À demi programmé, mais plein d'espoir

Charline Corubolo | Mardi 18 novembre 2014

Photo : "L'ultima ruota del carro"


L'ordre logique des choses voudrait que les Rencontres du cinéma italien de l'association Dolce Cinema célèbrent cette année leur neuvième édition. Mais faute de moyens, le festival est remplacé par une semaine d'avant-premières au cinéma Le Club et à la Cinémathèque de Grenoble, transformant le neuf en huit et demi.

L'année dernière déjà, la manifestation avait rencontré des problèmes, cumulant des dettes qui aujourd'hui mettent l'association en grande difficulté. Des soucis financiers qui viennent en partie des subventions qui « ne sont pas mesurées par rapport à l'amplitude du projet » nous explique Chiara Clericetti, bénévole à Dolce Cinema. « L'année dernière, nous avions fait un concert de soutien, mais cette année, en plus de l'aspect économique, il y a eu des changements en interne dans l'équipe qui ont également fragilisé l'ensemble. Nous avons donc préféré organiser cette semaine particulière afin de sensibiliser le public, d'ouvrir un espace pour faire appel aux gens et tenir une assemblée générale afin de réélire le bureau ». Une semaine donc d'avant-premières, de court-métrages et de films patrimoines italiens pour (re)trouver une seconde jeunesse avant une neuvième édition l'an prochain, pleine cette fois.

Charline Corubolo

Les Rencontres du cinéma italien 8 1/2, jusqu'au samedi 22 novembre, au Club et à la Cinémathèque


L'ultima ruota del carro

De Giovanni Veronesi (It, 2012) avec Alessandra Mastronardi, Elio Germano, Sergio Rubini... Le quotidien d'Ernesto, chauffeur de camion sur les routes d'Italie pendant quarante ans.
Le Club 9 bis, rue Phalanstère Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

10e Rencontres du cinéma italien de Grenoble : ecco il cinéma !

ECRANS | Du samedi 19 au dimanche 27 novembre, on a rendez-vous au cinéma le Club et ailleurs en ville pour un programme chargé concocté par l'association Dolce Cinema.

Vincent Raymond | Mardi 15 novembre 2016

10e Rencontres du cinéma italien de Grenoble : ecco il cinéma !

C’est un revenant méritant, poursuivant avec vaillance sa résurrection. Pas le festival "Rencontres du cinéma italien" animé par l’enthousiaste association Dolce Cinema, mais le cinéma transalpin tout court, qui avait senti de très près le vent de boulet sous le règne de Berlusconi. Encore exsangue il y a peu, sa production a repris du poil de la bête, et l’on a assisté à l’éclosion de nouveaux talents comme au réveil de quelques grands anciens. Le miracle, qui n’a pas lieu qu’à Milan, s’exporte du coup chaque automne en Isère. Les spectateurs de la 10e édition de Rencontres en feront le constat, avec une sélection de quatorze longs-métrages récents et/ou inédits, parmi lesquels le (discutable) Ours d’or Fuocoammare de Gianfranco Rosi, l’un des six documentaires programmés. Un genre en essor, preuve que les cinéastes ont des choses à dire sur l’état du monde : économie et politique avec Europa Impari/Magna Grecia ou Io sto

Continuer à lire

Nous aussi on est là !

ACTUS | C’est la semaine des soirées de soutien. Après Hadra, on a rendez-vous le mardi 5 novembre à l’Ampérage pour celle de l’association Dolce cinema, qui organise (...)

Aurélien Martinez | Lundi 28 octobre 2013

Nous aussi on est là !

C’est la semaine des soirées de soutien. Après Hadra, on a rendez-vous le mardi 5 novembre à l’Ampérage pour celle de l’association Dolce cinema, qui organise les Rencontres du cinéma italien (à partir du 15 novembre). Pourquoi une telle soirée ? Brice Di Gennaro, directeur de la manifestation : « Ça fait sept années que l’on a des soucis, que l’on organise le festival avec des bouts de ficelle. On a un budget qui oscille entre 20 et 30 000 euros à l’année, alors qu’un festival comme le nôtre, dans une démarche professionnelle, demanderait 100 000 euros ! Du coup, on n’a pas de salarié fixe, même si l’on est l’un des trois plus grands festivals de ciné de Grenoble – avec le court-métrage et Vues d’en face. [...] Cette soirée de soutien va notamment nous permettre d’augmenter le nombre d’adhérants. » Au programme, des projections de courts-métrages italiens et un concert du groupe grenoblois Stone Cavalli. AM

Continuer à lire

Voyages en Italie

ECRANS | 2012 restera comme une bonne année pour le cinéma italien : un ours d’or (mérité) à Berlin pour César doit mourir des frères Taviani, un Grand prix (déjà plus généreux) (...)

Christophe Chabert | Lundi 12 novembre 2012

Voyages en Italie

2012 restera comme une bonne année pour le cinéma italien : un ours d’or (mérité) à Berlin pour César doit mourir des frères Taviani, un Grand prix (déjà plus généreux) à Cannes pour le Reality de Matteo Garrone… La septième édition des Rencontres du cinéma italien prend donc acte de cette bonne santé. À côté de sa compétition proposant sept films, fictions ou documentaires mêlés, le panorama propose ainsi un reflet passionnant du cinéma italien actuel. Il faudra notamment surveiller le nouveau film de Ivano De Matteo après son formidable La Bella gente ; avec Gli Equilibristi, il continue à scruter la mauvaise conscience des classes moyennes, en montrant cette fois les conséquences de la séparation d’un couple "ordinaire". Lors du derni

Continuer à lire

5e Rencontres du cinéma italien

CONNAITRE | Ce n’est pas parce qu’on vous en causera plus largement la semaine prochaine, au coin du feu, un verre de scotch à la main, qu’il faut bouder votre (...)

François Cau | Lundi 8 novembre 2010

5e Rencontres du cinéma italien

Ce n’est pas parce qu’on vous en causera plus largement la semaine prochaine, au coin du feu, un verre de scotch à la main, qu’il faut bouder votre plaisir. Donc : toujours à l’instigation de la valeureuse association Dolce Cinema, les 5e Rencontres du Cinéma Italien de Grenoble, focalisées cette année sur la figure ô combien tutélaire de Federico Fellini, débutent cette semaine, avec un très attendu ciné-concert à la Source de Fontaine ce vendredi 12 novembre à 20h30 autour du sketch Toby Dammit (extrait de l’anthologie Histoires Extraordinaires, inspirée des œuvres d’Edgar Allan Poe - photo), avec le toujours superbe et fringant Terence Stamp. Du maestro, on pourra voir l’intégralité des longs-métrages, des expositions retraçant ses amours pour le cirque et les femmes ainsi qu’un aperçu du tournage de la Dolce Vita, et moult invités se presseront pour commenter une filmographie essentielle à l’Histoire du 7e art. ça se passe jusqu’au 28 novembre un peu partout dans l’agglo, plus de renseignements sur www.dolcecinema.com.

Continuer à lire