Vincent Dedienne : profession amuseur

SCENES | Et si l’humour et le théâtre se réconciliaient ? C’est ce que propose le jeune comédien Vincent Dedienne avec son spectacle "S’il se passe quelque chose" : un seul-en-scène alternant sketchs savoureux et textes plus personnels. Un véritable bijou, accessible et excellemment bien écrit, que l’on vous invite à découvrir dans le cadre des 20 ans du "Petit Bulletin" – oui, le journal se la joue programmateur ! Mais au fait Vincent, qui êtes-vous ?

Aurélien Martinez | Mardi 18 février 2014

Photo : Louise Rossier


Comment un comédien de formation classique, après avoir joué divers grands auteurs (Hugo, Molière, Duras...), se retrouve à faire un spectacle d'humour ?

Vincent Dedienne : Parce que j'en rêve depuis que j'ai découvert le théâtre par ce biais. Muriel Robin, Pierre Palmade... : ce sont eux qui m'ont donné envie de faire le métier de comédien. L'idée d'être seul en scène m'a toujours excité. Avant de connaître Shakespeare, Claudel ou je ne sais qui, je pensais que le théâtre c'était ça : uniquement des gens qui écrivent leurs propres textes et qui les disent seuls en scène. J'y suis donc revenu quand j'ai eu un peu moins de travail, pour voir comment ça pouvait se réconcilier avec une formation classique.

Avec l'idée d'être mieux armé grâce à cette formation (à l'école de la Comédie de Saint-Étienne) ?

Ce n'est pas tant d'être armé... Dans une école supérieure d'art dramatique, quand tu fais justement de l'art dramatique, il y a l'idée que c'est honteux d'avoir l'ambition d'être un amuseur. Être acteur et amuseur, c'est une paire qui ne va pas de soi. Alors que je trouve que c'est le même métier – celui que je voulais faire petit ! C'est donc plutôt : à un moment, rien à faire, j'assume ce désir. Je pourrais l'enfouir et me dire que je ne suis pas un amuseur, que je ne rêve pas de l'être. Mais je préfère m'assumer et voir quel amuseur je peux être en utilisant la plus-value qui me vient de la formation reçue.

D'où l'idée que S'il se passe quelque chose soit présenté comme un seul-en-scène, et non comme un one-man-show...

Être un amuseur, ce n'est pas la même chose qu'être un comique comme on l'entend aujourd'hui. Ça ne peut donc pas être un one-man-show, je ne peux pas être un humoriste ou un comique, parce que je n'ambitionne pas de faire marrer les gens. J'ambitionne de faire un spectacle, c'est ça que j'aime ; pas les blagues... Après, avec le terme seul-en-scène, le glissement sémantique façon Télérama est un peu risible, certes, mais on n'est pas obligé de dire seul-en-scène !

Comment a été pensé le spectacle ? Il y a dû, au début, avoir la peur de la page blanche ?

Il y a la page blanche longtemps, la paralysie en se disant : de quoi je vais bien pouvoir parler, moi qui n'ai que 24 ans – l'âge auquel j'ai commencé à écrire le spectacle –, moi qui n'ai vu que trois régions en France métropolitaine... Pendant plusieurs semaines, je me suis donc dit que je ne pouvais parler de rien car je ne connaissais rien ! Et puis un matin, il y a eu cette idée de sujet que je maîtrise finalement pas mal : moi ! En plus, ça tombe à un moment où je suis en pleine lecture de romans issus du courant de l'autofiction, ce qui confirme que j'ai du goût pour les gens qui se racontent eux-mêmes, parce que j'y trouve de l'universalité. Donc c'est décidé, je vais le faire, tout en me moquant de l'idée que c'est forcément mégalo de faire un spectacle sur soi !

Ça peut être très mégalo, mais aussi très impudique...

Oui, ça m'a aussi fait peur. Quand j'ai commencé à écrire le spectacle, j'en répétais un sur Hervé Guibert [écrivain français qui a beaucoup utilisé l'autobiographie et l'autofiction – ndlr]. Lui, il a très vite rangé ces questions au grenier en affirmant que la pudeur et l'impudeur étaient la même chose, et qu'on ne pouvait écrire que sur soi. Du coup, cette peur de l'impudeur m'a quitté pendant l'écriture. Et puis, de toute façon, il y a des gens qui ne disent rien sur eux mais qui sont infiniment impudiques, alors que d'autres posent leurs tripes sur la table en le faisant, bizarrement, avec beaucoup de pudeur... C'est étrange la pudeur...

