Qui sommes nous   |   Envoyez un programme   |   Diffusion   |   Recrutement   |   Coordonnées   |   Publicité   |   Archives

GRENOBLE
LE WEB DES SPECTACLES

GRENOBLE

SUIVEZ-NOUS


THEMATIQUE DATE
Film SALLE
Notre selection
Avant premiere
en V.O en 3D   
Mot-clé

RECHERCHER ►

CINEMA

La Vénus à la fourrure

Une actrice, un metteur en scène, un théâtre et "La Vénus à la fourrure" de Sacher-Masoch : un dispositif minimal pour une œuvre folle de Roman Polanski, à la fois brûlot féministe et récapitulatif ludique de tout son cinéma. Christophe Chabert
le Mercredi 6 novembre 2013 par

La Vénus à la fourrure

Une actrice, un metteur en scène, un théâtre et "La Vénus à la fourrure" de Sacher-Masoch : un dispositif minimal pour une œuvre folle de Roman Polanski, à la fois brûlot féministe et récapitulatif ludique de tout son cinéma. Christophe Chabert
le Mercredi 6 novembre 2013 par Christophe Chabert

La Vénus à la fourrure

La Vénus à la fourrure

De Roman Polanski (Fr, 1h33) avec Emmanuelle Seigner, Mathieu Amalric...
sortie nationale : Mercredi 13 novembre 2013
Seul dans un théâtre parisien après une journée passée à auditionner des comédiennes pour la pièce qu’il s’apprête à mettre en scène, Thomas se lamente au téléphone sur la piètre performance des candidates.

voir les salles et horaires

À LIRE AUSSI

L’insolente jeunesse des vieux cinéastesL’insolente jeunesse des vieux cinéastes

Tout ça pour çaTout ça pour ça

Incompréhension totaleIncompréhension totale

Dans la maisonDans la maison

Vous n’avez encore rien vuVous n’avez encore rien vu

À sa sortie, on avait pris Carnage pour une sorte de repli stratégique de la part de Roman Polanski. L’adaptation de la pièce de Yasmina Reza venait après ses déboires avec la justice suisse, et le choix d’un huis clos à quatre personnages lui permettait de tourner vite en déclinant en virtuose sa science du découpage et de la mise en scène. Surtout, il y circulait une rage que l’on imaginait circonstanciée, là encore liée à cette énième humiliation dans une vie déjà chaotique.

Derrière sa réjouissante santé, par-delà la comédie de mœurs labyrinthique à laquelle Polanski nous convie, La Vénus à la fourrure poursuit ce double geste de façon enthousiasmante. C’est une charge virulente contre l’époque et ses travers, ici pris sous l’angle de la lutte des sexes, et c’est à nouveau un huis clos tiré d’une pièce de théâtre, signée cette fois David Ives ; sauf que cette fois, le théâtre est le lieu et la matière du film, même si, en transparence, le cinéaste vise aussi tout ce qu’implique l’acte de mettre en scène, y compris le sien.

Le théâtre du complot

Il y a donc un auteur, Thomas, qui s’apprête à adapter La Vénus à la fourrure de Sacher-Masoch sur les planches, et qui cherche une comédienne pour incarner Vanda. Mais, en cette journée d’auditions, il n’a vu défiler que de ravissantes idiotes, et il peste au téléphone auprès de sa compagne contre l’inculture de ces jeunes filles surtout préoccupées par leur carrière. Soudain, comme tombée du ciel – orageux, orageux, ce qu'on découvre durant le générique, travelling à travers une allée parisienne où la caméra finit par pousser les portes du théâtre, le tout rythmé par une musique de sabbat païen d’Alexandre Desplat, très inspiré – une dernière actrice débarque, en retard, trempée jusqu’aux os, trop maquillée, un peu vulgaire ; et pour couronner le tout, son nom n’est même pas sur la liste des auditions.

