Publicité
Publicité

Grenoble à l'écoute, mais…

Dispel | Lucille Lheureux, l’adjointe aux cultures du maire de Grenoble, dit ne pas avoir de solution à proposer pour un relogement groupé des artistes du Dispel s’ils quittaient le bâtiment qu’ils occupent actuellement. Elle affirme cependant rester ouverte au dialogue. Ses explications.

Martin de Kerimel | Mercredi 27 janvier 2021

Photo : (c) Martin de Kerimel


Lucille Lheureux l'affirme clairement : pour elle, la Ville de Grenoble n'est pas la seule interlocutrice possible pour le collectif Dispel, qui craint d'être expulsé de la friche industrielle qu'il occupe de longue date (lire notre article précédent). L'élue rappelle ainsi que le bâtiment est situé sur le territoire de la commune de Saint-Martin-le-Vinoux et que c'est la Métropole qui en est le propriétaire. « Nous avons écrit à la Métropole et dit que ce dossier ne nous regardait pas, indique-t-elle. Nous avons toutefois réaffirmé notre soutien au projet culturel. » L'élue confirme que la convention qui liait la Ville de Grenoble à la Métropole pour la mise à disposition des locaux est désormais caduque. Elle assure qu'au départ, l'installation du collectif Dispel sur le site actuel n'avait été envisagée qu'à titre provisoire.

« Des propositions à faire »

Aujourd'hui, l'élue assure être prête à discuter avec les différentes structures pour trouver une solution à Grenoble, à engagement budgétaire constant. « Nous aurons des propositions à faire au collectif s'il souhaite déménager, mais elles seront peut-être moins intéressantes pour lui. Nous n'avons pas de lieu équivalent à celui qu'il occupe actuellement. » Impossible, donc, de reloger tout le monde dans la même configuration. Précision : d'après les informations communiquées par la Mairie, la Ville de Grenoble n'a récemment subventionné que deux des entités présentes au Dispel aujourd'hui. Cinex a obtenu 3000 euros en 2017, 4500 euros en 2018, puis à nouveau 3000 euros en 2019 et 2020. Culture Ailleurs, elle, a reçu 3000 euros en 2017, puis en 2018 et 2019, 8000 euros par an, dans le cadre d'une convention de la Ville avec l'Institut français. Les autres structures n'ont pas bénéficié d'un soutien financier. « Elles n'en ont pas demandé », affirme Lucille Lheureux.

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Belle Électrique : MixLab et la Ville avancent

ACTUS | Toujours pas de concerts, mais ça travaille en coulisses à la Belle Électrique. MixLab, qui craignait fort d’être mise à l’écart sans explication, témoigne désormais (...)

Martin de Kerimel | Mercredi 27 janvier 2021

Belle Électrique : MixLab et la Ville avancent

Toujours pas de concerts, mais ça travaille en coulisses à la Belle Électrique. MixLab, qui craignait fort d’être mise à l’écart sans explication, témoigne désormais de son sentiment d’être revenue « sur un terrain où il est possible de discuter » avec la Ville. Clairement, après les vives tensions autour du conseil municipal de décembre, le climat paraît désormais apaisé entre les deux partenaires. Il leur reste toutefois du pain sur la planche. Leur premier objectif commun : avancer vers la création d’une Société coopérative d’intérêt collectif (SCIC). « La délégation de service public que nous avons attribuée à MixLab court jusqu’à la fin de l’année, explique Lucille Lheureux, adjointe aux cultures de la Ville de Grenoble. Il nous faudra donc avoir défini un nouveau mode de gestion avant le 1er janvier prochain. On travaille en ce sens avec l’association, qui est légitimement placée au centre de nos débats, puisque le bâtiment avait été conçu selon son projet et qu’elle en a été le gestionnaire depuis le début ». Du pain sur la planche Deux options sont dans les tuyaux : que MixLab se transforme en SCIC, ce qui est l

Continuer à lire

Et si le Dispel disparaissait ?

ACTUS | Pas de panneau indicateur. Aucune enseigne. Simplement, sur un bout de grillage, une boîte aux lettres commune qui rappelle que, derrière le portail en (...)

Martin de Kerimel | Lundi 25 janvier 2021

Et si le Dispel disparaissait ?

Pas de panneau indicateur. Aucune enseigne. Simplement, sur un bout de grillage, une boîte aux lettres commune qui rappelle que, derrière le portail en partie ouvert, il y a toujours du monde. Les structures qui composent le Dispel cultivent-elles la discrétion ? Non : l’accueil qu’elles nous ont réservé témoigne du contraire. Simplement, elles n’organisent que très rarement des événements ouverts à tous. Et, quand c’est le cas, il se peut qu’une partie du public "consomme" sans se poser de question et ignore totalement le nom des créateurs. Au Petit Bulletin, on garde cependant un bon souvenir de l’Excentrique Cinéma, par exemple, ou d'une journée portes ouvertes étonnante, de nature à titiller bien des curiosités. Le Dispel, on le perçoit comme un lieu à part, au sens noble du terme. C’est pour cette raison que, fin décembre, lorsque l’on nous a

Continuer à lire

Le Transfo : en avant, jeunesse !

