Sa petite cuisine

MUSIQUES | Catherine Ringer défend depuis le début de l’année sur toutes les scènes de France son premier album post Rita Mitsouko. Avant de la voir à Grenoble, on a réussi à lui poser quelques questions tardives, à la sortie de son show nantais. Propos recueillis par François Cau

François Cau | Mercredi 30 novembre 2011

Photo : Renaud Corlouer


Comment est-ce que vous jaugeriez jusqu'à présent les réactions du public aux compositions de Ring'n'Roll ?
Catherine Ringer : Elles sont positives, et du coup j'ai l'impression d'avoir fait quelque chose d'utile, de ne pas avoir perdu de temps et de ne pas avoir déçu les gens.

L'album passe à travers des émotions très différentes, comment est-ce que vous le vivez sur scène ?
En interprétant, simplement, en passant d'une ambiance à une autre.

Ces ruptures de ton m'ont beaucoup étonné à la première écoute, je me suis peut-être dit que c'était parce que moins d'albums aujourd'hui s'autorisent cette liberté…
Au niveau de toute la production actuelle, je ne pourrais pas juger ; mais pourtant à notre époque on zappe beaucoup, on passe souvent d'une atmosphère à une autre… De mon côté, c'est un procédé dont on avait l'habitude avec les Rita, ici c'est peut-être plus poussé, je ne sais pas. Mais il y a quand même une unité d'interprétation, quelle que soit la chanson, c'est la même patte qui le fait.

En réécoutant justement, je me suis dit que c'était votre voix qui faisait le lien, qui permettait de se raconter une histoire…
Oui effectivement, c'est tout à fait vrai. On rentre dans une petite histoire, un petit film.

Comment avez-vous élaboré le tracklisting de l'album ?
Je ne sais plus trop exactement, mais il y a des questions de successions, d'ambiances. C'est un peu comme quand on s'habille, qu'on se demande quel pantalon va avec quel pull. C'est amusant à faire d'ailleurs, ça change beaucoup la réception d'un morceau selon ce qui vient avant. Là on ouvre avec un morceau plein de vitalité, sur le printemps, la reproduction, puis on passe de l'euphorie à la dépression avec un titre plutôt sombre… ce sont des questions de tonalité et de rythme.

Vous avez bouleversé cet équilibre sur scène ?
Oui et non parce qu'en même temps il y a des chansons très différentes qui se succèdent mais il y a aussi beaucoup de chansons d'avant ; j'alterne entre des chansons de Ring'n'Roll et des chansons des Rita, ça fait une petite salade.

Pour votre album, vous avez écrit 17 morceaux pour n'en garder que 12 finalement. Qu'est-ce qui ne vous convenez pas dans les titres que vous n'avez pas retenus ?
Déjà je ne voulais pas forcément faire un album hyper long pour redémarrer tranquillement, puis certains morceaux étaient moins bons, quoi. Ou pas assez avancés, moins aboutis, j'étais moins à l'aise.

A la base vous deviez collaborer avec RZA du Wu Tang Clan sur la réalisation de cet album, que s'est-il passé ?
Quand on est arrivés à 80% des compos, je me suis dit que j'allais procéder comme avec les Rita, aller vers quelqu'un que j'admire et qui allait m'apporter quelque chose – en l'occurrence, un son très rythmé, où il sait très bien faire sonner les choses sans trop les enrober. J'ai sollicité RZA, il m'a dit oui, je suis allée le voir, on a bidouillé des arrangements. Puis je suis rentrée à Paris, j'ai réécouté tout ça et j'ai trouvé qu'il y avait des choses qui n'allaient pas, vous savez, comme quand on fait de la cuisine avec des épices qui ne correspondent pas, ou c'est trop riche, ça casse le goût. Je suis retourné en studio, j'ai gardé certaines choses, j'en ai enlevé d'autres, j'ai fini le mixage avec Mark Plati, avec qui j'avais commencé. J'ai appelé RZA pour lui dire qu'on allait finir sans lui, il m'a répondu de faire comme je le sentais, que c'était ça qu'il fallait, que de toutes façons on avait passé un bon moment. Quoi qu'il en soit, il était très occupé avec la préparation de son film de karaté, il m'a dit « c'est toi qui sait ». Et il avait raison !

Est-ce que vous jouez le morceau Mahler (déclaration d'amour posthume à Fred Chichin, son binôme des Rita et ancien compagnon disparu en 2007, NdlR) ?
Oui. On évoque Fred, il y a effectivement un moment d'émotion, de recueillement par rapport à ce deuil qui est partagé avec le public.  

Catherine Ringer
Vendredi 9 décembre à 20h30, à la Salle de Création de la MC2

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Les Rita, c'était comme ça

Concert | 40 ans, c'est l'anniversaire qu'auraient dû fêter les Rita Mitsouko, n'était la disparition de Fred Chichin en 2007. La célébration est pourtant de mise avec Catherine Ringer sur scène (mercredi 13 novembre à la Belle électrique, à guichets fermés) et la parution d'une luxueuse intégrale.

