"La Route sauvage (Lean on Pete)" : au galop dans la poussière étasunienne

ECRANS | Cavale épique d’un gamin s’étant piqué d’affection pour un canasson promis à la fin dévolue aux carnes hippiques, cette errance pensée par le réalisateur Andrew Haigh est menée par le prometteur Charlie Plummer, prix Marcello-Mastroianni du meilleur jeune espoir à la Mostra de Venise.

Vincent Raymond | Mardi 24 avril 2018

Photo : Ad Vitam


Vivant seul avec un père instable, Charley, 15 ans, a su tôt se prendre en charge. À peine arrivé en Oregon, il découvre fasciné le monde hippique et est embauché par l'entraîneur grognon d'un vieux pur-sang, Lean on Pete. Quand il apprend que l'animal est menacé, Charley fugue avec lui.

Rebaptisés en débarquant en France, les films étrangers sont souvent gratifiés d'une dénomination outrepassant la pure traduction. Si la mode est aux franglaisicismes approximatifs (par exemple The Hangover, soit la gueule de bois en traduction littérale, se soigne en Very Bad Trip), autrefois, on aimait embrouiller les spectateurs : connu comme La Cinquième Victime, While The City Sleeps (1956) de Fritz Lang pouvait difficilement être traduit par Quand la ville dort, déjà attribué à Asphalt Jungle (1950) de John Huston !

Parfois, les deux titres coexistent. Et se succèdent comme pour témoigner d'une variété de focalisations ou d'inflexions soudaines à venir. C'est le cas ici où, Lean on Pete (le cheval dont le nom signifie de surcroît "compte sur Pete") aura un rôle de catalyseur pour Charley. Il est donc le point d'origine de La Route sauvage, laquelle renvoie implicitement à La Balade sauvage (1973) de Terrence Malick (Badlands en VO, on s'y perd…), soit à la promesse d'un road-movie.

Selle-de-cheval-de-course-à-pied…

Comme un jeu de piste initial, le titre annonce également les différents mouvements du film, pareils aux allures d'un cheval : trot, galop puis, enfin, pas. Le parcours de Charley connaîtra bien des tumultes avant de parvenir à l'apaisement auprès d'une tante idéalisée – l'ultime vestige de sa lointaine enfance, qu'il pense retrouver grâce à Lean on Pete. Mais, on le sait, l'important est davantage le voyage que la destination. Et la somme de relais qui façonnent l'ado, bouleversant sa trajectoire : les coups de pouce favorables du destin et les anges gardiens, et les mauvaises rencontres risquant de le faire pencher du mauvais côté, voire de lui coûter la vie.

Cavalcade initiatique dans la poussière étasunienne, entre les soirées barbecue-bière chez des bidasses désœuvrés et la promiscuité périlleuse de junkies crevant la misère entre deux sandwiches au secours catholique, La Route sauvage (Lean on Pete) n'en finit plus d'afficher le visage ravagé de l'intérieur d'un pays rouillé par le désespoir et la misère. Où les services sociaux sont fantomatiques, où la fuite solitaire est la meilleure option. À bride abattue.

La Route sauvage (Lean on Pete)
de Andrew Haigh (E.-U., 2h01) avec Charlie Plummer, Steve Buscemi, Chloë Sevigny…


La Route sauvage

De Andrew Haigh (ÉU, 2h01) avec Charlie Plummer, Steve Buscemi... Charley Thompson a quinze ans et a appris à vivre seul avec un père inconstant. Tout juste arrivé dans l’Oregon, le garçon se trouve un petit boulot chez un entraineur de chevaux et se prend d’affection pour Lean on Pete, un pur-sang en fin de carrière. Le jour où Charley se retrouve totalement livré à lui-même, il décide de s’enfuir avec Lean on Pete, à la recherche de sa tante dont il n'a qu’un lointain souvenir. Dans l'espoir de trouver enfin un foyer, ils entament ensemble un long voyage….
Le Méliès 28 allée Henri Frenay Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"Jusqu’à la garde" : entre la mère et le pire de famille

ECRANS | Drame familial anxiogène au réalisme brut et à l’interprétation terrifiante de vérisme, le premier long-métrage de Xavier Legrand offre à Denis Ménochet un rôle de monstre ordinaire le faisant voisiner avec le Jack Nicholson de "Shining" au rayon des pères perturbés.

