Awards 2013 expo

Aurélien Martinez | Jeudi 19 décembre 2013

L'award de l'expo la plus pop : Ultracore au Magasin

Si le Magasin – Centre national d'art contemporain nous perd parfois avec des expositions trop conceptuelles, celle consacrée au printemps dernier à l'artiste allemand Anselm Reyle était une réussite éclatante. À la fois puissant, ludique et accessible, le travail coloré de Reyle se trouvait magnifié par l'habile scénographie jouant avec l'obscurité et tranchant ainsi avec le kitsch assumé des œuvres présentées. Un très bon choix d'Yves Aupetitallot, le directeur des lieux, qui a permis aux Grenoblois de découvrir cet artiste dont la cote est proprement hallucinante – en 2007, il a par exemple vendu 192 000 dollars une toile estimée 25 000.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Quel horizon pour le Magasin ?

Enquête | Toujours fermé à ce jour, le Magasin des Horizons fait l’objet de rumeurs alarmantes. Si ses tutelles publiques disent vouloir continuer à le soutenir, il est difficile de savoir de quoi son avenir sera fait. Une situation inquiétante que nous avons tenté de décrypter.

Martin de Kerimel | Lundi 22 mars 2021

Quel horizon pour le Magasin ?

La fermeture des musées du fait de la crise sanitaire a pu un temps nous laisser penser que le Magasin des Horizons, présenté comme un centre d’art, subissait le même triste sort. Des sources concordantes nous ont assuré que sa situation était plus complexe. De fait, après avoir demandé des informations à la Ville de Grenoble, nous avons appris que la directrice, Béatrice Josse, était désormais partie, au terme d’une fin de parcours chaotique : nommée en mars 2016, elle était absente depuis plus d'un an. Plusieurs membres de l’équipe ont également connu des périodes d’arrêt et/ou quitté leur poste après avoir été déclarés inaptes. Vendredi 19 mars, Anne-Marie Charbonneaux, présidente du conseil d’administration de l’association liée au Magasin, nous a assuré qu’il en restait quatre, au chômage partiel. Le tout contre neuf équivalents temps plein au départ, selon nos informations. Une première salariée avait pourtant alerté le conseil d’administration sur des difficultés dès novembre 2019, avant d’être relayée, notamment par un syndicat qui a adressé des courriers aux administrateurs en février et juin l’année dernière. Des délégués du personnel et un médecin du travail

Continuer à lire

Anti-exotisme

Installation | Originaire de Guadeloupe, l’artiste Minia Biabiany investit l’espace d’exposition du Magasin des horizons avec une installation portée par ses réflexions sur l’identité guadeloupéenne et son histoire. Étonnant, sobre et poétique.

Benjamin Bardinet | Mardi 4 février 2020

Anti-exotisme

Lorsqu’elle arrive à Lyon pour ses études supérieures, Minia Biabiany réalise la méconnaissance qu’elle a de sa propre histoire, celle de la Guadeloupe. Méconnaissance qui se confronte à l’ignorance que les Métropolitains ont des territoires d’outre-mer. Il lui apparaît alors que l’incompréhension des questions qui la taraudent et à la hauteur de la volonté d’oubli imposé par la culture métropolitaine. « Je prends alors conscience que la question coloniale me traverse depuis des années et je décide de m’armer intellectuellement », explique-t-elle. Elle se plonge alors dans les écrits des penseurs antillais comme Aimé Césaire ou Édouard Glissant et s’interroge : « Comment amener ces questions dans mon travail par la matière ? » L’installation au Magasin des horizons, intitulée J’ai tué le papillon dans mon oreille, est une possibilité de réponse. Parcours sensible Le titre, aussi énigmatique que poétique, donne le ton de l’exposition. Il ne s’agit pas ici d’une œuvre documentaire sur l’histoire ou les questions identitaires propres aux Antilles, ni d’évoluer dans un univers gentiment exotique qui répondrait aux attentes du Métropol

Continuer à lire

La Trilogie, ou quand le Magasin des horizons, le CCN2 et le Pacifique « assument publiquement » leur trio

ACTUS | Nous étions à la conférence de presse organisée jeudi 14 mars au Magasin des horizons.

Aurélien Martinez | Mardi 19 mars 2019

La Trilogie, ou quand le Magasin des horizons, le CCN2 et le Pacifique « assument publiquement » leur trio

« On a voulu concrétiser quelque chose qui se passe déjà » : voilà comment Camille Planeix, coordinatrice du Magasin des horizons, explique le pourquoi du comment de la petite conférence de presse organisée la semaine dernière dans une des salles du centre d’art pour lancer officiellement la « coalition pluri·elles et opérationn·elles » baptisée La Trilogie. Un regroupement composé du Magasin des horizons, du Centre chorégraphique national de Grenoble (CCN2) et du Centre de développement chorégraphique national de Grenoble le Pacifique. Soit trois structures qui ont vu leur direction changer en 2016, et qui se sont alors rapidement rapprochées. « Jusque-là, c’était très intuitif » a expliqué Erell Melscoët, directrice du pôle territoire du CCN2. On peut par exemple parler des Grands Rassemblements du CCN2, auxquels le Magasin et le Pacifique ont été associés. « Maintenant, on assume publiquement et plus clairement ce trio. »

Continuer à lire

PB d'or 2018 : bonus

C'était 2018... | Avec un festival qui s'impose et un centre d'art qui change.

La rédaction | Mardi 18 décembre 2018

PB d'or 2018 : bonus

Le PB d’or du festival qui a su s’imposer : le Grenoble Street Art Fest En quelques années (depuis 2015 pour être précis), Grenoble et son agglo ont été profondément changé grâce au Grenoble Street Art Fest organisé par le centre d’art Spacejunk et son boss Jérome Catz. Ici, il n’est pas question de faire dans la demi-mesure : le street art est là pour être vu, avec notamment des fresques réalisées sur des murs gigantesques par des pointures du monde du street art. On est là sur de l’art grand public et grand spectacle (et ça fonctionne, certaines œuvres étant sublimes) fait pour attirer pas mal de curieux – dont la presse nationale qui, édition après édition, suit l’événement de plus en plus près. Pari réussi donc pour une aventure sur laquelle, à la base, et avec l’esprit bougon qui peut nous caractériser parfois (et vas-y que je t’institutionnalise une forme d’art à la base contestataire), on n’aurait pas

Continuer à lire

"Je marche donc nous sommes" : marche et rêve

Exposition | Malicieusement intitulée "Je marche donc nous sommes", l'exposition collective du centre d’art le Magasin des horizons s’attaque, avec principalement des vidéos, au versant contestataire de la marche. Une proposition tout en sobriété et originalité qui fait écho à l'actualité sociale et commémorative.

Benjamin Bardinet | Mardi 22 mai 2018

Lumières éteintes, murs laissés bruts, espaces dégagés et ponctués d'immenses structures cubiques d'où se dégage le halo lumineux des vidéos projetées : la scénographie de la nouvelle exposition du Magasin des horizons a de quoi déconcerter les fidèles du centre d'art. Rappelons toutefois que la situation délicate que traverse l'institution n'y est pas pour rien : le bâtiment donne de sérieux signes de faiblesse tandis que le chauffage et le système d'éclairage ont carrément déclaré forfait. Face à ces déconvenues, Béatrice Josse, directrice des lieux depuis 2016, a adopté la stratégie du judoka : tirer partie de la force de l’adversaire et faire ainsi de ces contraintes des atouts. D'où le choix de ne présenter quasiment que des vidéos (« des œuvres qui ne craignent absolument rien »). Et d’intégrer l’ensemble dans un programme plus vaste en partie hors les murs : la stimulante Académie de la marche, organisée depuis fin 2017 pour « questionner le déplacement contrai

Continuer à lire

Avec "Je marche donc nous sommes", le Magasin des horizons annonce (enfin) une exposition

ACTUS | Jeudi 26 avril, le centre d’art grenoblois le Magasin des horizons inaugurera sa première exposition sous l’air Béatrice Josse, sa nouvelle directrice arrivée en 2016 qui déplore toujours l’état de délabrement avancé du bâtiment. On l’a rapidement questionnée afin d'en savoir plus.

