Ils ont crié pour être entendus

Manifestation | Une grosse centaine de personnes s’est réunie jeudi 4 mars, en fin de matinée, sur le parvis du Musée de Grenoble pour dire sa colère face aux difficultés que traverse le monde culturel. Non sans un clin d’œil ironique au dernier déplacement de Roselyne Bachelot dans la région.

Martin de Kerimel | Jeudi 4 mars 2021

Photo : (c) Martin de Kerimel


Ils ont vu la ministre de la Culture aux Victoires de la Musique classique, organisées à Lyon la semaine précédente. Cela n'a visiblement pas suffi à les convaincre que Roselyne Bachelot était véritablement à l'écoute des artistes. C'est à l'invitation du collectif Culture en Lutte, regroupant notamment des représentants isérois de la CGT Spectacle et du Syndicat national des arts vivants, que des manifestants se sont réunis place de Lavalette, ce jeudi matin. Depuis le début de la crise sanitaire, il y a bientôt un an, c'était déjà la quatrième fois qu'un tel rassemblement était organisé à Grenoble. Très symboliquement, l'idée des organisateurs était d'inviter chacun… aux Victoires de la Colère. On a connu manif' plus houleuse : le ton des orateurs est resté assez mesuré, même lorsqu'une bonne partie des personnes présentes a accepté de jouer le jeu pour pousser un cri retentissant à 13h tapantes. Des débats devaient suivre une partie de l'après-midi.

« Ne pas crever »

Avant cela, qu'a-t-on vu ? Surtout des messages écrits, sur de rares pancartes et quelques banderoles. « Pas de culture sans droits sociaux », « État d'urgence culturelle. Arts, spectacles = essentiels », « Culture debout pour ne pas crever » … les slogans en disent long sur le terrible sentiment d'abandon qui saisit les professionnels de la culture. On a constaté, à l'applaudimètre, que les corps de métier étaient tous plus ou moins représentés, depuis les artistes eux-mêmes jusqu'aux techniciens du spectacle. Certains ont donné de la voix en se présentant comme simples membres d'un public privé de sorties. Quelques autres étaient venus avec leur instrument de musique ou leurs œuvres, alors posées au sol ou sur des cimaises de fortune pour une exposition éphémère.

Quand, à la tribune, Sandrine de Bettencourt, une (fausse) émissaire du ministère a demandé quelles seraient les revendications majeures des présents, la réponse a fusé : « Travailler ! », suivie de très près par les demandes de réouverture des cinémas, théâtres et musées, et de retour des festivals. La foule a ensuite eu droit à un quiz sur les citations de responsables politiques liées à la crise sanitaire. Ce n'est qu'après ce drôle de show qu'un dénommé Michel, « un vrai de vrai » à en croire celle qui l'a présenté, est venu parler au nom des syndicats. « Emmanuel Macron gère la crise comme un manager néo-libéral, en flux tendu et sans aucune anticipation, a-t-il dit. On constate la vision que le gouvernement a de ce qui est essentiel : la culture n'en fait pas partie. Nous sommes globalement en situation de très grande difficulté. Beaucoup de petites structures et de compagnies risquent désormais de se retrouver sur le carreau. » D'où, notamment, la demande d'un fonds d'aide pour les artistes, d'une prolongation des droits d'indemnisation « jusqu'à ce que tout le monde puisse retravailler normalement » et d'une couverture sociale renforcées pour les artistes jeunes mamans ou souffrant d'une affection longue durée.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Culture : le changement, c’est maintenant ?

ACTUS | François Hollande à l’Élysée, la gauche au gouvernement, Aurélie Filippetti au ministère de la culture : un casting plus favorable au monde de la culture ? Rencontre avec deux acteurs culturels locaux du spectacle vivant pour obtenir leur ressenti à la veille des législatives, élections qui seront cruciales pour confirmer (ou non) ce casting. Propos recueillis par Aurélien Martinez

Aurélien Martinez | Vendredi 25 mai 2012

Culture : le changement, c’est maintenant ?

Le 27 mars dernier, l’Association des scènes nationales (présidée par Michel Orier, directeur de la MC2) organisait un colloque au 104 à Paris. Des représentants des principaux candidats furent conviés, pour que les acteurs culturels nationaux leur rappellent leurs positions et leurs attentes à un mois du premier tour de la présidentielle. Le même jour, à Grenoble, au Théâtre 145, le Synavi, Syndicat national des arts vivants – « un syndicat d’employeurs et de structures indépendantes dans le spectacle vivant, qui représente environ 400 structures en France, pour l’essentiel des compagnies, mais aussi des lieux, dans les domaines du théâtre, de la danse, du cirque, des arts de la rue, du conte... » – proposait un débat sur des questions similaires, avec différents élus locaux de gauche. Deux exemples de la forte mobilisation menée par le monde de la culture à la veille de scrutins jugés décisifs (les législatives sont attendues avec intérêt), comme nous l’explique aujourd’hui Fabrice Bernard, délégué régional du Synavi (avec une vision forcément subjective, puisqu’il existe de nombreux syndicats représentants diverses sensibilités – et tous les acteurs culturels ne sont

Continuer à lire