Vincent Raymond | Lundi 5 février 2018

L’an dernier, il fallait en remontrer au jury de la Mostra de Venise pour se distinguer : la sélection était en effet aussi éclectique qu’éclatante, comptant notamment Three Billboards…, Mother!, The Shape of Water, Downsizing et L’Insulte. Face à une telle concurrence, qui aurait misé sur le premier long-métrage de Xavier Legrand ? Qui aurait imaginé qu’il figurerait doublement au palmarès, meilleur réalisateur et meilleur premier film ? Au moins le public de son court-métrage Avant que de tout perdre, prologue de ce film raisonnant aussi fort qu’un uppercut. Jusqu’à la garde s’ouvre dans l’intranquillité d’une audience de séparation entre les époux Besson. Elle, frêle, craintive mais décidée de s’éloigner de lui, massif, menaçant au regard lourd. Entre eux, la garde de leurs enfants. Une fille bientôt majeure et un fils, revendiqué par chacun… Legrand, comme son nom l’indique Xavier Legrand réussit à prolonger (et non adapter) l’argument d’un court-métrage qui tenait autant par l'intensité de la situation que par l’unité de temps (on y voyait une femme et ses

Continuer à lire

"La Villa" : une calanque en hiver par Robert Guédiguian

ECRANS | Page arrachée à son journal intime collectif, le nouveau film de Robert Guédiguian capte les ultimes soubresauts de jeunesse de ses alter ego, chronique le monde tel qu’il est et croit encore à la poésie et à la fraternité, le tout du haut d’un balcon sur la Méditerranée. De l’utopie vraie.

Vincent Raymond | Mardi 28 novembre 2017

Depuis un drame intime, Angèle n’était jamais revenue voir son père ni ses frères. Après l’AVC du patriarche, elle redescend pourtant un jour d’hiver dans la calanque familiale. Histoire de régler le présent, solder le passé et peut-être se reconstruire un futur. « J’ai l’impression de faire une espèce de feuilleton depuis trente ans. Sans personnage récurrent, mais avec des acteurs récurrents. Et je joue avec cette ambiguïté. » La confidence de Robert Guédiguian prend d’autant plus de sens ici où le cinéaste convoque un extrait de son film Ki Lo Sa (1985) pour illustrer un flash-back – procédé auquel il avait déjà eu recours dans La Ville est tranquille (2001), agrémenté d’un fragment de Dernier été (1981). « Je serais tenté de le faire souvent, mais ce serait une facilité. Là, par rapport au sujet, ça se prêtait bien » confirme le cinéaste. Bercée par la musique de Bob Dylan, cette réactivation d’une archive ensoleillée du lieu et des protagonistes confère à La Villa une singulière épaisseur temporelle emplie de mélancolie. Passant l’e

Continuer à lire

"Love & Friendship" : délicieuse adaptation de Jane Austen

ECRANS | Avec cinq longs-métrages en vingt-cinq ans, le réalisateur américain Whit Stillman semble du genre à se faire désirer. Logique qu’il ait succombé aux charmes du roman épistolaire "Lady Susan" de la jeune Jane Austen, cultivant la séduction comme l’un des beaux-arts. En résulte une transposition réussie.

