"Je marche donc nous sommes" : marche et rêve

Exposition | Malicieusement intitulée "Je marche donc nous sommes", l'exposition collective du centre d’art le Magasin des horizons s’attaque, avec principalement des vidéos, au versant contestataire de la marche. Une proposition tout en sobriété et originalité qui fait écho à l'actualité sociale et commémorative.

Benjamin Bardinet | Mardi 22 mai 2018

Lumières éteintes, murs laissés bruts, espaces dégagés et ponctués d'immenses structures cubiques d'où se dégage le halo lumineux des vidéos projetées : la scénographie de la nouvelle exposition du Magasin des horizons a de quoi déconcerter les fidèles du centre d'art. Rappelons toutefois que la situation délicate que traverse l'institution n'y est pas pour rien : le bâtiment donne de sérieux signes de faiblesse tandis que le chauffage et le système d'éclairage ont carrément déclaré forfait.

Face à ces déconvenues, Béatrice Josse, directrice des lieux depuis 2016, a adopté la stratégie du judoka : tirer partie de la force de l'adversaire et faire ainsi de ces contraintes des atouts. D'où le choix de ne présenter quasiment que des vidéos (« des œuvres qui ne craignent absolument rien »). Et d'intégrer l'ensemble dans un programme plus vaste en partie hors les murs : la stimulante Académie de la marche, organisée depuis fin 2017 pour « questionner le déplacement contraint et inexorable des populations tout comme l'engouement récent de l'Occident pour ce mode de déplacement ».

Marche, contre-culture et transformations sociales

Outre des paires de fesses (en train de marcher) filmées par Yoko Ono, on appréciera, dans la première petite salle de l'exposition, les vidéos de la chorégraphe Trisha Brown dont les variations sur la marche sont autant de propositions d'élargissement du vocabulaire de la danse. Réalisées dans l'espace public au début des années 1970, ces actions attestent du désir (rétrospectivement utopique) d'échapper au marché de l'art et aux institutions. Également soucieux d'investir l'espace public, le Hongrois Endre Tót organise quant à lui, de l'autre côté du "rideau de fer", des marches sans revendication caractéristiques des modes opératoires furtifs adoptés par les artistes en prise avec un régime autoritaire.

Direction ensuite un grand espace dégagé où sont présentées plusieurs vidéos sur grand écran – les précédentes l'étaient sur des téléviseurs. La première est consacrée à soeur Corita Kent, dont les processions euphoriques pourraient redonner la foi au plus sceptique des athées. En effet, cette improbable nonne américaine organise dans les années 1960 des marches militantes dont les rituels inventifs participent à la nécessaire reconstruction du corps social. Au regard de ses actions, il apparaît clair que la marche est avant tout un moyen d'être ensemble – d'où le titre de l'exposition.

C'est également la dimension fédératrice qui est au cœur de la mini-rétrospective photographique centrée sur les grandes manifestations grenoblo-isèroises, des ouvrières des soieries en 1906 à la marche blanche de 2012 pour Kevin et Sofiane (deux jeunes tués dans une rixe à Échirolles) en passant par celle de soutien aux faucheurs d'OGM. En découvrant cette collection d'images, le visiteur pourra constater la diversité des mobilisations locales et l'inventivité de leurs modes d'action. Car ce n'est pas le tout de marcher, certaines façons de le faire sont plus efficaces que d'autres. C'est ce dont rend compte une des autres vidéos du parcours : celle de la vidéaste française Clarisse Hahn qui documente le combat de paysans mexicains expropriés qui font valoir leurs droits en manifestant totalement nus dans les rues de Mexico.

« Que nos émois se changent en émeutes »

Des vidéos, des photos, des affiches… Je marche donc nous sommes est une exposition que l'on peut qualifier de sobre dans la forme. Les adeptes d'installations pourront tout de même se consoler avec l'œuvre de Pamina de Coulon, plasticienne suisse associée au Magasin des horizons, dont les gigantesques banderoles investissent avec énergie la "grande rue" du centre d'art. Les slogans que l'on peut y lire (« vous ne nous réprimez pas, nous nous renforçons » ; « que nos émois se changent en émeutes ») ainsi que des extraits de textes (de Marguerite Duras, de Rainer Maria Rilke...) tout autant politiques que poétiques, résonnent intelligemment avec les vidéos visionnées précédemment.

