Palais des sports : la Ville de Grenoble défend son choix

ACTUS | Le mois dernier, la mairie convoquait l’ensemble de la presse locale pour revenir sur les douze premiers mois de reprise en gestion directe du Palais des sports. Le bilan ? « Positif » (forcément). Aurélien Martinez

Aurélien Martinez | Mardi 1 mars 2016

Photo : Ville de Grenoble


Dans le processus de remise à plat voulu par l'équipe d'Éric Piolle après la victoire à Grenoble en mars 2014, la réflexion sur la gestion du Palais des sports n'était pas la plus illégitime vu le flou pas du tout artistique qui régnait autour de l'équipement. Des décisions ont donc été prises dès juillet 2014 : « On n'a pas souhaité renouveler la convention de l'association qui gérait le Palais des sports depuis 25 ans » a expliqué le conseiller municipal délégué aux événements et temps festifs Olivier Bertrand.

Joli document plein de tableaux à l'appui, il est revenu sur « la gestion opaque » du lieu, « accaparé par un unique producteur » (Guy Chanal en l'occurrence). « Avec cette décision [reprendre le bâtiment en gestion directe au 1er janvier 2015 – NDLR], le but a été d'ouvrir le Palais des sports à l'ensemble de la population. » Et, surtout, de faire des économies.

81 000 personnes accueillies en un an

« La Ville réalise une économie de près d'un million d'euros par rapport à 2013 » : c'est marqué en gros et en violet dans le dossier de presse. Plus précisément, la mairie loue maintenant directement le Palais des sports (redevenu Palais des sports Pierre Mendès France pour éviter la confusion avec le nom de l'ancienne association). Et ne donne plus du coup de subvention pour la gestion du lieu qui devient ouvert à d'autres producteurs.

L'an passé, on a ainsi pu croiser dans les murs Scorpions, Kool & the Gang, le Snowboard Garden Festival ou encore les Rencontres du cinéma de montagne. En tout, vingt-quatre manifestations (culturelles, sportives, étudiantes, associatives…) ont été organisées et 81 000 personnes accueillies (des chiffres là encore en violet dans le dossier). C'est quantitativement plus qu'avant.

Quant à l'avenir, le budget prévisionnel annoncé pour 2016 par la Ville est de 626 935 euros : 976 935 euros de dépenses moins 350 000 euros de facturation. À voir ce que cela donnera sur le long terme, notamment niveau programmation (ce qui nous intéresse vraiment).

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Et le Palais des sports de Grenoble se mit en mode Jeux olympiques

CONNAITRE | Les fans de glisse ont chaussé leurs patins et déambulent sur Le Temps des fleurs de Dalida et autres classiques des années 1960. Dans le cadre (...)

Alice Colmart | Mardi 20 février 2018

Et le Palais des sports de Grenoble se mit en mode Jeux olympiques

Les fans de glisse ont chaussé leurs patins et déambulent sur Le Temps des fleurs de Dalida et autres classiques des années 1960. Dans le cadre des 50 ans des Jeux olympiques de Grenoble, le Palais des sports accueille depuis le 10 février une patinoire éphémère de 800 m². Mais aussi propose des ateliers, des jeux de société, des projections spéciales JO ou encore des « visites insolites » du bâtiment menées par l'Office de tourisme Grenoble-Alpes Métropole. Un parcours de 30 minutes lors duquel on déambule de l’est au nord pour terminer sur la zone ouest, occupée par la cantine du personnel de la Ville. La guide qui nous accompagnait le jour où nous avons fait cette visite a d’abord commencé avec un bref retour sur la création de ce lieu « inauguré au cours de l’année 1967, et créé pour accueillir les épreuves de patinage lors des JO d’hiver 1968 ». Pour ensuite arriver à la période actuelle. « En plus d’être un espace spor

Continuer à lire

La Fête des Tuiles : « un temps de partage réjouissant »

CONNAITRE | « Le bilan des deux premières éditions est très positif, avec une mise en mouvement réussie de cette effervescence grenobloise, de ce mélange, de cette (...)