Aurélien Martinez | Mardi 20 mars 2018

Avec

Ça y est, le centre d’art grenoblois le Magasin, dirigé depuis 2016 par Béatrice Josse et rebaptisé Magasin des horizons, va enfin rouvrir ses portes au public sur une longue période – depuis deux ans, nous étions plutôt sur des événements sporadiques faits de performances, conférences, spectacles… Et ce avec l’exposition Je marche donc nous sommes prévue du 26 avril au 14 octobre et consacrée donc à la marche sous toutes ses formes – politiques, religieuses, festives… Cela veut-il dire que l’état du Magasin s’est amélioré, la nouvelle directrice ayant conditionné le retour d’expositions à la remise sur pied d’un bâtiment qu’elle assure avoir trouvé à son arrivée dans un état déplorable ? « Non ! On essaie juste de proposer des activités adaptées aux conditions extrêmes du Magasin actuel – il n’y a plus de chauffage l’hiver, il pleut à l’intérieur, il fait très chaud l’été… Donc pour l’exposition, on aura des vidéos, des photos dont les

Continuer à lire

Académie de la marche : le Magasin des horizons se met en marche

ACTUS | Samedi 16 décembre, le Magasin des horizons lance son Académie de la marche : un projet de rencontres transdisciplinaires (et sportives) auxquelles le public pourra participer tout au long de l’année 2018. Intriguant...

Alice Colmart | Mardi 12 décembre 2017

Académie de la marche : le Magasin des horizons se met en marche

Qui a dit que le sport n’était pas un sujet artistique ? À travers des rencontres, des assemblées, des expositions, l’Académie de la marche initiée par le centre d’art le Magasin des horizons compte bien lier les deux sujets. « La marche est un sujet traversé par les artistes depuis très longtemps. D’ailleurs, dès les années 1970, les artistes de land art pratiquaient la marche pour réaliser leurs œuvres » nous explique Camille Planeix, coordinatrice de l’événement au sein du centre d'art. Un projet original qui sera lancé samedi 16 décembre au centre de développement chorégraphique le Pacifique, lieu tout sauf anodin. « Pour l’inauguration, nous projetterons notamment des vidéos de la chorégraphe Trisha Brown qui a réalisé plusieurs pièces chorégraphiques autour de la marche. » Une inauguration au chaud avant le commencement des choses sérieuses en 2018… « Faire se rencontrer artistes et marcheurs » Ainsi, de janvier à mars, une dizaine de rencontres, ouvertes à tous, sont prévues en bivouacs. « On veut faire se rencontrer artistes et marcheurs pour qu’ils puissent discute

Continuer à lire

Béatrice Josse : « L’art contemporain, c’est autre chose que des expositions »

ACTUS | Depuis un an, il n’y a plus d’expositions au centre d’art le Magasin (devenu le Magasin des horizons) : un choix assumé par sa nouvelle directrice Béatrice Josse (au centre et en gris sur la photo avec son équipe), qui préfère organiser des temps forts pluridisciplinaires – « je ne m’inscris pas dans le champ de l’art contemporain des années 1980 ». Et qui, surtout, déplore l’état du bâtiment qu’elle a trouvé en arrivant à Grenoble. On fait le point avec elle.

Aurélien Martinez | Mardi 26 septembre 2017

Béatrice Josse : « L’art contemporain, c’est autre chose que des expositions »

Il y a un an, vous avez pris la tête du Magasin, le centre national d’art contemporain de Grenoble. Sauf que depuis ce temps, il n’y a plus d’expositions dans les lieux, mais de nombreux événements courts croisant les genres – la Nuit des idées, le Grand rassemblement, Slow is beautiful, les Sororales… Pourquoi ce choix ? Béatrice Josse : Parce que le centre d’art est sorti d’une période difficile [

Continuer à lire

Grenoble : zoom sur douze bâtiments phares du XXe siècle

Sélection | Grenoble est une très vieille ville, pleine d’impressionnants vestiges des siècles passés. Mais Grenoble est également une ville en mouvement que les architectes ont continué de façonner au siècle dernier. La preuve en douze monuments phares du XXe siècle, de la fameuse tour Perret au grandiose Musée de Grenoble, en passant par l’imposant Palais des sports ou le moderne (pour l’époque) Hôtel de Ville. Suivez-nous, la visite commence.

Charline Corubolo | Mardi 18 avril 2017

Grenoble : zoom sur douze bâtiments phares du XXe siècle

La tour Perret, phare grenoblois en quête d'avenir Illuminée de bleu en son sommet et révélée une fois par an par les feux d’artifices du 14 juillet, la tour Perret, située en plein parc Paul-Mistral, demeure un emblème grenoblois, à plus d’un titre. Car malgré sa façade grisâtre, l’édifice de presque un siècle, inauguré en 1925 pour l’Exposition internationale de la houille blanche et du tourisme, porte les ambitions modernistes du début du XXe, entre esthétique épurée et béton armé. Mais malgré les prouesses techniques, la tour se dégrade. Un chantier de rénovation va donc être lancé pour redorer le phare Perret. On remonte le fil de l'histoire dans cet article. Des halles au Magasin

Continuer à lire

D'intrigantes Sororales au Magasin des horizons

Festival | Événement « transgenre, transculturel et transgénérationnel » organisé à l’initiative du Magasin des horizons, "Les Sororales" accueille cinq jours durant rencontres, concerts, films, ateliers et spectacles autour des figures emblématiques de « la sorcière, la chamane, la démone, la cyborg... ». Décryptage.

Damien Grimbert | Mardi 4 avril 2017

D'intrigantes Sororales au Magasin des horizons

Cela n’aura pas échappé aux plus attentifs d’entre vous : la ligne directrice du centre national d’art contemporain Le Magasin (désormais rebaptisé « Magasin des horizons, centre d’arts et de cultures ») a profondément évolué depuis l’an passé et l’arrivée à sa tête de sa nouvelle directrice Béatrice Josse. Fini (semble-t-il – Béatrice Josse ne veut toujours pas s’exprimer sur cette question dans nos colonnes) les grandes expositions-évènements, place désormais à une approche plus transdisciplinaire construite autour de manifestations ponctuelles comme la récente Nuit des idées ou aujourd’hui Les Sororales. S’il est encore bien trop tôt pour évaluer la valeur et le bien-fondé de ce parti pris (tout juste regrettera t-on que le lieu ne soit désormais plus que très ponctuellement accessibl

Continuer à lire

Quoi de neuf cette saison à Grenoble côté expo ?

Saison 2016 / 2017 | Des infos en vrac, comme ça, juste pour le plaisir des amateurs d'art et des autres. De rien.

Charline Corubolo | Mardi 27 septembre 2016

Quoi de neuf cette saison à Grenoble côté expo ?