Accompagné de ces réflexions, le visiteur peut alors suivre l'invitation qui lui est faite par Yoko Ono dans le hall d'accueil (« dessine une carte pour te perdre ») et arpenter en tous sens l'exposition. C'est d'ailleurs certainement la meilleure chose à faire : marcher pour accompagner le regard et la pensée, et comprendre que se mettre en marche, avant d'être une formule de communication jupitérienne, est une façon de mobiliser les forces sociales et cérébrales.

Je marche donc nous sommes
Au Magasin des horizons jusqu'au dimanche 14 octobre


Je marche donc nous sommes

Exposition collective sur le versant revendicatif de la marche
Le Magasin des Horizons Site Bouchayer-Viallet, 8 esplanade Andry Farcy Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Anti-exotisme

ARTS | Lorsqu’elle arrive à Lyon pour ses études supérieures, Minia Biabiany réalise la méconnaissance qu’elle a de sa propre histoire, celle de la Guadeloupe. (...)

Benjamin Bardinet | Mardi 4 février 2020

Anti-exotisme

Lorsqu’elle arrive à Lyon pour ses études supérieures, Minia Biabiany réalise la méconnaissance qu’elle a de sa propre histoire, celle de la Guadeloupe. Méconnaissance qui se confronte à l’ignorance que les Métropolitains ont des territoires d’outre-mer. Il lui apparaît alors que l’incompréhension des questions qui la taraudent et à la hauteur de la volonté d’oubli imposé par la culture métropolitaine. « Je prends alors conscience que la question coloniale me traverse depuis des années et je décide de m’armer intellectuellement », explique-t-elle. Elle se plonge alors dans les écrits des penseurs antillais comme Aimé Césaire ou Édouard Glissant et s’interroge : « Comment amener ces questions dans mon travail par la matière ? » L’installation au Magasin des horizons, intitulée J’ai tué le papillon dans mon oreille, est une possibilité de réponse. Parcours sensible Le titre, aussi énigmatique que poétique, donne le ton de l’exposition. Il ne s’agit pas ici d’une œuvre documentaire sur l’histoire ou les questions identitaires propres aux Antilles, ni d’évoluer dans un univers gentiment exotique qui répondrait aux attentes du Métropol

Continuer à lire

La Trilogie, ou quand le Magasin des horizons, le CCN2 et le Pacifique « assument publiquement » leur trio

ACTUS | « On a voulu concrétiser quelque chose qui se passe déjà » : voilà comment Camille Planeix, coordinatrice du Magasin des horizons, explique (...)

Aurélien Martinez | Mardi 19 mars 2019

La Trilogie, ou quand le Magasin des horizons, le CCN2 et le Pacifique « assument publiquement » leur trio

« On a voulu concrétiser quelque chose qui se passe déjà » : voilà comment Camille Planeix, coordinatrice du Magasin des horizons, explique le pourquoi du comment de la petite conférence de presse organisée la semaine dernière dans une des salles du centre d’art pour lancer officiellement la « coalition pluri·elles et opérationn·elles » baptisée La Trilogie. Un regroupement composé du Magasin des horizons, du Centre chorégraphique national de Grenoble (CCN2) et du Centre de développement chorégraphique national de Grenoble le Pacifique. Soit trois structures qui ont vu leur direction changer en 2016, et qui se sont alors rapidement rapprochées. « Jusque-là, c’était très intuitif » a expliqué Erell Melscoët, directrice du pôle territoire du CCN2. On peut par exemple parler des Grands Rassemblements du CCN2, auxquels le Magasin et le Pacifique ont été associés. « Maintenant, on assume publiquement et plus clairement ce trio. »

Continuer à lire

PB d'or 2018 : bonus

ACTUS | Le PB d’or du festival qui a su s’imposer : le Grenoble Street Art Fest En quelques années (depuis 2015 pour être précis), Grenoble et son (...)