Aurélien Martinez | Mardi 6 juin 2017

La Fête des Tuiles : « un temps de partage réjouissant »

« Le bilan des deux premières éditions est très positif, avec une mise en mouvement réussie de cette effervescence grenobloise, de ce mélange, de cette porosité… Une effervescence qui a lieu toute l'année et qui trouve dans la Fête des Tuiles un espace symbolique fort à investir ensemble. C’est véritablement un temps de partage réjouissant. » Voilà, lorsque nous l’avons interrogé sur le pourquoi du comment de cette Fête des Tuiles, ce que le maire de Grenoble Éric Piolle nous a répondu, avant de poursuivre : « L'esprit de cette journée, c'est que ceux qui font Grenoble se mélangent pour "faire ensemble". C'est dans cette diversité-là qu'émergent énormément d'innovations, de la qualité de vie, des changements… Tout ce qui fait que l’on aime habiter à Grenoble ! » D’accord. Issue d’une promesse de campagne lancée pendant les municipales de 2014, l’événement a toujours eu pour vocation de durer. « L’inscription dans le temps de grands événements comme celui-là prend du temps. On a tous en tête évidement l'exemple de la Fête des Lumières à Lyon : il faut nous aussi que l'on prenne le temps de faire c

Continuer à lire

Grenoble : zoom sur douze bâtiments phares du XXe siècle

ESCAPADES | La tour Perret, phare grenoblois en quête d'avenir Illuminée de bleu en son sommet et révélée une fois par an par les feux d’artifices du 14 juillet, (...)

Charline Corubolo | Mardi 18 avril 2017

Grenoble : zoom sur douze bâtiments phares du XXe siècle

La tour Perret, phare grenoblois en quête d'avenir Illuminée de bleu en son sommet et révélée une fois par an par les feux d’artifices du 14 juillet, la tour Perret, située en plein parc Paul-Mistral, demeure un emblème grenoblois, à plus d’un titre. Car malgré sa façade grisâtre, l’édifice de presque un siècle, inauguré en 1925 pour l’Exposition internationale de la houille blanche et du tourisme, porte les ambitions modernistes du début du XXe, entre esthétique épurée et béton armé. Mais malgré les prouesses techniques, la tour se dégrade. Un chantier de rénovation va donc être lancé pour redorer le phare Perret. On remonte le fil de l'histoire dans cet article. Des halles au Magasin

Continuer à lire

Rocktambule : vers une annulation de l’édition 2016

ACTUS | Le Pôle Musical d’Innovation, association grenobloise organisatrice notamment du festival Rocktambule, l’assure : l’édition 2016 pourrait être annulée au (...)

Jean-Baptiste Auduc | Jeudi 5 mai 2016

Rocktambule : vers une annulation de l’édition 2016

Le Pôle Musical d’Innovation, association grenobloise organisatrice notamment du festival Rocktambule, l’assure : l’édition 2016 pourrait être annulée au vu de la situation financière. Pourtant, pendant 22 ans, Rocktambule a eu sa place surtout à Grenoble et, un peu, à Pont-de-Claix (en 2012). Il y a eu des hauts et des bas. Mais ces dernières semaines, le moral du panda (l’icône du festival) est au plus bas. Le problème du PMI, c’est le trou dans le budget, presque abyssal, dû à l’édition 2015. Il manque 100 000 euros suite au crash de fréquentation de l’année dernière. L’addition est lourde. D’où cette demande « d’année blanche » faite aux tutelles. « Dès le lendemain du festival, le Pôle Musical d’Innovation était en cessation de paiements. Maintenant, la situation est complexe. Une procédure de sauvegarde est en cours » explique Olivier Bertrand, adjoint à l’événementiel à la Ville de Grenoble. « Le festival a du mal à programmer pour 2016. Comme certains producteurs n’ont pas été payés sur l’édition 2015, ils ne veulent pas s’engager. » Une annulation de l’édition 2016 est donc envisagée, c

Continuer à lire