Au départ, elle donne raison à Thomas : mâchouillant son chewing-gum et ponctuant toutes ses phrases par des « genre » et des « OK », elle figure une caricature de la comédienne écervelée, et plus toute jeune qui plus est. Mais, à force d’insister, elle finit par obtenir le droit de faire un essai pour le rôle, et c’est Thomas qui lui donnera la réplique. Dès les premières lignes, la voilà métamorphosée, crédible en demoiselle autrichienne du XIXe siècle. C’est le renversement inaugural opéré par Polanski dans La Vénus à la fourrure, et ce n’est pas le dernier puisqu’il va ensuite s’amuser à brouiller les frontières entre le texte de Sacher-Masoch et celui de Ives, entre la représentation théâtrale et la mise en scène cinématographique, créant ainsi une atmosphère de complot où le pouvoir ne cesse de changer de main.

La déesse du carnage

Thomas et Vanda sont comme les trois actes d’une pièce, à tour de rôles acteurs, personnages et auteurs de partitions conflictuelles. Mais chacun de ces actes renvoie à un moment du cinéma polanskien, si bien que La Vénus à la fourrure est comme un condensé sidérant de toute son œuvre, enfermé entre quatre murs mais libre d’en explorer tous les recoins : la scène et les gradins, la régie et les loges, ouvrant un espace considérable pour une mise en scène constamment inventive et d’une remarquable fluidité…

Thomas est un bourgeois hautain et arrogant qui pense détenir un savoir qui le met à l’abri de la bêtise environnante ; puis il devient un homme ensorcelé par une femme dont il cherche à percer le mystère ; et il terminera en être androgyne et humilié, victime d’un machisme dont il n’a même plus conscience. Il est à la fois Le Pianiste, l’écrivain de Lunes de fiel et Le Locataire. Il est surtout un parfait alter ego de Polanski, metteur en scène obsédé par le contrôle mais dépassé par son désir ; la ressemblance, graduellement troublante, entre Amalric et le cinéaste, achève de le souligner. En face de lui, Emmanuelle Seigner, impressionnante comme jamais auparavant, semble elle aussi ramasser en un seul rôle tous ceux qu’elle a tenus chez son mari : la fille d’à côté muée en héroïne hitchcockienne de Frantic, la femme fatale de Lunes de fiel et le diable sexué de La Neuvième porte.

Cet affrontement entre deux archétypes quasi-mythologiques – l’Homme dominant et la Femme asservie – a quelque chose de vertigineux à l’écran : car Polanski arrive non seulement à éclairer sous un jour nouveau ce qui travaillait secrètement ses films, dont on découvre aujourd’hui à quel point ils ont toujours été féministes, mais il parvient à le faire dans un geste extrêmement audacieux de cinéma, où chaque détail sollicite une attention totale du spectateur, qui perd pied entre le réel, sa représentation et sa représentation à l’intérieur de la représentation.

En cela, le jeu sur les objets, tantôt réels, tantôt mimés et sonorisés, et sur un érotisme essentiellement suggéré – il suffit d’un sein qui se dévoile furtivement et de manière inattendu pour que Thomas perde définitivement le peu d’ascendant qu’il avait encore sur la situation – participent du trouble ludique avec lequel Polanski nous invite dans son dispositif, dont l’épure dissimule l’extrême sophistication. C’est d’ailleurs à cela qu’on mesure quel immense cinéaste il est : avec La Vénus à la fourrure, il n’a jamais été si près d’une absolue nudité de moyens – deux comédiens, un seul lieu, du temps réel – et autant dans l’expérimentation, la liberté et l’ouverture sur le monde actuel. On l’imaginait replié sur lui-même ; il était, au contraire, en train d’élargir encore l’horizon de son œuvre, une des plus importantes du cinéma contemporain.

La Vénus à la fourrure
De Roman Polanski (Fr, 1h36) avec Emmanuelle Seigner, Matthieu Amalric…

Tags  • La+Venus+a+la+Fourrure • Roman+Polanski • Emmanuelle+Seigner • Matthieu+Amalric

À sa sortie, on avait pris Carnage pour une sorte de repli stratégique de la part de Roman Polanski. L’adaptation de la pièce de Yasmina Reza venait après ses déboires avec la justice suisse, et le choix d’un huis clos à quatre personnages lui permettait de tourner vite en déclinant en virtuose sa science du découpage et de la mise en scène. Surtout, il y circulait une rage que l’on imaginait circonstanciée, là encore liée à cette énième humiliation dans une vie déjà chaotique.

