Roberto Negro, pianiste sans limites

MUSIQUES | Pianiste et compositeur bien connu de la scène grenobloise, Roberto Negro est le parrain de la Semaine jazz d’Eybens pendant laquelle il donnera son concert "Loving Suite Pour Birdy So". On lui a passé un coup de fil pour en savoir plus.

Tiphaine Lachaise | Mardi 24 mai 2016

Roberto Negro, Italien né à Turin mais ayant été élevé à Kinshasa, et surtout sa musique semblent impossible à placer sur une carte. Pourtant, le pianiste n'est pas sans attache. Son passage à Eybens est ainsi une forme de retour aux sources, car l'homme qui vit aujourd'hui à Paris a une « histoire » avec Grenoble. « J'y ai vécu entre 1998 et 2008, c'est là que j'ai démarré ma vie de musicien professionnel. »

Dix années qui ne sont pas forcément celles qui ont le plus marqué sa musique, sa couleur particulière étant plus à chercher du côté de l'enfance. « J'ai grandi avec pour inspiration la rumba congolaise présente partout dans la ville, la musique classique à la maison et avec mes professeurs et l'eurodance dans les boums ! »

« La musique n'est qu'une façon de donner du sens »

Il revient en France à l'âge de 14 ans. « Je ne pouvais pas poursuivre mes études à Kinshasa, il n'y avait pas de bac français et mes parents voulaient que je continue l'école française. » En parallèle de sa scolarité, il décide d'intégrer le conservatoire de Chambéry, section jazz, afin de continuer le piano débuté plus jeune. « J'ai choisi le jazz parce que le monde de l'improvisation lui est souvent assimilé. » Un choix de l'imprévu qui caractérise son œuvre. « J'aime recomposer et improviser sans limites, c'est ce qui définit le mieux ma musique je pense. »

Aujourd'hui parrain de la semaine du Jazz au conservatoire d'Eybens, il présentera dans ce cadre son concert Loving Suite Pour Birdy So : une invitation à l'amour livrée par cinq musiciens et une chanteuse, sur des textes du Grenoblois Xavier Machault. Son parrainage prend aussi la forme d'une master class auprès des étudiants du conservatoire. Son programme : créer de la rupture avec leurs partitions. « On peut explorer des tonnes de modes de jeu et tout se permettre. Le tout, c'est de donner du sens. Et la musique n'est qu'une façon de donner du sens. »

Loving Suite pour Birdy So
À l'Odyssée d'Eybens, vendredi 27 mai à 20h


Loving suite pour birdy so

Jazz et chansons par Roberto Negro
89 avenue Jean Jaurès Eybens
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"Voiron Jazz Festival" : jazz à voir à Voiron

Festival | Zoom sur la huitième et prometteuse édition du festival, qui accueillera cette année pas mal de grands noms du jazz.

Stéphane Duchêne | Mardi 20 mars 2018

Comme tout bon festival de jazz, Voiron Jazz s'étale au maximum ; pas seulement dans le temps (du 22 mars au 7 avril) mais aussi dans la ou les formes : apéro-concert, ciné-concert, exposition, tremplin big band, stage... Mais bon, comme dans tout bon festival aussi, ce qui prime c'est le line-up. Et si l'on s'en tient aux têtes d'affiches, Voiron Jazz n'aura pas à rougir cette année. En vedette, Lucky Peterson (photo) partira sur les traces de son mentor Jimmy Smith dans un Tribute to Jimmy Smith où le guitariste et chanteur de Buffalo, également claviériste, se faufile derrière cet orgue Hammond B-3 qui était la marque de fabrique de l'ancien pensionnaire du Blue Note. Le festival s'animera aussi de quelques duos. Comme un qui réunit celui que les amateurs de musique klezmer, et particulièrement de clarinette, connaissent par cœur, Yom, et le titulaire des grandes orgues de l'église Sainte-Eustache à Paris (inutile de dire que ça en je

Continuer à lire

Détours de Babel 2018 : nos coups de cœur

Festival | C’est parti pour la huitième édition des Détours de Babel, festival centré, comme l’indique son sous-titre, sur les musiques du monde, le jazz et les musiques nouvelles. Une manifestation comme chaque année d’une grande richesse, même si pas mal de propositions peuvent intimider de prime abord. On a donc parcouru consciencieusement l’ensemble du programme, bien ouvert nos oreilles et sélectionné quelques concerts à faire pendant ces trois semaines. Suivez-nous.

La rédaction | Mardi 13 mars 2018

Détours de Babel 2018 : nos coups de cœur

Ouverture avec star On ne peut pas dire que les Détours de Babel sont réputés pour la foule de têtes d’affiche grand public qu’ils convoquent chaque année – même si, pour les amateurs des genres musicaux défendus par l’équipe organisatrice, celles et ceux dont on va causer dans cet article sont, à leur façon, des têtes d’affiche. Alors quand un nom un tant soit peu grand public ouvre les hostilités, il faut le souligner. La chanteuse et musicienne malienne Rokia Traoré sera ainsi sur la scène de la Belle électrique lors de la première soirée du festival pour un concert mêlant sa culture malienne et des chansons françaises du répertoire comme celles de Brel et Ferré. De quoi commencer sur de bonnes bases, en parfaite adéquation avec le thème de cette édition : retour aux sources. Rokia Traoré À la Belle électrique vendredi 16 mars à 20h John en Cage Parmi les riches festivités du brunch Jazz no Jazz sis dans le quartier Très-Cloîtres, Rencontre d'un univers im

Continuer à lire

"En route vers les JO de 1968" : les JO en image et en musique

Ciné-concert | Les festivals Le Tympan dans l’œil et Les Rencontres Ciné Montagne s'associent une nouvelle fois pour proposer un intrigant ciné-concert imaginé par Xavier Machault et Roberto Negro. On vous en (un peu) dit plus.

Aurélien Martinez | Mardi 24 octobre 2017

Du mardi 7 au samedi 11 novembre se déroulera au Palais des sports de Grenoble la 19e édition des Rencontres Ciné Montagne – « l’un des plus grands [événements] d’Europe » sur cette question assure le maire Éric Piolle dans l’édito du programme. Avec, forcément, la diffusion de films de montagne, en présence souvent de leurs protagonistes et des réalisateurs, pour ensuite initier une discussion. Mais aussi des rencontres avec des auteur.e.s, un salon du livre alpin, une bourse au ski de rando ou encore, et c’est là la raison principale de cet article, un ciné-concert en ouverture dans le cadre de la célébration des 50 ans des Jeux olympiques de Grenoble. En route vers les JO de 1968, création de 15 minutes proposée par le festival de ciné-concert Le Tympan dans l’œil (dont la 8e édition aura lieu fin novembre), se basera sur des images provenant de trois films du cinéaste gren

Continuer à lire