La rédaction | Mardi 18 décembre 2018

PB d'or 2018 : bonus

Le PB d’or du festival qui a su s’imposer : le Grenoble Street Art Fest En quelques années (depuis 2015 pour être précis), Grenoble et son agglo ont été profondément changé grâce au Grenoble Street Art Fest organisé par le centre d’art Spacejunk et son boss Jérome Catz. Ici, il n’est pas question de faire dans la demi-mesure : le street art est là pour être vu, avec notamment des fresques réalisées sur des murs gigantesques par des pointures du monde du street art. On est là sur de l’art grand public et grand spectacle (et ça fonctionne, certaines œuvres étant sublimes) fait pour attirer pas mal de curieux – dont la presse nationale qui, édition après édition, suit l’événement de plus en plus près. Pari réussi donc pour une aventure sur laquelle, à la base, et avec l’esprit bougon qui peut nous caractériser parfois (et vas-y que je t’institutionnalise une forme d’art à la base contestataire), on n’aurait pas

Continuer à lire

Les 5 expositions à voir ou à revoir cet été

ARTS | Hibakusha, dessins des survivants d’Hiroshima et de Nagasaki Certes, on pourrait penser qu'une belle journée d'été se prête plus au farniente au soleil (...)

La rédaction | Mardi 3 juillet 2018

Les 5 expositions à voir ou à revoir cet été

Hibakusha, dessins des survivants d’Hiroshima et de Nagasaki Certes, on pourrait penser qu'une belle journée d'été se prête plus au farniente au soleil qu’à la visite d’une expo sur un sujet pareil. Pourtant, il serait dommage de passer à côté de cet ensemble remarquable de dessins car l'horreur de la situation décrite par les survivants des attaques nucléaires de 1945 est à la hauteur de la beauté des représentations qu'ils en font. Construite comme une chronique de cet enfer, l'exposition, en s'appuyant sobrement sur ces témoignages, fait œuvre de mémoire, loin de tout sensationnalisme malsain. Au Musée de la Résistance et de la Déportation de l’Isère, jusqu'au 1er octobre 1918, l'affiche sur les chemins de l'Histoire La

Continuer à lire

Avec "Je marche donc nous sommes", le Magasin des horizons annonce (enfin) une exposition

ACTUS | Ça y est, le centre d’art grenoblois le Magasin, dirigé depuis 2016 par Béatrice Josse et rebaptisé Magasin des horizons, va enfin rouvrir ses portes au (...)

Aurélien Martinez | Mardi 20 mars 2018

Avec

Ça y est, le centre d’art grenoblois le Magasin, dirigé depuis 2016 par Béatrice Josse et rebaptisé Magasin des horizons, va enfin rouvrir ses portes au public sur une longue période – depuis deux ans, nous étions plutôt sur des événements sporadiques faits de performances, conférences, spectacles… Et ce avec l’exposition Je marche donc nous sommes prévue du 26 avril au 14 octobre et consacrée donc à la marche sous toutes ses formes – politiques, religieuses, festives… Cela veut-il dire que l’état du Magasin s’est amélioré, la nouvelle directrice ayant conditionné le retour d’expositions à la remise sur pied d’un bâtiment qu’elle assure avoir trouvé à son arrivée dans un état déplorable ? « Non ! On essaie juste de proposer des activités adaptées aux conditions extrêmes du Magasin actuel – il n’y a plus de chauffage l’hiver, il pleut à l’intérieur, il fait très chaud l’été… Donc pour l’exposition, on aura des vidéos, des photos dont les

Continuer à lire

Académie de la marche : le Magasin des horizons se met en marche

ACTUS | Qui a dit que le sport n’était pas un sujet artistique ? À travers des rencontres, des assemblées, des expositions, l’Académie de la marche initiée par (...)