Une nouvelle tête Une nouvelle directrice, une nouvelle exposition qui n’en est pas une ; c’est une nouvelle ère qui commence au Magasin. Après une année mouvementée, la direction du Centre national d’art contemporain de Grenoble a été confiée à Béatrice Josse (photo), qui nous déclarait en mars dernier vouloir ouvrir le bâtiment aux artistes femmes mais aussi « queer, transgenres, de couleur… Tous ces invisibles dans un monde de l’art qui est quand même encore un lieu du machisme dominant ». Et pour cette première rentrée, la directrice et son équipe vont Hausser le ton du 15 octobre au 18 novembre. Un projet établi avec deux artistes, Joséphine Kaeppelin et Daria Lippi, qui proposera des performances et des visites décalées avant Titre 2016, exposition qui, elle, débutera en novembre dans la continuité des précédentes éditions de l’Exposition de Noël. ___________ Une ouverture

Continuer à lire

"Briser la glace" : des apprentis commissaires au Magasin

ARTS | Zoom sur l'école du Magasin, dont les six élèves de cette année ont imaginé l'exposition "Briser la glace" actuellement présentée au centre d'art.

Charline Corubolo | Mardi 14 juin 2016

Ouvert depuis avril 1986 dans le quartier grenoblois Bouchayer-Viallet, le Magasin demeure une structure encore bien mystérieuse pour de nombreux Isérois. Son école, conçue comme un pôle de recherches axé sur les pratiques curatoriales contemporaines, l'est encore plus. Fondée en 1987, la plateforme est alors l'un des premiers programmes en Europe à proposer un enseignement autour du métier de commissaire. Chaque session, composée d'un nombre réduit d'étudiants venus de tous horizons, offre ainsi une approche directe de la fonction de curateur en inscrivant l'apprentissage dans l'enceinte même du centre national d'art contemporain, oscillant entre recherche et pratique. Durant neuf mois, des travaux dirigés, des ateliers et des séminaires sont prodigués par des professionnels afin de développer une critique réflexive sur la mise en place des expositions et leur réception par le public. Des outils pragmatiques et pertinents accessibles aux jeunes du monde entier, avec cette volonté donc de former des professionnels tout en remettant perpétuellement en cause l'évolution des pratiques curatoriales. Cette année, la session 25 est composée de Chen Ben Chetrit, Lau

Continuer à lire

Béatrice Josse, le Magasin et « les invisibles de l’art »

ACTUS | Ça y est, le Magasin – centre national d’art contemporain de Grenoble a une nouvelle directrice en la personne de Béatrice Josse. On lui a passé un coup de fil pour en savoir plus sur ses projets et ses ambitions.

Aurélien Martinez | Vendredi 11 mars 2016

Béatrice Josse, le Magasin et « les invisibles de l’art »

Tout le monde a été « unanime » ; c’est même marqué dans le communiqué du Ministère de la culture envoyé à la presse mercredi 9 mars : « Audrey Azoulay, ministre de la culture et de la communication, en plein accord avec le maire de Grenoble, le président de la Région Auvergne Rhône-Alpes et le président du Conseil départemental de l’Isère, a donné son agrément à la nomination de Béatrice Josse à la direction du Magasin. » Voilà une sortie de crise par le haut après des mois de tensions dans le fameux centre national d’art contemporain de Grenoble – l’ancien directeur Yves Aupetitallot a été licencié après la grève lancée par une partie des salariés. On a du coup passé un coup de fil à la grande gagnante, qui est toujours en poste au Fonds régional d'art contemporain de Metz (elle le dirige depuis 1993), pour savoir comment elle avait accueilli sa nomination. « Bien (rire) ! Sinon je ne serais pas venue ! J’ai fait 20 ans sur le front de l’Est : je crois être aguerrie ! J’ai très envie de ven

Continuer à lire

Art contemporain : le Magasin se cherche un nouveau directeur

ACTUS | Yves Aupetitallot, qui dirigeait le centre depuis 1996, n'est plus directeur depuis octobre 2015 nous apprend le mail du Magasin officialisant le recrutement. Une fin à la crise rendue publique cet automne ?

Aurélien Martinez | Vendredi 8 janvier 2016

Art contemporain : le Magasin se cherche un nouveau directeur

La situation au Magasin semblait bloquée depuis quelques mois suite à la grève lancée par les salariés en septembre 2015 pour réclamer le départ du directeur Yves Aupetitallot – on a tout résumé ici il y a moins d'un mois avec notre bilan de 2015. Mais voilà qu'un mail vient de nous arriver ce vendredi 8 janvier informant que le centre d'art contemporain recherche un nouveau directeur / une nouvelle directrice, Yves Aupetitallot ne l'étant plus depuis octobre selon ce même mail. Si ça vous dit de postuler, l'annonce est à découvrir ici. En espérant que tout cela redonne une nouvelle impulsion à ce lieu important sur le plan local comme national pour l'art contemporain. Sinon, on le rappelle, l'expo en cours de Didier Faustino est prolongée jusqu'à la fin mars.

Continuer à lire

Noël ne se passe pas comme prévu

ARTS | Pour sa neuvième édition, l'exposition de Noël du Magasin s'avère inégale même si certains artistes méritent le détour. Direction l'Ancien musée de peinture.

Charline Corubolo | Mardi 22 décembre 2015

Noël ne se passe pas comme prévu

Le Magasin, centre national d'art contemporain de Grenoble, dévoile en cette fin d'année sa désormais traditionnelle Exposition de Noël à l'Ancien musée de peinture. Ayant pour ambition de présenter dans un même lieu une sélection hétéroclite d'artistes contemporains de la région Rhône-Alpes, cette nouvelle édition tient malheureusement plus du déballage de cadeaux de Noël que de la manifestation défricheuse de nouveaux talents artistiques. Comme au petit matin du 25 décembre, il y a certaines pièces présentées place Verdun que l'on souhaiterait échanger sur eBay. Mais fort heureusement ça reste Noël, avec dans le lot toujours de bonnes surprises. On (re)trouve les photographies de nature mortifère d'Alexis Berar découvertes en octobre à la galerie Ex Nihilo. Jérôme Cavaliere et Stéphane Déplan, eux, présentent une vidéo intitulée Désaccords faite de séquences de baston récupérées sur Internet sur lesquelles ont été apposés des sous-titres ironiques sur le discours de l'art. Dès lors, un dialogue plein d'humour et de

Continuer à lire

PB d'or 2015 : bonus

ACTUS | Cette année à Grenoble, on a notamment eu droit à de la politique culturelle difficile à suivre et de l'art contemporain dans la tourmente.

Aurélien Martinez | Mardi 22 décembre 2015

PB d'or 2015 : bonus

Le PB d’or du truc qu’on regarde d’un œil depuis longtemps sans toujours vraiment comprendre ce que c’est : la politique culturelle de la Ville de Grenoble Bon, on ne va pas encore tirer sur l’ambulance, mais quand même… On a pourtant essayé de comprendre, on est allés à tous les "chantiers de la culture" organisés par la mairie, on a disséqué toutes les paroles publiques du maire Éric Piolle et, surtout, de son adjointe aux cultures Corinne Bernard… Pourtant, rien n’y fait, on ne comprend toujours pas où ils veulent aller quand ils parlent de culture – la chasse aux gros ? le local à tout prix ? la culture jugée élitiste à la poubelle ? (oui, on se pose les mêmes questions que l’an passé). Et on n’est visiblement pas les seuls, le milieu culturel grenoblois, qui avait énormément soutenu Éric Piolle pendant la campagne des municipales de 2014, semblant lui aussi de plus en plus remonté après diverses décisions municipales abruptes – comme

Continuer à lire

PB d'or 2015 : expo

ARTS | En 2015, on est tombés amoureux d'un musée et d'un artiste.

