Ouverture programmée chez Champollion !

Musée | Du neuf au sujet du Musée Champollion de Vif : toujours en chantier, l’établissement a reçu la visite d’élus conduits par Jean-Pierre Barbier, président du Conseil départemental de l’Isère, venu annoncer une ouverture possible le 29 mai prochain. Nous étions là aussi pour en savoir plus.

Martin de Kerimel | Vendredi 26 février 2021

Impossible d'y échapper : à l'entrée du vaste domaine qui accueillera bientôt le Musée Champollion, une pancarte signalait encore, jeudi 25 février, une livraison du bâtiment… au printemps 2020 ! La crise sanitaire est passée par là et a retardé le chantier de ce qui sera prochainement le onzième Musée du Département de l'Isère. Vous êtes impatients de le visiter et de mieux connaître le parcours de Jean-François Champollion, qui déchiffra les hiéroglyphes de l'Égypte antique en 1822 ? Ce devrait être possible dans un peu plus de trois mois. En fixant au 29 mai la date d'ouverture au public, le président du Conseil départemental de l'Isère est resté prudent derrière son masque et a aussitôt précisé que cette échéance serait tenue si les conditions sanitaires le permettaient. En réponse à l'une de nos consœurs, il s'est fait une joie de préciser que l'accès au Musée serait gratuit pour tout le monde, que ce soit pour l'exposition permanente ou les expositions temporaires qui rythmeront la vie de ce nouvel établissement.

Une longue histoire à raconter

Pour l'heure, le chantier est encore en cours, mais le plus gros du travail est achevé. Au total, pas moins de 18 entreprises ont collaboré sur l'architecture et la scénographie, pour un coût total de 6, 3 millions d'euros (sensiblement supérieur à celui qui était envisagé dans un premier temps : 4, 6 millions). « L'État subventionne le projet au titre du patrimoine protégé (367 000 euros) et la Ville de Vif participe au financement des aménagements paysagers du parc (62 000 euros) », indique un communiqué. Menée sous la conduite de Caroline Dugand, conservatrice du Musée, et de Gaël Robin, architecte du patrimoine, la visite nous a permis de croiser des ouvriers et artisans passionnés, fiers d'avoir participé à la nouvelle naissance d'une demeure qui avait déjà connu trois phases d'agrandissement au cours des siècles. Si Jean-François Champollion, le déchiffreur des hiéroglyphes, l'a fréquentée, c'est parce qu'elle appartenait d'abord à la belle-famille de son frère aîné, Jacques-Joseph. Des descendants Champollion y vivaient encore récemment : le Département de l'Isère ne s'en est porté acquéreur qu'en 2001.

Menée de A à Z (ou disons à Y, pour le moment), la restauration et transformation de ce bâti ancien n'a pas été qu'une partie de plaisir. En cause notamment : les nombreuses contraintes techniques imposées à une structure prévue pour l'accueil d'œuvres d'art et d'objets précieux destinés à être exposés. Les équipes ont aussi dû démontrer une certaine capacité d'adaptation à l'imprévu. Exemple frappant : sous les boiseries anciennes de l'une des salles du premier étage de la maison de maître, on a découvert de somptueuses fresques ! Les frères Champollion, eux, ne les auront probablement jamais vues, mais il a été décidé qu'elles feraient l'objet d'une restauration (limitée à l'un des quatre murs pour l'instant). On ose croire que ces merveilles ne dépareront pas parmi les pièces bientôt exposées. Le Petit Bulletin prend date pour vous en reparler vite après l'ouverture !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Un musée vu de l'intérieur

ARTS | Si le public devra encore attendre quelques mois pour y être convié, le Musée Champollion rythme la vie de nombreuses personnes depuis déjà un bon moment ! Nous avons rencontré deux des parties prenantes d'un chantier plein de surprises, impatientes, elles aussi, de voir l'établissement ouvrir enfin.

