Viggo Mortensen : « Nos souvenirs imparfaits décident de qui nous sommes »

Rencontre | Le comédien aux mille talents vient de signer "Falling", son premier long métrage en tant que cinéaste. Une histoire de famille où l’attachement et l’oubli se livrent un duel sans ménagement. Nous l'avions rencontré quelques jours avant le reconfinement, en marge de la première française, durant le Festival Lumière à Lyon.

Vincent Raymond | Jeudi 5 novembre 2020

Photo : ©2020 PROKINO Filmverleih GmbH


Comment se fait-il que ce soit cette histoire en particulier que vous ayez racontée pour votre premier film, car vous avez écrit plusieurs scénarios avant de réaliser Falling ?

Viggo Mortensen : Je suppose que je voulais me souvenir de mes parents (et de ma mère, pour commencer), pour le meilleur et pour le pire comme tout le monde. Même si c'est devenu une histoire père/fils, l'inconscient de leur combat repose sur une différence d'opinion autour de leurs souvenir de leur femme et mère. Elle reste, à mon avis, le centre moral de l'histoire. Et c'est très important pour moi le casting de la mère, Gwen. Hannah Gross était parfaite, géniale : même si elle n'est pas là tout le temps, elle est là. Mais la raison pour laquelle j'ai fait début comme réalisateur et scénariste avec cette histoire, c'est parce que j'ai trouvé l'argent (sourire). J'avais essayé plusieurs fois, il y a 23-24 ans, avec un autre scénario, au Danemark, j'avais 20-30% du budget, mais pas davantage. Au bout du compte, je crois que c'était bien que j'attende, parce que j'ai beaucoup appris des autres réalisateurs, des autres tournages et de tous les films que je continue à voir… On apprend tout le temps. On prête attention à la manière de bien faire, à la préparation d'un tournage, au montage… La relation avec l'équipe, les acteurs, comment communiquer… J'ai vu faire de bons réalisateurs.

David Cronenberg, en particulier, puisqu'il joue dans votre film ?

Plusieurs. J'ai appris de Cronenberg, mais aussi de Jane Campion, Matt Ross, Peter Farrelly que la préparation était très important. C'est impossible de préparer trop, ou trop tôt, un tournage. On peut se prémunir de beaucoup de problèmes si on a bien trouvé l'équipe avant le tournage et si on communique ouvertement, honnêtement avec eux pour être d'accord sur l'histoire qu'on va raconter. C'est simple, mais quand on fait pas ça, on arrive sur le plateau, il y a des discussions folles, on perd du temps, on s'énerve. J'ai vécu ça et ce n'est pas la bonne manière de tourner, à mon avis. Ces 20-25 années que j'ai attendues m'ont permis d'apprendre ces choses.

La structure du film, alternant différentes strates de temps, raconte cette mémoire qui part et revient. Mais elle trouve également un apaisement et une réconciliation grâce à une foule de plans sur la nature qui font que l'histoire n'est pas uniquement habitée par la douleur…

La subjectivité de la perception, le manque de fiabilité des souvenirs et de la mémoire sont des choses importantes dans cette histoire. Quand j'ai commencé à écrire le scénario, la base, c'était mes souvenirs, même si je savais qu'ils étaient, comme tout le monde, imparfaits. On essaie de contrôler le passé, de ranger les choses d'une certaine façon pour être plus à l'aise dans notre présent. Pourtant, ces souvenirs imparfaits décident vraiment de qui nous sommes et de ce que nous faisons dans la vie, de comment nous voyons les autres : c'est comme ça. Dans l'histoire, je voulais explorer les versions différentes de Willis et John, la mémoire de Gwen, et aussi un peu le point de vue de la sœur, Sarah.

On a essayé de tourner au préalable certains souvenirs en été et en automne. C'est pour cela que je voulais trouver cette ferme très en amont, avec le chef opérateur et le chef décorateur. Et puis, je voulais aussi explorer le point de vue de Willis, d'une personne vieille qui commence à entrer dans la maladie et la démence. Je trouvais ça très intéressant, car j'ai vécu de très près cette maladie auprès de mon père, ma mère, mes grands-parents, mon beau-père et d'autres membres de ma famille… Ça m'a aidé à construire le personnage de Willis et sa relation avec son fils, John. Tout ce que j'ai vu dans l'expérience de mon père avec cette maladie, m'a beaucoup aidé à construire cette relation. Je voulais également utiliser les images et le son, quelquefois seulement les unes ou l'autre, ou les deux ensemble pour montrer le point de vue d'une personne qui a cette maladie. Dans les meilleurs films sur le sujet, on a normalement le point de vue de l'observateur, des autres qui disent du malade : « Il est perdu, il ou elle n'est plus là. » En réalité, tous les souvenirs sont beaucoup moins figés et fiables, et le présent de Willis est différent. Et lui est à l'aise, il n'est pas perdu, dans son présent même si c'est l'été ou l'automne 1952… C'est la réalité pour lui. Et ce n'est pas lui qui est confus, ce sont les autres.