Le fait de ne pas avoir conçu le spectacle seul a-t-il aussi permis d'éviter les écueils de l'impudeur ?

La première mouture du spectacle faisait trois heures ! Mélanie Le Moine et Juliette Chaigneau [la première a participé à l'écriture, la seconde à l'écriture et à la mise en scène – ndlr] m'ont aidé à couper. On a notamment enlevé les choses beaucoup trop impudiques, où l'on sentait qu'il n'y avait pas assez de distance, que je réglais des comptes... Je ne le voyais pas, je pensais que tout avait la même valeur, qu'il n'y avait pas des choses plus douloureuses ou plus intimes que d'autres. Alors que si. Elles ont enlevé tout ce qui aurait pu empêcher cette universalité.

À quel moment de l'écriture sont arrivés les nombreux sketchs qui émaillent le spectacle ?

Le tout début, c'est les sketchs, c'est celui de Marie-Antoinette. Un jour, j'ai entendu la comédienne Dominique Reymond, invitée à la radio par Guillaume Gallienne, lire la lettre de Marie-Antoinette adressée à sa sœur avant d'être guillotinée. Du coup, j'ai eu l'idée d'écrire la réaction de la sœur. En parallèle, j'avais commencé un monologue plus personnel. Je me suis alors rendu compte que ce sketch et ce monologue étaient deux aspects de moi à des âges différents : les sketchs, c'est le goût pour l'humour que j'ai depuis tout petit, et le monologue, c'est vraiment mon expérience de lecteur à ce moment-là à travers Guibert.

Dans les sketchs, on perçoit l'influence d'humoristes stars comme Muriel Robin, Pierre Palmade, mais aussi Élie Semoun, Alex Lutz... Ce sont des références assumées ou inconscientes ?

C'est les deux en même temps. Inconscientes parce que, comme j'ai été très spectateur de ces gens-là, ça imprime forcément l'écriture et le jeu. Petit, j'ai fait la queue longtemps devant des zéniths pour être assis au premier rang d'Élie Semoun, de Pierre Palmade, même de Jean-Marie Bigard. Aujourd'hui encore c'est ma culture. Même avant d'avoir l'idée de faire ce spectacle, j'allais et à la Colline [théâtre parisien centré sur les écritures contemporaines – ndlr] et au Point Virgule [salle axée humour – ndlr].

Les sketchs du spectacle sont de véritables petites pièces (comme ceux des humoristes déjà cités), avec la création d'un personnage, d'une situation, d'une intrigue... On est donc loin d'une partie de la scène comique actuelle, issue de la culture stand-up, avec ses éternels thèmes mon mec / ma meuf, mes amis, mon téléphone, l'alcool... Là aussi, c'est assumé ou inconscient ?

Je ne me suis jamais dit que j'allais faire un truc à contre-courant de ce qui se passe maintenant. Mais simplement, comme je n'ai pas beaucoup de goût pour ce qui se passe maintenant, j'étais content de voir que ce qui sortait naturellement de ma plume et de celle de Juliette, ce n'était pas ça. On me dit souvent qu'il y a un côté un peu désuet dans le spectacle... En plus, je cite des gens que ma génération ne connaît plus trop, comme Jacqueline Maillan... Mais en même temps, comme je n'ai pas 45 ans, le tout donne une alchimie à mon avis marrante !

Le spectacle a été créé en mai dernier à Paris, mais une toute première version avait été présentée en octobre 2011 à Grenoble...
Oui. Et le théâtre a fait faillite après [Le Fitzcarraldo, devenu depuis La basse Cour – ndlr] !

Et depuis mai dernier, tout va très vite, avec notamment un succès rapide, ou encore le premier prix au dernier Montreux Comedy Festival (Suisse). C'est encourageant ou effrayant ?

