Nos trois soirées pour une fin de semaine dansante

Soirées | Rendez-vous à l'Ampérage, au Vieux Manoir et au Black Lilith.

Damien Grimbert | Mardi 9 octobre 2018

Photo : Petr Kopal


12.10.18 > Ampérage

Move UR Gambettes

Nées d'une envie de promouvoir la scène électronique féminine locale, les soirées grenobloises Move UR Gambettes réunissent à chaque fois aux platines Bernadette et une invitée de son choix. Après quatre éditions au Mark XIII et au Jules Verne, les voilà qui investissent désormais l'Ampérage, avec en tête d'affiche pour l'occasion la fameuse DJ berlinoise Cinthie (photo). Fondatrice de plusieurs labels de premier plan (Beste Modus, Unison Wax…) et résidente au Watergate de Berlin, cette passionnée de house music de la première heure ne devrait avoir aucun mal à trouver son public.


13.10.18 > Vieux Manoir

EBM 2.0

En marge de la programmation musicale "généraliste" à laquelle il nous avait jusqu'à présent habitués, le Vieux Manoir semble désormais s'ouvrir à des sonorités plus contemporaines. Ce samedi, il réunira ainsi aux platines Kwark, Aymeric Ponsart et Lucky Jules pour une soirée EBM 2.0 dédiée, comme son nom l'indique, au renouveau de la scène EBM européenne. Une première à suivre de très près, d'autant que d'autres dates sont déjà en préparation pour les mois qui viennent. À noter également, un before officiel au Keep It Weird (bar d'Aymeric Ponsart) avec Michel Hamburger et Lavtner.


13.10.18 > Black Lilith

Dancehall We Deh #2

Après une première édition qui avait fait salle comble en mars dernier, les soirées Dancehall We Deh font leur retour au Black Lilith. Au programme, une sélection du meilleur des musiques caribéennes dansantes actuelles, par deux des plus chevronnés spécialistes du genre sur Grenoble : Soul Crucial et Yessaï Crew, anciens résidents des fameuses soirées Nice & Easy à la Bobine. Un événement à ne pas manquer donc, d'autant que le duo Badman & Gringo, qu'on avait pu découvrir lors des soirées Bashment au Drak-Art, a été spécialement invité en renfort pour l'occasion.


Move Ur Gambettes : Bernadette et Marina Trench


Le Black Lilith 18 Grand Rue Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Lucky Jules

Techno, electro
Keep It Weird 3 rue du Palais Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Dancehall WE DEH #2

Avec Badman&Gringo, Soul Crucial Sound et Yessaï Crew, Grenoble
Le Black Lilith 18 Grand Rue Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Sister Act, un programme pour plus de filles aux platines

ACTUS | Si quelques modestes pas dans la bonne direction ont été effectués ces dernières années (avec, entre autres, la présence d’un nombre accru d’artistes féminines au (...)

Damien Grimbert | Mardi 20 octobre 2020

Sister Act, un programme pour plus de filles aux platines

Si quelques modestes pas dans la bonne direction ont été effectués ces dernières années (avec, entre autres, la présence d’un nombre accru d’artistes féminines au line-up des soirées, ou plus symboliquement la tardive mise au placard de l’horrible et ô combien méprisant terme "DJette"), il reste néanmoins toujours beaucoup plus difficile pour une femme qu’un homme de se lancer derrière les platines et de devenir DJ. Et ce tout particulièrement à l’échelle locale, en dépit du parcours de quelques pionnières grenobloises emblématiques (Kittin, Rescue…) et d’une poignée d’initiatives méritantes comme le Grenoble Mixing Girls Club. C’est contre ce désolant état de fait qu’entend bien lutter le programme Sister Act. Son objectif : fournir un accompagnement artistique aussi bien qu’administratif entièrement gratuit d’une durée de 6 mois à un an à un certain nombre de candidates sélectionnées sur dossier, afin de leur permettre de se former au mix (que ce soit pour apprendre ou bien s’améliorer) mais éga

Continuer à lire

Groove en terrasse

MUSIQUES | Histoire de profiter encore un peu de la relative clémence des températures, la Bobine organise deux apéro-mixs en extérieur au programme pour le moins (...)