Charline Corubolo | Mardi 22 décembre 2015

PB d'or 2015 : expo

Le PB d'or de l'artiste grenoblois qui dominera bientôt la peinture contemporaine : Johann Rivat La première incursion de Johann Rivat dans nos colonnes remonte à novembre 2011. Depuis, le peintre grenoblois ne cesse d'envahir les murs de la région avec ses toiles de révoltes urbaines aux couleurs hallucinantes : la galerie Showcase en mai 2014, l'exposition Confidences d'outre-tombe pour le versant contemporain avec son crâne « d'anniversaire » (qui a fait la une du PB), une participation à l'exposition collective Who's afraid of picture(s) en mars 2015 à l’École supérieure d'art et design Grenoble, une autre

Continuer à lire

PB d'or 2015 : musique et soirées

MUSIQUES | 2015 aura été marquée par l'ouverture d'une nouvelle salle à Grenoble et la confirmation du talent d'une artiste que l'on suit depuis longtemps au Petit Bulletin.

Aurélien Martinez | Mardi 22 décembre 2015

PB d'or 2015 : musique et soirées

Le PB d’or de la salle qui n’a pas déçu : la Belle électrique On en parlait depuis vingt ans de cette salle de 1000 places à Grenoble, pensée comme un intermédiaire entre un immense Summum et d’autres plus petits lieux. Inaugurée en janvier dernier avec une grosse soirée gratuite, la Belle électrique a rapidement trouvé son rythme de croisière entre têtes d’affiche populaires, musiciens moins bankables et soirées électro jusqu’à 6 heures du matin. Du coup, le public s’est très vite emparé de cet espace remarquablement pensé et aménagé qui, au passage, a ringardisé pas mal de salles plus classiques. « Une salle de 2015 » comme nous l’expliquait son boss à l’ouverture. Et aussi de 2016, 2017, 2018, 2019… Le PB d’or du meilleur album grenoblois : Alwâne de Djazia Satour Certes, il est sorti fin 2014, mais c’est cette année qu’on l’a découvert sur scène, en février à l’Ampérage pour être précis :

Continuer à lire

PB d'or 2015 : théâtre et danse

SCENES | Cette année, deux spectacles de théâtre nous ont fait un bien fou. Et un ponte de la danse a dû faire ses cartons.

Aurélien Martinez | Mardi 22 décembre 2015

PB d'or 2015 : théâtre et danse

Le PB d’or des spectacles grenoblois qui font du bien : Rue des voleurs (Bruno Thircuir) et Mon frère, ma princesse (Émilie Le Roux) Que ce soit avec le roman Rue des voleurs de Mathias Énard (sur un jeune ­Marocain qui finira à Barcelone) ou la pièce jeune public Mon frère, ma princesse de Catherine Zambon (sur un gamin de cinq ans qui veut simplement porter des robes), deux metteurs en scène grenoblois (Bruno Thircuir de la Fabrique des petites utopies et Émilie Le Roux des Veilleurs) ont, cette année, embrassé avec finesse des thèmes sociétaux forts pourtant sujets aux crispations et aux délires les plus dingues – la question des migrants pour l’un et celle des études de genre pour l’autre. En a résulté deux spectacles dépassionnés et, surtout, passionnants qui illustrent parfaitement comment des artistes peuvent défendre un discours humaniste et intelligent simp

Continuer à lire

PB d'or 2015 : cinéma

ECRANS | De cette année de cinéma, on a retenu un chef-d’œuvre charnel et une escroquerie familiale.

Vincent Raymond | Mardi 22 décembre 2015

PB d'or 2015 : cinéma

Le PB d’or du film le plus fantas(ma)tique : Love de Gaspar Noé Le fait qu’un groupuscule obscurantiste ait pleurniché auprès des tribunaux pour restreindre sa diffusion en réclamant que lui soit infligée une interdiction aux moins de 18 ans en raison de « scènes de sexe non simulées » (noooon ? pas possible dans un film qui s’appelle Love et qui traite d’une relation charnelle) confirme son statut de chef-d’œuvre. Car accuser Love d’outrage aux bonnes mœurs (comme Les Fleurs du mal ou Madame Bovary en leur temps) équivaut à décerner à Gaspar Noé un légitime brevet d’auteur classique contemporain. La moindre des choses : le cinéma qu’il propose s’attache à renouveler son médium, à dépasser ses contraintes et susciter des ressentis inédits chez les spectateurs. Love explore le champ de l’intime et de l’amoureux en utilisant des codes visuels du cinéma sensuel et la 3D autour d’un récit dramatiquement complexe, bannissant symétriquement l’hypocrisie de la représentation et la complaisa

Continuer à lire

Des nouvelles de la situation au Magasin, le centre national d'art contemporain de Grenoble

ACTUS | Les salariés s’étaient mis en grève le 17 septembre pour demander le départ du directeur. Puis l’avaient suspendue jusqu’au conseil d’administration du mercredi 30 septembre. On fait un point rapide à base de communiqué de presse.

Aurélien Martinez | Jeudi 1 octobre 2015

Des nouvelles de la situation au Magasin, le centre national d'art contemporain de Grenoble

La situation, résumée ici, bouge petit à petit au Magasin, le centre national d’art contemporain de Grenoble. Le conseil d’administration organisé mercredi 30 septembre a fait un peu évoluer les choses, si l’on en croit le communiqué de presse reçu ce jeudi 1er octobre de la part du CA. « Constatant un climat social profondément et durablement dégradé et l’aggravation récente de la situation de souffrance au travail de la majorité des salariés, le CA a, à l’unanimité, donné mandat à la Présidente pour mettre en œuvre tous moyens utiles pour remédier à cette situation, sans exclure l’engagement d’une procédure à l’encontre du Directeur. Les partenaires publics ont réaffirmé leur attachement à la pérennité du centre d’art et se sont engagés à maintenir les subventions en 2016. » À suivre donc.

Continuer à lire

Suspension de la grève au Magasin, le Centre national d’art contemporain de Grenoble

ACTUS | Onze des quinze salariés demandaient le départ du directeur Yves Aupetitallot. Ils suspendent leur mouvement de grève jusqu’au conseil d’administration prévu mercredi.

Aurélien Martinez | Jeudi 24 septembre 2015

Suspension de la grève au Magasin, le Centre national d’art contemporain de Grenoble

Le communiqué laconique reçu ce jeudi après-midi explique qu’ « après concertation, les 11 salariés grévistes du Magasin, en grève depuis le jeudi 17 septembre, ont décidé à l’unanimité de suspendre leur mouvement de grève à compter du vendredi 25 septembre au matin, et ce jusqu’à la tenue du conseil d’administration programmé le mercredi 30 septembre prochain ». Les grévistes dénonçaient la gestion du directeur ainsi qu’un manque de moyens pour travailler (tout est expliqué ici). Plus d’infos la semaine prochaine donc. D'ici là, vous pouvez en profiter pour découvrir l'exposition de Didier Faustino (photo).

Continuer à lire

Grève au Magasin, centre national d'art contemporain de Grenoble

ACTUS | Le lieu est fermé jusqu'à nouvel ordre. Le personnel demande « le départ imminent du directeur Monsieur Yves Aupetitallot, dont la gestion humaine et financière continue de constituer un grave danger pour la santé des salariés et pour la pérennité de la structure ».

Aurélien Martinez | Vendredi 18 septembre 2015

Grève au Magasin, centre national d'art contemporain de Grenoble

On savait depuis longtemps que la situation était difficile au Magasin, son directeur Yves Aupetitallot ayant été en arrêt maladie l'an passé (voir en bas de cet article). Il n'assurait plus le commissariat des nouvelles expositions, rôle du coup donné à des intervenants extérieurs. Mais ce n'étaient que des bruits rapportés : malgré nos relances, personne en interne ne voulait nous les confirmer officiellement. Et impossible de parler directement au directeur. La situation a pris un tournant plus franc ce jeudi 17 septembre avec la grève lancée par « la majorité » des salariés du Magasin. « Les difficultés humaines et budgétaires existent au Magasin depuis plusieurs années et la situation n'a eu de cesse de se détériorer ces derniers mois pour aboutir aujourd'hui à une impasse » explique le communiqué de presse envoyé ce vendredi. « Pas forcément envie d'en arriver là » Nous avons rencontré les grévistes (onze des quinze sal

Continuer à lire

Un voyage radiophonique avec l'École du Magasin

ARTS | Fruit d’un travail de longue haleine, Take You There Radio est un projet de radio éphémère initié par la Session 24 de l’École du Magasin. Conçu comme (...)