C'est un peu effrayant, même si c'est plus encourageant qu'effrayant ! Ce qui est très encourageant surtout, c'est que ça me plaît de le faire. Au tout début à Grenoble, l'idée était de vérifier si j'aimais toujours être seul en scène. Est-ce que je n'allais pas m'ennuyer et avoir vite envie de retrouver des partenaires. Et, bien sûr, c'est aussi encourageant d'entendre les gens rigoler, de voir que le spectacle leur plaît !

Il plaît aussi à de grands noms de l'humour, comme François Rollin qui a récemment apporté sa patte...

C'est dingue, car je suis fan de François Rollin depuis très longtemps ! On s'est rencontrés par hasard à Paris, gare de Lyon, alors que j'étais en train d'écrire le spectacle. Je lui ai envoyé le texte, puis ensuite la vidéo de la première. C'est après ça qu'il s'est rendu compte que l'ensemble lui plaisait bien, mais qu'il manquait un petit quelque chose. Petit quelque chose que, du coup, on a décidé de chercher ensemble.

Un autre nom connu est récemment entré dans la boucle : c'est Laurent Ruquier, via sa boîte de production. Sachant que, contrairement à ce que l'on pourrait croire, il ne produit que deux autres artistes (Gaspard Proust et Michael Gregorio) : ça laisse présager une belle carrière au spectacle !

On n'en sait rien ! Ruquier, Rollin, moi, on ne peut rien prévoir. Il n'y a que le public qui va faire ou non le succès du spectacle. Mais bien sûr, j'ai énormément de chance, parce que j'aurais peut-être mis cinq ans à faire seul ce qui maintenant va prendre un mois, parce que je suis entouré d'une équipe formidable.

L'avenir, c'est donc le développement du spectacle... Ce qui, on imagine, ne veut pas dire l'abandon du théâtre plus classique par exemple ?

J'espère. Je veux tout faire ! Quand j'étais petit, je disais que ma vie idéale serait de faire un one-man-show en janvier, en février un Claudel, en mars un spectacle de danse, en avril de la radio... Je trouve qu'un comédien a plus de facettes que ce dont on a l'habitude en France. Du coup, si je développe mon spectacle l'année prochaine, j'espère qu'on me laissera la possibilité de faire autre chose dans deux ans. J'ai notamment hâte de rejouer de grands auteurs...

S'il se passe quelque chose, lundi 24 février à 20h au Théâtre 145. Réservations sur www.digitick.com ou au 04 76 84 79 30


Vincent Dedienne / "S'il se passe quelque chose"

Programmé dans le cadre des 20 ans du Petit Bulletin. Un seul-en-scène de et avec Vincent Dedienne, écrit avec la collaboration de Juliette Chaigneau et Mélanie Le Moine. Mis en scène par Juliette Chaigneau et Vincent Dedienne, sous l'œil très complice de François Rollin.
Théâtre 145 145 cours Berriat Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


S'il se passe quelque chose

Seul-en-scène de Vincent Dedienne, à partir de 12 ans
Le Coléo Avenue Jean-François Champollion Pontcharra
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"Ervart" en pleine confusion

Théâtre | En adaptant "Ervart ou les derniers jours de Frédéric Nietzsche", texte abracadabrantesque de l’auteur contemporain Hervé Blutsch, le metteur en scène Laurent Fréchuret livre un spectacle poussif dans lequel la soi-disant loufoquerie vire à la caricature malgré des comédiens de haut-vol, Vincent Dedienne et Jean-Claude Bolle-Reddat en tête.

Nadja Pobel | Mardi 6 novembre 2018

Tout commence pourtant bien. Nous sommes, nous annoncent des projections de texte, à la fois à Turin entre 1888 et 1889 avec Nietzsche et à Paris en 2001, post 11-Septembre. Deux pôles, deux récits auxquels se cognent des comédiens anglophones de la deuxième situation comprenant vite qu'ils se sont trompés de pièce. Ce décalage immédiat avec l'objet théâtral est non seulement comique mais aussi jubilatoire : bienvenue dans les arcanes de la fabrication du spectacle ! Rideau de velours rouge, portes mobiles sur roulettes, humour noir sur des enfants traités comme des bêtes... Et, surtout, délire d'Ervart, le personnage principal qui, fou de jalousie, mitraille à tout-va. Il attaque un peuple dont l'absence physique sur scène est remarquée par une comédienne qui cherche du travail. Labiche et ses vaudevilles sont à peine entrevus que, déjà, la pièce les dépasse et fait la jonction avec notre époque – les attentats ne sont pas loin. Prometteur. Ervart ou la finesse au placard Problème : le rythme de cette création, née début octobre à la Comédie de Saint-Étienne et bientôt en place au Rond-Point à Paris, s'essouffle très rapidement dans des scènes su

