Grenoble : les bons plans des Mondaines

Auteures invitées | Les oiseaux chantent, le soleil brille de mille feux, et les envies de sortie reprennent de plus belle. C’est enfin le printemps ! Pour profiter un max des plaisirs grenoblois, nous, l’équipe des Mondaines qui dévoilons chaque semaine sur notre blog les spots les plus tendances de notre ville, vous avons concocté un street-parcours validé à 100% afin de rendre votre journée PAR-FAITE ! Mode, déco, food, détente… Vous nous suivez ?

Mary et Noemi, co-fondatrices des Mondaines | Mardi 25 avril 2017

Le Brunch ultime : Point Bar

C'est bien connu, pour avoir des forces, un bon petit-déjeuner est de rigueur ! Voici une adresse incontournable, nichée dans le si mignon quartier des Antiquaires : le Point Bar, que notre équipe a testé, re-testé et approuvé à chaque fois ! Petit-déjeuner gourmand la semaine, brunch dévoré le week-end, le tout saupoudré d'une sacrée dose de bonne humeur amenée par Violaine et Laura, deux copines passionnées par la Good Food.

Pour ne donner que quelques exemples, vous pourrez y déguster des saveurs d'ici comme les œufs à la coque et leurs mouillettes de beurre salé, le muesli maison et son lait froid ou encore le saumon délicieusement fumé, mais aussi des goûts d'ailleurs comme le filet mignon à la cacahuète et aux épices ou les tartines de houmous. Mais psssst, conseil d'amies : pensez à réserver, surtout le week-end pour le brunch !

Point Bar, 31 rue Servant


Helena et Moi, les belles matières pour des vêtements de qualité

Notre ventre rassasié et nos sens éveillés, nous vous proposons de continuer l'aventure mondaine par une petite boutique mode indépendante, toute cosy, qui nous avait été dévoilée par notre rédactrice Claire. Il s'agit de Helena et Moi. Une sélection pointue de vêtements et accessoires que vous ne retrouverez pas sur tout le monde : du Maison Scotch, de superbes robes Dress Gallery, mais aussi des marques dénichées comme My Pants (Chloé Stora for My Pants), Kimem, Harrys Wilson, les bijoux bling bling de chez Ren Rosalie, et les très (très très très très) jolies pochettes Sous les Pavés. Les copines vont être jalouses !

Notre conseil : prévoyez quand même un budget spécial car qui dit rareté dit forcément prix un peu élevés. Mais ne vous inquiétez pas, comme on aime quand il y en a pour tous les goûts, on vous emmènera aussi dans un autre spot pour les plus petits portefeuilles !

Helena et moi, 1 rue Guetal


Chez Nous, LE restaurant local et responsable

Comme il est déjà l'heure de se restaurer (oui encore ! le shopping, ça creuse…), direction le quartier Championnet et son ambiance village où notre rédactrice Céline M. nous présente Chez Nous pour nous régaler avec une cuisine pleine de fraîcheur. Des plats concoctés à base de produits locaux comme le bœuf d'Alexandre Dollé à Saint-Martin-de-la-Cluze, les pois chiches du Gaec du Moulin dans le Trièves, les œufs de plein air de Pre Pallon ou encore la tomme de Chartreuse. Une immersion dans la richesse de notre terroir et la créativité gourmande de Charlotte et Benjamin qui régalent nos papilles.

Chez Nous, Place Championnet


Petit Shirt, du style sur ses basiques !

Mais le quartier Championnet est loin de nous avoir dit son dernier mot. Céline V., notre férue de mode, vous embarque rue Lakanal à la découverte de l'atelier d'impression textile Petit Shirt. Sa créatrice, Margo, un petit brin de femme punchy et souriante, a créé une boutique-studio graphique dédiée à la personnalisation de t-shirt, tote-bags, sweats, coussins et pochettes. Une jolie adresse pour dénicher des pièces uniques issues de collaborations avec des artistes locaux ou pour donner libre cours à vos envies les plus folles.

Petit Shirt, 5 rue Lakanal


Ambiances et Curiosités, le laboratoire déco

Si vos placards sont déjà pleins à craquer, vous pourrez enchaîner quelques enjambées de plus en direction de la gare et faire une halte chez Laurène et Cédric de la boutique Ambiance et Curiosités, notre adresse déco de prédilection. Tapis d'époque, meubles de style, trophées, jarres, marbres et luminaires anciens côtoient l'atelier d'ébénisterie d'art de Cédric. Une atmosphère qui sent la résine et transpire le savoir-faire et l'amour du bois et des matériaux nobles.