ACTUS | « Un lieu d’émancipation pour les jeunes, d’appui, de ressources. Un lieu dédié à l’information, à l'engagement et à l'accès aux droits. Un lieu (...)

Alice Colmart | Mardi 20 novembre 2018

Le Transfo : en avant, jeunesse !

« Un lieu d’émancipation pour les jeunes, d’appui, de ressources. Un lieu dédié à l’information, à l'engagement et à l'accès aux droits. Un lieu pour ancrer la place des jeunes dans la cité » : voilà comment le maire de Grenoble Éric Piolle a décrit vendredi 16 novembre Le Transfo, situé dans le quartier Ampère, lors de son inauguration où groupe de rap, vin chaud et ballons à l’hélium étaient au menu. Pour manœuvrer ce projet dans les tuyaux municipaux depuis 2009 (on est sur le bâtiment occupé précédemment par l’association Brise-Glace, du temps où c’était une friche artistique), en dehors du service jeunesse de la Ville de Grenoble, cinq autres structures (Cap Berriat, l’Adij, Unis-Cité, l’Afev et l’Institut de l’engagement) sont installées dans des locaux de 1500m² répartis sur cinq niveaux et structurés en différents espaces – un espace de coworking, des salles de réunion, des bureaux… « On va travailler autour de l’orientation, autour de la question de la construction identitaire par exemple » explique Olivier Andrique de l’association Cap Berriat lorsque Aline Dubuy de l’Adij (Association départementa

Continuer à lire

Dispel on you : portes ouvertes à couper le souffle

CONNAITRE | Les apparences peuvent être trompeuses. A priori, comme ça, une journée "portes ouvertes" réunissant projections, installations et performances, ça ne tranche (...)

Damien Grimbert | Mardi 24 avril 2018

Dispel on you : portes ouvertes à couper le souffle

Les apparences peuvent être trompeuses. A priori, comme ça, une journée "portes ouvertes" réunissant projections, installations et performances, ça ne tranche pas outre mesure avec le tout-venant. Mais les quelques centaines de curieux ayant eu la chance d’assister aux deux premières éditions en 2014 et 2016 peuvent en témoigner : avec Dispel on you, on est plus proche d’une gigantesque fête foraine artistique DIY hallucinée que d’une visite d’atelier un peu plan-plan. En 2016, dans le jardin, un massif portail bariolé à l’envergure démesurée donnait ainsi accès à une cour accueillant un bateau reconverti en bar, autour duquel se déhanchaient des danseurs sur fond de musique brésilienne. Et dans le véritable dédale de pièces et de couloirs de l’entrepôt adjacent, chaque salle offrait une nouvelle découverte : concerts, librairie alternative, mur de télés, dispositif cinétique, projections sur le plafond à regarder couché, performances épileptiques sur pellicule et bien d’autres créations... De l’autre côté du miroir Qu’on ne s’y trompe pas pour autant :

Continuer à lire

Fermeture des bibliothèques à Grenoble : où en sommes-nous ?

ACTUS | Pas de trêve estivale dans la lutte qui se joue entre le collectif Touchez pas à nos bibliothèques et la Ville de Grenoble. Opposées sur la fermeture des (...)

Sandy Plas | Mardi 29 août 2017

Fermeture des bibliothèques à Grenoble : où en sommes-nous ?

Pas de trêve estivale dans la lutte qui se joue entre le collectif Touchez pas à nos bibliothèques et la Ville de Grenoble. Opposées sur la fermeture des bibliothèques Hauquelin et Prémol et de celle, dans sa forme actuelle, d’Alliance, les deux parties étaient en phase de négociation en juin. Des négociations qui portaient notamment sur la transformation des deux premières bibliothèques citées en « relais-lecture » et de la troisième en « tiers-lieu », ouvert à d’autres usages. Insuffisant selon le collectif, qui adressait le 7 juillet un courrier à Éric Piolle et à son équipe pour réclamer une votation citoyenne sur le sujet à l’automne. Piste de sortie pour la mairie ? Que nenni. Le 10 juillet, lors du conseil municipal, le collectif voit sa proposition refusée par le maire. Argument avancé : les projets de relais-lecture et de tiers-lieu correspondraient aux attentes émises par les signataires de la pétition, lancée par le collectif au printemps dernier et ayant rassemblé un peu plus de 4 400 signatures. En remplacement, la mairie propose alors l’organisation d’une vaste consultation publiq

Continuer à lire

Et la Ville de Grenoble créa de nouveaux ateliers d’artistes

ACTUS | Avant, au 51 boulevard Gambetta (en face de la Caserne de Bonne), le bâtiment La Clé de Sol était composé de deux parties. L’une accueillait les locaux du PMI (...)