Continuer à lire

"La Fête des mères" : petite fête de stars

ECRANS | de Marie-Castille Mention-Schaar (Fr, 1h41) avec Audrey Fleurot, Clotilde Courau, Olivia Côte...

Margaux Rinaldi | Mardi 22 mai 2018

Une fleuriste, une nounou, une journaliste, une pédiatre… Et même une présidente de la République. Elles sont toutes égales devant le cycle de la vie ; d’enfants elles deviennent des mères, confrontées aux aléas de la vie, entre le travail, les mômes et leur propre génitrice dont elles doivent à leur tour s’occuper… Dans le prolongement de son précédent film Le Ciel attendra, Marie-Castille Mention-Schaar croise plusieurs histoires, chacune portée par une distribution mirobolante réunissant Audrey Fleurot, Nicole Garcia ou encore Vincent Dedienne dans son premier rôle au cinéma, s’émancipant ainsi du registre comique dans lequel on le réduit trop souvent. Si la réalisatrice respecte bien le cahier des charges d’un film choral, enrichi par quelques messages subliminaux sur le temps et l’amour dissimulés dans les décors, les rebondissements, quant à eux, auraient sans doute pu être peaufinés. Soit le dénouement est atte

Continuer à lire

Vincent Dedienne : « Commencer à dire au revoir à mon spectacle »

Humour | Février 2014 : dans le cadre de l’anniversaire des 20 ans du "Petit Bulletin", nous programmions le seul-en-scène du jeune comédien Vincent Dedienne, habile croisement entre les mondes du théâtre et de l’humour. Trois ans et demi plus tard, après une longue tournée, quatre Olympia complets, un Molière en poche et plusieurs chroniques à succès dans les médias, voilà que Vincent Dedienne met un terme à la vie de "S'il se passe quelque chose" en s’offrant notamment une grosse exposition avec la diffusion du spectacle jeudi 12 octobre dans tous les cinémas Pathé de France. Ça méritait bien une interview sous forme de bilan.

Nadja Pobel | Samedi 7 octobre 2017

Vincent Dedienne : « Commencer à dire au revoir à mon spectacle »

Pourquoi avoir choisi de présenter votre spectacle S’il se passe quelque chose dans une salle de cinéma (en différé, la captation ayant été réalisée en juin) ? Vincent Dedienne : Parce que malgré les nombeuses dates de la tournée, il y a encore plein d’endroits dans lesquels je ne suis pas passé. C’est donc l’occasion que le spectacle soit vu dans des villes comme Montpellier, Strasbourg, Gap, Angoulême... C'est aussi l'occasion de faire la fête pour la 300e représentation tout en commençant à dire au revoir à ce spectacle qui s’arrêtera le 31 décembre à Paris. Pourquoi avoir pris la décision de l'arrêter, alors que son succès est indéniable (vous venez de remplir quatre Olympia) ? On pourrait continuer à faire des dates, notamment grâce à l’effet Molière [en mai dernier, il a obtenu le Molière de l'humour 2017 – NDLR], mais comme j’ai

Continuer à lire

"Le Concours" : Il ne peut en rester que soixante

ECRANS | de Claire Simon (Fr., 1h59) documentaire avec Laetitia Masson, Sylvie Verheyde, Patricia Mazuy, Vincent Dedienne…

