Présidentielle : la mobilisation sur le campus commence

Numéro étudiant | Au printemps 2017 aura lieu l'élection présidentielle. Si la campagne s’intensifie au niveau national, qu'en est-il du côté de Grenoble, et notamment des étudiants ? On est allés poser la question (et d'autres) à un chercheur, à des jeunes de gauche, et même à un étudiant de droite.

Jean-Baptiste Auduc | Lundi 3 octobre 2016

Photo : image extraite du film


« Jean-Luc Mélenchon devrait passer sur le campus avant décembre. » C'est en tout cas ce qu'espère Amin Ben Ali, l'un des coordinateurs de Université Grenoble Alpes Insoumise, un groupe d'appui étudiant à la campagne présidentielle de JLM. Problème : « au vu du contexte local, il n'a pas très envie de venir » confie l'orateur de ce premier café politique où nous le rencontrons, organisé mardi 27 septembre à l'Espace vie étudiante. Comprendre : l'alliance entre Verts et Parti de gauche à Grenoble prenant l'eau, Jean-Luc Mélenchon ne désire pas trop se mouiller.

Autour d'une bière et d'une cigarette, la dizaine de garçons (et une seule femme) discutent et échangent sur la candidature de « Jean-Luc ». On compte parmi eux des étudiants en droit ou à Sciences Po. Le groupe d'appui va intensifier son action sur le campus. Réunions, débats et conférences seront organisés dans les semaines à venir. Et les jeunes réfléchissent déjà aux manières d'attirer du sang neuf. Du genre : « Il faut amener de la nourriture, les mecs vont venir bouffer ! »

« L'intérêt pour les partis politiques de se positionner sur la jeunesse, c'est notamment pour les ressources humaines. Les étudiants ont plus de temps que le reste de la population pour tracter sur les marchés » donne comme exemple Simon Labouret, chercheur à l'Institut d'études politiques de Grenoble. En effet, UGA insoumise va se lancer dans la traditionnelle chasse aux parrainages. Les plus motivés comptent bien faire le tour des villages en Chartreuse afin de ramener des signatures pour leur champion. Une activité chronophage, mais vitale pour les candidats.

« Sensibiliser les étudiants pour aller voter »

Cette course n'est pas encore lancée au MJS (Mouvement des jeunes socialistes) isérois, la primaire de gauche n'ayant pas encore eu lieu. « On a dans les cartons une grosse campagne pour la présidentielle, nommée ''Ma république c'est l'égalité'' », assure Clémentine Liogier, animatrice fédérale du MJS Isère. Une campagne qui se déclinera en 9 thématiques – lutte contre les discriminations, droit au logement, démocratie... Des rencontres sont aussi prévues avec les candidats à la primaire de la gauche. Mais comme elle se déroulera en janvier, il est encore tôt.

Les actions du MJS vont aussi porter sur la sensibilisation des étudiants. Comme l'explique Simon Labouret, « les étudiants sont souvent inscrits chez leurs parents, et non pas là où ils habitent. Parfois, ils ne sont pas en mesure de voter. » Du coup, les quarante membres actifs des MJS prévoient du porte-à-porte. Clémentine Liogier : « Comme pour les régionales, on s'apprête à sensibiliser les étudiants pour aller voter. On fait le tour des résidences universitaires du campus et de Grand'Place. » Un moyen de parler, dans le même temps, des procurations.

« Les étudiants sont la chasse gardée de la gauche »

Pour LR (Les Républicains), la primaire est lancée et s'approche à grands pas. Il ne reste que deux mois avant que les militants (et les autres) fassent leur choix. Alors chaque candidat prend position. Pour les soutiens de Bruno Le Maire, les étudiants ont activé leurs réseaux. « Des réunions sont organisées depuis février. On a eu 3 cafés-débats, en invitant des associations comme Coexister [mouvement de dialogue interreligieux – NDLR] » explique Stanley Paraison, étudiant à Grenoble école de management. Après une pause, examen oblige, il reprend du service. Avec sa quinzaine de militants, il s'apprête à tracter le contrat présidentiel de BLM, disponible depuis quelques jours. Le document, de près de 1000 pages, sera (heureusement) résumé en quelques phrases sur un tract.

Ce candidat de droite, très axé sur la jeunesse (voir son slogan « le renouveau, c'est Bruno »), ne compte pourtant pas particulièrement viser le campus. Simon Labouret : « Les étudiants sont la chasse gardée de la gauche. Dire que la droite veut séduire les étudiants, c'est comme imaginer les écolos chercher le vote des chasseurs. » Les habitudes ne devraient pas être trop bousculées sur le campus en 2017.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Des étudiants à l’écoute

Solidarité | Ils n’ont pas voulu rester les bras croisés face au mal-être de certains de leurs camarades : des étudiants de l’Université Grenoble-Alpes ont lancé Alpaline, une ligne téléphonique d’écoute. Avec l’ambition qu’elle demeure active au-delà même du terme de la crise sanitaire. Explications.