Stéphane Duchêne | Mardi 12 novembre 2019

Les Rita, c'était comme ça

C'est l'histoire d'une drôle de carpe et d'un lapin nonchalant, paire d'apparence mal branlée aux moitiés asymétriques et extravagantes. Elle, Ringer Catherine, fille de déporté, a fait la danseuse, du théâtre et même des films de sexe – son "service militaire" –, parce qu'il faut bien bouffer, ma bonne dame ; lui, Chichin Frédéric, échalas d'ascendance communiste, guitariste, a tâté du théâtre et de la tôle, parce qu'il faut bien payer ses erreurs, mon bon monsieur. Un couple dépareillé et fusionnel, un duo étincelant qui, depuis sa cuisine, mitonne des rythmes barrés en guise de petits plats, se batipse Rita Mitsouko : Rita comme la danseuse Rita Renoir ou comme Rita Hayworth, c'est selon, Mitsouko comme le sent-bon signé Guerlain que les dames bien nées s'arrachent quand eux s'attifent en (sacs) Félix Potin. La grâce et la crasse, la gloire et le caniveau comme réconciliés, rafistolés – pourquoi choisir ? – en une entité bien décidée à mettre un coup de tronche (et quelle tronche !) au paysage rock'n'roll hexagonal. Ces mariages arrangés devenus arrangeants infusent jusque dans la musique d'appétence glam, d'orientation orientale, de fun funky, d'aspiration afro, de

Continuer à lire

Les Rita, une carrière en boîte

Discographie | Alors oui, il faut y mettre le prix, à peine moins de 400 euros pour la version vinyle de l'intégrale Rita Mitsouko, une soixantaine pour la version CD, (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 12 novembre 2019

Les Rita, une carrière en boîte

Alors oui, il faut y mettre le prix, à peine moins de 400 euros pour la version vinyle de l'intégrale Rita Mitsouko, une soixantaine pour la version CD, en ces temps où le Smic nous interdit même de divorcer, c'est une somme. Mais ça les vaut pour qui veut comprendre de quoi exactement accoucha le mariage artistique de Catherine Ringer et Fred Chichin, frayer au-delà de l'évidence des tubes à la recherche de la pierre philosofolle qui a permis au duo d'accomoder toutes les potions musicales possibles. Expérimenter aussi la richesse musicale toute faite d'injonctions contradictoires qui ont mené à cette œuvre disparate, éparpillée sur la même ligne de crête, celle d'une audace qui devint vite le fil rouge d'une carrière sans temps morts, achevée en 2007 mais ici ressuscitée. Si l'on opte pour la version premium en vinyle édition limitée, on trouvera les 7 albums studio du groupe, leurs deux live, l'EP The Eye (jamais édités sur ce support), la compilation de remixes Re, 1 double vinyle de

Continuer à lire

Grenoble : 33 concerts pour un automne musicalement dense et varié

Panorama de rentrée culturelle 2019/2020 | Avec du rock, de la pop, de la chanson, du rap, du jazz, voire tout ça à la fois. Et à Grenoble comme dans l'agglo bien sûr.

La rédaction | Mercredi 18 septembre 2019

Grenoble : 33 concerts pour un automne musicalement dense et varié

Shake Shake Go C'est entre le live et l'infiltration d'internet que le groupe franco-gallois mené par Poppy Jones et Marc Le Goff s’est révélé, à force de tournées aux côtés de pointures comme James Blunt et Rodrigo y Gabriela et par la grâce d'un tube qui fit exploser leur notoriété à travers le monde – la ballade England Skies (2015), tête des charts digitaux, synchro en séries et dans la pub. Quelques mois plus tard sort l'album All in Time auquel succède l'an dernier Homesick mené par un autre single, beaucoup plus rock, Dinosaur. Le formatage est là et bien là mais la formule (on pense à des Lumineers avec une voix féminine) tape toujours dans le mille, mettant d’accord, en plus du public, une partie de la presse, des Inrocks au Figaro – qui sont pourtant rarement d'accord. À la Source jeudi 26 septembre Xavier Machault & Martin Debisschop Jamais à cours de projets, Xavier Machault s'

Continuer à lire

Catherine Ringer : son concert à la Source reporté au lundi 14 novembre

MUSIQUES | Catherine Ringer, sans doute l’une des chanteuses françaises les plus passionnantes qui nous avait tant séduits du temps des Rita Mitsouko, devait être sur (...)

Aurélien Martinez | Mercredi 2 novembre 2016

Catherine Ringer : son concert à la Source reporté au lundi 14 novembre

Catherine Ringer, sans doute l’une des chanteuses françaises les plus passionnantes qui nous avait tant séduits du temps des Rita Mitsouko, devait être sur la scène de la Source mercredi 2 novembre. Mais le concert est décalé comme l’a annoncé l’organisateur. « Ayant appris que Catherine Ringer est légèrement souffrante et que son étant ne lui permet pas d'assurer sa représentation de la manière dont l'artiste le souhaite, veuillez noter que le concert initialement prévu mercredi 2 novembre à la Source de Fontaine est reporté au lundi 14 novembre 2016. » Infos pratiques : « Les billets achetés pour la date initiale du 2 novembre restent valable pour le 14 novembre. Les locations pour le 14 novembre continuent. À noter que pour les personnes qui seraient dans l'impossibilité d'assister à la représentation du 14 novembre, les billets peuvent être remboursés au point de vente où ils ont été achetés. » Voilà, vous savez tout !

Continuer à lire