Damien Grimbert | Mardi 22 septembre 2020

Groove en terrasse

Histoire de profiter encore un peu de la relative clémence des températures, la Bobine organise deux apéro-mixs en extérieur au programme pour le moins alléchant. Le mardi 29 septembre, c’est ainsi le DJ lyonnais Pablo Valentino (photo) qui viendra prendre possession des platines pour délivrer l’un des sets chaleureux, érudits, organiques et éclectiques sur lesquels il a bâti sa réputation. Fin digger en activité depuis maintenant une vingtaine d’années, le fondateur des fameuses soirées Children Of The Drum du Sucre (désormais étendues au Rex Club) n’aime en effet rien tant que mélanger harmonieusement les styles et les époques, combinant house, disco, acid, boogie, musiques brésiliennes, jazz funk et techno solaire baignée de soul avec une finesse et un sens de l’à-propos comme on n’en rencontre que trop rarement. Eclectisme et érudition également du côté des fondateurs des soirée Nice and Easy, Yessaï Crew et Soul Crucial Sound qui se chargeront quant à eux de l’apéro-mix du mardi 6 octobre. Spécialisés dans le vaste spectre des musiques populaires jamaïcaines, des classiques méconnus aux derniers tubes en vogue ces derniers mois dans les rues de Kingston, leur longue expérie

Continuer à lire

Le Keep It Weird fête ses trois ans ce samedi

MUSIQUES | C’est officiel : pour célébrer comme il se doit l’anniversaire de ses trois années d’ouverture, le Keep It Weird organise une grosse soirée samedi 12 (...)

Damien Grimbert | Mardi 8 octobre 2019

Le Keep It Weird fête ses trois ans ce samedi

C’est officiel : pour célébrer comme il se doit l’anniversaire de ses trois années d’ouverture, le Keep It Weird organise une grosse soirée samedi 12 octobre… en deux étapes. La première se déroulera dans l’enceinte même du bar d’Aymeric Ponsart, avec aux platines le Marseillais David Carretta, figure de longue date des musiques électroniques et spécialiste des sonorités électro, techno, italo-disco, new beat, et EBM. Comme on a déjà eu maintes fois l’occasion de vous vanter ses mérites, passons directement au deuxième volet de la soirée, qui se tiendra cette fois au Papa Club, nouveau club du complexe le Vieux Manoir dédié spécifiquement aux musiques électroniques, dont on vous annonçait l’ouverture il y a déjà plusieurs semaines. C'est l’occasion de découvrir, aux côtés du local Endrik Schroeder, le Hollandais David Vunk (photo), fondateur

Continuer à lire

The DARE Night : « Notre programmation a évolué en même temps que notre maturation musicale »

ACTUS | Ces dernières années, on a beaucoup parlé des soirées de The DARE Night. Et pour cause : depuis quelque temps, le collectif (...)

Damien Grimbert | Mardi 24 septembre 2019

The DARE Night : « Notre programmation a évolué en même temps que notre maturation musicale »

Ces dernières années, on a beaucoup parlé des soirées de The DARE Night. Et pour cause : depuis quelque temps, le collectif électronique avait mis les bouchées doubles, augmentant non seulement la fréquence de ses évènements mais aussi l’ambition de ses line-ups. De Legowelt à Soichi Terada en passant par DJ Stingray, Objekt, The Pilotwings,

Continuer à lire

Bonne "Confusion" au Vieux Manoir avec David Carretta

MUSIQUES | S’il est avant tout connu pour sa programmation musicale "généraliste" apte à séduire le chaland en virée nocturne, le Vieux Manoir semble depuis (...)

