Musée archéologique : 2000 ans, autant de couches

ESCAPADES | Zoom sur l'un des joyaux du patrimoine grenoblois – et accesoirement l'un des lieux préférés de la rédaction du PB !

Tiphaine Lachaise | Mardi 5 juillet 2016

Photo : MAG


Situé au bout du quai Saint-Laurent, dans l'un des quartiers les plus anciens de Grenoble, le Musée archéologique propose de remonter le temps jusqu'aux origines du christianisme. Il faut dire que cet ensemble architectural, classé Monument historique, a connu beaucoup d'époques et de constructions. Les couches d'histoire se succèdent ainsi et on savoure ce musée comme un délicieux mille-feuilles. D'un mausolée traversant l'antiquité jusqu'au Moyen-Âge, le lieu devient ensuite une église carolingienne, bientôt recouverte par un bâtiment plus grand encore.

Dès l'entrée dans les lieux, on est subjugués par la vue toute en transparence : sous nos pieds s'affichent 2000 ans d'histoire. Une prise de hauteur qui permet également au visiteur de s'imaginer parcourir les allées éventrées de cette ancienne basilique, entre squelettes et caveaux – ce qui est faisable ensuite pendant la visite. Elle permet enfin de saisir les différences de sépultures et l'évolution des mentalités au sujet de la mort au fil des siècles. Un travail pas toujours simple mais qui a le mérite de réveiller avec grandeur les fantômes du passé.


Exposition permanente

Des premiers mausolées de la nécropole du IVe siècle à l'église du XIXe siècle, Saint-Laurent dévoile son mille-feuilles architectural, reflet d'une adaptation à l'évolution des mentalités, des pratiques païennes aux croyances chrétiennes
Musée Archéologique Place Saint-Laurent Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

PB d'or 2018 : expo

C'était 2018... | Avec une pépite locale et pas mal de musées isérois.

La rédaction | Mardi 18 décembre 2018

PB d'or 2018 : expo

Le PB d’or du réseau incroyable : les musées départementaux de l’Isère Si l’Année du Japon en Isère (qui dure jusqu’en juin) a été si bien suivie, c’est surtout grâce aux musées départementaux (gérés par le Département de l’Isère donc), dont certains se sont emparés de l’événement avec pertinence, sortant parfois des domaines que leur nom peut laisser penser. Comme le Musée dauphinois, qui a inauguré fin octobre Des samouraïs au kawaii, histoire croisée du Japon et de l'Occident, soit l’une des expositions les plus réussies de 2018 ; le Musée de la Résistance qui, cet été, a accueilli la très forte exposition Hibakusha, dessins des survivants d'Hiroshima et de Nagasaki ; ou encore le Musée de l’Ancien Év

Continuer à lire

Le Musée archéologique de Grenoble : fascinant !

ESCAPADES | À deux pas des quais de l’Isère, dans l’un des plus anciens quartiers de Grenoble, se cache un véritable joyau historique, pas forcément connu du grand public : un sanctuaire des premiers temps chrétiens couplé à une crypte datant du Moyen Âge. Le Musée archéologique de Grenoble, qui rouvrira la semaine prochaine, met en valeur ce trésor avec une scénographie théâtralisée qui envoie du lourd. Pour en savoir plus, rencontre avec Renée Colardelle, la directrice des lieux.

Aurélien Martinez | Vendredi 22 avril 2011

Le Musée archéologique de Grenoble : fascinant !

Le musée se trouve à l’intérieur d’une ancienne église désaffectée depuis 1980. Mais plus qu’un simple monument religieux, c’est surtout une succession d’édifices construits les uns sur les autres jusqu’au XIXe siècle... Renée Colardelle : Pour faire court, c’est pratiquement 200 ans d’études pour 2000 ans d’histoire ! Tout a commencé en 1803, avec l’article de l’archéologue Jacques-Joseph Champollion, le frère de l’égyptologue, qui révèle au monde savant l’existence à Grenoble de la crypte Saint-Oyand : un des très rares monuments du haut Moyen Âge conservé en élévation. Il a été construit dans les années 520. Alors vous allez me dire que des cryptes, il y en a beaucoup en France. Mais elles sont d’époque romane – 1100, 1200, 1300… Donc, évidemment, celle de Grenoble est très célèbre, et dans le monde entier. Prosper Mérimée, le romancier qui était aussi inspecteur des monuments historiques, vient alors à Grenoble à plusieurs reprises. C’est lui qui intervient pour que le monument soit classé monument historique – ça aura été l’un des premiers en France. Il préconise sa conservation et non sa restauration car, dit-il, ce mon

Continuer à lire