Derrière sa réjouissante santé, par-delà la comédie de mœurs labyrinthique à laquelle Polanski nous convie, La Vénus à la fourrure poursuit ce double geste de façon enthousiasmante. C’est une charge virulente contre l’époque et ses travers, ici pris sous l’angle de la lutte des sexes, et c’est à nouveau un huis clos tiré d’une pièce de théâtre, signée cette fois David Ives ; sauf que cette fois, le théâtre est le lieu et la matière du film, même si, en transparence, le cinéaste vise aussi tout ce qu’implique l’acte de mettre en scène, y compris le sien.

Le théâtre du complot

Il y a donc un auteur, Thomas, qui s’apprête à adapter La Vénus à la fourrure de Sacher-Masoch sur les planches, et qui cherche une comédienne pour incarner Vanda. Mais, en cette journée d’auditions, il n’a vu défiler que de ravissantes idiotes, et il peste au téléphone auprès de sa compagne contre l’inculture de ces jeunes filles surtout préoccupées par leur carrière. Soudain, comme tombée du ciel – orageux, orageux, ce qu'on découvre durant le générique, travelling à travers une allée parisienne où la caméra finit par pousser les portes du théâtre, le tout rythmé par une musique de sabbat païen d’Alexandre Desplat, très inspiré – une dernière actrice débarque, en retard, trempée jusqu’aux os, trop maquillée, un peu vulgaire ; et pour couronner le tout, son nom n’est même pas sur la liste des auditions.

Au départ, elle donne raison à Thomas : mâchouillant son chewing-gum et ponctuant toutes ses phrases par des « genre » et des « OK », elle figure une caricature de la comédienne écervelée, et plus toute jeune qui plus est. Mais, à force d’insister, elle finit par obtenir le droit de faire un essai pour le rôle, et c’est Thomas qui lui donnera la réplique. Dès les premières lignes, la voilà métamorphosée, crédible en demoiselle autrichienne du XIXe siècle. C’est le renversement inaugural opéré par Polanski dans La Vénus à la fourrure, et ce n’est pas le dernier puisqu’il va ensuite s’amuser à brouiller les frontières entre le texte de Sacher-Masoch et celui de Ives, entre la représentation théâtrale et la mise en scène cinématographique, créant ainsi une atmosphère de complot où le pouvoir ne cesse de changer de main.

La déesse du carnage

Thomas et Vanda sont comme les trois actes d’une pièce, à tour de rôles acteurs, personnages et auteurs de partitions conflictuelles. Mais chacun de ces actes renvoie à un moment du cinéma polanskien, si bien que La Vénus à la fourrure est comme un condensé sidérant de toute son œuvre, enfermé entre quatre murs mais libre d’en explorer tous les recoins : la scène et les gradins, la régie et les loges, ouvrant un espace considérable pour une mise en scène constamment inventive et d’une remarquable fluidité…

Thomas est un bourgeois hautain et arrogant qui pense détenir un savoir qui le met à l’abri de la bêtise environnante ; puis il devient un homme ensorcelé par une femme dont il cherche à percer le mystère ; et il terminera en être androgyne et humilié, victime d’un machisme dont il n’a même plus conscience. Il est à la fois Le Pianiste, l’écrivain de Lunes de fiel et Le Locataire. Il est surtout un parfait alter ego de Polanski, metteur en scène obsédé par le contrôle mais dépassé par son désir ; la ressemblance, graduellement troublante, entre Amalric et le cinéaste, achève de le souligner. En face de lui, Emmanuelle Seigner, impressionnante comme jamais auparavant, semble elle aussi ramasser en un seul rôle tous ceux qu’elle a tenus chez son mari : la fille d’à côté muée en héroïne hitchcockienne de Frantic, la femme fatale de Lunes de fiel et le diable sexué de La Neuvième porte.