Martin de Kerimel | Vendredi 26 février 2021

Un musée vu de l'intérieur

Caroline Dugand, conservatrice du Musée Champollion : « Nous allons passer à une phase concrète » L’équipe du Musée Champollion va désormais s’installer en ses murs. Comment cela va-t-il se passer ? Cela va représenter un grand changement pour nous ! Jusqu’à présent, nous préparions le projet scientifique et culturel, autour des demandes de prêt d’œuvres et de la restauration de certaines d’entre elles, ainsi que l’installation de la muséographie. Nous allons désormais passer à une phase concrète, en nous installant dans nos bureaux. Il faut faire revenir sur site le fonds Champollion, actuellement dans des réserves externalisées, sortir les œuvres des conditionnements où elles attendent depuis plusieurs années pour les préparer à l’accrochage dans le musée. Il faut également accueillir les dépôts des autres musées, en coordonnant l’arrivée des œuvres et en organisant un planning des taches pour leur installation. Un travail à mener dans une maison qui ne sera pas strictement identique à celle que les frères Champollion ont connue… En effet. Le bâtiment est ici classé au titre des monuments historiques. Il a f

Continuer à lire

"Vif-Argent" : corps et âme

ECRANS | de Stéphane Batut (Fr, 1h44) avec Thimotée Robart, Judith Chemla, Djolof Mbengue…

Vincent Raymond | Jeudi 25 juillet 2019

Juste n’est plus vraiment de ce monde : invisible aux vivants, il a négocié avec les "autorités" de l’au-delà pour accompagner les défunts de l’autre côté en leur faisant raconter un souvenir. Il croise un jour Agathe, bien vivante, qui le voit et le reconnaît. La mécanique serait-elle enrayée ? De tous les films ayant fréquentés la Croisette cette année et qu’il nous ait été donné l’occasion de voir pour l’instant, celui-ci est sans doute celui déployant la plus grande ambition poétique… tout en demeurant d’une exquise et discrète sensibilité. Déjà auréolé du Prix Jean-Vigo, Vif-Argent mérite qu’on lui consacre de l’attention. Juste apparaît (comme le titre le laisse entendre) pareil au messager des dieux, et doit rendre des comptes à la redoutable Dr Kramartz – autrement dit "la doctoresse de la substance". Ni vivant ni trépassé, il se trouve de fait prisonnier d’une zone intermédiaire qui n’est pas sans évoquer celle jadis conçue par Cocteau pour sa transposition du mythe d’Orphée, dont ce film constitue une forme de continuité : après tout, il s’agit bien d’aller reconquérir un amour avalé par le royaume d’Hadès ? Cette

Continuer à lire

Le Musée Champollion dans les starting-blocks

ACTUS | Il ouvrira en 2020 à Vif.

Benjamin Bardinet | Mardi 11 décembre 2018

Le Musée Champollion dans les starting-blocks

Ça se concrétise méchamment du côté du Musée Champollion qui devrait voir le jour à Vif fin 2020 – une visite de presse a été organisée fin novembre pour le prouver. En effet, une partie de l'équipe de conservation a commencé le travail de restauration des collections de la famille Champollion et la réhabilitation architecturale de la maison dans laquelle le célèbre égyptologue, premier à avoir su déchiffrer les hiéroglyphes en 1822, a séjourné (elle appartenait à son frère) est déjà tout décidée – elle débutera en 2019. Le projet prévoit de préserver le bâti et de valoriser l'environnement naturel immédiat dont le visiteur pourra pleinement jouir. Les espaces pédagogiques et les expositions temporaires seront situés dans les anciennes dépendances, tandis que l'exposition permanente se déploiera dans le bâtiment principal. On y trouvera, sur trois niveaux, un parcours alternant entre des salles reconstituant l'univers intime des frères Champollion et d'autres consacrées à leurs recherches. Le visiteur pourra ainsi se plonger dans l'atmosphère intellectuelle qui caractérisait le début du

Continuer à lire

"À vif" : mots croisés signés Kery James

Théâtre | Du mardi 13 au vendredi 16 mars, la MC2 propose un spectacle très politique écrit et joué par le fameux rappeur.

