Le monde inuit s'expose au Musée dauphinois

ARTS | Le Nunavik n'est pas peuplé de redoutables marcheurs blancs venus de la série "Game of Thrones" mais d'Inuits, peuple de l'Arctique québécois. Parés de leurs fourrures, ces derniers ont traversé les siècles glacés. Une expédition organisée par le Musée dauphinois retrace avec habilité leur histoire. Charline Corubolo

Charline Corubolo | Mardi 5 avril 2016

Photo : Charline Corubolo


Longer les pierres du Musée dauphinois pour arriver sur une banquise du Grand Nord est une expérience déroutante mais séduisante. Une transition de décor qui permet de mettre en parallèle le double intérêt de la nouvelle exposition du lieu intitulée Nunavik, en terre Inuit. Si on s'accorde sur le fait que l'Isère est loin d'être une terre d'igloo, il n'en reste pas moins que les Paléoesquimaux qui ont investi la région de l'Arctique il y a environ 8000 ans ont des similarités avec les anciennes populations alpines, notamment concernant l'adaptation à un environnement compliqué.

Le second intérêt de l'exposition est d'aller au-delà des clichés. Le musée propose ainsi une exploration de cette population lointaine désormais appelée Inuit ("être humains" en inuktitut), remplaçant la connotation négative d'Esquimau ("mangeur de viande crue"). Nunavik correspond au territoire du Québec habité par ces peuples autochtones. Voici pour l'explication de texte : place au dépaysement.

Traversées glaciaires

Car comme souvent au Musée dauphinois, la scénographie est soignée afin de nous plonger au cœur du sujet. La première section du parcours mène directement sur la banquise du Nunavik, avec sol immaculé et fond sonore pour une déambulation immersive. Outils de chasse, traîneau, costumes et ours polaire ouvrent l'excursion. Des photographies et des vidéos viennent enrichir la découverte.

La seconde partie s'intéresse aux premiers contacts entre les Inuits et l'"homme blanc", ainsi que leur sédentarisation. D'anciennes gravures dépeignent des épopées pittoresques. La fin de la visite ouvre sur la période contemporaine avec notamment l'art inuit (sculptures, estampes...) et un questionnement sur le réchauffement climatique et la place de ces populations, à travers une galerie de portraits et un film, pour tout savoir des contrées enneigées.

Nunavik, en terre inuit
Au Musée dauphinois jusqu'au 2 janvier 2017


Nunavik. En terre inuit


Musée dauphinois 30 rue Maurice Gignoux Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Les huit expositions à voir ou à revoir pendant les fêtes

Sélection | Si la vie culturelle de l’agglo est loin d’être intense pendant les vacances de Noël, pas mal de lieux d’exposition, eux, restent ouverts pour assurer au public un service d’intérêt général. Nous vous avons du coup sélectionné les huit propositions immanquables du moment, à parcourir en famille ou entre adultes consentants. Bonne(s) visite(s).

La rédaction | Mardi 20 décembre 2016

Les huit expositions à voir ou à revoir pendant les fêtes

Kandinsky au Musée de Grenoble C’est la grosse expo du moment, comme seul (ou presque) le Musée de Grenoble sait le faire. Se concentrant sur la période parisienne de l’artiste (de 1933 à 1944), le musée dévoile les dernières années de création de Vassily Kandinsky avec une scénographie sobre et chronologique. Les toiles du père de l’abstraction jouent avec les formes et les couleurs, ouvrant ainsi un nouveau monde sensible. La sélection présentée dévoile alors une nouvelle grammaire plastique marquée par le biomorphisme et une palette chromatique plus douce, pour une exposition céleste. Tlj sauf mar de 10h à 18h30 (17h30 sam 24 et 31 décembre). Fermé les dim 25 déc et 1er janv 8€ (5€ en tarif réduit, et entrée libre pour certains publics – demandeurs d’emploi ou moins de 26 ans notamment) Ateliers et visites guidées complets pendant les vacances ________ Pic & Bulle au Musée de l’Ancien Évêché

Continuer à lire

Les 10 expos à voir ou revoir cet été

ARTS | On en a parlé lors de leur vernissage ; on en remet une couche cet été comme elles sont toujours à l'affiche. Suivez-nous !

Charline Corubolo | Mardi 5 juillet 2016

Les 10 expos à voir ou revoir cet été

Obey Propaganda – A vision for our planet Jusqu’au 23 juillet Obey, pour certains, c’est une marque, pour d’autres c’est du vandalisme, pour les derniers carrément le néant de référence. Obey, c’est en fait le visage d’André The Giant, catcheur français, et la démarche artistique de Shepard Fairey, street artist américain. Exposé à Spacejunk dans le cadre du Street Art Fest, il dévoile des œuvres engagées envers l’environnement, pour une plongée colorée dans l’art sérigraphique. La critique complète L'Art du Canard Jusqu’au 30 juillet Le groupe d’artistes allemands Interduck investit le couvent Saint-Céci

Continuer à lire