Vincent Raymond | Mardi 21 juin 2016

Le rôle du cinéma et de la télévision dans le regain de popularité rencontré par l’œuvre de Jane Austen est indubitable : la prodigieuse quantité d’adaptations (qui elles-mêmes ne l’étaient pas toutes) déversées sur les écrans depuis une vingtaine d’années a contribué à la postérité contemporaine de l’auteure britannique au-delà du périmètre des lecteurs avertis et des anglophones. La surexposition de Orgueil et Préjugés, Raison et Sentiments ou Emma a cependant eu comme corollaire étrange de restreindre la notoriété de ses écrits à ces quelques titres, abandonnant les autres à une ombre plus épaisse encore. En un sens, c’est heureux que personne ne se soit emparé de Lady Susan avant Whit Stillman : il a eu le bonheur de travailler sur un matériau vierge de tout repère. Et de façonner "son" image de Lady Susan. Une Kate avisée d’un époux aisé Celle-ci épouse les traits merveilleux (comment pourrait-il en être autrement, puisqu’il s’agit d’une coureuse de beau parti, fine manigancière au physique envoûtant) de Kate Beckinsale. Il y a une autoréfé

Continuer à lire

45 ans

ECRANS | De Andrew Haigh (G.B., 1h35) avec Charlotte Rampling, Tom Courtenay, Geraldine James…

Vincent Raymond | Mardi 26 janvier 2016

45 ans

Il y a au moins deux excellentes idées dans 45 ans – attention, cela ne suffit pas à soutenir un film, mais cela permet de le voir sans déplaisir dans sa totalité, et à lui assurer son content de résonance. La première, c’est de confier à Charlotte Rampling un rôle d’Anglaise taciturne s’apprêtant à célébrer ses 45 ans de mariage – d’où le titre. Bonne pioche : la comédienne, qui a convolé avec le public depuis peu ou prou un demi-siècle, est la distinction british incarnée ; du flegme à l’état brut serti d’un œil bleu glacier. La seconde, c’est le plan de fin, d’une beauté tragique stupéfiante et déchirante, comme une explosion muette à valeur de libération intime ; un ressort se détendant en silence après quatre-vingt-dix minutes de compression continue. Mais tout splendide qu’il soit, ce genre de conclusion façon twist conviendrait davantage à un court-métrage à chute. Andrew Haigh tire à la ligne, dilue son histoire en se reposant sur l’intensité bien commode de sa comédienne, qui habille les (nombreux) silences par sa présence douloureuse. L’Académie des Oscar l’a citée cette année pour ce rôle, la proposant pour la première fois de sa ca

Continuer à lire

Fargo, du sang sur la neige

ECRANS | On continue cette semaine notre rétrospective "20 ans de PB, 20 ans de ciné" en se téléportant en 1996, mais surtout en rendant hommage à un tandem de cinéastes (...)

Christophe Chabert | Mardi 3 décembre 2013

Fargo, du sang sur la neige

On continue cette semaine notre rétrospective "20 ans de PB, 20 ans de ciné" en se téléportant en 1996, mais surtout en rendant hommage à un tandem de cinéastes régulièrement loués dans nos colonnes : Joel et Ethan Coen. Fargo leur permet de revenir sur leurs terres natales, le Minnesota froid et enneigé, où un fait divers sordide se transforme devant leur caméra en tragédie de la bêtise et de la cupidité. Jerry Lundegaard (William H. Macy), médiocre vendeur de voitures, paie deux tueurs dégénérés, l’un (Steve Buscemi) volubile et agité, l’autre (Peter Stormare) peu loquace et impassible, pour enlever sa propre femme et demander une rançon à son beau-père blindé mais radin. Bien sûr, le plan tourne au cauchemar et seule une femme flic enceinte (Frances McDormand) tente de résister à cette spirale de violence. Le génie des Coen éclate à tous les étages de Fargo : le dialogue, vertigineux, la construction scénaristique, particulièrement audacieuse avec ses digressions imprévisibles – notamment via un personnage de Japonais dépressif et mythomane – et bien sûr la mise en scène, fabuleuse. En pleine symbiose avec leur chef opérateur Roger Deakins, les Coen

Continuer à lire