Cet affrontement entre deux archétypes quasi-mythologiques – l’Homme dominant et la Femme asservie – a quelque chose de vertigineux à l’écran : car Polanski arrive non seulement à éclairer sous un jour nouveau ce qui travaillait secrètement ses films, dont on découvre aujourd’hui à quel point ils ont toujours été féministes, mais il parvient à le faire dans un geste extrêmement audacieux de cinéma, où chaque détail sollicite une attention totale du spectateur, qui perd pied entre le réel, sa représentation et sa représentation à l’intérieur de la représentation.

En cela, le jeu sur les objets, tantôt réels, tantôt mimés et sonorisés, et sur un érotisme essentiellement suggéré – il suffit d’un sein qui se dévoile furtivement et de manière inattendu pour que Thomas perde définitivement le peu d’ascendant qu’il avait encore sur la situation – participent du trouble ludique avec lequel Polanski nous invite dans son dispositif, dont l’épure dissimule l’extrême sophistication. C’est d’ailleurs à cela qu’on mesure quel immense cinéaste il est : avec La Vénus à la fourrure, il n’a jamais été si près d’une absolue nudité de moyens – deux comédiens, un seul lieu, du temps réel – et autant dans l’expérimentation, la liberté et l’ouverture sur le monde actuel. On l’imaginait replié sur lui-même ; il était, au contraire, en train d’élargir encore l’horizon de son œuvre, une des plus importantes du cinéma contemporain.

La Vénus à la fourrure
De Roman Polanski (Fr, 1h36) avec Emmanuelle Seigner, Matthieu Amalric…

Tags  • La+Venus+a+la+Fourrure • Roman+Polanski • Emmanuelle+Seigner • Matthieu+Amalric

La Vénus à la fourrure

De Roman Polanski (Fr, 1h33) avec Emmanuelle Seigner, Mathieu Amalric...
sortie nationale : Mercredi 13 novembre 2013
Seul dans un théâtre parisien après une journée passée à auditionner des comédiennes pour la pièce qu’il s’apprête à mettre en scène, Thomas se lamente au téléphone sur la piètre performance des candidates.

voir les salles et horaires

À LIRE AUSSI

L’insolente jeunesse des vieux cinéastesL’insolente jeunesse des vieux cinéastes

Tout ça pour çaTout ça pour ça

Incompréhension totaleIncompréhension totale

Dans la maisonDans la maison

Vous n’avez encore rien vuVous n’avez encore rien vu

Recherche
+ CINEMA
THEMATIQUE
DATE

Film
SALLE
Notre selection
Avant premiere
en V.O en 3D   
         Mot-clé

RECHERCHER ►
les choix de la rédaction


GO BANG !
Point de convergence entre dancefloor en ébullition, passion érudite et musiques aventureuses, les s (...)

DJAZIA SATOUR
La Grenobloise Djazia Satour, ancienne chanteuse du trio de trip hop (mais pas que) MIG, a débarqué (...)

GO BANG !
Point de convergence entre dancefloor en ébullition, passion érudite et musiques aventureuses, les s (...)

PUPPETMASTAZ + KILLASON
Les Puppetmastaz en concert ? L’assurance d’une grande claque dans la gueule. Crew électro hip-hop d (...)

THE LIMINANAS
« Attention, à jouer au génie, on risque de le devenir ». Ainsi finissions-nous il y a deux ans dans (...)

THE DIVINE COMEDY
Alors voilà, la chose se nomme Foreverland, sort le 2 septembre 2016 et nom de Dieu il était temps, (...)

ANGÉLIQUE IONATOS ET ANTONIO PLACER
Antonio Placer, musicien espagnol installé depuis longtemps à Grenoble et nouvellement directeur du (...)

PEDRO SOLER & GASPAR CLAUS
Dialogue empreint de finesse entre un père et son garçon, noué autour du flamenco, la rencontre musi (...)

GO BANG !
Point de convergence entre dancefloor en ébullition, passion érudite et musiques aventureuses, les s (...)

