M-O-R-S-E, paysages émotionels

Ambient progressif | Présentation d'albums (2/3) : Le Petit Bulletin vous propose une mini-sélection de disques à conseiller à vos oreilles. Parmi nos coups de coeur : la nouvelle livraison de M-O-R-S-E.

Damien Grimbert | Mardi 9 juin 2020

Photo : © Tout Doit Disparaître


La dernière fois qu'on vous avait parlé de M-O-R-S-E, projet artistique du Grenoblois Gabriel Hernandez, c'était à l'automne 2018 à l'occasion de la sortie d'Apathique, « premier album très intime où s'entremêlent pop 80's en français, complaintes sous autotune et spleen ultra-contemporain » (on s'auto-cite). Après avoir sorti dans l'intervalle un projet reggaeton (nouveau perreo), suivi d'un EP baroque (prélude au ciel) et d'une cassette de musique expérimentale (Vanités), le voilà de retour avec un nouvel album, Bâtard, sorti sur son propre label Musique Dramatique, qui fait cette fois la part belle à l'ambient. Mais si depuis la naissance du projet en 2013, la forme et les sources d'inspiration n'ont jamais ou presque cessé d'évoluer chez l'artiste, adoptant un goût affirmé pour les fluctuations stylistiques somme toute très contemporain, de nombreuses constantes n'en perdurent pas moins. La mélancolie rémanente et les émotions douces-amères constituent ainsi de véritables fils conducteurs dans l'œuvre de M-O-R-S-E, assurant d'un projet à l'autre une cohérence inégalée. Album sublime, ouaté et éthéré, hanté et halluciné, d'où surnage à peine une poignée de passages chantés, Bâtard, composé uniquement à l'aide d'une guitare électrique modulée sur ordinateur, s'impose comme la bande-son idéale d'un dimanche pluvieux.

M-O-R-S-E – Bâtard (Musique Dramatique)
https://musique-dramatique.bandcamp.com/album/b-tard

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Vague imaginaires, au pays des merveilles

Ambient techno | Présentation d'albums (3/3) : Le Petit Bulletin vous propose une mini-sélection de disques à conseiller à vos oreilles. On est heureux d'y dinstinguer le (double) travail de Vague imaginaires.

Damien Grimbert | Mardi 9 juin 2020

Vague imaginaires, au pays des merveilles

S’il est surtout connu du public grenoblois pour ses DJ-sets aussi dansants qu’aventureux (sous l’alias Youpidou) et ses multiples émissions musicales au long cours sur Radio Campus (Play On, Trafic 908, Là-Haut Dans l’Océan…), c’est avant tout son travail de producteur/compositeur qui a permis à Denis Morin de se faire un nom au-delà des frontières de la ville. Après plusieurs sorties sur Stochastic Releases ou son propre label Là-Haut Dans l’Océan, il vient ainsi de sortir coup sur coup sous son nouvel alias Vague imaginaires un album sur l’emblématique label californien Not Not Fun (L'île D'or), ainsi qu’un EP sur le très en vue label de Glasgow 12th Isle (L'Île Sous l'Eau). Une sorte de diptyque insulaire à la fois onirique, relaxant et hautement évocateur, qui plonge immédiatement l’auditeur dans une atmosphère équatoriale enchanteresse d’une richesse et d’une délicatesse infinies. Peuplée de chants d’oiseaux, de sonorités océaniques, de percussions tribales, de nappes synthétiques planantes et chaleureuses et d’ambiances mystiques et psychédéliques, cette exploration quasi rituelle aux confins de l’ambient techno, du field recording et de la musique minim

Continuer à lire

"Vénus 2000" : rois et reines

Événement | Organisé samedi 27 avril par la Cata en collaboration avec l’asso Versants Queer, Kings & Queens est le troisième volet de la série d’évènements (...)

Damien Grimbert | Mardi 23 avril 2019

Organisé samedi 27 avril par la Cata en collaboration avec l’asso Versants Queer, Kings & Queens est le troisième volet de la série d’évènements Vénus 2000 dédiée à la question du genre et du queer. Au programme, des ateliers à partir de 14h à la Cata, pour se transformer, stand de maquillage à l’appui, en splendide drag-queen ou king, mais également s’initier à des disciplines bien spécifiques comme le lip-synch (playback), le voguing ou encore le catwalk. Une fois les rudiments maîtrisés, place, à partir de 18h, à une déambulation sur l’espace public en suivant trois parcours prédéfinis, afin d’appréhender « ce qui se passe quand on est drag et confronté au regard des gens ». Mais aussi, plus prosaïquement, de rejoindre le bar de la Belle électrique, où se clôturera l’événement avec des performances dr

Continuer à lire

PB d'or 2018 : musique

C'était 2018... | Avec des musiciens du coin, un festival ou encore des associations locales.

La rédaction | Mardi 18 décembre 2018

PB d'or 2018 : musique

Le PB d’or de la meilleure reprise de l’année : "Elle a les yeux revolver" par M-O-R-S-E C’est de loin l’un des morceaux qu’on a le plus écouté en boucle ces derniers mois – alors qu’on n’est pourtant pas spécialement fans de l’original. Porté par une maîtrise parfaite de l’autotune et une mélancolie prégnante, la reprise par le Grenoblois M-O-R-S-E du tube 80’s de Marc Lavoine nous a plongés dans un état de béatitude totale, au même titre d’ailleurs que les autres chansons de son excellent premier album Apathique, sorti à l’automne sur le label Cindys Tape. Le PB d’or du festival qui a enfin trouvé sa formule idéale : Jour & Nuit Une programmation musicale vaste, pointue et foisonnante à même de satisfaire tous les publics

Continuer à lire

Amour, slow et mélancolie avec M-O-R-S-E

Concert | Après six années d’explorations musicales intensives, le musicien grenoblois M-O-R-S-E fêtera samedi 22 septembre au Bauhaus la sortie d’"Apathique", premier album très intime où s’entremêlent pop 80’s en français, complaintes sous auto-tune et spleen ultra-contemporain.

Damien Grimbert | Mardi 18 septembre 2018

Amour, slow et mélancolie avec M-O-R-S-E

Depuis sa naissance, M-O-R-S-E, projet artistique multiforme initié par le Grenoblois Gabriel Hernandez, aura connu de nombreuses évolutions. Après avoir exploré sous d’autres alias des territoires plus abstraits (ambient, musiques expérimentales), son auteur décide ainsi en 2013 de s’ouvrir à des influences à la fois plus populaires et contemporaines, comme le rap du Sud des États-Unis ou la vaste constellation de styles musicaux enfantés sur internet – cloud-rap, witch-house, vaporwave… Pendant deux années, il va ainsi produire un flux quasi-ininterrompu de morceaux instrumentaux éthérés et minimalistes, avant d’élargir son champ d’action en 2015 en s’essayant conjointement au chant et à l’auto-tune. S’ensuit alors une longue période de transition pendant laquelle M-O-R-S-E s’ouvre à de nouvelles influences (pop, R’n’B…) et multiplie les collaborations avec différents artistes émergents (King Doudou, Oklou, Coucou Chloé, Ekim, Jeci Je

Continuer à lire