film de la semaine
 
Danse orientale Egyptienne

Danse orientale Egyptienne

Cours et école de danse

Egyptissime ou l'amour de la culture moyen-orientale et de sa danse.

10 Rue Génissieu 38000 Grenoble


De l'atelier photo au cours de didgeridoo... toutes les disciplines que vous recherchez sont représentées sur Cours & Stages Grenoble