"Le Client" d'Asghar Farhadi : justice est défaite

ECRANS | Un homme recherche l’agresseur de son épouse en s’affranchissant des circuits légaux. Mais que tient-il réellement à satisfaire par cette quête : la justice ou bien son ego ? Asghar Farhadi, réalisateur des fameux " Une séparation" et "À propos d'Elly", compose un nouveau drame moral implacable, doublement primé à Cannes.

Vincent Raymond | Lundi 7 novembre 2016

Devant déménager en catastrophe, Rana et Emad se voient proposer par leur confrère comédien Babak l'appartement tout juste récupéré d'une locataire "compliquée". Mais à peine dans les lieux, Rana est agressée par un étrange visiteur nocturne, pensant avoir affaire à la précédente résidente – une prostituée. Blessé dans son orgueil, Emad traque le coupable…

Moins oublié en apparence que Mademoiselle de Park Chan-wook au palmarès du dernier festival de Cannes, Le Client fait figure en définitive de grand perdant, tout en étant le film le plus lauré. Il a ainsi décroché deux très belles récompenses, le prix du scénario et celui d'interprétation masculine pour Shahab Hosseini. Nul besoin d'être grand clerc pour en déduire qu'une bonne histoire bien jouée promet pourtant un plus grand film encore, surtout signée par l'auteur de films comme Une séparation et À propos d'Elly.

Je veux des aveux

Fidèle à ses obsessions, Asghar Farhadi interroge de nouveau ici les questions du mensonge et de la culpabilité, qu'il panache de honte et d'orgueil. Et quels meilleurs personnages pour éprouver ces sentiments que des comédiens ! Répétant Mort d'un commis voyageur de Miller, ces "professionnels de la simulation" doivent de surcroît moduler leur interprétation afin que leur adaptation passe sous les fourches caudines de la censure iranienne. Circonscrits au périmètre de la scène, mensonge et dissimulation font partie du contrat théâtral (le "jeu" ) ; c'est lorsqu'ils s'en échappent que le drame survient. Il prolifère ensuite par contagion, à cause de l'obstination maladive de l'époux à vouloir obtenir la contrition du coupable. Mais si Emad prétend rechercher l'apaisement de Rana par la confession de l'agresseur, il se ment à lui-même : en réalité, il ne désire que raccommoder sa fierté...

Farhadi n'a pas son pareil pour mettre en scène des situations ordinaires basculant insensiblement dans la tragédie ; pour confronter ses personnages à la faillite d'un instant fugace, à leur conscience, à leur mesquinerie sous-jacente. Ni tout à fait chroniqueur, ni vraiment moraliste, le plus brillant des cinéastes iraniens contemporains réussit le prodige de parler de la stricte réalité de son pays dans des films touchant à l'universel. Et avec Le Client, il accomplit en sus cette parabole sur la culpabilité sur laquelle les Dardenne avaient achoppé dans La Fille inconnue.

Le Client
de Asghar Farhadi (Ir., Fr. 2h03) avec Shahab Hosseini, Taraneh Alidoosti, Babak Karimi…



Le Club 9 bis, rue Phalanstère Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Yalda, la nuit du pardon

ECRANS | Un programme de télévision durant lequel une condamnée à mort tente d’obtenir sa grâce auprès de la fille de son défunt époux, le tout devant les caméras, en direct (...)

Vincent Raymond | Mardi 6 octobre 2020

Yalda, la nuit du pardon

Un programme de télévision durant lequel une condamnée à mort tente d’obtenir sa grâce auprès de la fille de son défunt époux, le tout devant les caméras, en direct et en temps réel… Cela pourrait être une pièce de théâtre de l'absurde contemporaine ; quelque chose comme la rencontre entre Ionesco, Jafar Panahi (la scène se déroulant dans l’Iran d’aujourd’hui) et Philip K. Dick, allant au-delà de ce que Le Prix du danger (1983) et Running Man (1988) extrapolaient avec l’avénement de la société du spectacle et du capitalisme. Ici, la loi religieuse se soumet à ces nouveaux maîtres (ce qui en dit long sur son élasticité morale) et c’est étonnamment le représentant de la justice, et donc de l’État, qui porte la voix la plus modérée et la plus humaine, dépassé qu’il est par l’immondice du procédé incitant les téléspectateurs à infléchir le sort de la malheureuse, comme aux jeux du cirque. Sauf qu’en 2020, la responsabilité de chacun est diluée et la mise à mort, virtuelle. Avec son huis clos propice à une adaptation sur les planches, Yalda serait-il une parabole ? Hélas non : les

