"Une valse dans les allées" : super supermarché

ECRANS | de Thomas Stuber (All, 2h) avec Sandra Hüller, Franz Rogowski, Peter Kurth…

Vincent Raymond | Lundi 16 juillet 2018

Photo : Zorro films


Embauché comme manutentionnaire de nuit dans un hyper, le taciturne et tatoué Christian est adopté par Bruno, le chef du rayon "boissons" qui lui enseigne les petits secrets du métier, la pratique du charriot-élévateur et remarque qu'il flashe sur leur collègue Marion des "sucreries"… De la vie, des amours et de la mort des invisibles…

Ce portrait d'un groupe d'employés d'un "géant" (au sens de Le Clezio) en raconte autant sur le monstre vorace où se situe l'action (un puits sans fond dont il faut inlassablement charger les rayonnages et les étals, dévorés par des meutes de clients ; où il faut purger vers les poubelles les produits menacés de péremption) que sur les protagonistes chargés de ces besognes.

Petite collectivité avec ses territoires organisés, ses prérogatives, ses alliances et ses routines, le monde de l'arrière-boutique apparaît malgré tout comme un royaume apaisé et bienveillant ; une enclave où des individus cabossés viennent se réchauffer ou se raccommoder : pas (ou peu) de pression hiérarchique, pas (ou peu) de contact avec la clientèle, pas (ou peu) de questions intrusives – et cependant dans ce vaste espace saturé de caméras de surveillance, les aléas intimes sont connus de chacun·e.

Thomas Stuber suit avec une tendresse manifeste le parcours de ses personnages, gens ordinaires physiques du quotidien. Cela mérite d'être souligné quand, chez certains, l'empathie est de façade. Sandra Hüller et Franz Rogowski, les deux nouveaux visages du cinéma allemand, forment ici un touchant "non-couple" dont la relation pulvérise la grisaille ambiante. Cette douce valse mériterait de faire danser le public tout l'été.

Sortie le 15 août

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"Ondine" : l’eau à la bouche

ECRANS | ★★★☆☆ De Christian Petzold (All.-Fr., 1h30) avec Paula Beer, Franz Rogowski, Maryam Zaree…

Vincent Raymond | Mardi 22 septembre 2020

Conférencière spécialisée dans l’urbanisme de Berlin, Ondine est brutalement quittée par son amant. Christoph, un scaphandrier, tombe alors sous son charme et entame avec elle une romance. Mais la belle, encore rongée par sa blessure, doit en finir avec son ex… Histoire sentimentale néo-romantique, songe fantastique rêvée par le scaphandrier, cette variation sur le mythe de la nixe (ou sirène) troquant par amour son royaume contre la terre ferme, évoque, en version aquatique, la situation des anges wendersiens des Ailes du désir, condamnés à porter la mémoire de la ville qu’il survolent, dépositaires de l’histoire des hommes mais incapables d’en partager les affects ni les plaisirs mortels. Ondine est aussi de ces êtres de passage si fréquents dans le cinéma de Petzold, permettant à leur partenaire d’accomplir une traversée, mais dont la destinée revêt une dimension sacrificielle les rendant d’autant plus tragiques et… désirables, horrible paradoxe ! Pas étonnant que la fiévreuse Paula Beer ait, pour ce rôle de gardienne de Berlin, conquis l’Ours d’argent de la meilleure interprète à la Ber

Continuer à lire

"Transit" : guerre sans naguère

ECRANS | de Christian Petzold (All-Fr, 1h41) avec Franz Rogowski, Paula Beer, Godehard Giese…

Vincent Raymond | Mardi 24 avril 2018

L’arrivée des forces d’occupation en France contraint l’Allemand Georg à gagner Marseille, où il compte rallier l’Amérique par la mer. Sur place, il récupère l’identité et le visa pour le Mexique de son compatriote Weidel dont il a trouvé le corps. Mais une femme, Marie, l’intrigue et le retient… Étrange concept que celui de ce film qui replace dans le contexte actuel et des décors contemporains une situation ancienne, à savoir datant d’il y a quatre-vingt-ans. Comme au théâtre, il s’agit pour le spectateur de souscrire un pacte et d’admettre une double réalité entre ce qu’il voit et ce qui est évoqué au-delà de l’image – Lars von Trier avait procédé de même dans Dogville, réduisant son dispositif à l’extrême. Cette dualité a certes du sens : Georg ne se dissimule-t-il pas sous le "masque" d’un autre individu ? De même, un état d’égarement se ressent à la vue de ce Marseille en état de siège où les repères sont abolis, chacun devenant pareil à un étranger. Hélas, Transit reste prisonnier de ce ping-pong référentiel et théorique, qui pousse nécessairement à chercher des comparaisons entre les deux époques. La figure évanesc

Continuer à lire