Jean-Baptiste Auduc | Jeudi 20 avril 2017

Et la Ville de Grenoble créa de nouveaux ateliers d’artistes

Avant, au 51 boulevard Gambetta (en face de la Caserne de Bonne), le bâtiment La Clé de Sol était composé de deux parties. L’une accueillait les locaux du PMI (Pôle musical d'innovation, organisateur du feu festival Rocktambule), remplacé par Hadra. L’autre partie était réservée à des vestiaires de foot. Mais ça c'était avant. Car aujourd’hui, cette deuxième partie est transformée en ateliers pour plasticiens, artistes fragiles puisque sans régime spécifique d’assurance chômage. 10 ans que le projet était dans les cartons. Ce mois-ci, les services de la municipalité livrent les 80 mètres carrés divisés en deux, avec douche, mais sans logements. Les travaux viennent d’être achevés (les murs blancs sentaient bon la peinture fraîche lorsque nous avons visité les lieux au début du mois). Et Corinne Bernard, adjointe aux cultures de la Ville de Grenoble, de se réjouir de l’ouverture

Continuer à lire

Grenoble : zoom sur douze bâtiments phares du XXe siècle

ESCAPADES | La tour Perret, phare grenoblois en quête d'avenir Illuminée de bleu en son sommet et révélée une fois par an par les feux d’artifices du 14 juillet, (...)

Charline Corubolo | Mardi 18 avril 2017

Grenoble : zoom sur douze bâtiments phares du XXe siècle

La tour Perret, phare grenoblois en quête d'avenir Illuminée de bleu en son sommet et révélée une fois par an par les feux d’artifices du 14 juillet, la tour Perret, située en plein parc Paul-Mistral, demeure un emblème grenoblois, à plus d’un titre. Car malgré sa façade grisâtre, l’édifice de presque un siècle, inauguré en 1925 pour l’Exposition internationale de la houille blanche et du tourisme, porte les ambitions modernistes du début du XXe, entre esthétique épurée et béton armé. Mais malgré les prouesses techniques, la tour se dégrade. Un chantier de rénovation va donc être lancé pour redorer le phare Perret. On remonte le fil de l'histoire dans cet article. Des halles au Magasin

Continuer à lire

Grenoble : une tribune d’artistes grenoblois interpelle la Ville

ACTUS | Ça continue de débattre de la politique culturelle de la Ville de Grenoble dans la presse nationale. Après la tribune du metteur en scène Joël Pommerat écrite (...)

Aurélien Martinez | Jeudi 21 juillet 2016

Grenoble : une tribune d’artistes grenoblois interpelle la Ville

Ça continue de débattre de la politique culturelle de la Ville de Grenoble dans la presse nationale. Après la tribune du metteur en scène Joël Pommerat écrite suite à son passage à la MC2 avec son spectacle Ça ira (1) Fin de Louis et titrée « Grenoble, la déception de l’écologie culturelle », après celle du maire Éric Piolle et de son adjointe aux cultures Corine Bernard en réponse à Pommerat elle aussi parue dans Libé en juin et intitulée « À Grenoble, une culture ni populiste ni libérale », c’est L’Humanité qui a publié mercredi 20 juillet un texte remettant en cause la politique cul

Continuer à lire

Jean-Paul Angot : « Un théâtre sans artistes est un astre mort »

ACTUS | Samedi 11 juin, la saison 15/16 de la MC2 s'est conclue avec la dernière représentation de À Ố Làng Phố, merveilleux spectacle circassien (...)

Jean-Paul Angot, directeur de la MC2 | Mardi 14 juin 2016

Jean-Paul Angot : « Un théâtre sans artistes est un astre mort »

Samedi 11 juin, la saison 15/16 de la MC2 s'est conclue avec la dernière représentation de À Ố Làng Phố, merveilleux spectacle circassien vietnamien. Tout au long de la saison, des spectateurs fidèles ou occasionnels sont venus sur le site de la rue Paul-Claudel ou chez nos partenaires du département, soit à nouveau plus de 100 000 entrées. Ils viennent attirés probablement par la diversité des propositions mais aussi par l'inlassable travail d'action culturelle que nous menons en direction du public. Ce public ne se constitue pas en un jour, il se renouvelle en permanence (35% chaque saison). Ce ne sont donc pas toujours les mêmes et nous nous en réjouissons car cela nous laisse un vaste travail que nous partageons d'ailleurs avec toutes les salles de notre Métropole. Tout au long de la saison, nous avons aussi permis que naissent ici des spectacles que nous produisons et qui ensuite sillonnent le territoire français et même au-delà. Des "créations" comme nous les désignons dans notre langage. Ce beau mot de création porte en lui à la fois espoir, audace et risque. C'est l'un des piliers de l'activité de notre Scène Nationale et c'est pour cela qu

Continuer à lire