Festival du film italien de Voiron : Comencini, pour commencer

ECRANS | Temporairement privé de salle, le Festival du film italien de Voiron se réinvente en ligne en consacrant une mini-rétrospective à un grand maître transalpin, Luigi Comencini.

Vincent Raymond | Vendredi 19 mars 2021

Photo : ©Musée Gaumont


Comme nous vous l'annoncions le mois dernier, l'association Amitié Voiron Bassano planchait une parade numérique pour permettre à ses fidèles de célébrer, fût-ce à distance, un printemps italien cinéphile. Les conditions n'étant pas réunies pour que le traditionnel festival se déroule sur les écrans du cinéma PASSr'L, c'est donc de chez soi que chacune et chacun visionneront la programmation de ce rendez-vous concocté en partenariat avec le réseau des bibliothèques du Pays Voironnais : six films ont en effet été sélectionnés pour être consultables en ligne jusqu'au 15 avril — en attendant (espérant) une édition plus “normale“ et partagée en septembre. Six œuvres prélevés dans l'abondante filmographie du prolifique Luigi Comencini (1916-2007), et qui forment donc ici une manière d'hommage.

Six fois Luigi

Annonçons-le d'emblée : il ne s'agit pas d'un “échantillon représentatif“ de son éclectique carrière engagée à l'époque où le néoréalisme battait son plein ; plutôt d'un focus sur la seconde partie d'icelle, après ce succès qui l'inscrivit au firmament du cinéma mondial en l'établissant parmi les grands peintres de l'enfance, L'Incompris (1967) — au reste, ce déchirant mélo n'y figure pas. On y découvrira des films divers, et surtout rares. Car si L'Argent de la vieille (1972) avec Bette Davis et Alberto Sordi ou la version cinéma de sa série télé Pinocchio (1972) ont régulièrement été présentés, il n'en va de même pour son Casanova, un adolescent à Venise (1969) — éclipsé par celui de Fellini — ni sa version de l'opéra de Puccini, La Bohème (1988) avec Barbara Hendricks, au rayon films en costumes. Mais celles que l'on guette avec plus de curiosité encore sont ses réalisations des années 1970 reflétant plus ou moins directement le contexte politico-social transalpin. D'abord Un vrai crime d'amour (1974), sorte de Roméo et Juliette entre deux ouvriers (l'un issu d'une famille communiste athée, l'autre catholique), et puis Eugenio (1980), histoire d'enfant — encore — sur fond de réflexion post-révolutionnaire. L'acuité de Comencini mérite d'être redécouverte, voire sa prescience : après tout, n'avait-il pas dès 1961 signé un film titré… À cheval sur le tigre ?

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Du rab d'Italie avec le Festival du cinéma italien de Voiron

ECRANS | On déroule la programmation de la prochaine édition prévue aux cinémas PASSrL du mercredi 27 mars au mardi 9 avril.

Vincent Raymond | Mardi 26 mars 2019

Du rab d'Italie avec le Festival du cinéma italien de Voiron

L’année cinématographique qui vient de s’écouler fut, qualitativement, brillante pour le cinéma italien. Pour autant – et c’est injuste – les résultats ne furent pas éclatants dans les salles. Heureusement qu’il existe des rendez-vous comme celui concocté par l’association Amitié Voiron Bassano pour rendre justice à ces films en leur offrant une nouvelle occasion de rencontrer le public. Celui du Festival du cinéma italien de Voiron étant connaisseur de la production transalpine, aussi se réjouira-t-il d’emblée que des hommages soient rendus à deux "monstres" récemment disparus : Vittorio Taviani, à travers l’ultime réalisation avec son frère Una questione privata​ (accompagnée par une analyse de Jean Serroy), et Bernardo Bertolucci, en clôture, autour du glaçant Conformiste (1970), l’un des plus beaux rôles de Jean-Louis Trintignant et monument

Continuer à lire

Festival du cinéma italien de Voiron : joyeux 30 ans !

ECRANS | Avant-premières, rencontres, séances de rattrapage, films du patrimoine... : du mercredi 29 mars au mardi 11 avril, on a rendez-vous au Passrl Les Écrans avec un (beau bout) d'Italie cinématographique.

Julien Homère | Lundi 27 mars 2017

Festival du cinéma italien de Voiron : joyeux 30 ans !

Entre ses pizzas et son lambrusco bien frais, l’Italie brille aussi par ses bobines tout aussi savoureuses – oui, nous savons faire des intros pleines de clichés ! Déguster ces richesses est un jeu de bambini grâce au Festival du cinéma italien de Voiron de l’Association Amitié Voiron Bassano, qui nous propose comme chaque année la botte (méditerranéenne). Et en VOST s’il vous plaît ! Un festival qui, pour sa trentième édition, s'offre le luxe de rattraper le dernier Marco Bellocchio (Fais de beaux rêves, avec Bérénice Bejo) ou le (contestable) Ours d’or 2016 Fuocoammare, par-delà Lampedusa ; de proposer l'’avant-première des générationnels One Kiss et La Kryptonite nella Borsa (tous deux d’Ivan Cotroneo, en s

Continuer à lire