Nouveau cirque : nos coups de coeur de la saison

SCENES | Du jonglage, des acrobates vietnamiens et, bien sûr, du Yoann Bourgeois.

Aurélien Martinez | Jeudi 17 septembre 2015

Les Beaux Orages… / Pan-Pot…

Né il y a plus de dix ans, le collectif Petit Travers déploie depuis un langage visuellement impressionnant construit autour de l'art du jonglage. Mais du jonglage grandiose et expressif qui, plus qu'un simple numéro, devient le cœur de leurs spectacles. Leur création de 2009 Pan-Pot ou modérément chantant, qui repasse cette saison à la Rampe, en est un exemple frappant : sur scène, une pianiste, trois jongleurs et des balles blanches en grand nombre ; point. Un postulat de départ minime qui offre pourtant un grand moment de poésie visuelle, notamment lorsque les balles semblent devenir des notes de musique s'échappant de la portée imaginaire qui les maintient.

Ces circassiens d'un autre genre seront également cette année au Grand Angle avec Les Beaux Orages qui nous étaient promis, création de 2013 (que nous n'avons pas vue) pour cette fois-ci sept jongleurs. « Cet effectif démultiplié enrichit les principes de composition, leur rapport sans cesse réinventé au temps, leur foi absolue dans la clarté tonique de l'instant, du son, du mouvement » (extrait de leur note d'intention).

AM

Les Beaux Orages qui nous étaient promis, mardi 10 mai au Grand Angle (Voiron)
Pan-Pot ou modérément chantant, jeudi 12 mai à la Rampe (Échirolles)

À Ố Làng Phô

C'est probablement LA très belle surprise des récentes Nuits de Fourvière à Lyon : seize acrobates vietnamiens ont défié les lois de l'apesanteur pour nous raconter leur pays. À Ố Làng Phô est en effet à la fois un exercice technique de très haut niveau mais aussi un formidable "documentaire" sur cette nation. Et si parfois ça semble verser dans le cliché, ce n'est en fait que leur réalité qu'ils peignent comme ces instants où ils traversent le plateau sur des vélos vacillants et surchargés de provisions ou ceux où ils rejouent le travail à la chaîne d'une usine.

Dans un décor tout en bois d'une grande élégance, ils bondissent, jaillissent à cour, à jardin, font défiler toutes les possibilités qu'offrent le cirque : jonglage (avec des mâts immenses), contorsions (dans de drôles de demi-coques les rendant très animal), voltige… La vivacité, l'absolue unité entre tous les circassiens et l'attention portée à la scénographie ainsi qu'aux lumières font de ce spectacle l'un des plus forts qu'il nous ait été donné de voir ces dernières années dans cette discipline dite du "nouveau cirque".

Nadja Pobel

Du mardi 7 au samedi 11 juin à la MC2

Et aussi

Le circassien Yoann Bourgeois redonnera du 22 au 24 octobre à la MC2 son impressionnant Celui qui tombe. Et proposera les 1er et 2 mars à l'Odyssée d'Eybens un programme spécial baptisé Minuit.


Pan-Pot, ou Modérément Chantant

Jonglage par le Collectif Petit Travers, à partir de 7 ans
La Rampe 15 avenue du 8 mai 1945 Échirolles
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Les beaux orages qui nous étaient promis

Par le Collectif Petit Travers, ms Julien Clément et Nicolas Mathis, à partir de 9 ans
Le Grand Angle Place des Arcades Voiron
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


À Ố Làng Phố

Conception Tuan Le, Nguyen Nhat Ly, Nguyen Lan Maurice, Nguyen Tan Loc. Seize interprètes (acrobates, jongleurs, performeurs en arts martiaux ou en danse de rue) et quatre musiciens pour un spectacle qui s’ouvre comme un livre d’images.
MC2 4 rue Paul Claudel Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Quand le travail de Yoann Bourgeois fait polémique

ACTUS | Revenons dans le passé pour commencer. Depuis une dizaine d’années à Grenoble (c’est là qu’il a implanté sa compagnie en 2010), on suit avec délectation et (...)

Aurélien Martinez | Vendredi 26 février 2021

Quand le travail de Yoann Bourgeois fait polémique

Revenons dans le passé pour commencer. Depuis une dizaine d’années à Grenoble (c’est là qu’il a implanté sa compagnie en 2010), on suit avec délectation et fascination l’éclosion artistique de Yoann Bourgeois, homme de cirque (il est passé par le prestigieux Centre national des arts du cirque de Châlons-en-Champagne) et de danse (il a notamment collaboré plusieurs années avec la chorégraphe Maguy Marin) devenu, au fil des ans et des créations, l’une des figures phares du nouveau cirque français. On se souvient ainsi, une fin de journée de l’été 2010, être monté à la Bastille, fort militaire surplombant Grenoble, pour découvrir son impressionnant Cavale dans lequel, en compagnie de l’acrobate Lucien Reynès, il défiait magnifiquement la gravité avec un escalier, un trampoline et le panorama urbain en toile de fond (des extraits sont disponibles en ligne). « Dans le cirque, je suis intéressé par le fait de rendre perceptibles

Continuer à lire

Grand Rassemblement 5 : qui se rassemble s’enchante

SCENES | Des spectacles, des performances, du cinéma en plein air, des ateliers… Le Centre chorégraphique national de Grenoble (CCN2), piloté par le circassien Yoann (...)