Aurélien Martinez | Mardi 6 mars 2018

Voilà un spectacle qui connaît un beau succès depuis sa création l’an passé, comme l’auteur du texte et l’un des deux interprètes n’est autre que le rappeur Kery James, connu pour son rap politique et engagé. Logique donc que le sujet de cette courte pièce (1h15) soit lui aussi politique et engagé. Soit, sur scène, deux aspirants avocats qui s’affrontent dans un combat d’éloquence autour d’une question : l'État français est-il coupable de la situation actuelle des banlieues ? À travers eux (Kery James d’un côté, le comédien Yannik Landrein de l’autre), ce sont deux France qui se font face. Un postulat de départ fort qui, s’il aurait demandé plus de nuances du côté de l’écriture et du jeu (l’affrontement arrive d’emblée, et semble parfois surfait), a le mérite de porter sur le plateau des enjeux peu entendus à cet endroit, avec des mots percutants. Et de considérablement rajeunir le public spectacle vivant, comme nous avons pu le constater lorsque nous avons découvert le résultat cet automne à Paris, au très classe Théâtre du Rond-Point. En résulte alors une joute verbale très agréable à suivre qui, comme les textes de Kery James, est surtout

Continuer à lire

Notre sélection de places de spectacle et de concert à mettre sous le sapin

Noël | Noël approchant à grands pas, voici notre traditionnelle sélection de cadeaux immatériels. Soit des concerts et des spectacles dont il reste des places (on s’en est assuré) et qui, lors du déballage des paquets, vous placeront pour sûr du côté de celles et ceux qui refusent ce monde matérialiste-capitaliste et qui préfèrent offrir des émotions vivantes – même si bon, une tablette, ça peut toujours faire plaisir.

La rédaction | Mardi 5 décembre 2017

Notre sélection de places de spectacle et de concert à mettre sous le sapin

Pour les cinéphiles qui n’ont rien contre aller de temps en temps au théâtre Créé cet automne, le spectacle Festen de Cyril Teste est l'une des claques théâtrales de l'année, justement parce que c'est plus que du théâtre. Qualifié de « performance filmique » par son metteur en scène, c'est l'adaptation sur le plateau du fameux film Festen de Thomas Vinterberg sorti en 1998 sur une réunion de famille qui part en vrille du fait de la révélation d’actes terribles commis par le père il y a des années. Un récit anxiogène à l'écran, qui se déploie sur scène dans une scénographique immense… et sur un écran retransmettant des images tournées en direct, notamment derrière le décor. Remarquable. Festen À la MC2 du mardi 23 au samedi 27 janvier De 10€ à 25€ Pour celles et ceux que le burlesque n’effraie pas, bien au contraire Le théâtre, ce n'est pas que des spectacles bavards et longs. C'est aussi des propositions sans paroles au potentiel comique incroyable, dans la

Continuer à lire

Musée Champollion, acte 2

ACTUS | Il y a quelques semaines, le département de l’'Isère annonçait une hausse de 9% du budget de la culture, devant notamment servir à financer un musée (...)

Sandy Plas | Mardi 31 janvier 2017

Musée Champollion, acte 2

Il y a quelques semaines, le département de l’'Isère annonçait une hausse de 9% du budget de la culture, devant notamment servir à financer un musée Champollion. Mais plus qu'’une création de musée, le projet porté par le conseil départemental ressemble davantage à l'’acte 2 d’une pièce débutée en 2001. À cette époque, le département fait l’'acquisition de la maison de Jacques-Joseph Champollion, le « frère de », située à Vif. Ouverte temporairement au public en 2004, la maison ferme ses portes quelques mois plus tard pour préparer son ouverture officielle. Mais le projet s'’enlise au fil des ans et la maison Champollion de Vif, où le jeune Jean-François vécut sa jeunesse, reste fermée. Il faut attendre 2016 pour que le projet qui vise « à faire vivre la légende de Champollion en Isère », selon le Conseil départemental, reprenne des couleurs. Si le flou règne encore sur le calendrier ou la composition des collections, on sait en revanche que le musée reprendra vie dans l’'actuelle maison Champollion, qui sera entièrement repensée. Quant au financement, il proviendra bien d'’un budget propre et ne viendra pas piocher dans l’'enveloppe actuell

Continuer à lire