Damien Grimbert | Mardi 10 octobre 2017

Bonne

S’il est avant tout connu pour sa programmation musicale "généraliste" apte à séduire le chaland en virée nocturne, le Vieux Manoir semble depuis quelque temps s’ouvrir à des sonorités plus spécifiques. Après le lancement des soirées thématiques Mystic House en 2016, c’est désormais au tour des soirées Confusion de faire leur apparition, avec une première édition ce vendredi 13 octobre marquée par un line-up des plus alléchants. En tête d’affiche, on retrouvera ainsi au format live le Marseillais David Carretta, figure de proue de longue date du versant le plus sombre des musiques électroniques aux côtés d’artistes comme The Hacker, Terence Fixmer ou encore DJ Hell, qui fut d’ailleurs l’un des premiers à l’accueillir sur son fameux label International Deejay Gigolo en 1996. Passionné depuis toujours par les sonorités électro, techno, new beat, EBM et italo-disco, David Carretta sera accompagné pour l’occasion par ses comparses Aymeric Ponsart et Endrik Schroeder aux platines, tandis que Lucky Jules et Wayatt se chargeront du 'before' officiel de la soirée au bar le Keep It Weird d'Aymeric Ponsart.

Continuer à lire

Terrasses à Grenoble : la permission de 22h ne passe pas

GUIDE URBAIN | La mesure devait débloquer le système d’attribution des terrasses en centre-ville de Grenoble. Elle est en train de provoquer une levée de boucliers de la (...)

Sandy Plas | Mardi 17 janvier 2017

Terrasses à Grenoble : la permission de 22h ne passe pas

La mesure devait débloquer le système d’attribution des terrasses en centre-ville de Grenoble. Elle est en train de provoquer une levée de boucliers de la part des bars, cafés et restaurants de la ville. Problèmes de communication ? Symbole d’une incompréhension mutuelle ? Reste qu’entre la municipalité grenobloise, Grenoble Alpes Métropole et les commerçants, il y a (une nouvelle fois) de la friture sur la ligne. Tout commence début décembre, quand la mairie annonce une modification du règlement portant sur le fonctionnement et l’attribution des terrasses. « Depuis que nous sommes arrivés à la tête de la mairie en 2014, il n’y avait pas eu de nouvelles attributions de terrasses » explique Élisa Martin, première adjointe à la Ville de Grenoble. « Nous avons fait le constat qu’il était compliqué de rester dans une situation où tout était bloqué et nous avons donc relancé la possibilité d’ouvrir de nouvelles terrasses. » Installées devant les établissements qui n’en bénéficiaient pas jusque-là, ces terrasses sont soumises à une fermeture à 22 heures. Une mesure décidée pour préserver le voisinage, comme le souligne un communiq

Continuer à lire

Aymeric Ponsart, du Mark XIII au Keep It Weird

GUIDE URBAIN | « Keep It Weird : encore un nom compliqué ! En fait, c’est un clin d’œil à Portland, une des villes les plus créatives et underground des (...)

Aurélien Martinez | Mardi 6 septembre 2016

Aymeric Ponsart, du Mark XIII au Keep It Weird

« Keep It Weird : encore un nom compliqué ! En fait, c’est un clin d’œil à Portland, une des villes les plus créatives et underground des États-Unis dont le slogan est "Keep Portland Weird" – gardez Portland étrange, bizarre… » Voilà comment Aymeric Ponsart, fondateur de l’emblématique Mark XIII (vendu en 2013 même s’il reste propriétaire de la marque), présente sur Facebook son nouveau bar qu’il inaugurera rue du Palais, en plein centre-ville de Grenoble, samedi 10 septembre. Un retour en terres grenobloises donc pour celui qui avait quitté la ville pour « prendre du recul après 20 ans de bar musical ». Des années de pause qui l’ont notamment conduit à Portland pour essayer d’ouvrir un Mark XIII avec son associé des débuts installé aux États-Unis depuis 15 ans. Sauf que l’aventure s’est avérée compliquée à monter, même si le projet est toujours en cours… « Un cabinet de curiosités » « Pour le Mark XIII là-bas, je voulais une déco complètement européenne. Bah ici j’ai fait l’inverse ! » no

Continuer à lire

Grenoble : nos DJs ont du talent

MUSIQUES | Cloudnumber & Boubou - Weird in Session Enregistrée sur Radio Campus en juin dernier, cette émission-fleuve rassemble diverses ambiances de rues (...)