Je voulais explorer ça avec l'aide de Lance Henriksen et sa façon géniale d'écouter, de réagir, de changer, de penser… On le voit, on le sent… C'est aussi pour ça que je voulais faire le film avec lui : je trouve qu'il a toujours été un acteur génial mais il n'a jamais eu l'opportunité de le monter, à part peut-être dans la série Millenium, où il avait un peu plus de responsabilités, mais il n'a jamais eu rôle comme ça avec tant de dialogue, de texte. Et je savais qu'il allait faire quelque chose d'intéressant. C'est une interprétation complexe, courageuse…

Avez-vous nourri le personnage ensemble ?

On a beaucoup parlé, on a partagé des choses, mais il a beaucoup pensé à son enfance, qui était terrible. Il l'a acceptée : il est pas furieux, ni amer. Quand il a accepté le rôle, il m'a dit : « ça va être nécessaire pour moi d'entrer dans mes souvenirs, dans mon passé, mon enfance, mon adolescence » et il l'a fait. Je sais qu'il est allé loin pour nous.

Pourquoi avez-vous choisi de situer l'histoire en 2009 ?

Parce que maintenant, on ne parle pas d'autre chose que Trump (et c'est ce qu'il veut et c'est un triomphe pour lui) : on ne parle pas des années précédentes, rien que de ce putain de Trump, partout dans le monde ! C'est pour ça que c'est 2009, le début de la première présidence d'Obama. La polarisation, les conflits existaient depuis longtemps aux USA, en Europe, partout mais, on n'est pas obligé de faire cette lecture. Je préfère qu'on voie la famille, qu'on commence avec les détails.

Qu'est-ce que vous vouliez raconter avec la musique, que vous avez également composée ?

Au cinéma, ce que je préfère, ce sont les histoires où je peux participer en tant que spectateur à la narration : le film peut alors devenir mon film. Du coup, si on me raconte tout, si on me dit tout ce que je dois ressentir, je le rejette un peu, même si c'est techniquement bien fait. C'est la même chose avec la musique : parfois, il y a des morceaux trop magnifiques. C'est pour ça que je voulais faire une chose discrète, appuyer ce que je raconte, sans forcer le public à penser ni à ressentir des choses.

Pourquoi avoir choisi de jouer en plus ?

Cela m'a permis de trouver l'argent pour tourner. Mais à la fin, c'était la bonne décision créative parce que j'ai pu aider Lance. Je n'étais pas seulement son réalisateur ; j'étais dans la bataille avec lui.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Falling

ECRANS | Octogénaire, Willis évolue dans un temps embrumé : les souvenirs de sa jeunesse se mêlent au présent. Quand son fils John lui suggère de venir auprès de lui en (...)

Vincent Raymond | Mardi 8 décembre 2020

Falling

Octogénaire, Willis évolue dans un temps embrumé : les souvenirs de sa jeunesse se mêlent au présent. Quand son fils John lui suggère de venir auprès de lui en Californie, le vieil homme, aussi rude que réactionnaire, l’envoie paître sans égards, la démence aggravant sa désinhibition… Pourquoi n’est-on pas étonné de voir avec Falling, premier film signé Viggo Mortensen, un récit intime entièrement tourné vers les autres ? Là où beaucoup fichent caméra ou stylo dans leur nombril pour "devenir auteur", le comédien raconte à travers ses protagonistes la souffrance indicible de la perte de repères, du deuil, de l’homophobie, de la xénophobie, de la solitude, de la peur de mourir, de la "non conformité au modèle social"… Ça hurle, ça pleure, ça cause mal ; les personnages sont parfois incorrects, pas forcément aimables, mais au moins, ça vit et ça vibre dans les incertitudes du crépuscule, très loin des lumières isotropes des studios. Permise par l’investissement d’un Lance Henriksen hypnotique, cette plongée dans une mémoire défaillante se double d’une écrit

Continuer à lire

"Green Book : sur les routes du sud" : this was America

ECRANS | New York, 1962. Videur temporairement au chômage, l’Italo-Américain Tony Lip est recruté comme chauffeur par Don Shirley, pianiste noir homosexuel sur le (...)