SALIF KEITA ACOUSTIQUE
L'immense chanteur malien, issu d'une famille princière descendant directement du grand empereur d'A (...)

BENJAMIN BIOLAY
Bon, Benjamin Biolay, c'est pas compliqué, on aime ou on déteste. Et on peut faire ça tout seul. Ado (...)

GRENOBLE MIXING GIRL CLUB
Le but de ce le collectif de DJs et selectors ? Apporter de la visibilité au DJing féminin et à fédé (...)

LA FEMME
Il y a trois ans, le collectif retro pop La Femme nous séduisait au plus haut point avec son album P (...)

VAUDOU GAME
Originaire du Togo mais désormais installé à Lyon depuis plus d’une décennie, Peter Solo explore à t (...)

ICONE INVITE ANDREW CLARISTIDGE
DJ/producteur talentueux et moitié du duo Acid Washed, Andrew Claristidge est surtout un fin connais (...)

ENCUENTROS : NEESKENS + ROLY BERRIO
Annécien de Hollande ou Hollandais d'Annecy au parcours en dents de scie (entre concerts confidentie (...)

BIG UKULÉLÉ SYNDICATE
Énergiques, ces « dix syndicalistes déjantés [venus de plusieurs groupes locaux] qui turbinent aux u (...)

YAEL NAIM ET LE QUATUOR DEBUSSY
À la faveur d'un concert exceptionnel à Lyon en 2015, Yael Naïm et le Quatuor Debussy (on ne présent (...)

LES HORMONES SIMONE
Un récital donné par un groupe vocal de cinq chanteuses centré sur les chansons d’Anne Sylvestre, fo (...)

LEONID + BLEU / BAUDOIN
Le trio (devenu quatuor) grenoblois de folk song(e)s Bleu va redonner son concert dessiné imaginé en (...)


Tous les concerts et soirées à l'affiche à GRENOBLE

LE PROFESSEUR ROLLIN SE REBIFFE
Oui, le Professeur Rollin a toujours quelque chose à dire. La preuve avec ce nouveau seul-en-scène d (...)

À TOUR DE RÔLE
Deux comédiens s’amusent avec nous et surtout s’amusent entre eux : il faut les voir, dans la premiè (...)

UNE CARMEN EN TURAKIE
Le Carmen de Michel Laubu apparaît comme la somme de tout ce que le créateur de la Turakie a inventé (...)

BLANCHE NEIGE OU LA CHUTE DU MUR DE BERLIN
Extraite du conte, Blanche Neige se cogne au réel. Et comme toujours avec le talent de la compagnie (...)

CELUI QUI TOMBE
Après des spectacles aériens et légers, Yoann Bourgeois place cette fois-ci ses danseurs-acrobates s (...)

SONNEURS DE SONNETS
Le comédien grenoblois Grégory Faive, à la nature comique finement développée, s’est associé au musi (...)

FENÊTRES
Recréation d’un spectacle vieux de quinze ans, ce solo initialement interprété par le circassien Mat (...)

LES CHICHE CAPON - LA 432
« Un spectacle intelligent pour ceux qui ne veulent pas réfléchir » : voilà comment les légendaires (...)

EL TRIO
Si, à la création l’été dernier au festival d’Alba-la-Romaine, le spectacle était encore bien frais, (...)

PRÉSENCES PURES
« Il est impossible de protéger du malheur ceux qu’on aime. » Dans La Présence pure, l’écrivain fran (...)

[RE]CONNAISSANCE 16
Un concours de danse ? Oui ! Sur deux soirs, douze compagnies de toute la France (voire de l’étrange (...)

PATINOIRE
Un solo entre cirque, théâtre et clown qui fonctionne parfaitement. Logique, il est l’œuvre d’un des (...)

TUTU
Six excellents danseurs jouent sur les codes de la danse (la classique, la contemporaine, l’acrobati (...)

FABLES
Un spectacle où certaines fables de La Fontaine sont mises en scène par deux joyeux comédiens, qui s (...)