Ambiances et Curiosités, 3 rue Raymond Bank


Le Café Zimmerman, la coolitude incarnée

Pour finir en beauté cette journée grenobloise, nous vous proposons d'étancher votre soif dans le tout nouveau Café Zimmerman, quai Stéphane Jay, et de contempler le coucher du soleil sur la Bastille. Ancien PMU, le bar a été relooké dans un style rétro-bobo et propose de délicieuses bières pressions locales, sur fond de musique live. Le petit plus, Mr Zimmerman, tatoué de la tête aux pieds, pour vous servir.

Café Zimmerman, 1 rue de Lionne


Pour plus de chroniques, retrouvez Les Mondaines sur leur blog !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Lucas Belvaux : « "Chez nous", un film pour participer au débat »

Interview | Cinéaste dont l’éclectisme n’est plus à prouver depuis sa "Trilogie" (2003), Lucas Belvaux revendique sans faux-fuyant sa volonté de contribuer à la réflexion démocratique.

Vincent Raymond | Lundi 20 février 2017

Lucas Belvaux : «

Etait-il envisageable de tourner Chez nous pour la télévision, ou d’en faire une prédiffusion télévisée pour être sûr qu’il soit davantage vu ? Lucas Belvaux : Non, je n’y ai même pas pensé. À la télé, les contraintes sont telles que j’aurais été moins libre : les budgets, le rythme – non pas de tournage, mais de production – et l’écriture sont très cadrés. Ce sont des films qu’il faut faire dans une liberté absolue. Vous aviez l’impératif du calendrier électoral… Bien sûr : il fallait sortir avec l’élection présidentielle pour participer au débat. Le même film, quelle que soit l’issue de l’élection, n’avait pas le même sens s’il sortait après. C’était avant ou jamais. Mais si la sortie du film est programmée par les élections, l’envie est née avant, pendant le précédent, Pas son genre. On tournait à Arras ave

Continuer à lire

À vous de voir : l’embarras du choix à Saint-Egrève

Festival | Les Rencontres cinématographiques de Saint-Egrève reviennent pour « 6 jours de fête autour du cinéma ». En tout, 34 films dont 9 avant-premières et 10 films jeune public seront projetés. Présentation de cette deuxième édition prévue du 17 au 22 février, à la Vence scène.

Julien Homère | Jeudi 16 février 2017

À vous de voir : l’embarras du choix à Saint-Egrève

Pour ceux qui ont du temps libre et raffolent des buffets à volonté, le festival de Saint-Egrève À vous de voir promet pour sa deuxième édition un mélange de saveurs capable de rassasier la plus vorace des gourmandises. En guise de mise en bouche le vendredi 17 février, un concert des partitions de Nino Rota ou encore Georges Delerue donnera le "la" à "Musique et cinéma", la thématique du festival ici accommodée sur scène par 120 chanteurs servis show pendant 2 heures. Ce hors-d’œuvre déjà copieux avalé, optez pour un vol-au-vent à travers les montagnes mongols en compagnie de La Jeune Fille et son aigle (photo), documentaire d’Otto Bell. Si vous êtes soucieux des questions sociétales, vous ne resterez pas sur votre faim : Un paese di Calabria, là présenté par sa co-réalisatrice Shu Aiello, et Chez nous de Lucas Belvaux (en avant-première) montreront les côtés tantôt lumineux, tantôt sombres des crises migratoires européennes. Quant aux enfants, i

Continuer à lire

"Chez nous" : Lucas Belvaux dans les coulisses de l'extrême droite

ECRANS | Désireux d’éveiller les consciences en période pré-électorale, Lucas Belvaux lance un coup de poing idéologique en démontant la stratégie de conquête du pouvoir d’un parti populiste d’extrême droite. Toute ressemblance avec une situation contemporaine n’est pas fortuite…

Vincent Raymond | Lundi 20 février 2017

Lucas Belvaux s’y attendait, il n’a donc pas été surpris : depuis la diffusion de la bande-annonce de son nouveau long-métrage, quelques élus du parti en ayant inspiré le scénario ont d’autorité (forcément) assimilé Chez nous à « un navet » (sic). Et considéré qu’il s’agissait d’un « film de propagande » (re-sic) n’ayant pas sa place sur les écrans, à deux mois du premier tour de l’élection présidentielle. Cela, bien entendu, sans l’avoir vu. Pourquoi un tel effroi de leur part ? Est-ce bien raisonnable de craindre de la résonance d’un si modeste film ? Sans doute : ils savent l’opinion malléable et supposent Chez nous susceptible de rappeler aux oublieux ces mécanismes à la Machiavel, permettant de manipuler le peuple en douceur – avec son consentement de surcroît. L’effet haine La protagoniste de cette histoire y est choisie par un cadre du Bloc Patriotique, parti populiste d’extrême droite, pour être tête de liste aux municipales de sa petite ville du No

Continuer à lire