Vincent Raymond | Lundi 21 janvier 2019

New York, 1962. Videur temporairement au chômage, l’Italo-Américain Tony Lip est recruté comme chauffeur par Don Shirley, pianiste noir homosexuel sur le point d’entreprendre une tournée dans le Sud ségrégationniste. Tony s’avère en effet idéal pour "régler" tout type de problème… Ayons d’entrée une pensée pour Peter Farrelly qui risque de subir ce que dégustent tous les interprètes de comédie opérant la bascule vers un registre dramatique (transmutation connue en France sous le nom de "syndrome Tchao Pantin") : l’étonnement émerveillé le disputera à l’incrédulité. Gageons même qu’une poignée de sot·tes ira jusqu’à évoquer un hypothétique besoin de respectabilité du cinéaste, une quelconque (œuvre de) maturité, entre autres fadaises, renvoyant comme d’habitude ses précédentes œuvres à une sous-culture indigne. Alors qu’elles participent, par la charge, de l’étude sociologique de l’Amérique contemporaine – y compris le trop mésestimé My Movie Project (2013), auquel le temps rendra justice. Voyage dans le temps Tourné vers des faits authentiques passés, le road-movie Green B

Continuer à lire

"Captain Fantastic" : à qui père gagne

ECRANS | Un père de famille survivaliste radical se résigne à quitter sa forêt avec ses six enfants pour assister aux obsèques de son épouse – leur mère. En découle une (...)

Vincent Raymond | Mardi 11 octobre 2016

Un père de famille survivaliste radical se résigne à quitter sa forêt avec ses six enfants pour assister aux obsèques de son épouse – leur mère. En découle une confrontation initiatique avec la prétendue "civilisation", ainsi que les proches de la défunte, hostiles à son choix d’existence… La présence de Viggo Mortensen au générique aurait dû nous mettre la puce à l’oreille : Captain Fantastic tranche avec ces faux films indé fabriqués par les studios dégueulant de mièvrerie et d’archétypes middle-class – telle l’escroquerie aux bons sentiments Little Miss Sunshine, pour ne pas la citer. Le doute subsiste pourtant lorsque la petite famille abandonne son cocon über-rousseauiste pour embarquer à bord de Steve, le car post-hippie : la succession de sketches montrant à quel point les (magnifiques) enfants super-éduqués valent bien mieux que tous les dégénérés rencontrés au fil du chemin, se révèle en effet un peu longuette. On croit ensuite deviner une issue réglée comme du papier à musique de feu de camp. Mais l’histoire, dans un soubresaut étonnant, offre aux personnages un dénouement si éloigné des chemins balisés e

Continuer à lire

Matt Ross vendredi au Club pour "Captain Fantastic"

ECRANS | Prix de la mise en scène Un certain regard au dernier festival de Cannes 2016, Captain Fantastic concourt à nouveau au festival de Deauville. Le réalisateur (...)

Vincent Raymond | Mardi 6 septembre 2016

Matt Ross vendredi au Club pour

Prix de la mise en scène Un certain regard au dernier festival de Cannes 2016, Captain Fantastic concourt à nouveau au festival de Deauville. Le réalisateur Matt Ross profite de sa venue en France pour accorder l’un de ses rares déplacements au Club de Grenoble à l’occasion de l’avant-première de cet étonnant road-movie où l’on suit un père de famille (campé par Viggo Mortensen) aux méthodes alternatives. Un petit détail pour dissiper par avance tout malentendu : Viggo n’a pas prévu d’assister à cette soirée prévue vendredi 9 septembre à 20h15.

Continuer à lire

Jauja

ECRANS | Sur le papier, Jauja avait de quoi se mesurer au mythique Aguirre de Werner Herzog : la Patagonie y remplace l’Amazonie, mais y circule la même (...)

Christophe Chabert | Mardi 21 avril 2015

Jauja

Sur le papier, Jauja avait de quoi se mesurer au mythique Aguirre de Werner Herzog : la Patagonie y remplace l’Amazonie, mais y circule la même folie apportée par des conquistadors avides de conquérir un désert en y massacrant ses populations autochtones. Mais là où Herzog cherchait le trip psychédélique sous acide, Lisandro Alonso, fidèle à son cinéma, choisit plutôt le rêve sous valium. Ne lésinant pas sur les coquetteries stylistiques (un écran 4/3 aux bords arrondis comme un vieux diaporama) et laissant durer jusqu’à l’épuisement ses plans, il fait littéralement pédaler son film dans le vide pour le ravissement ébahi des critiques français – cf les réactions hystériques à Cannes. Le plus curieux, c’est de constater à quel point Alonso se contrefout de ce qu’il met dans ses cadres ; ce qui l’intéresse, c’est uniquement le discours qu’on pourra y apposer, dans un réflexe pas très éloigné de certains artistes contemporains. Rien ne le démontre mieux que la présence, irréelle, de Viggo Mortensen en capitaine danois traversant le désert pour retrouver sa fille, qu’il a tenté de protéger des dangers alentours mais aussi de son propre désir naissant. Mor

Continuer à lire

Loin des hommes

ECRANS | Il serait regrettable de faire à David Oelhoffen, dont on avait déjà apprécié le premier film (le polar Nos retrouvailles), un faux procès, déjà à l’origine du (...)