ENSEMBLE
Le jeune auteur italien Fabio Marra a imaginé l’histoire touchante d’une mère qui vit avec son grand (...)

R.A.G.E.
Depuis une quinzaine d’années, la compagnie Les Anges au plafond fait des merveilles avec ses marion (...)

S'IL SE PASSE QUELQUE CHOSE
Et si l’humour et le théâtre se réconciliaient ? C’est ce que propose le jeune comédien Vincent Dedi (...)

ET QUE VIVE LA REINE !
C’est un peu le projet à part de l'excellente compagnie grenobloise Les Gentils, avec quelques coméd (...)

TRACES
Un spectacle où la voltige est un langage à part entière et, surtout, où le collectif est envisagé c (...)

LA PETITE CASSEROLE D'ANATOLE
Basé sur l’ouvrage jeunesse d’Isabelle Carrier, ce spectacle pour enfant traite de la différence (An (...)

SUBLIME
La compagnie en résidence à la Rampe d’Échirolles depuis l’an passé a imaginé cette sympathique pièc (...)

2666
Julien Gosselin, jeune metteur en scène qui nous avait subjugués en 2015 avec sa vision des Particul (...)

AMOUR, MENSONGE ET OBUS DE 75
Deux guerres, deux figures qui les ont incarnées : un Poilu de 14-18 et une résistante pendant la Se (...)

MARC-ANTOINE LE BRET FAIT DES IMITATIONS
Un jeune imitateur excellent qui croque des figures bien de son temps – beaucoup de peoples ou de pe (...)

EN ATTENDANT GODOT
Encore une mise en scène du texte de Beckett ? Oui. Mais une mise en scène fidèle à l’esprit de l’Ir (...)

QUE DEMANDE LE PEUPLE ?
Le comédien, humoriste et chroniqueur sur France Inter revient sur scène pour évoquer un personnage (...)

POURQUOI ?
« De la petite enfance au troisième âge, Michaël Hirsch suit le parcours d’un personnage qui s’inter (...)

UN FIL À LA PATTE
Il y a plus de 100 ans, Georges Feydeau a conçu plusieurs machines à jouer pour comédiens dans lesqu (...)

AU-DESSUS DE LA MÊLÉE
Un seul-en-scène sur le monde du rugby qui dépasse la simple question du sport, même si cette derniè (...)

ON AURAIT DÛ LAISSER UN MOT
En 1997, l’auteur français Patrick Kermann livrait cet «oratorio in progress », cette « polyphonie d (...)

LE PAS DE BÊME
Un jour, un adolescent se met à ne rendre que des copies blanches à ses professeurs, sans explicatio (...)

TRISTESSES
Une pièce centrée sur le présent, sur la montée de l’extrême droite dans différents pays européens. (...)

MY ROCK
Jean-Claude Gallotta reprend son spectacle créé en 2004 pour l’ouverture de la MC2. Une pièce énergi (...)

EL CID !
Philippe Car est un metteur en scène qui sait transmettre les textes classiques de manière décalée m (...)

LUDWIG, UN ROI SUR LA LUNE
Un roi mythique (Louis II de Bavière) ancré dans la légende comme romantique, excessif et inadapté a (...)

SMASHED
Neuf jongleurs rendent hommage à Pina Bausch avec des pommes et mettent en compote les idées reçues (...)


Tous les spectacles à l'affiche à GRENOBLE

Au cinéma


les choix de la rédaction


GO BANG !
Point de convergence entre dancefloor en ébullition, passion érudite et musiques aventureuses, les s (...)

DJAZIA SATOUR
La Grenobloise Djazia Satour, ancienne chanteuse du trio de trip hop (mais pas que) MIG, a débarqué (...)

GO BANG !
Point de convergence entre dancefloor en ébullition, passion érudite et musiques aventureuses, les s (...)

PUPPETMASTAZ + KILLASON
Les Puppetmastaz en concert ? L’assurance d’une grande claque dans la gueule. Crew électro hip-hop d (...)

