Gil Petrizzelli : « C'est important que tout le monde puisse venir au Black Lilith » (qui a un an)

ACTUS | Un an d’existence déjà pour le Black Lilith, nouveau club du centre-ville qui a pris la succession du vénérable Vertigo. À l’occasion de son premier anniversaire ce vendredi 1er mars, on a rencontré son fondateur Gil Petrizzelli pour dresser un rapide état des lieux.

Damien Grimbert | Lundi 25 février 2019

C'est peu de dire que l'arrivée du Black Lilith était attendue avec attention. Déjà parce qu'il succédait à un club (le Vertigo) devenu, en l'espace de 20 ans, une véritable institution grenobloise. Ensuite parce que son fondateur Gil Petrizzelli, déjà à l'origine du Café Zimmerman sur les quais, avait d'emblée annoncé son intention de « casser les codes classiques de la discothèque » pour en faire un lieu plus accessible et plus inclusif. Par conséquent, comme nous l'a expliqué ce dernier, « les premiers mois, c'était un peu bizarre : on sentait que les gens étaient plus là pour juger le lieu que pour passer une bonne soirée ».

Très vite, pourtant, le Black Lilith trouve son rythme de croisière, ne désemplissant jamais ou presque. Bien sûr, quelques objectifs initiaux ont dû être reconsidérés. « La fréquentation du club reste assez jeune, on a un peu plus de mal à toucher le public de trentenaires qu'on souhaitait attirer en priorité. On voulait aussi faire venir le public plus tôt, à des horaires de bar, développer une partie concerts, mais on a dû faire une croix dessus, même si on continue de faire des showcases hip-hop ou électro-pop, plus adaptés à un format club. »

« On est très regardants sur la qualité »

Une « petite déception » compensée par plusieurs franches réussites, à commencer par la formidable diversité de programmation du club. « Sur un mois, on peut passer d'une soirée hip-hop à une soirée reggae-dancehall, une soirée cumbia, une soirée techno… On vise large, mais on est aussi très regardants sur la qualité, et le fait de rester le moins cher possible. On a fait des soirées à 7 euros qui ont cartonné, on les a baissées à 5 euros. La soirée du 14 mars avec Brodinski, on la fait à seulement 10 euros. Au bar, on propose des pintes à partir de 6 euros. Même si le club est blindé quoi qu'il arrive, c'est important pour moi que plus ou moins tout le monde puisse venir, et dans les meilleures conditions possibles. »

Outre l'effort important apporté à la programmation (qui va encore se développer avec l'ouverture à de nouvelles associations et artistes locaux, la création de soirées hors les murs et l'arrivée d'un festival de 3 ou 4 jours en janvier 2020), l'autre gros chantier en cours, déjà entamé, concerne l'amélioration de la qualité du son, des lumières, et le développement d'une partie mapping et vidéo. Que demander de plus ?

1 an du Black Lilith
Vendredi 1er mars à 23h50


1 an du Black Lilith

Avec The Tribe
Le Black Lilith 18 Grand Rue Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Grenoble : 11 bons plans pour le réveillon du 31 décembre 2018

GUIDE URBAIN | Pour danser À la Salle noire Comme chaque année, les Barbarins fourchus organisent leur « before du réveillon » (tout sera (...)

La rédaction | Mardi 18 décembre 2018

Grenoble : 11 bons plans pour le réveillon du 31 décembre 2018

Pour danser À la Salle noire Comme chaque année, les Barbarins fourchus organisent leur « before du réveillon » (tout sera fini avant minuit) en mode « bal de fête rock'n'roll ». Une entrée en la matière parfaite (les Barbarins savent mettre l’ambiance) dans un sympathique lieu – une boîte noire entièrement décorée par leurs soins en mode bric-à-brac. 15€ Au Keep it weird Le bar grenoblois « où la musique underground est à l’honneur » dans une déco « à l’américaine » du plus chic effet (ambiance "prohibition") propose une New Year's Day party all night long très électr

Continuer à lire

Un Black Lilith pour « casser les codes de la discothèque »

GUIDE URBAIN | « C’est un bar-club-salle de concert – les trois identités sont importantes – avec lequel je veux toucher les gens axés culture, musique ; art (...)