Christophe Chabert | Mardi 13 janvier 2015

Loin des hommes

Il serait regrettable de faire à David Oelhoffen, dont on avait déjà apprécié le premier film (le polar Nos retrouvailles), un faux procès, déjà à l’origine du rejet de The Search de Michel Hazanavicius : voilà un réalisateur qui ose transporter le cinéma français ailleurs, via le genre ou grâce à un voyage plus littéral hors de nos frontières aujourd’hui. Quoique, à l’époque où se déroule Loin des hommes (1954), l’Algérie est encore un territoire français, et c’est justement sur les premières fissures de la guerre d’indépendance que se bâtit le récit. Mais, là aussi, tout est affaire de dépaysement : l’instituteur Daru est une forme d’apatride, enseignant le français à des enfants algériens, mais dont les origines sont à chercher du côté de la Catalogne. Grande idée de David Oelhoffen : confier le rôle à Viggo Mortensen, lui-même sorte "d’acteur du monde" comme on le dit de certains citoyens, qui l’interprète avec son charisme habituel en mélangeant le français et l’arabe. Face à lui, le personnage du paysan qu’il doit escorter à travers les mo

Continuer à lire

Quand Cronenberg filmait une paire de schizos…

ECRANS | Auréolé du succès critique et public de La Mouche, film de commande qu’il avait habilement su détourner pour en faire une tragédie horrifique, David Cronenberg (...)

Christophe Chabert | Mardi 18 novembre 2014

Quand Cronenberg filmait une paire de schizos…

Auréolé du succès critique et public de La Mouche, film de commande qu’il avait habilement su détourner pour en faire une tragédie horrifique, David Cronenberg passe à la vitesse supérieure en 1988 avec Faux-semblants, où il inaugurait la part la plus personnelle de son œuvre. Lui qui jusqu’ici en passait par des allégories fantastiques pour parler des questions qui le taraudaient – de la révolution sexuelle de Frissons à l’emprise de l’image sur le corps dans Videodrome – aborde frontalement le drame de deux jumeaux inséparables, chirurgien et gynécoloque dans une clinique de Toronto, dont les liens fusionnels vont voler en éclats après leur rencontre avec une actrice infertile. Seul effet spécial à l’écran : Jeremy Irons, qui se multiplie par deux pour incarner les frères Mantle dans une prestation vertigineuse de finesse. Il y a quelque chose de presque bergmanien dans la manière avec laquelle Cronenberg observe cette passion irrationnelle et destructrice où le sexe, la jalousie et la peur de l’abandon dansent une valse morbide dont l’issue ne peut qu’être tragique. La lenteur opératique de la mise en scène alliée à la verve pince-s

Continuer à lire

The Two faces of January

ECRANS | Dans les années 60 en Grèce, un petit arnaqueur américain officie comme guide touristique et se rapproche d’un couple bien sous tous rapports, lui très riche, (...)

Christophe Chabert | Mardi 17 juin 2014

The Two faces of January

Dans les années 60 en Grèce, un petit arnaqueur américain officie comme guide touristique et se rapproche d’un couple bien sous tous rapports, lui très riche, elle très belle. Sauf que le mari est en fait un escroc recherché, cachant à sa femme la réalité de ses activités et embringuant le guide dans un jeu dangereux. Tiré d’un roman de Patricia Highsmith, The Two faces of January prolonge le travail entrepris par feu-Anthony Minghella sur Le Talentueux Monsieur Ripley, à qui Hossein Amini, scénariste de Drive (ce qui est à la fois un bon et un mauvais présage, la valeur du film tenant surtout à la mise en scène de Winding Refn) reprend une évidente volonté de classicisme. De fait, The Two faces of January tente de retrouver l’atmosphère des polars exotiques à l’ancienne, mais ne dépasse pas dans sa mise en scène le niveau d’un joli catalogue d’images glacées et racées, lissant tout le trouble de l’intrigue et réduisant les personnages à des stéréotypes sans épaisseur. Cette aseptisation touche particulièrement le jeu d’ordinaire fiévreux de Mort

Continuer à lire

Maps to the stars

ECRANS | La « carte des stars » du titre fait référence à ces dépliants indiquant l’emplacement des villas appartenant aux célébrités hollywoodiennes à Los Angeles ; la (...)