Damien Grimbert | Lundi 21 juillet 2014

Grenoble : nos DJs ont du talent

Cloudnumber & Boubou - Weird in Session Enregistrée sur Radio Campus en juin dernier, cette émission-fleuve rassemble diverses ambiances de rues recueillies par Boubou lors d’un voyage en Israël et en Palestine, et un mix de 2h de Cloudnumber (Fullfridge Music) dédié aux musiques ethniques, électroniques et expérimentales en provenance d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient (Égypte, Bahreïn, Syrie, Liban, Koweït, Algérie, Iran, Azerbaïdjan, Turquie, Mali, Yémen, Maroc…). Recommandé aux oreilles curieuses et/ou en quête de dépaysement. Plus d’infos :www.facebook.com/Cloudnumber

Continuer à lire

Entrez dans la danse

MUSIQUES | Après bientôt vingt ans d’activisme au sein de la scène reggae-dancehall grenobloise, les sounds Soul Crucial et Yessai Crew ont décidé d’ajouter une nouvelle (...)

Damien Grimbert | Mardi 22 avril 2014

Entrez dans la danse

Après bientôt vingt ans d’activisme au sein de la scène reggae-dancehall grenobloise, les sounds Soul Crucial et Yessai Crew ont décidé d’ajouter une nouvelle corde à leur arc en créant leur propre label musical, Galang Records. Un rêve de longue date qui va se concrétiser courant mai avec la sortie en digital d’un premier single, Why a Badman, signé par l’artiste originaire du Surinam Patko sur un riddim original composé par son guitariste Jo Cocco. Oscillant entre tempo hip-hop et ambiance reggae, ce premier titre remet en cause la mentalité "gangster" en vogue ces dernières décennies au sein de la jeunesse du Surinam et de toutes les Caraïbes, et sera accompagné d’un très beau clip tourné en mars dernier en Jamaïque par l’équipe de Raatid & Magic Films. Étape suivante, la sortie courant juin d’un riddim (instrumental) logiquement intitulé Galang (« Allez ! » en patois jamaïcain) sur lequel ont posé plusieurs grands noms de la scène dancehall internationale comme le vétéran Mad Cobra (en photo), seul voc

Continuer à lire

Culture sound-system

MUSIQUES | Part intégrante de la culture jamaïcaine apparue dès les années 50, les sound-systems sont à l’origine des sortes de "discothèques ambulantes" destinées à diffuser la (...)

Damien Grimbert | Mardi 4 février 2014

Culture sound-system

Part intégrante de la culture jamaïcaine apparue dès les années 50, les sound-systems sont à l’origine des sortes de "discothèques ambulantes" destinées à diffuser la musique dans les quartiers défavorisés. Réunissant autour du matériel de sonorisation une petite équipe répartie dans différents rôles (le "selector" qui joue les disques, le "deejay" qui chante et "toast" sur les morceaux, le "MC" qui ambiance la soirée et l’"operator" qui travaille le son), les sound-systems se sont progressivement développés dans le monde entier et étendus à d’autres styles musicaux. Une culture très spécifique qui fait son apparition à Grenoble dès 1993 avec Stereo Earthquake, rejoint quelques années plus tard par Yessaï Crew, puis une flopée d’autres sounds : Bassroom, CLX, Ghetto Vibes, Iternal… Si le contexte différent nécessite forcément quelques adaptations, reste néanmoins pour les sounds grenoblois la volonté de proposer une expérience aussi fidèle que possible à la formule jamaïcaine, ainsi qu’une sélection musicale extrêmement affutée et érudite, enrichie de quelques "dubplates" (morceaux exclusifs) à l’occasion… Tour d’horizon

Continuer à lire

Charade musicale

MUSIQUES | Après un premier passage remarqué fin octobre au Centre d’art Bastille, qui avait permis au public grenoblois de découvrir Mount Analogue, Poperttelli, (...)