Damien Grimbert | Mardi 2 juin 2015

Un voyage radiophonique avec l'École du Magasin

Fruit d’un travail de longue haleine, Take You There Radio est un projet de radio éphémère initié par la Session 24 de l’École du Magasin. Conçu comme « une série de voyages dans l’espace et le temps », il réunit narrations de science-fiction, états de conscience altérés, retransmissions d’utopies et appropriations de sujets politiques, mais également appels téléphoniques, lettres d’amour, DJ-sets, interviews, tutoriaux… Pour remplir sa grille de programme, qui sera diffusée en streaming sur internet 24h sur 24 pendant cinq jours, la Session 24 a fait appel à quatre artistes invités en résidence, ainsi qu’à une véritable pléiade d’intervenants locaux comme internationaux, qui proposeront des œuvres spécifiquement conçues pour l’occasion. Et si la liste de ces derniers est bien trop longue pour être énumérée ici, elle promet de toute évidence de jolies surprises ! Et le public dans tout ça ? C’est prévu : également conçue comme une exposition, Take You There Radio accueillera les visiteurs dans son studio temporaire lors de séances d’écoute en fin d’après-midi jusqu’au 18 juin, avant d’enfin commencer à émettre le 19 juin à 19h (avec

Continuer à lire

Awards 2014 cinéma

ECRANS | L’award du meilleur film : Nymphomaniac Avant même sa sortie, le (double) film de Lars von Trier a créé la polémique, qui ne s’est pas calmée lorsque (...)

Christophe Chabert | Mardi 23 décembre 2014

Awards 2014 cinéma

L’award du meilleur film : Nymphomaniac Avant même sa sortie, le (double) film de Lars von Trier a créé la polémique, qui ne s’est pas calmée lorsque le premier volume est arrivé sur les écrans. De fait, on ne peut pas dire que Nymphomaniac ait fait l’unanimité, loin de là… Mais de tous les films de 2014, il paraît avec le recul (et l’arrivée, imminente, de sa version intégrale en DVD, celle souhaitée par l’auteur et qui lui donne sa pleine puissance opératique) le plus synchrone avec une certaine idée d’un cinéma authentiquement contemporain. Relecture très libre des Mille et une nuits, Nymphomaniac déploie pour raconter l’histoire de Joe, nymphomane autoproclamée, un dispositif où chaque chapitre est un nouveau mode de récit, et chaque récit une petite machine à produire de la figuration et de l’émotion. Drôle, cruel, violent et, bien sûr, pornographique, il s’affirme aussi comme une synthèse remarquable de tout le cinéma de Lars von Trier, mais dans une humeur moins dépressive qu’

Continuer à lire

Le Top Flop 2014 des lecteurs

ECRANS | Le Top 10 des lecteurs 1. Gone girl de David Fincher 2. Mommy de Xavier Dolan 3. The Grand Budapest Hotel de Wes Anderson 4. Her de Spike (...)

Christophe Chabert | Mardi 23 décembre 2014

Le Top Flop 2014 des lecteurs

Le Top 10 des lecteurs 1. Gone girl de David Fincher 2. Mommy de Xavier Dolan 3. The Grand Budapest Hotel de Wes Anderson 4. Her de Spike Jonze 5. Dallas buyers club de Jean-Marc Vallée 6. Only lovers left alive de Jim Jarmusch 7. Interstellar

Continuer à lire

Le Top Flop 2014 du PB

ECRANS | Le Top 2014 du PB 1. Nymphomaniac de Lars Von Trier 2. Winter sleep de Nuri Bilge Ceylan 3. The Grand Budapest hotel de Wes Anderson 4. Adieu au (...)

Christophe Chabert | Mardi 23 décembre 2014

Le Top Flop 2014 du PB

Le Top 2014 du PB 1. Nymphomaniac de Lars Von Trier 2. Winter sleep de Nuri Bilge Ceylan 3. The Grand Budapest hotel de Wes Anderson 4. Adieu au langage de Jean-Luc Godard 5. Gone girl de David Fincher 6. Leviathan d’Andreï Zviaguintsev 7.

Continuer à lire

Awards 2014 expo

ARTS | L'award de l'expo la plus geek : À quoi tu joues ? Depuis juin dernier, la Casemate (le centre de culture scientifique grenoblois) s'est transformée en (...)

Charline Corubolo | Mardi 23 décembre 2014

Awards 2014 expo

L'award de l'expo la plus geek : À quoi tu joues ? Depuis juin dernier, la Casemate (le centre de culture scientifique grenoblois) s'est transformée en temple du jeu vidéo dans lequel néons lumineux et manettes revisitées ouvrent une faille spatio-temporelle au cœur de la technologie. Cette « expo-à-jouer » dévoile des moteurs de recherche ultra high-tech comme le minitel, des jeux très XXIe siècle comme le Pac Man pédalo, et plein d'autres surprises. Sans conteste la meilleure manifestation sur la culture geek à Grenoble cette année, qui se prolonge jusqu'au 26 juillet, juste avant l'arrivée de Marty et Doc. L'award de l'expo contemporaine qui casse trois pattes à un canard : The Blackbird must be flying &

Continuer à lire

Award 2014 bonus

ACTUS | L’award de l’élue sympa : Corinne Bernard On l’a croisée plusieurs fois (notamment en septembre pour un grand entretien) : oui, Corinne (...)

Aurélien Martinez | Mardi 23 décembre 2014

Award 2014 bonus

L’award de l’élue sympa : Corinne Bernard On l’a croisée plusieurs fois (notamment en septembre pour un grand entretien) : oui, Corinne Bernard, la nouvelle adjointe « aux cultures » de la Ville de Grenoble arrivée aux affaires suite à l’élection d’Éric Piolle en mars dernier, est on ne peut plus sympathique. Bon, par contre, pour ce qui est de la politique culturelle de cette nouvelle équipe, c’est plutôt flou. Si des questions légitimes sont posées (le projet de certains lieux emblématiques comme le théâtre municipal, la répartition des subventions, la place de l’émergence…), pour l’instant, on n’arrive pas vraiment à déceler la ligne directrice de tout ça – la chasse aux gros ? le local à tout prix ? la culture jugée élitiste à la poubelle ? Puis franchement, le mot culture au pluriel dans l’intitulé de la délégation, ça sert vraiment à quelque chose ? Mais comme au PB on est très optimistes, et qu’un coup de pied dans la fourmilière peut avoir du bon s’il n’est pas administré en mo

Continuer à lire

Awards 2014 musique

MUSIQUES | L’award de la langue qu’on aime bien entendre : le français Juillet 2014 : le groupe Frànçois & the Atlas Mountains livre le meilleur concert de la (...)

Aurélien Martinez | Mardi 23 décembre 2014

Awards 2014 musique

L’award de la langue qu’on aime bien entendre : le français Juillet 2014 : le groupe Frànçois & the Atlas Mountains livre le meilleur concert de la seizième édition du Cabaret frappé – non, ce n’était pas celui de Tricky ! Octobre 2014 : les Innocents, groupe culte des années 90 à la musique intemporelle, se reforment en mode duo et passent par la Source de Fontaine. Novembre 2014 : le "pop father" Étienne Daho enflamme littéralement la MC2. Trois exemples qui ont une fois de plus confirmé (ou démontré à ceux qui l’ignoraient) que

Continuer à lire

Awards 2014 théâtre

SCENES | L’award de celui qui aurait dû recevoir un award depuis longtemps : Grégory Faive Octobre 2011 : le CLC d’Eybens, lieu notamment tourné vers la création (...)