Martin de Kerimel | Vendredi 19 février 2021

Des étudiants à l’écoute

Flashback : à la fin du mois d’octobre dernier, plusieurs associations présentes sur le campus grenoblois se réunissent et discutent du mal-être étudiant. Leur constat : les conséquences de la pandémie de coronavirus viennent accroître ce phénomène, déjà vivace du fait de la précarité sociale, de l’isolement physique, de la situation familiale ou de la rupture numérique subie par certains de leurs camarades. « Après avoir réfléchi à divers supports possibles, nous avons l’idée d’une ligne d’écoute », indique Alexis Fayolle, président d’Interasso Grenoble Alpes et trésorier d’Alpaline, l’association qui gère ce nouvel outil d’entraide. Comment fonctionne-t-il ? Très simplement : les vendredis, samedis, dimanches et lundis, de 20h à 23h, tout étudiant(e) peut appeler le 04 65 84 44 24 pour être accueilli par un(e) autre, avec bienveillance : « Nous ne souhaitons stigmatiser, ni juger personne. Notre but est que celui ou celle qui appelle puisse parler sans tabou, avec quelqu’un qui peut comprendre ses galères et répondre à ses questions. Cet accompagnement est gratuit. Il

Continuer à lire

Université Grenoble Alpes : la ruée vers l’art avec l’Espace scénique transdisciplinaire

ACTUS | Jeudi 14 septembre sur le campus, dans le cadre de la journée de rentrée de l’Université Grenoble Alpes, sera ouvert un nouvel équipement culturel plus que prometteur – l’UGA mise vraiment sur la culture. Son nom ? L’Est, pour Espace scénique transdisciplinaire. On l’a visité en amont, et on a interrogé ses responsables pour comprendre à quoi il servira.

Aurélien Martinez | Mardi 5 septembre 2017

Université Grenoble Alpes : la ruée vers l’art avec l’Espace scénique transdisciplinaire

Nous voici sur le campus de Saint-Martin-d’Hères, une matinée de fin août, afin de découvrir l’Est – acronyme pour le nom pas très sexy d’Espace scénique transdisciplinaire. Soit le nouvel équipement culturel de l'Université Grenoble Alpes, implanté à côté d’Eve – l’Espace vie étudiante. S’il se fait relativement discret avec son architecture sobre et sa surface au sol assez faible, c’est en pénétrant en son sein qu’on se rend compte de sa richesse : une salle de spectacle de 150 places on ne peut plus moderne et, surtout, quatre studios de création munis de grandes baies vitrées donnant sur l’extérieur. Plus des loges, un atelier de construction de décors et des bureaux pour l’équipe. Le grand luxe. Enfin, pas forcément pour Vanessa Delfau, directrice de la culture et de la culture scientifique à l’UGA. « C'est un équipement qui correspond au dimensionnement de l'université qui est la nôtre : on a l'un des plus gros départements arts du spectacle en France. On ne s'étonne pas d'avoir des salles de TP en chimie ou en physique extrêmement bien équipées. Un étudiant en chimie a besoin d'éprouvettes et de paillasses ; un étudiant en a

Continuer à lire

Est : une nouvelle salle pour le campus

Numéro étudiant | Lancé en 2008, le projet de construction de ce nouvel équipement culturel sur le campus se concrétisera dans les prochains mois...

Sandy Plas | Mardi 4 octobre 2016

Est : une nouvelle salle pour le campus

Ça bouge sur le campus : l’équipement Est (pour Espace scénique transdisciplinaire), situé en face de l’Espace vie étudiante (Eve) et dont le coût des travaux s'élève à 4, 5 millions d'euros (venant d'un partenariat public privé lié au plan campus), sera achevé au début de l’année 2017, pour une entrée en fonction à la rentrée prochaine. « Le projet est né du constat que nous ne pouvions pas répondre à toutes les sollicitations que nous recevions pour utiliser de l’Amphidice [la salle de spectacle de 330 places, située dans le bâtiment de l’ancienne université Stendhal – NDLR] » explique Marie-Christine Bordeaux, vice-présidente en charge de la culture et de la culture scientifique au sein de l’UGA. Une situation à laquelle vient s’ajouter l’augmentation des effectifs dans le département Arts du spectacle et cinéma de l’université, nécessitant un lieu de pratique et de formation. Envisagé comme un lieu complémentaire aux salles de spectacle de l’agglomération, l’Est comprendra des studios et une salle de 150 places, qui accueillera les créations universitaires et amateurs. « Le but est de valoriser le travail étudiant, mais cette

Continuer à lire

Université Grenoble Alpes : toute toute première fois

Numéro étudiant | Exit les universités historiques Joseph-Fourier, Pierre-Mendès-France et Stendhal ; place à l’Université Grenoble Alpes, qui a fait sa première rentrée en septembre. Mais concrètement, ça change quoi ? On fait le point.

Sandy Plas | Mardi 4 octobre 2016

Université Grenoble Alpes : toute toute première fois

« Une grosse dose de fun, un soupçon de "chill", le tout arrosé de fun et de fête. » Dans le texte, publié notamment sur internet, la rentrée de l’Université Grenoble Alpes (UGA), inaugurée mi-septembre par le festival C’est Party, sonnait presque comme un aller simple pour Ibiza. Dans les faits, on remplacera la plage par la place centrale du campus et les nuits endiablées par une soirée concerts et foodtrucks, mais l’esprit était là. Et derrière l’ambiance festive de cette première journée d’accueil des étudiants, se jouait une première rentrée symbolique pour la nouvelle université, fusionnée depuis janvier 2016. « Une nouvelle offre de formation » Mais un changement de nom, une fusion et un nouveau logo, dans les faits, ça sert à quoi ? Concrètement, la fusion des universités permettra aux étudiants de faire leur choix dans une offre de parcours plus ouverte, comme l’explique Nicolas Lesca, vice-président en charge de la formation à l’UGA. « Les équipes pédagogiques

Continuer à lire