Publicité
Publicité

Épître au jeune acteur

Aurélien Martinez | Jeudi 7 janvier 2010

Soutenu par Jacques Osinski, le metteur en scène grenoblois Benjamin Moreau présente sur la scène du Petit théâtre de la MC2 son Amphitryon, d'après le texte de l'Allemand Heinrich von Kleist, qui définissait sa pièce comme une « comédie d'après Molière » (il avait commencé à traduire le texte avant de finalement en livrer sa propre adaptation en 1807). Le mythe d'Amphitryon évoque ainsi la perfidie des Dieux qui descendent sur terre métamorphosés en êtres humains : Jupiter prendra ainsi les traits du roi Amphitryon parti à la guerre, et charmera la reine Alcmène qui n'y verra que du feu…

Pour incarner ce trio tourmenté, Benjamin Moreau a choisi des comédiens issus de sa compagnie (l'Atelier), aux physiques jeunes, ce qui peut surprendre là où l'on attendait des Amphitryon imposants. Plongeant à corps perdus dans l'intrigue, les déclamations des comédiens se font alors tragiques (le choix d'une Alcmène statique peut se comprendre mais laisse pantois), les costumes baroques, les décors sobres et un brin kitsch.

L'Amphitryon de Benjamin Moreau ne sort donc pas des sentiers battus, ce qui ravira les puristes de la performance théâtrale : plus de deux heures de spectacle tout de même, rondement menées, ce qui confirme la maîtrise de l'outil théâtral par Benjamin Moreau, même si l'on n'adhère pas à l'ensemble de ses choix.

Mais là où l'on sent que le metteur en scène s'est accordé un espace de liberté et se permet de jouer avec le texte sans avoir peur d'être irrévérencieux, c'est dans la partition du valet Sosie. Très bien écrit, ce personnage pataud et goguenard qui ne comprend pas comment, face à son double, il peut être deux, est parfaitement interprété par Fréderic Giroutru. Comédien formé à Grenoble puis à Paris (classe libre des cours Florent), interprète dans de nombreux spectacles d'Olivier Py (dont le dernier Les Enfants de Saturne), il irradie littéralement le plateau, offrant des moments de respirations salutaires et des scènes de pure délectation, sans cabotinage excessif. On est fan !

Aurélien Martinez

Amphitryon
Jusqu'au jeudi 14 janvier, à la MC2

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Dessine-moi un acteur

SCENES | Quand on est routier, on se doit d’avoir dans son camion un calendrier avec des femmes en petites tenues. Quand on est comédien, on se doit d’avoir dans (...)

Aurélien Martinez | Mardi 29 septembre 2015

Dessine-moi un acteur

Quand on est routier, on se doit d’avoir dans son camion un calendrier avec des femmes en petites tenues. Quand on est comédien, on se doit d’avoir dans ses toilettes des citations du Pour Louis de Funès de Valère Novarina – au pif : « le vrai acteur qui joue aspire à rien avec autant de violence qu’à pas être là ». Car l’auteur et metteur en scène a imaginé un véritable manifeste pour l’acteur, pivot selon lui de l’art théâtral. Un texte riche, puissant et pas forcément très accessible malgré la figure convoquée (Louis de Funès, « athlète de la dépense », n’est finalement qu’un prétexte) que le comédien Frédéric Giroutru, souvent vu dans les mises en scène d’Olivier Py, a choisi de porter sur scène, de façon brute évidemment – « tout décor pouvant se traduire par une idée est à déconstruire immédiatement » écrit encore le jusqu'au-boutiste Novarina. Pendant une heure, il porte haut et avec élan la logorrhée novarinesque qui le fascine depuis ses études au Conservatoire de Grenoble. En résulte un spectacle du coup lui aussi difficilement accessible, mais résolument

Continuer à lire

Choco Bé : tragédie de poche

SCENES | Ambiance pesante pour Choco Bé, le nouveau spectacle du metteur en scène grenoblois Benjamin Moreau. Dans la chaleur guyanaise, une famille passe le temps (...)

Aurélien Martinez | Lundi 30 mars 2015

Choco Bé : tragédie de poche

Ambiance pesante pour Choco Bé, le nouveau spectacle du metteur en scène grenoblois Benjamin Moreau. Dans la chaleur guyanaise, une famille passe le temps comme elle peut. Au centre du clan, Choco, petite frappe qui cherche à se venger d’un mystérieux orpailleur. Il en mourra, laissant femme, mère, enfants, frère et amante seuls. Une fin que l’on connaît dès le début, grâce à ce prologue rameutant tous les personnages en avant-scène. Ne reste plus ensuite qu’à dérouler les événements. Cette tragédie moderne a été imaginée par Laura Tirandaz, auteure associée de près au Tricycle – elle y est en résidence pour écrire un nouveau texte. « Cela aurait pu être une tragédie de Sophocle mais ici ça se passe en Guyane » écrit Benjamin Moreau en note d’intention. Avec quelques éléments scénographiques et des costumes évocateurs, il arrive à recréer cette Guyane sur le plateau, pour laisser se déployer le récit. Il a d’ailleurs une confiance aveugle dans les mots de Laura Tirandaz, peut-être trop : sa mise en scène manque alors de corps, bande un peu mou pour faire écho aux propos du gendarme témoin du drame final. Elle s’étire, rendant le tragique pre

Continuer à lire