Aurélien Martinez | Lundi 26 février 2018

Un Black Lilith pour « casser les codes de la discothèque »

« C’est un bar-club-salle de concert – les trois identités sont importantes – avec lequel je veux toucher les gens axés culture, musique ; art en général. » Voilà comment Gil Petrizzelli, boss du sympathique Café Zimmerman (près des quais, où a été prise la photo de cet article), définit son Black Lilith qu’il va inaugurer ce jeudi 1er mars, dans les murs du feu Vertigo. Un local à l’architecture sommaire que le nouveau propriétaire a souhaité se réapproprier, via la décoration par exemple. « J’ai vraiment envie de faire un lieu sain, sincère, dans le prolongement du Zimmerman mais en mode plus teuf. Et j’ai vraiment envie d’accueillir tout le monde, notamment ceux qui n’aiment pas les clubs en général, qui ont envie de sortir mais ne s’y retrouvent nulle part. » Lorsque nous l’a

Continuer à lire

Le Vertigo : voilà, c’est fini

ACTUS | L’info a été lâchée mercredi 27 septembre sur le Facebook du club : le Vertigo, qui a fêté ses 20 ans en juin, va définitivement fermer, son boss et (...)

Aurélien Martinez | Jeudi 28 septembre 2017

Le Vertigo : voilà, c’est fini

L’info a été lâchée mercredi 27 septembre sur le Facebook du club : le Vertigo, qui a fêté ses 20 ans en juin, va définitivement fermer, son boss et fondateur Camille Bahri ayant décidé de vendre – ça lui trottait dans la tête depuis longtemps. On le retrouve le lendemain, dans un bar du centre-ville. « J’ai duré 20 ans, j’aurais pu continuer encore un petit peu – je reste jeune dans l’esprit même si je suis vieux ! – mais l’opportunité de vendre les murs et le fonds s’est présentée alors je l’ai saisie. » Le Vertigo, c’est un club mythique à Grenoble, qui a vu passer pas mal de grands noms de l’éléctro – Laurent Garnier, Miss Kittin, Jeff Mills, Brodinski… L’annonce de la fermeture a donc eu un écho considérable chez ceux qui l’ont fréquenté, au vu du nombre de réactions reçues par Camille Bahri et son équipe – le post Facebook a été très commenté. « Ça me fait chaud au cœur, je suis très ému. C’est une récompense. »

Continuer à lire

Une bougie pour le Café Zimmerman

GUIDE URBAIN | Pour les premiers arrivés, ce sera punch, offert par la maison. Pour les autres, bières artisanales ou cocktails maison, une des spécialités du Café Zimmerman. (...)

Sandy Plas | Mardi 5 septembre 2017

Une bougie pour le Café Zimmerman

Pour les premiers arrivés, ce sera punch, offert par la maison. Pour les autres, bières artisanales ou cocktails maison, une des spécialités du Café Zimmerman. Ouvert il y a tout juste un an rue de Lionne (près des quais), le Zim’ (pour les intimes) est sorti de l’imagination de Gil Petrizzelli, venu du milieu culturel (c’est un ancien de la Bobine), et qui avait envie de créer un lieu simple où déguster de bons produits. « Je voulais servir des produits de qualité, sans être trop cher, et surtout avec une vraie sincérité dans l’accueil. L’idée c’est que les gens qui viennent au café, la journée ou le soir, se sentent comme à la maison. » En ce soir de fête, accoudés au bar, installés sur les canapés en cuir un brin usés ou sur les chaises sorties de la cuisine des grands-parents, les nombreux habitués et les nouvelles têtes semblent bien se sentir chez eux. Et profiter de la carte où l’on retrouve du classique, comme le mojito, « préparé avec du sucre bio et de la menthe fraîche », ou des cocktails bien moins connus, du Gin Cherry Blossom au Moscow Mule (à bas

Continuer à lire