Aurélien Martinez | Mardi 23 décembre 2014

Awards 2014 théâtre

L’award de celui qui aurait dû recevoir un award depuis longtemps : Grégory Faive Octobre 2011 : le CLC d’Eybens, lieu notamment tourné vers la création contemporaine locale, propose un cycle consacré au monologue. Parmi les trois propositions, on découvre celle de Grégory Faive autour du Petit lexique amoureux du théâtre de Philippe Torreton, qui évoque avec humour tous les à-côtés de son art. Alors qu’on s’attendait à une petite forme bien sympathique à la durée de vie limitée, on assiste à l’éclosion d’une aventure théâtrale passionnante (baptisée Pourvu qu'il nous arrive quelque chose) qui grandira et s’épanouira au fil des mois dans des salles toujours plus grandes. Après quinze jours de représentation en mai dernier à la MC2 et un festival d’Avignon cet été, le spectacle continue encore sa tournée – il sera au Grand Angle et à la Faïencerie la saison prochaine. Un vérita

Continuer à lire

Awards 2013 cinéma

ECRANS | L'award du meilleur film : Gravity d’Alfonso CuarónDepuis Les Fils de l’homme, on savait que Cuarón était un visionnaire… Avec Gravity, il l’a démontré au-delà de (...)

Christophe Chabert | Vendredi 20 décembre 2013

Awards 2013 cinéma

L'award du meilleur film : Gravity d’Alfonso CuarónDepuis Les Fils de l’homme, on savait que Cuarón était un visionnaire… Avec Gravity, il l’a démontré au-delà de toutes les attentes, créant un spectacle cinématographique inédit tout en prolongeant ses obsessions d’auteur, réussissant à la fois une œuvre intimiste et immersive, simple et ouverte sur l’infini. Par ailleurs, le cinéaste mexicain a inventé une sorte de blockbuster minimaliste ; on est curieux de savoir quelles leçons Hollywood tirera de cette expérience…  L'award du pire film : Tip Top de Serge Bozon C’est devenu une habitude : l’award du pire film de 2013 revient à une grosse arnaque, qui déguise son incompétence derrière de la fausse légèreté. Il n’y a rien de plus lourd, pourtant, que ce

Continuer à lire

Le Top Flop de la rédaction 2013

ECRANS | Top 10 1/ Gravity d’Alfonso Cuarón2/ Inside Llewyn Davis de Joel & Ethan Coen3/ Mud de Jeff Nichols4/ Spring breakers d’Harmony Korine5/ L’Inconnu (...)

Christophe Chabert | Vendredi 20 décembre 2013

Le Top Flop de la rédaction 2013

Top 10 1/ Gravity d’Alfonso Cuarón2/ Inside Llewyn Davis de Joel & Ethan Coen3/ Mud de Jeff Nichols4/ Spring breakers d’Harmony Korine5/ L’Inconnu du lac d’Alain Guiraudie6/ La Vie d’Adèle : chapitres 1 & 2 d’Abdellatif Kechiche7/

Continuer à lire

Le Top Flop des lecteurs 2013

ECRANS | Top 10 1/ Django unchained de Quentin Tarantino2/ Gravity d’Alfonso Cuarón3/ La Vie d’Adèle : chapitres 1 & 2 d’Abdellatif Kechiche4/ Mud de Jeff (...)

Christophe Chabert | Vendredi 20 décembre 2013

Le Top Flop des lecteurs 2013

Top 10 1/ Django unchained de Quentin Tarantino2/ Gravity d’Alfonso Cuarón3/ La Vie d’Adèle : chapitres 1 & 2 d’Abdellatif Kechiche4/ Mud de Jeff Nichols5/ L’Inconnu du lac d’Alain Guiraudie6/ Alabama Monroe de Felix Van Groeningen7/

Continuer à lire

Awards 2013 bonus

ACTUS | L’award de la polémique qui fait du bien à la presse locale : celle autour de l’Ampérage C’est en avril dernier que tout a commencé. L’Ampérage, salle (...)

Aurélien Martinez | Jeudi 19 décembre 2013

Awards 2013 bonus

L’award de la polémique qui fait du bien à la presse locale : celle autour de l’Ampérage C’est en avril dernier que tout a commencé. L’Ampérage, salle incontournable des nuits grenobloises située au bout du cours Berriat, se voyait contrainte par la préfecture d’arrêter d’organiser des soirées jusqu’à cinq heures du matin. Branle-bas de combat du côté des associations programmant dans le lieu, qui déplorent que l’on tue les cultures s’exprimant la nuit. « La législation n’est pas en accord avec la réalité des pratiques culturelles aujourd’hui. Ce n’est pas parce que l’on ferme à cinq heures du matin qu’on est forcément une discothèque » déplorait dans nos colonnes Thomas Antoine, président du Stud, l’association qui gère l’Ampérage. Un article qui a explosé nos compteurs de fréquentation du site, celui-ci circulant notamment de façon virale sur les réseaux sociaux (faut dire qu’on résumait plutôt bien la situation !). Comme tous ceux de nos confrères d’ailleurs, qui ont eux aussi suivi l’affaire de près. Moralité : dans l

Continuer à lire

Awards 2013 musique

MUSIQUES | L’award du meilleur single made in Grenoble : Instant T de Peau En juin dernier, la Grenobloise Perrine Faillet, alias Peau, sortait le beau clip de (...)

Aurélien Martinez | Jeudi 19 décembre 2013

Awards 2013 musique

L’award du meilleur single made in Grenoble : Instant T de Peau En juin dernier, la Grenobloise Perrine Faillet, alias Peau, sortait le beau clip de son single Instant T annonçant son second album – Archipel, qui fait suite à Première mue. Un morceau pop et synthétique nappé d’électronique d’une subtilité remarquable, à l’image de son univers musical (proche de celui d’une Émilie Simon). Et une voix en français, presque susurrée par moments, qui offre une innocence aérienne à cet Instant T. Un petit bijou dont on reparlera plus longuement en mars prochain à l’occasion du concert que donnera Peau à la Bobine, où elle sera accompagnée sur scène d’Olivier Depardon à la guitare et de Damien Litzler à la batterie.    L’award de la soirée de l’année qui a failli tomber à l’eau : celle des 20 ans du Petit Bulletin Mercredi 18 septembre, 17h. Dans une heure, nous allons fêter nos 20 ans place Vict

Continuer à lire

Awards 2013 théâtre

SCENES | L’award du meilleur espoir : la compagnie des Gentils Ça fait un bout de temps que la petite bande issue en partie du conservatoire de Grenoble et (...)

Aurélien Martinez | Jeudi 19 décembre 2013

Awards 2013 théâtre

L’award du meilleur espoir : la compagnie des Gentils Ça fait un bout de temps que la petite bande issue en partie du conservatoire de Grenoble et réunie autour du metteur en scène Aurélien Villard fait son nid dans le milieu grenoblois, toujours guidée par l’envie de proposer un théâtre généreux et non intimidant. On a souvent pu la croiser à l’Espace 600, qui la soutient depuis longtemps, mais aussi à l’Amphidice (sur la fac) ou au festival Textes en l’air de Saint-Antoine-l’Abbaye (Aurélien Villard vient de ce village isérois). Pourquoi un award maintenant du coup ? Parce que 2013 est véritablement l’année du décollage pour les Gentils, grâce à leur création La Carriole fantasque de Monsieur Vivaldi qui vient d’être produite par le Théâtre nouvelle génération de Lyon – et non par une structure grenobloise, mais bon ! Un acte de professionnalisation (avant, c’était en mode débrouille, alors que là, tout le monde est payé) qui ouvre de nouvelles voies à ces saltimbanques adeptes du théâtre chanté et,

Continuer à lire

Votez pour les Petit Bulletin awards

ACTUS | PB awards, troisième édition. Dans notre numéro du 25 décembre, nous reviendrons sur l’année culturelle écoulée. L’occasion de décerner nos traditionnels PB awards (...)