Christophe Chabert | Mardi 20 mai 2014

Maps to the stars

La « carte des stars » du titre fait référence à ces dépliants indiquant l’emplacement des villas appartenant aux célébrités hollywoodiennes à Los Angeles ; la carte du dernier film de David Cronenberg se résume en revanche à un cercle d’une demi-douzaine de personnages portant des prénoms impossibles, gravitant dans l’univers du cinéma et unis par des liens scénaristiques mais aussi par de tortueux liens du sang. Il y a un jeune acteur de 13 ans arrogant et cynique, star d’une franchise ridicule (Bad babysitter) et déjà passé par la case réhab' ; son père moitié gourou, moitié thérapeute new age ; une comédienne vieillissante obsédée par le fantôme de sa mère morte dans un incendie ; un chauffeur de limousine qui se rêve scénariste et acteur… Et, surtout, une fille mystérieuse qui s’incruste dans leur vie, un peu folle et portant sur son corps les stigmates de graves brûlures. Film choral ? Pas vraiment, car Maps to the stars tisse assez vite une toile réjouissante où chacun va illustrer la décadence dans laquelle s’enfonce un Los Angeles corrompu au dernier degré, réplique vulgaire et morbide de celui décrit par John Schlesinger dans son crépu

Continuer à lire

Apocalypse No(w)

ACTUS | « Dans le roman qu'est l'histoire du monde, rien ne m'a plus impressionné que le spectacle de cette ville jadis grande et belle, désormais renversée, désolée, (...)

Stéphane Duchêne | Vendredi 14 décembre 2012

Apocalypse No(w)

« Dans le roman qu'est l'histoire du monde, rien ne m'a plus impressionné que le spectacle de cette ville jadis grande et belle, désormais renversée, désolée, perdue […], envahie par les arbres sur des kilomètres à la ronde, sans même un nom pour la distinguer. » Ce pourrait être la voix-off du survivant d'un film post-apocalyptique déambulant dans Londres, New-York, Paris, Grenoble... Ce ne sont « que » les mots de l'explorateur américain John Lloyd Stephens, découvrant au XIXe siècle la splendeur passée d'une ancienne ville maya mangée par la jungle du Yucatan. Ces mêmes Mayas dont le calendrier aurait prévu la fin du monde pour le 21 décembre 2012. Peu importe que la Nasa elle-même ait démenti ces rumeurs dont les illuminés, les conspirationnistes et les survivalistes font leur miel et la fortune des agents immobiliers du village français de Bugarach, censé être épargné.   Qu'on la nomme Apocalypse (« révélation » dans la Bible) ou Armageddon (d'Harmaguédon, le « Waterloo » hébreu du livre de l'Apocalypse), la « fin du Monde » est depuis toujours le sujet de c

Continuer à lire

A dangerous method

ECRANS | Au détour d’une séquence de séduction entre Sabina Spielrein (Keira Knightley, qui donne beaucoup d’elle-même à ce personnage de femme hystérique découvrant la (...)

François Cau | Vendredi 16 décembre 2011

A dangerous method

Au détour d’une séquence de séduction entre Sabina Spielrein (Keira Knightley, qui donne beaucoup d’elle-même à ce personnage de femme hystérique découvrant la nature sexuelle de son mal) et Carl Gustav Jung (Michael Fassbender, loin de l’animalité de Shame, comme cherchant à déchirer le corset moral qui l’enserre), celle-ci lui dit : «Dans chaque homme, il y a une part féminine». L’admirateur de David Cronenberg saisit instantanément ce qui renvoie à l’œuvre du cinéaste canadien : la sexualité comme révélateur de la confusion des genres. A dangerous method raconte le conflit entre Freud, qui pense que tout est explicable par la nature libidinale des êtres, et Jung, qui croit que certains phénomènes proviennent d’un inconscient collectif. Mais il dit aussi qu’il y a une part d’inexplicable dans le désir et que la chair prend toujours le dessus sur le cerveau. Malaise dans la civilisation Comment raconter cette rivalité intellectuelle sans s’empêtrer dans des couches de dialogues explicatifs ? Cronenberg trouve de belles parades à cet écueil : par la mise en scène, comme lors de ce passage remarquable où le dispositif d’analyse inventé par Jung se transforme en

Continuer à lire