Continuer à lire

"Everybody knows" : Asghar Farhadi à la recherche de ce qui nous liait

ECRANS | Comme le mécanisme à retardement d’une machine infernale, une horloge que l’on suppose être celle d’une église égrène patiemment les secondes jusqu’à l’instant (...)

Vincent Raymond | Mardi 8 mai 2018

Comme le mécanisme à retardement d’une machine infernale, une horloge que l’on suppose être celle d’une église égrène patiemment les secondes jusqu’à l’instant fatidique où, l’heure sonnant, un formidable bourdonnement précipite l’envol d’oiseaux ayant trouvé refuge dans le beffroi. C’est peut dire que l’ouverture d’Everybody knows possède une forte dimension métaphorique ; sa puissance symbolique ne va cesser de s’affirmer. Installée au sommet de l’édifice central du village, façon nez au milieu de la figure, cette cloche est pareille à une vérité connue de tous, et cependant hors des regards. Elle propage sa sonorité dans les airs comme une rumeur impalpable, sans laisser de trace. Battant à toute volée sur une campagne ibérique ensoleillée, telle une subliminale évocation de l’Hemingway période espagnol, cette cloche rappelle enfin de ne « jamais demander pour qui sonne le glas : il sonne pour [soi]“. Pour l’illusion du bonheur et de l’harmonie, également, dans laquelle baignent Laura (Penélope Cruz) et ses enfants, elle qui revient en Espagne pour assister au mariage de sa sœur. Et retrouver sa famille : d’anciens

Continuer à lire

"Noces" : la mariée l’était contre son gré

ECRANS | Ayant grandi dans une famille d’origine pakistanaise parfaitement intégrée en Belgique, Zahira a une vie de lycéenne classique. Jusqu’à ce qu’elle apprenne (...)

Vincent Raymond | Lundi 20 février 2017

Ayant grandi dans une famille d’origine pakistanaise parfaitement intégrée en Belgique, Zahira a une vie de lycéenne classique. Jusqu’à ce qu’elle apprenne ses prochaines noces avec un inconnu au pays, au nom de la coutume. Si elle se dérobe, le déshonneur sera pour les siens lui dit-on… L’histoire de Zahira n’a rien d’un cas d’école, puisque Stephan Streker s’est nourri d’(au moins) un fait divers tragique. Les mariages arrangés sont encore communément pratiqués, justifiés à la fois par la tradition et la supposée stabilité des unions ainsi contractées – des arguments équivoques, puisque la pression communautaire et la peur du qu’en-dira-t-on entretiennent artificiellement cette soi-disant stabilité, dissuadant les rebelles de sortir de ce cercle vicieux. Sauf s’ils sont prêts à couper tout lien avec leur famille, et à porter la responsabilité de sa disgrâce. C’est à ce douloureux cas de conscience que Zahira se trouve confrontée, qu’elle n’a pas la liberté de trancher seule. L’intimidation, la tromperie et la lâcheté de ses proches auront raison de son avenir, dans le temps que ses amis se révèleront incapables de l’aider. Maniant un sujet épineux avec l’ob

Continuer à lire

Le Passé

ECRANS | Il n’aura pas fallu longtemps à Asghar Farhadi pour devenir la star du cinéma d’auteur mondial. Découvert par les cinéphiles avec le très fort A propos d’Elly, (...)