THE LIMINANAS
« Attention, à jouer au génie, on risque de le devenir ». Ainsi finissions-nous il y a deux ans dans (...)

THE DIVINE COMEDY
Alors voilà, la chose se nomme Foreverland, sort le 2 septembre 2016 et nom de Dieu il était temps, (...)

ANGÉLIQUE IONATOS ET ANTONIO PLACER
Antonio Placer, musicien espagnol installé depuis longtemps à Grenoble et nouvellement directeur du (...)

PEDRO SOLER & GASPAR CLAUS
Dialogue empreint de finesse entre un père et son garçon, noué autour du flamenco, la rencontre musi (...)

GO BANG !
Point de convergence entre dancefloor en ébullition, passion érudite et musiques aventureuses, les s (...)

SALIF KEITA ACOUSTIQUE
L'immense chanteur malien, issu d'une famille princière descendant directement du grand empereur d'A (...)

BENJAMIN BIOLAY
Bon, Benjamin Biolay, c'est pas compliqué, on aime ou on déteste. Et on peut faire ça tout seul. Ado (...)

GRENOBLE MIXING GIRL CLUB
Le but de ce le collectif de DJs et selectors ? Apporter de la visibilité au DJing féminin et à fédé (...)

LA FEMME
Il y a trois ans, le collectif retro pop La Femme nous séduisait au plus haut point avec son album P (...)

VAUDOU GAME
Originaire du Togo mais désormais installé à Lyon depuis plus d’une décennie, Peter Solo explore à t (...)

ICONE INVITE ANDREW CLARISTIDGE
DJ/producteur talentueux et moitié du duo Acid Washed, Andrew Claristidge est surtout un fin connais (...)

ENCUENTROS : NEESKENS + ROLY BERRIO
Annécien de Hollande ou Hollandais d'Annecy au parcours en dents de scie (entre concerts confidentie (...)

BIG UKULÉLÉ SYNDICATE
Énergiques, ces « dix syndicalistes déjantés [venus de plusieurs groupes locaux] qui turbinent aux u (...)

YAEL NAIM ET LE QUATUOR DEBUSSY
À la faveur d'un concert exceptionnel à Lyon en 2015, Yael Naïm et le Quatuor Debussy (on ne présent (...)

LES HORMONES SIMONE
Un récital donné par un groupe vocal de cinq chanteuses centré sur les chansons d’Anne Sylvestre, fo (...)

LEONID + BLEU / BAUDOIN
Le trio (devenu quatuor) grenoblois de folk song(e)s Bleu va redonner son concert dessiné imaginé en (...)


Tous les concerts et soirées à l'affiche à GRENOBLE

LE PROFESSEUR ROLLIN SE REBIFFE
Oui, le Professeur Rollin a toujours quelque chose à dire. La preuve avec ce nouveau seul-en-scène d (...)

À TOUR DE RÔLE
Deux comédiens s’amusent avec nous et surtout s’amusent entre eux : il faut les voir, dans la premiè (...)

UNE CARMEN EN TURAKIE
Le Carmen de Michel Laubu apparaît comme la somme de tout ce que le créateur de la Turakie a inventé (...)

BLANCHE NEIGE OU LA CHUTE DU MUR DE BERLIN
Extraite du conte, Blanche Neige se cogne au réel. Et comme toujours avec le talent de la compagnie (...)

CELUI QUI TOMBE
Après des spectacles aériens et légers, Yoann Bourgeois place cette fois-ci ses danseurs-acrobates s (...)

SONNEURS DE SONNETS
Le comédien grenoblois Grégory Faive, à la nature comique finement développée, s’est associé au musi (...)

FENÊTRES
Recréation d’un spectacle vieux de quinze ans, ce solo initialement interprété par le circassien Mat (...)

LES CHICHE CAPON - LA 432
« Un spectacle intelligent pour ceux qui ne veulent pas réfléchir » : voilà comment les légendaires (...)

EL TRIO
Si, à la création l’été dernier au festival d’Alba-la-Romaine, le spectacle était encore bien frais, (...)