Vincent Raymond | Mardi 7 février 2017

Héritière de l’Institut des hautes études cinématographiques, la Femis (École nationale supérieure des métiers de l'image et du son), représente l’aristocratie des écoles de cinéma et peut se targuer d’avoir formé, entre autres, Emmanuel Mouret, François Ozon, Céline Sciamma, Alice Winocour ou Emmanuelle Bercot. Son drastique écrémage à l’entrée est si réputé - 1200 postulant(e)s pour 60 élu(e)s - qu’il a inspiré la cinéaste Claire Simon. Rien d’étonnant, connaissant son appétence pour les portraits de microcosmes, en fiction ou documentaire, que ce soit les cours d’écoles dans Récréations (1992), le planning familial dans Les Bureaux de Dieu (2008) ou le bois de Vincennes pour Le Bois dont les rêves sont faits (2016). Dans Le Concours, elle suit le processus de sélection, des épreuves de pré-admissibilité à la rentrée des élèves, en témoin muette des examens et des oraux, captant le réel sans jamais intervenir. Au-delà de son léger suspense (qui sera retenu et pourquoi ?), le projet est intéressant de par sa grande transparence, puisqu'on pénètre les coulisses d’une grande institution et qu'on assiste à des délibérations — le tabou

Continuer à lire

Humour : les temps forts de la saison

SCENES | Une sélection à base de Professeur Rollin, de Vincent Dedienne, d'Alex Lutz et même de Fills Monkey. Aurélien Martinez et Benjamin Mialot

Aurélien Martinez | Dimanche 13 septembre 2015

Humour : les temps forts de la saison

Le Professeur Rollin Oui, le Professeur Rollin a toujours quelque chose à dire. La preuve avec Le Professeur Rollin se rebiffe, nouveau seul-en-scène où l’humoriste lettré répond aux questions qu’on lui pose, sur tout un tas de sujets : les raisins noirs et blancs (baptisés ainsi par des daltoniens), les ouvrages sur les perdrix, le paprika ou encore l’islam et l’homosexualité non souhaitée d’un enfant. C’est que le Professeur a, entre deux phrases proches de l’absurde et trois questions à l’intérêt discutable, décidé de dénoncer à sa façon la bien-pensance ambiante, en prenant soin tout de même de ne pas passer pour un vieux réac – l’allusion à Zemmour est bien trouvée. C’est drôle, surprenant, limite parfois ; bref ça mérite d’en savoir plus avec une interview. Attention Professeur, on va nous aussi vous poser des questions. Si bien sûr vous acceptez de nous répondre ! AM Vendredi 2 octobre à l’Heure bleue (Saint-Martin-d’Hères)

Continuer à lire

Vincent Dedienne devient chroniqueur au Supplément de Canal +

ACTUS | Le jeune comédien, que le Petit Bulletin Grenoble avait programmé dans le cadre des 20 ans du journal, vient de décrocher une chronique dans l'émission de Maïtena Biraben, en remplacement de Stéphane De Groodt. Présentation

Aurélien Martinez | Dimanche 14 septembre 2014

Vincent Dedienne devient chroniqueur au Supplément de Canal +

En février 2014, le Petit Bulletin Grenoble fêtait ses 20 ans avec un jeune artiste dont le premier seul-en-scène (S'il se passe quelque chose, repris à Bourgoin-Jallieu le 7 octobre) avait été encore peu vu. Depuis, Vincent Dedienne a signé pour trois mois non-stop à Paris dès octobre, et vient de se lancer dans une carrière de chroniqueur sur Canal +, dans le Supplément du dimanche midi (il remplace l'excellent Stéphane De Groodt).

Continuer à lire

He’s back

SCENES | Depuis sa création il y a un an à Paris, S’il se passe quelque chose, le seul-en-scène du jeune comédien Vincent Dedienne, fait beaucoup parler de lui – en (...)

Aurélien Martinez | Mardi 10 juin 2014

He’s back

Depuis sa création il y a un an à Paris, S’il se passe quelque chose, le seul-en-scène du jeune comédien Vincent Dedienne, fait beaucoup parler de lui – en bien, cela va sans dire. Du coup, Laurent Ruquier (qui ne s'occupe que de Gaspard Proust et Michael Gregorio) l'a récemment signé, avec à la clé trois mois non-stop à Paris à la rentrée, au Petit Hébertot. Un début de carrière en fanfare pour un comédien qui, logiquement, se trouve de plus en plus sollicité – il multiplie les projets, comme par exemple mettre en scène le prochain projet de François Rollin. Classe. En attendant, après la date sold out du Théâtre 145 en février organisée par nos soins, son spectacle mariant habilement humour et théâtre repassera par Grenoble les jeudi 12 et vendredi 13 juin à 21

Continuer à lire

20 ans de PB avec Vincent Dedienne

SCENES | Vincent Dedienne viendra à Grenoble le lundi 24 février dans le cadre des 20 ans du Petit Bulletin.