Christophe Chabert | Samedi 18 mai 2013

Le Passé

Il n’aura pas fallu longtemps à Asghar Farhadi pour devenir la star du cinéma d’auteur mondial. Découvert par les cinéphiles avec le très fort A propos d’Elly, puis couvert de récompenses — ours d’or, césar, oscar — et adoubé par le grand public pour Une séparation, le voilà qui quitte son Iran natal pour tenter l’aventure en français dans le texte avec Le Passé. Il faut rappeler ce qui a fait la force du cinéma de Farhadi : une vision inédite des classes moyennes iraniennes, dont les cas de conscience exposés dans des récits puissants et brillamment construits avaient quelque chose d’universel, et que le cinéaste parvenait à faire vivre grâce à des mises en scènes tendues comme des thrillers. Le Passé peut d’abord  se regarder comme un grand jeu des sept erreurs : qu’est-ce qui reste du Farhadi iranien dans sa version française, et qu’est-ce qui s’en écarte ? La classe moyenne est toujours au centre du récit, mais comme une donnée presque routinière, et le choc des cultures entre un mari iranien et sa femme française, qui plus est vivant avec un nouvel amant d’origine algérienn

Continuer à lire

Une séparation

ECRANS | Grande cause défendue par des actrices en robe Chanel dans les prestigieuses cérémonies de festivals internationaux, le cinéma iranien, qu’on se le tienne (...)

François Cau | Mardi 7 juin 2011

Une séparation

Grande cause défendue par des actrices en robe Chanel dans les prestigieuses cérémonies de festivals internationaux, le cinéma iranien, qu’on se le tienne pour dit, ne brille pas uniquement par ses metteurs en scène muselés, comme en témoigne ce film implacable dans tous ses degrés de lecture. Déjà auteur du formidable À propos d’Elly, Asghar Farhadi parvient de nouveau à se jouer des conventions, des interdits, et des traditions pour offrir un instantané déroutant dans sa forme et son propos de la société iranienne contemporaine. Tout est posé dès la saisissante intro : Nader et Simin, le couple au cœur de l’intrigue, “négocient“ leur potentiel divorce avec un juge. La scène est filmée en plan-séquence, du point de vue de l’auditeur – les acteurs, troublants de naturel, s’adressent du coup à la caméra. Le procédé passe encore un cran lorsque Simin évoque ce qui la pousse à vouloir quitter le pays, parlant de « la situation ». « Quelle situation ? » lui répond-on, et Simin de traduire dans le silence qui suit tout ce que les discours “concernés“ peinent à effleurer. La lutte déclasse Ce prologue puissant n’est que l’installation

Continuer à lire

À propos d’Elly

ECRANS | Il y a quelques semaines ressortait le très beau Picnic at hanging rock de Peter Weir. Le souvenir du film revient en mémoire à la vision d’À propos d’Elly, (...)

Christophe Chabert | Vendredi 4 septembre 2009

À propos d’Elly

Il y a quelques semaines ressortait le très beau Picnic at hanging rock de Peter Weir. Le souvenir du film revient en mémoire à la vision d’À propos d’Elly, tant tous deux se structurent autour d’un black out qui est aussi un point de bascule. Chez Weir, des adolescentes disparaissaient dans des montagnes menaçantes lors d’une ballade scolaire un jour de Saint-Valentin ; dans le film d’Asghar Farhadi, c’est une jeune femme, Elly, qui va s’évaporer lors d’un week-end en bord de mer avec des étudiants en droit. Plus que les raisons de ce «départ» (accident ? Fugue ? Enlèvement ?), ce sont ses conséquences chez ceux qui restent qui intéressent les deux cinéastes : comment un groupe doit affronter la brutale révélation de ce qui le fonde, lâchetés et réflexes de classe inclus. Ivre de liberté Dans le film, Elly est belle et, pour ceux qui l’ont invitée à cette virée festive, libre. Parfaite donc pour la caser avec Ahmad, qui rentre d’Allemagne où il vient de divorcer. La peinture de cette jeunesse insouciante, loin de Téhéran, s’épanouissant entre blagues machistes, jeux de vacances et repas arrosés, est déjà en soi une surprise : ce

Continuer à lire