Damien Grimbert | Lundi 9 décembre 2013

Charade musicale

Après un premier passage remarqué fin octobre au Centre d’art Bastille, qui avait permis au public grenoblois de découvrir Mount Analogue, Poperttelli, MARAMé, ou encore Bermudaa, le label Do It Yourself d’Annecy AB Records est de retour dans les parages avec une nouvelle salve d’artistes dans sa besace. Au programme de ce concert qui se déroulera cette fois au Bauhaus Bar, trois groupes aux styles assez disparates, mais qui réunissent néanmoins un certain nombre de points communs : chacun d’entre eux inclut ainsi dans son line-up un membre du combo brestois Satellite Jockey, et semble cultiver une certaine sensibilité indie pop, ainsi que de manière plus générale, un goût pour la musique lo-fi en marge des tendances du moment. Pour le reste, pas grand-chose à voir entre le post-rock teinté d’influences hip-hop de Bernadette3, qui travaille actuellement sur son premier album, la synth-pop solaire de KCIDY (photo), dont l’EP Pursuit flirte parfois avec les codes du trip-hop, et enfin le curieux métissage sonore proposé par Beauty Camp, influencé à la fois par « les coo

Continuer à lire

Mark XIII : une page se tourne

GUIDE URBAIN | « Musique électro, goth, indus, métal, rock, punk, et plein d'autres » : depuis dix ans, le Mark XIII est le bar référence en la matière à (...)

Aurélien Martinez | Vendredi 11 octobre 2013

Mark XIII : une page se tourne

« Musique électro, goth, indus, métal, rock, punk, et plein d'autres » : depuis dix ans, le Mark XIII est le bar référence en la matière à Grenoble. Un espace intimiste animé par la fois inébranlable d’Aymeric Ponsart en sa cause – pas forcément très populaire. Quand il nous reçoit la semaine passée, au lendemain de l’officialisation de la vente du bar, il apparaît serein, et un brin ému. Normal, le Mark XIII, c’est son bébé. Des dix ans derrière le comptoir (et parfois aux platines), il garde d’excellents souvenirs. Et une satisfaction : avoir pu faire changer les mentalités sur ce lieu dépeint par certains comme un « bar de gothiques » (ou d’autres dénominations réductrices). Alors que pas du tout, comme on l’a constamment rappelé dans ces colonnes. Les aficionados du 8 rue Lakanal ? Un public très varié, allant du simple client venant pour l’ambiance à l’amateur de musique électro. Car le Mark XIII, ce n’est pas qu’un bar. Aymeric a d’ailleurs une fierté : avoir accueilli certains DJs avant qu’ils ne deviennent des stars – Vitalic, Gesaffelstein, ou encore l’incontournable grenoblois The Hacker. Aucune amertume affichée donc de la part de celui qu

Continuer à lire

Je m'appelle Bernadette

ECRANS | Qu'attendre d'un film sur Bernadette Soubirous par le réalisateur d'épisodes de Navarro, L'instit ou Cœurs brûlés ? Certainement pas un miracle. Plutôt un (...)

François Cau | Vendredi 25 novembre 2011

Je m'appelle Bernadette

Qu'attendre d'un film sur Bernadette Soubirous par le réalisateur d'épisodes de Navarro, L'instit ou Cœurs brûlés ? Certainement pas un miracle. Plutôt un téléfilm gonflé jusqu'à la gueule : casting, lumière, mise en scène, dialogues, costumes, décors, accessoires, effets spéciaux, tout fait cheap ; Je m'appelle Bernadette est l'équivalent cinématographique d'une bondieuserie achetée à Lourdes. La seule chose qui sauve, un peu, le film de Jean Sagols, est son idée de scénario : traiter l'histoire de Bernadette d'un point de vue historique. En dévoilant comment la police, l'église, la population, la presse a joué un rôle au sein d'un récit qui bouleverse la raison de son époque, Sagois décortique le phénomène et se révèle pédagogue. Mais en l'absence totale de style pour donner forme à son sujet, le film est d'une platitude assommante que la béatitude niaise de son actrice enfonce toujours plus. Personne n'avait besoin de ça.Jérôme Dittmar

Continuer à lire