Émile Savitry : la vie parisienne en noir et blanc

ARTS | Peintre et photographe oublié du XXe siècle, Émile Savitry (1903-1967) n'a eu de cesse de capter l'essence du Montparnasse des années 1930-1950. Avec ses clichés en noir et blanc, personnels ou professionnels, se dessine la vie culturelle de l'époque en clair-obscur. Présentation de l'artiste et de son travail avec Sophie Malexis, commissaire de l'exposition. Propos recueillis par Charline Corubolo

Charline Corubolo | Mardi 30 juin 2015

Photo : Nu de l’Académie de la Grande Chaumière à Montparnasse, Paris, 1950-1951. Photo Émile Savitry courtesy Sophie Malexis


Comment avez-vous découvert l'œuvre d'Émile Savitry, photographe et peintre oublié du XXe siècle ?

Sophie Malexis : Lorsque je travaillais au service photo du quotidien Le Monde, j'ai organisé une exposition qui inaugurait les nouveaux locaux du journal à Montparnasse et qui rendait hommage à l'histoire du quartier au XXe siècle à travers plusieurs artistes. C'est à ce moment que j'ai découvert l'œuvre d'Émile Savitry, ce qui m'a permis de rencontrer sa femme pour lui demander des autorisations. Par la suite, j'ai eu d'autres occasions de recroiser sa route quand j'ai publié des photographies pour des dossiers concernant Jacques Prévert et Marcel Carné.

Quand j'ai quitté le journal, j'ai choisi de réveiller les belles endormies qui étaient conservées dans des collections privées ou publiques et Savitry a été le premier dont je me suis occupé. Il m'a semblé qu'il y avait là une œuvre qui n'avait jamais vraiment été révélée, n'avait jamais fait l'objet d'une monographie. J'ai alors rencontré Paco, le fils d'Émile Savitry, pour découvrir les archives conservées dans cette famille d'artistes.

Savitry a créé une œuvre originale et diversifiée. Mais c'était quelqu'un de discret, un personnage qui ne cherchait ni la renommée ni à faire recette. Il est temps aujourd'hui qu'il sorte de l'ombre et qu'on reconnaisse son talent. Il est mort trop jeune [en 1967 à 64 ans – NDLR], avant qu'on connaisse la photographie de Robert Doisneau et toute cette vague de photographes qui a vraiment été portée à la connaissance du grand public à partir des années 1970.

D'où est née l'idée d'une collaboration avec le musée Géo-Charles ? Des liens existaient entre le photographe et le poète et écrivain français Géo-Charles ?

Mon travail de promotion de l'œuvre de Savitry réside dans la recherche de lieux qui puissent accueillir cette exposition, trouver un écrin qui ait un lien avec l'œuvre et la perspective du musée. L'exposition a vu le jour en Espagne en 2011 dans un musée à Valence. Dans le cadre du musée Géo-Charles, c'était plus qu'une évidence puisque Géo-Charles est aussi un personnage complètement inscrit dans cette période de Montparnasse, dans la vie des artistes. C'est aussi quelqu'un qui est à la croisée des chemins entre littérature, l'artistique et le sport. La période et le milieu artistique de Montparnasse, c'est exactement leur point commun. Quand j'ai écrit à Élisabeth Chambon, conservatrice du musée, elle a réagi immédiatement.

Il s'agit d'une œuvre singulière, des photographies dont la construction est proche de la peinture

Travaillant d'après un fonds de la famille, vous avez dû faire des choix. Comment avez-vous procédé ?

Il s'agit avant tout d'un long travail d'accouchement puisqu'il existe très peu de tirages originaux dans les collections Savitry, qu'elles soient publiques ou privées. J'ai fait des recherches de publications, un gros travail en bibliothèque, et il a donc fallu que je révèle les négatifs. La collection est faite principalement de négatifs rangés par thématiques ou pas, seulement annotés par des détails inscrits par la femme de Savitry, des détails précieux ou erronés, d'où le travail de recherche pour valider les commentaires. Ça m'a pris cinq ans.

Mais le plus important était de restituer l'œuvre de Savitry le plus fidèlement possible car il s'agit d'une œuvre singulière, des photographies dont la construction est proche de la peinture. La manière de concevoir ses photos et ses cadrages a un lien avec le peintre qu'il était à l'origine.


Émile Savitry, un photographe de Montparnasse


Musée Géo-Charles 1 rue Géo-Charles Échirolles
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Les Journées du patrimoine s'habillent d'art

CONNAITRE | Malgré leur séduisant manteau minéral (ou synthétique!), les vieilles pierres en tout genre ne détiennent pas à elles seules la vérité de l'héritage culturel. Pour la 32e édition des fameuses Journées européennes du patrimoine qui ont lieu ce week-end, une douce brise (im)matérielle et artistique balaie Grenoble et ses alentours avec des propositions variées et porteuses d'audace. Petite sélection subjective centrée sur l’art. Charline Corubolo et Aurélien Martinez

Charline Corubolo | Mardi 15 septembre 2015

Les Journées du patrimoine s'habillent d'art

Paris retrouvée En juin dernier, on avait écrit ici tout le bien que l'on pensait de la dernière exposition du Musée Géo-Charles consacrée à Émile Savitry, photographe oublié du XXe siècle – la photo ci-dessus est de lui. Un artiste qui a magnifiquement su capter l'essence du Montparnasse des années 1930-1950. Découvrir son travail avec une habitante du Paris de ces années-là est donc une aubaine, réalisable pendant ce week-end. Mais une habitante particulière : pas une relique vivante qui viendrait nous conter son histoire, mais un personnage composé spécialement pour l'occasion par la comédienne Émilie Geymond. Connaissant le talent d'interprète de la Grenobloise, qui sait magnifiquement croquer des figures en appuyant fortement certains traits sans que cela fasse trop (la preuve avec son héroïne fétiche Marie-Christine Duval), on ne peut que vous con

Continuer à lire