Aurélien Martinez | Mardi 3 décembre 2013

Votez pour les Petit Bulletin awards

PB awards, troisième édition. Dans notre numéro du 25 décembre, nous reviendrons sur l’année culturelle écoulée. L’occasion de décerner nos traditionnels PB awards dans toutes les rubriques (ciné, théâtre, musique, expo...). Et comme l’an passé, nous vous donnons aussi la parole. Outre notre traditionnel Top / Flop cinéma, livrez-nous vos impressions sur l’année culturelle qui s’achève. Quel concert vous a retournés ? Quel spectacle a été une claque pour vous ? Quelle expo mettriez-vous en top ? Et quelles sont vos déceptions ? Pour cela, deux possibilités : commentez cet article, ou écrivez-nous à pbawards@petit-bulletin.fr Nous publierons vos meilleures remarques dans notre numéro spécial PB Awards.

Continuer à lire

Le Magasin et ses artistes bien mont(r)és

ARTS | On lit avec le sourire ce début de présentation du CNAC : « Deimantas Narkevizius est un des artistes lituaniens les plus reconnus sur la scène artistique (...)

Aurélien Martinez | Lundi 30 septembre 2013

Le Magasin et ses artistes bien mont(r)és

On lit avec le sourire ce début de présentation du CNAC : « Deimantas Narkevizius est un des artistes lituaniens les plus reconnus sur la scène artistique internationale... » En l'occurrence un ancien sculpteur qui travaille aujourd'hui sur la narration et le thème de la Guerre Froide à travers des vidéos. Si nous nous amusons que le Magasin joue encore à qui a la plus grande, nous nous réjouissons de pouvoir y découvrir des artistes singuliers, lointains et parfois émergents. D'autant que notre célébrité exposera en compagnie d'un autre Lituanien, Vytautas Virzbickas, mettant en scène de manière quasi théâtrale des sculptures réalistes et d'autres éléments d'installations. Après cette immersion balte (du 13 octobre au 5 janvier), le Magasin proposera une alléchante exposition monographique consacrée à l'ancienne performeuse américaine Ericka Beckman (du 8 février au 27 avril). L'artiste réalise maintenant essentiellement des films expérimentaux qui mettent sens dessus dessous les codes filmiques et les structures narratives habituels. Concrètement, cela peut prendre la forme aussi bien de « comédies musicales » loufoques et sur

Continuer à lire

Abstraction universelle

ARTS | Entre abstraction et culture kitsch, le Magasin peut se targuer d'accueillir entre ses murs l’œuvre protéiforme, à la fois minimale, pop et ultra-colorée d'Anselm Reyle. Véritable figure montante (voire étoile filante) de l'art contemporain, ce jeune quadragénaire bouillonnant de créativité s'est imposé en quelques années sur la scène internationale comme l'un des plus grands artistes contemporains allemands de sa génération. Laetitia Giry et Christine Sanchez

Laetitia Giry | Lundi 18 février 2013

Abstraction universelle

Ultracore, l’exposition d’Anselm Reyle au Magasin, est divisée en deux parties se révélant comme les deux faces d’une même pièce. L’espace de la Rue se voit maculé d’une fresque explosive – pots de peinture noire et rose fluo jetés avec rage et détermination –, et encombré de déchets lui donnant justement un petit air de déchetterie. Cette provocation est le point central du travail de l’artiste qui, utilisant divers rebus ou conglomérats, s’attache à en redéfinir la nature pour obtenir un objet dont l’aspect luxueux ne ferait aucun doute. C’est ce que l’on découvre mieux dans le second volet de l’exposition, où se fait jour toute l’ironie kitsch avec laquelle il redonne leurs lettres de noblesses à ces choses cassées, perdues, déçues. Cachée dans les salles, cette partie s’arpente dans une obscurité favorisant l’immersion, un parcours ombreux perturbé seulement par l’illumination des sculptures et autres tableaux, sublimés grâce à la trajectoire très précise de simples spots. De l’entremêlement de néons à l’entrée, pluie électrique évoquant autant la fête que la pendaison, des sculptures difformes étincelantes d’un vernis irisé, d’une laque précieuse, jusqu’aux meules

Continuer à lire

Glamour à mort

ARTS | Cet hiver, le glamour se glisse dans l’antre froid du Centre national d'art contemporain (Magasin) avec l’exposition Ultracore de l’artiste berlinois (...)

Laetitia Giry | Mardi 8 janvier 2013

Glamour à mort

Cet hiver, le glamour se glisse dans l’antre froid du Centre national d'art contemporain (Magasin) avec l’exposition Ultracore de l’artiste berlinois très hype Anselm Reyle. Preuve vivante que l’on peut mener une carrière d’artiste contemporain en collaborant avec des grands noms de la mode comme Dior (il a créé une collection de sacs et de produits de maquillage pour la maison l’année passée), et que la transversalité peut étonner et non pas seulement lasser… Couleurs flash et paillettes, objets de récupération, matières aux reflets métalliques sont autant d’ingrédients utilisés par Reyle pour revisiter les codes du kitsch. Le pop et le clinquant de ces tableaux et sculptures cachent-ils un univers plus profond, comme une porte scintillante ouvrant sur des tréfonds de sens insoupçonnés ? Ou ne s’apprécie-t-il qu’en surface, pour son décalage et son ironie ? Réponse le 17 février.

Continuer à lire

De la rouille dans le moteur

ECRANS | Le Top 2012 de la rédaction et de nos lecteurs consacre deux films français, ce qui n’est pas forcément à l’image d’une année cinéma où le bon cinéma est venu de partout : des indépendants américains, du cinéma d’animation ou des cinéastes hors la loi. Bilan détaillé. Christophe Chabert

Aurélien Martinez | Mercredi 26 décembre 2012

De la rouille dans le moteur

En près de six ans de Top Flop, on n’avait jamais vu ça : un quatuor français en guise de vainqueurs et de perdants de notre référendum. Côté winners,  De rouille et d’os de Jacques Audiard et Holy Motors de Leos Carax ; côté losers,  Un plan parfait de Pascal Chaumeil et Stars 80 du tandem Langmann / Forestier. À signaler que votre Top Flop est, niveau réalisateurs, similaire à celui de 2009, où Un prophète avait fini 1er du top, et à celui de 2008 avec Astérix aux jeux olympiques premier du flop. Mais

Continuer à lire

Le Top / Flop de la rédaction

ECRANS | Les dix meilleurs et les dix pires films de 2012 selon la rédaction du Petit Bulletin.

Christophe Chabert | Jeudi 20 décembre 2012

Le Top / Flop de la rédaction

Le Top 10 de la rédaction 1. Holy Motors de Leos Carax 2. Moonrise Kingdom de Wes Anderson 3. Cheval de guerre de Steven Spielberg 4. Les Bêtes du sud sauvage de Benh Zeitlin 5. Cosmopolis de David Cronenberg 6. Kill list de Ben Wheatley 7.