Alice Colmart | Mardi 12 décembre 2017

Académie de la marche : le Magasin des horizons se met en marche

Qui a dit que le sport n’était pas un sujet artistique ? À travers des rencontres, des assemblées, des expositions, l’Académie de la marche initiée par le centre d’art le Magasin des horizons compte bien lier les deux sujets. « La marche est un sujet traversé par les artistes depuis très longtemps. D’ailleurs, dès les années 1970, les artistes de land art pratiquaient la marche pour réaliser leurs œuvres » nous explique Camille Planeix, coordinatrice de l’événement au sein du centre d'art. Un projet original qui sera lancé samedi 16 décembre au centre de développement chorégraphique le Pacifique, lieu tout sauf anodin. « Pour l’inauguration, nous projetterons notamment des vidéos de la chorégraphe Trisha Brown qui a réalisé plusieurs pièces chorégraphiques autour de la marche. » Une inauguration au chaud avant le commencement des choses sérieuses en 2018… « Faire se rencontrer artistes et marcheurs » Ainsi, de janvier à mars, une dizaine de rencontres, ouvertes à tous, sont prévues en bivouacs. « On veut faire se rencontrer artistes et marcheurs pour qu’ils puissent discute

Continuer à lire

Béatrice Josse : « L’art contemporain, c’est autre chose que des expositions »

ACTUS | Il y a un an, vous avez pris la tête du Magasin, le centre national d’art contemporain de Grenoble. Sauf que depuis ce temps, il n’y a plus (...)

Aurélien Martinez | Mardi 26 septembre 2017

Béatrice Josse : « L’art contemporain, c’est autre chose que des expositions »

Il y a un an, vous avez pris la tête du Magasin, le centre national d’art contemporain de Grenoble. Sauf que depuis ce temps, il n’y a plus d’expositions dans les lieux, mais de nombreux événements courts croisant les genres – la Nuit des idées, le Grand rassemblement, Slow is beautiful, les Sororales… Pourquoi ce choix ? Béatrice Josse : Parce que le centre d’art est sorti d’une période difficile [

Continuer à lire

Grenoble : zoom sur douze bâtiments phares du XXe siècle

ESCAPADES | La tour Perret, phare grenoblois en quête d'avenir Illuminée de bleu en son sommet et révélée une fois par an par les feux d’artifices du 14 juillet, (...)

Charline Corubolo | Mardi 18 avril 2017

Grenoble : zoom sur douze bâtiments phares du XXe siècle

La tour Perret, phare grenoblois en quête d'avenir Illuminée de bleu en son sommet et révélée une fois par an par les feux d’artifices du 14 juillet, la tour Perret, située en plein parc Paul-Mistral, demeure un emblème grenoblois, à plus d’un titre. Car malgré sa façade grisâtre, l’édifice de presque un siècle, inauguré en 1925 pour l’Exposition internationale de la houille blanche et du tourisme, porte les ambitions modernistes du début du XXe, entre esthétique épurée et béton armé. Mais malgré les prouesses techniques, la tour se dégrade. Un chantier de rénovation va donc être lancé pour redorer le phare Perret. On remonte le fil de l'histoire dans cet article. Des halles au Magasin

Continuer à lire

D'intrigantes Sororales au Magasin des horizons

CONNAITRE | Cela n’aura pas échappé aux plus attentifs d’entre vous : la ligne directrice du centre national d’art contemporain Le Magasin (désormais rebaptisé (...)

Damien Grimbert | Mardi 4 avril 2017

D'intrigantes Sororales au Magasin des horizons

Cela n’aura pas échappé aux plus attentifs d’entre vous : la ligne directrice du centre national d’art contemporain Le Magasin (désormais rebaptisé « Magasin des horizons, centre d’arts et de cultures ») a profondément évolué depuis l’an passé et l’arrivée à sa tête de sa nouvelle directrice Béatrice Josse. Fini (semble-t-il – Béatrice Josse ne veut toujours pas s’exprimer sur cette question dans nos colonnes) les grandes expositions-évènements, place désormais à une approche plus transdisciplinaire construite autour de manifestations ponctuelles comme la récente Nuit des idées ou aujourd’hui Les Sororales. S’il est encore bien trop tôt pour évaluer la valeur et le bien-fondé de ce parti pris (tout juste regrettera t-on que le lieu ne soit désormais plus que très ponctuellement accessibl

Continuer à lire