PRÉSENCES PURES
« Il est impossible de protéger du malheur ceux qu’on aime. » Dans La Présence pure, l’écrivain fran (...)

[RE]CONNAISSANCE 16
Un concours de danse ? Oui ! Sur deux soirs, douze compagnies de toute la France (voire de l’étrange (...)

PATINOIRE
Un solo entre cirque, théâtre et clown qui fonctionne parfaitement. Logique, il est l’œuvre d’un des (...)

TUTU
Six excellents danseurs jouent sur les codes de la danse (la classique, la contemporaine, l’acrobati (...)

FABLES
Un spectacle où certaines fables de La Fontaine sont mises en scène par deux joyeux comédiens, qui s (...)

ENSEMBLE
Le jeune auteur italien Fabio Marra a imaginé l’histoire touchante d’une mère qui vit avec son grand (...)

R.A.G.E.
Depuis une quinzaine d’années, la compagnie Les Anges au plafond fait des merveilles avec ses marion (...)

S'IL SE PASSE QUELQUE CHOSE
Et si l’humour et le théâtre se réconciliaient ? C’est ce que propose le jeune comédien Vincent Dedi (...)

ET QUE VIVE LA REINE !
C’est un peu le projet à part de l'excellente compagnie grenobloise Les Gentils, avec quelques coméd (...)

TRACES
Un spectacle où la voltige est un langage à part entière et, surtout, où le collectif est envisagé c (...)

LA PETITE CASSEROLE D'ANATOLE
Basé sur l’ouvrage jeunesse d’Isabelle Carrier, ce spectacle pour enfant traite de la différence (An (...)

SUBLIME
La compagnie en résidence à la Rampe d’Échirolles depuis l’an passé a imaginé cette sympathique pièc (...)

2666
Julien Gosselin, jeune metteur en scène qui nous avait subjugués en 2015 avec sa vision des Particul (...)

AMOUR, MENSONGE ET OBUS DE 75
Deux guerres, deux figures qui les ont incarnées : un Poilu de 14-18 et une résistante pendant la Se (...)

MARC-ANTOINE LE BRET FAIT DES IMITATIONS
Un jeune imitateur excellent qui croque des figures bien de son temps – beaucoup de peoples ou de pe (...)

EN ATTENDANT GODOT
Encore une mise en scène du texte de Beckett ? Oui. Mais une mise en scène fidèle à l’esprit de l’Ir (...)

QUE DEMANDE LE PEUPLE ?
Le comédien, humoriste et chroniqueur sur France Inter revient sur scène pour évoquer un personnage (...)

POURQUOI ?
« De la petite enfance au troisième âge, Michaël Hirsch suit le parcours d’un personnage qui s’inter (...)

UN FIL À LA PATTE
Il y a plus de 100 ans, Georges Feydeau a conçu plusieurs machines à jouer pour comédiens dans lesqu (...)

AU-DESSUS DE LA MÊLÉE
Un seul-en-scène sur le monde du rugby qui dépasse la simple question du sport, même si cette derniè (...)

ON AURAIT DÛ LAISSER UN MOT
En 1997, l’auteur français Patrick Kermann livrait cet «oratorio in progress », cette « polyphonie d (...)

LE PAS DE BÊME
Un jour, un adolescent se met à ne rendre que des copies blanches à ses professeurs, sans explicatio (...)

TRISTESSES
Une pièce centrée sur le présent, sur la montée de l’extrême droite dans différents pays européens. (...)

MY ROCK
Jean-Claude Gallotta reprend son spectacle créé en 2004 pour l’ouverture de la MC2. Une pièce énergi (...)

EL CID !
Philippe Car est un metteur en scène qui sait transmettre les textes classiques de manière décalée m (...)

LUDWIG, UN ROI SUR LA LUNE
Un roi mythique (Louis II de Bavière) ancré dans la légende comme romantique, excessif et inadapté a (...)

SMASHED
Neuf jongleurs rendent hommage à Pina Bausch avec des pommes et mettent en compote les idées reçues (...)


Tous les spectacles à l'affiche à GRENOBLE

Au cinéma