Trois soirées pour un pont du 1er mai réussi (ça marche aussi si vous ne faites pas le pont)

MUSIQUES | Rendez-vous vendredi 27 avril à l'Ampérage, samedi 28 à la Belle électrique et lundi 30 au Black Lilith.

Damien Grimbert | Mardi 24 avril 2018

Photo : Adnan Farzat


ven 27.04.18 > Ampérage

Voiski et Kas:st

Jeune duo français basé à Barcelone, Kas:st (photo) est l'auteur d'une techno deep, mentale et planante résolument moderne, qui privilégie le développement d'atmosphères et de climats sonores subtils à la dictature du kick à tout prix.

De passage à Grenoble pour dévoiler leur nouveau live, ils partageront l'affiche avec le talentueux Parisien Voiski, fer de lance d'une techno aventureuse où s'entrecroisent sonorités analogiques, musique minimaliste, électro de Détroit et La Haye, bandes-son synthétiques des années 1980 et immersions ambient.


sam 28.04.18 > Belle électrique

Kink et Ryan Elliott

Originaire de Sofia en Bulgarie, Kink, de son vrai nom Strahil Velchev, s'est imposé en l'espace d'un peu plus d'une dizaine d'années comme l'une des principales figures de proue de la scène techno mondiale, sillonnant sans relâche les clubs de la planète. Loin des modes et des tendances, il peaufine inlassablement une formule aussi simple en apparence qu'irrésistible sur le dancefloor.

À ses côtés, on retrouvera également Ryan Elliott, natif de Détroit désormais installé à Berlin où il officie comme DJ résident au sein du fameux club Berghain.


lun 30.04.18 > Black Lilith

Pablo Valentino et Paul Cut

Joli line-up house pour cette première soirée de l'asso The Dare Night au Black Lilith avec un plateau concocté par Mogan qui réunit à ses côtés deux valeurs sûres de la scène française. Signé sur des labels comme D.KO, Ondulé et Popcorn, Paul Cut est ainsi un fervent défenseur des hybridations entre house et jazz, tandis que Pablo Valentino, résident des fameuses soirées Children Of The Drum au Sucre (Lyon) et proche de Motor City Drum Ensemble, abolit sans complexe dans ses sets les frontières entre jazz, funk, boogie, disco, house et hip-hop.


Voiski + Kas:st


L'AmpéRage 163 cours Berriat Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Kink + Ryan Elliot + Bernadette

Techno, électro
La Belle Électrique 12 esplanade Andry-Farcy Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Pablo Valentino + Paul Cut

House
Le Black Lilith 18 Grand Rue Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Groove en terrasse

MUSIQUES | Histoire de profiter encore un peu de la relative clémence des températures, la Bobine organise deux apéro-mixs en extérieur au programme pour le moins (...)

Damien Grimbert | Mardi 22 septembre 2020

Groove en terrasse

Histoire de profiter encore un peu de la relative clémence des températures, la Bobine organise deux apéro-mixs en extérieur au programme pour le moins alléchant. Le mardi 29 septembre, c’est ainsi le DJ lyonnais Pablo Valentino (photo) qui viendra prendre possession des platines pour délivrer l’un des sets chaleureux, érudits, organiques et éclectiques sur lesquels il a bâti sa réputation. Fin digger en activité depuis maintenant une vingtaine d’années, le fondateur des fameuses soirées Children Of The Drum du Sucre (désormais étendues au Rex Club) n’aime en effet rien tant que mélanger harmonieusement les styles et les époques, combinant house, disco, acid, boogie, musiques brésiliennes, jazz funk et techno solaire baignée de soul avec une finesse et un sens de l’à-propos comme on n’en rencontre que trop rarement. Eclectisme et érudition également du côté des fondateurs des soirée Nice and Easy, Yessaï Crew et Soul Crucial Sound qui se chargeront quant à eux de l’apéro-mix du mardi 6 octobre. Spécialisés dans le vaste spectre des musiques populaires jamaïcaines, des classiques méconnus aux derniers tubes en vogue ces derniers mois dans les rues de Kingston, leur longue expérie

Continuer à lire

Voiski : tête chercheuse

MUSIQUES | Dans la techno il y a, pour simplifier à outrance, ceux qui aiment avant tout "envoyer du lourd", et ceux, plus rares, qui préfèrent explorer les chemins (...)

Damien Grimbert | Mardi 19 janvier 2016

Voiski : tête chercheuse

Dans la techno il y a, pour simplifier à outrance, ceux qui aiment avant tout "envoyer du lourd", et ceux, plus rares, qui préfèrent explorer les chemins de traverse. Ces derniers construisent pas à pas une forme de scénographie sonore où prévalent, à travers des atmosphères et des climats sonores soigneusement mis en place, la puissance émotionnelle, les mélodies ambivalentes et les évocations futuristes. DJ/producteur parisien en activité depuis la fin des années 2000, Voiski appartient clairement à la seconde catégorie. Initié à la techno très jeune, il en livre une vision ambitieuse et non-formatée qui a su séduire au fil des années des labels internationaux de premier plan comme L.I.E.S., Delsin, Dement3d ou Construct Re-Form. De son passage à l’école des Beaux-Arts de Cergy, il garde ainsi un goût prononcé pour l’expérimentation et les formes conceptuelles, que l’on retrouve aussi bien au sein des sorties de son passionnant label Silicate Music que dans ses multiples collaborations (Kartei avec Crysta Patterson, Unforeseen Alliance avec Antigone, Zadig et Birth Of Frequency…). Passionné en vrac par les sonorités analogiques, les pionniers de la musique

Continuer à lire

Éloges de la lenteur

SCENES | Depuis plusieurs années, Maguy Marin ralentit et intensifie le geste chorégraphique : elle a fait marcher de manière répétitive ses interprètes au milieu de (...)

François Cau | Mercredi 27 janvier 2010

Éloges de la lenteur

Depuis plusieurs années, Maguy Marin ralentit et intensifie le geste chorégraphique : elle a fait marcher de manière répétitive ses interprètes au milieu de grands miroirs dans Umwelt, les a assis devant des pupitres dans Ah ! Ah !, et les compose en différents tableaux quasi picturaux dans Turba. Cette pièce, créée en 2008, est pourtant un hymne au désordre, au chaos fertile en nouvelles formes de vie... Il s'agit en l'occurrence d'une adaptation du De Natura Rerum de Lucrèce, poème philosophique épicurien, où tout n'est que mouvement et transformation ! Mais si la turbulence ne se traduit pas ou plus à travers la mise en mouvement des corps, elle se concrétise d'une autre et géniale façon en faisant circuler les intensités de leurs présences sur scène, les images qu'ils cristallisent un instant, en éclatant aussi le texte de Lucrèce dit par les danseurs en différentes langues. Ce théâtre-danse du fragment et de l'éclat est très proche du théâtre composite et polyphonique de François Tanguy. Pièce chorale, Turba fait danser les émotions, les mots, les masques, les "cadrages", les chants, les costumes, les tableaux (avec des références évidentes à Velasquez par exemple)...

Continuer à lire