Aurélien Martinez | Lundi 3 février 2014

20 ans de PB avec Vincent Dedienne

C’est le spectacle le plus drôle que l’on ait vu depuis longtemps, à l’humour intelligent et accessible. Surtout, il donne un sacré coup de fouet à une scène comique qui a tendance à tourner en rond autour des mêmes thèmes (l’amour, les nouvelles technologies, l’alcool...), en se servant simplement des bases du métier : le théâtre, et la création de personnages. Le S’il se passe quelque chose du jeune Vincent Dedienne, programmé le lundi 24 février à 20h au Théâtre 145 dans le cadre des 20 ans du journal, est donc immanquable. Pour pouvoir dire, une fois qu’il sera connu (il vient de signer avec un très gros producteur), "je l’ai vu à ses débuts"! Réservations sur www.digitick.com ou au 04 76 84 79 30.

Continuer à lire

"S’il se passe quelque chose" : drôlerie extrême

Théâtre | "Le Petit Bulletin" a vingt ans, et les fête en grandes pompes. Notamment en programmant un spectacle au Théâtre 145, en coréalisation avec le Tricycle. Notre choix s’est porté sur le "S’il se passe quelque chose" du jeune Vincent Dedienne : une création théâtrale à l’humour mitraillette conçue par un auteur-interprète bluffant, tant dans l’écriture que dans le jeu. Tout simplement immanquable.

Aurélien Martinez | Vendredi 24 janvier 2014

Formé à l’École de la Comédie de Saint-Étienne, Vincent Dedienne est ce que l’on appelle communément un comédien. Du Hugo, du Molière, mais aussi du Guibert : il a un CV qui produit son petit effet. Qu’un artiste au parcours classique se lance dans le one-man-show a quelque chose de surprenant. Et, dans ce cas précis, de captivant. Car il y a beaucoup de théâtre dans ce S’il se passe quelque chose. Un supplément d’âme (et de culture) qui se diffuse d’emblée sur le plateau, dès les premiers mots prononcés – ceux de Marguerite Duras. D’où l’idée que Vincent Dedienne ne fasse pas un one-man-show (terme sans doute trop connoté à ses yeux), mais un seul-en-scène (c’est même marqué sur l’affiche). Un glissement sémantique très Télérama comme dirait Gaspard Proust, qui devient une évidence ici. Oui, S’il se passe quelque chose est bien une pièce de théâtre, et Vincent Dedienne en est l’auteur-i

Continuer à lire

"Fou de moi"

SCENES | Jeune comédien que l’on a pu croiser dans plusieurs pièces d’auteurs décédés depuis bien longtemps (notamment Le Roi s’amuse de Victor Hugo par François (...)

Aurélien Martinez | Jeudi 20 octobre 2011

Jeune comédien que l’on a pu croiser dans plusieurs pièces d’auteurs décédés depuis bien longtemps (notamment Le Roi s’amuse de Victor Hugo par François Rancillac – à l’Hexagone la saison passée), Vincent Dedienne se mettra seul en scène vendredi 28 octobre à 20h30 au Fitzcarraldo, le nouveau lieu culturel grenoblois fraîchement inauguré. Annoncé comme un « spectacle hystérico-sentimental », ce Fou de moi s’intéressera à « une galerie de personnages ordinaires […], avec juste ce qu’il faut de théâtre pour sonder le fond de leur âme et révéler ce qu’ils ont de remarquable ». Bon, certes, on ne sait pas réellement à quoi s’attendre, mais connaissant le talent dramatique de l’artiste et son univers tendrement caustique et franchement drôle, on subodore un rendu surprenant.

Continuer à lire