Continuer à lire

Le Top / Flop des lecteurs

ECRANS | Les dix meilleurs et les dix pires films de 2012 choisis par nos lecteurs

Christophe Chabert | Jeudi 20 décembre 2012

Le Top / Flop des lecteurs

Le Top 10 des lecteurs 1. De rouille et d’os de Jacques Audiard 2. Bullhead de Michael R. Roskam 3. Amour de Michael Haneke 4. Moonrise Kingdom de Wes Anderson 5. Holy Motors de Leos Carax 6. Take shelter de Jeff Nichols 7. Killer Joe de William Friedkin 8.

Continuer à lire

Awards 2012 cinéma

ECRANS | L’award du meilleur film de l’année : Holy Motors De Leos Carax, on n’attendait plus grand chose, après treize ans de silence et un Pola X extrêmement (...)

Aurélien Martinez | Mercredi 19 décembre 2012

Awards 2012 cinéma

L’award du meilleur film de l’année : Holy Motors De Leos Carax, on n’attendait plus grand chose, après treize ans de silence et un Pola X extrêmement décevant. La surprise a donc été de taille lorsqu’on a découvert ce rêve éveillé qu’est Holy Motors, où Denis Lavant se promène à l’intérieur d’un monde qui ressemble à un film (de Carax), incarnant une dizaine de personnages devant des caméras invisibles, passant de l’un à l’autre grâce à une limousine blanche qui, elle-même, finira au garage comme une antiquité d’un autre siècle. Mélancolique et désenchanté dans son projet, Holy Motors est joyeux et gourmand dans son appétit de filmer, sa manière de réinvestir tous les genres pour en livrer des visions uniques, sa façon de réfléchir les grands sujets du moment par la poésie pure et l’évocation inspirée. Une œuvre unique qui a trouvé des défenseurs inattendus (de Jan Kounen à Richard Kelly, et jusqu’aux critiques de Los Angeles qui l’ont élu meilleur film étranger de l’année).   L’award du flop de l’année :

Continuer à lire

Awards 2012 bonus

ACTUS | L’award de la meilleure une mensongère : le n°860 Pour illustrer notre dossier d’octobre dernier sur la faible place accordée aux femmes dans le monde (...)

Aurélien Martinez | Mercredi 19 décembre 2012

Awards 2012 bonus

L’award de la meilleure une mensongère : le n°860 Pour illustrer notre dossier d’octobre dernier sur la faible place accordée aux femmes dans le monde culturel, on s’est creusé la tête. Pour finalement arriver à cette image guerrière qui en jetait en couverture. Que ceux qui ont pensé qu’un troisième Kill Bill sortait sur les écrans nous pardonnent.   L’award de la meilleure insulte : « Petit Bulletin, petite putain » Le Petit Bulletin est lu : on en a souvent la preuve grâce à vos réactions enflammées qui nous parviennent par lettres, mails ou sur les réseaux sociaux. En septembre sur Facebook, on est ainsi tombés sur la logorrhée d’une association qui nous reprochait (à tort en plus) de ne pas avoir causé de son événement. Avec, lovée au sein de la longue discussion multipartite, cette insulte emplie de poésie et d’amour envers la gent féminine. Du coup, on l’a affichée dans nos bureaux, et on la regarde chaque fois que l’on a

Continuer à lire

Awards 2012 expo

ARTS | L’award de la meilleure exposition : Philippe Cognée au Musée de Grenoble Le Musée de Grenoble est un joyau local (voire plus), dirigé par un Guy Tosatto qui (...)

Aurélien Martinez | Mercredi 19 décembre 2012

Awards 2012 expo

L’award de la meilleure exposition : Philippe Cognée au Musée de Grenoble Le Musée de Grenoble est un joyau local (voire plus), dirigé par un Guy Tosatto qui sait concevoir des expositions intelligentes sur des figures passionnantes de l’histoire récente de l’art. La dernière en date, visible jusqu’au 3 février, met en avant l’œuvre singulière de Philippe Cognée, peintre français qui s’inscrit dans la lignée d’artistes comme Gerhard Richter, exposé quant à lui en 2009. Un travail précieux très habilement mis en espace. Étaient également en lice pour obtenir ce (prestigieux) prix : Marc Desgrandchamps au Vog, Kimura au Musée Hébert (jusqu’au 6 janvier 2013), et

Continuer à lire

Awards 2012 théâtre

Théâtre | Les awards des meilleurs espoirs : Émilie Geymond et Julien Anselmino À Grenoble, grâce à un vivier impressionnant (le Conservatoire d’art (...)

Aurélien Martinez | Mercredi 19 décembre 2012

Awards 2012 théâtre

Les awards des meilleurs espoirs : Émilie Geymond et Julien Anselmino À Grenoble, grâce à un vivier impressionnant (le Conservatoire d’art dramatique doit y être pour quelque chose !), nous avons une poignée d’excellents comédiens. Émilie Geymond et Julien Anselmino sont de ceux-ci. Elle, interprète franchement désopilante et toujours juste, que l’on a pu voir cette année grimée en vieille dame pour un solo joué en septembre lors de la soirée de présentation de saison du Tricycle, ou en avril sur la scène du Théâtre 145 en maîtresse de maison débordée dans Une souris grise (mise en scène de Grégory Faive). Lui, comédien vu cette année dans le spectacle Lys Martagon d’Émilie Le Roux, et que l’on croisera en janvier prochain au Tricycle dans la nouvelle créa

Continuer à lire

Awards 2012 musique

MUSIQUES | L’award du meilleur fumoir pendant un festival : la tribune du Stade des Alpes L’interdiction de fumer dans les lieux publics a poussé certains (...)

Aurélien Martinez | Mercredi 19 décembre 2012

Awards 2012 musique

L’award du meilleur fumoir pendant un festival : la tribune du Stade des Alpes L’interdiction de fumer dans les lieux publics a poussé certains organisateurs de soirées à innover. Les tauliers de l’asso MixLab, qui géreront la nouvelle salle dédiée aux musiques actuelles prévue pour 2014, sont de ceux-ci. En septembre dernier, pour leur festival Jour & Nuit, ils avaient investi divers lieux patrimoniaux emblématiques de Grenoble : le Muséum d’histoire naturelle, l’école d’art... Et surtout l’un des salons du Stade des Alpes, avec vue imprenable sur la pelouse vide via les tribunes. Des tribunes transformées ainsi en fumoir, d’où l’on pouvait se reposer entre deux sets électro : classe. L’award du meilleur clip made in Grenoble : Le Topo des Monkey Theorem Présent sur leur premier album Instinct Primate, le morceau Le Topo du groupe grenoblois Monkey Theorem est agréable et efficace – on reste certes dans un rap très classique, avec néanmoins quelques ajouts groovy pertinents. Mais c’es

Continuer à lire

Les Petit Bulletin awards

ACTUS | Quel concert vous a retournés cette année ? Quelle pièce de théâtre ou de danse vous a scotchés à votre siège ? Quel film vous a emportés ? Quelle expo vous a émus au (...)

Aurélien Martinez | Mardi 4 décembre 2012

Les Petit Bulletin awards

Quel concert vous a retournés cette année ? Quelle pièce de théâtre ou de danse vous a scotchés à votre siège ? Quel film vous a emportés ? Quelle expo vous a émus au point de pleurer toutes les larmes de votre corps en sortant (oui, ne mentez pas, on sait que vous êtes des grands sensibles) ? N'hésitez pas à nous livrer vos retours sur l'année culturelle écoulée*, nous les lirons avec soin. Et nous publierons même les plus pertinents dans notre édition du 26 décembre, consacrée au PB awards. À vos claviers ! Et n'oubliez pas de voter pour notre Top flop cinéma. * Pour donner votre avis, rien de plus simple: il suffit de vous créer un compte, grâce au lien en bas de cet article (oui, ce lien-ci). En quinze secondes c'est fait ! Il ne vous restera plus alors qu'à poster votre commentaire. Et d'autres commentaire

Continuer à lire