Aurélien Martinez | Lundi 10 juin 2019

Grand Rassemblement 5 : qui se rassemble s’enchante

Des spectacles, des performances, du cinéma en plein air, des ateliers… Le Centre chorégraphique national de Grenoble (CCN2), piloté par le circassien Yoann Bourgeois et le chorégraphe Rachid Ouramdane, a encore fait les choses bien pour son cinquième Grand Rassemblement. Et s’est une nouvelle fois offert les services d’artistes haut de gamme, comme si tout ceci était programmé dans les murs d’une institution prestigieuse. Sauf qu’avec les GR, on est souvent hors des lieux culturels attendus, comme nous l’expliquait Rachid Ouramdane en 2017 – « Le choix d’espaces aussi variés permet de toucher différents publics. Avec ces GR, on est dans une nouvelle façon d’amener des gens à rencontrer l’art. » Et quoi de mieux qu’une place en plein centre-ville pour « amener les gens à l’art » ? Et quoi de mieux que des formes spectaculaires pour capter leur attention ? Pour ce GR5, la place Saint-André de Grenoble servira ainsi de scène, le samedi, à plusieurs proposit

Continuer à lire

"Dans les plis du paysage" : paysage composé

SCENES | Après plus de dix pièces depuis la création en 2003 du collectif Petit travers, les jongleurs défrichent toujours leur discipline dont le postulat de base est (...)

Nadja Pobel | Vendredi 9 décembre 2016

Après plus de dix pièces depuis la création en 2003 du collectif Petit travers, les jongleurs défrichent toujours leur discipline dont le postulat de base est si simple (lancer des balles et les rattraper) et pourtant si esthétique. Leur dernier ballet dans les airs, Dans les plis du paysage, a d'ailleurs été judicieusement créé en septembre dernier dans le cadre de la Biennale de la danse de Lyon, comme pour mieux sortir du cadre. D'autant plus que, plutôt que de mettre les pleins feux sur son travail, la troupe a l'audace de débuter cette création dans une relative pénombre avec sons tribaux et gestes idoines. La musique tient ainsi une place de premier plan dans ce spectacle grâce à la présence d'un batteur, véritable métronome des circassiens très nombreux au plateau – sept, dont les concepteurs Nicolas Mathis et Julien Clément. Peu de jonglage donc pour cette entrée en matière où l'homme se substitue même aux balles imitant le bruit du rebond ! Ce

Continuer à lire

Cirque : nos cinq coups de cœur de l'année

SCENES | Fenêtres Recréation d’un spectacle vieux de quinze ans, ce solo initialement interprété par le circassien Mathurin Bolze (qui l’a imaginé) a été transmis à (...)

Aurélien Martinez | Lundi 24 octobre 2016

Cirque : nos cinq coups de cœur de l'année

Fenêtres Recréation d’un spectacle vieux de quinze ans, ce solo initialement interprété par le circassien Mathurin Bolze (qui l’a imaginé) a été transmis à Karim Messaoudi, passé comme lui par Centre national des arts du cirque. Un pur moment de grâce visuelle sur un homme enfermé dans un appartement et qui ne semble trouver d’échappatoire que par les airs, grâce à un sol trampoline. Grandiose. À l’Hexagone (Meylan) mardi 15 et mercredi 16 novembre _______ Patinoire Un solo entre cirque, théâtre et clown qui fonctionne parfaitement. Logique, il est l’œuvre d’un des fondateurs du collectif québécois de circassiens Les 7 doigts de la main. Patrick Léonard, seul en scène donc mais accompagné d’un fatras d’objets (qui auront une importance capitale pendant le spectacle), met en place une drôle de tension qui captive autant qu’elle surprend. Et quelle fin vertigineuse ! À l'Ilyade (Seyssinet-Pariset) mardi 29 novembre _______

Continuer à lire

Voyage au Vietnam avec "À Ố Làng Phô"

SCENES | À la fois exercice technique de très haut niveau mais aussi formidable documentaire sur le Vietnam, À Ố Làng Phô est une œuvre (...)

Nadja Pobel | Dimanche 5 juin 2016

Voyage au Vietnam avec

À la fois exercice technique de très haut niveau mais aussi formidable documentaire sur le Vietnam, À Ố Làng Phô est une œuvre aussi personnelle qu'universelle. Si parfois ces circassiens semblent verser dans le cliché, c'est bien leur réalité qu’ils peignent et non les cartes postales d'Occidentaux en mal d'exotisme. Ainsi, ils traversent le plateau sur des vélos vacillants et surchargés de provisions, rejouent le travail à la chaîne d’une usine ressemblant à une fourmilière ou encore agitent leurs fouets culinaires immenses, comme à l'arrière-salle d'un restaurant. Très narratif, ce spectacle présente une succession de tableaux décrivant la modernisation de cette société et, comme au théâtre, un décor (ici tout en bois d’une grande élégance) abrite cette faune qui bondit, jaillit à cour, à jardin. Ils se saisissent de toutes les possibilités qu’offrent le cirque : voltige, jonglage (avec des mal nommés mâts "chinois"), contorsions (dans de drôles de demi-coques)… Un portrait de la jeunesse Tout est prétexte au jeu : que faire des paniers d'osier avec lesquels ils viennent de reconstituer une scène de marché ? En les accr

Continuer à lire

Des hommes et des balles avec le collectif Petit travers

SCENES | Avec Le Petit travers (à lire : notre interview), on est clairement du côté du jonglage poétique. Une poésie qui se retrouve jusque dans les titres à rallonge (...)

Aurélien Martinez | Mardi 3 mai 2016

Des hommes et des balles avec le collectif Petit travers

Avec Le Petit travers (à lire : notre interview), on est clairement du côté du jonglage poétique. Une poésie qui se retrouve jusque dans les titres à rallonge des spectacles que le collectif donnera cette semaine dans l’agglo grenobloise. Les Beaux Orages qui nous étaient promis d’abord, ballet pour sept interprètes à la technicité remarquable. Un art du jonglage parfaitement maîtrisé qui s’enrichit de l’apport d’autres arts, comme la danse ou encore la musique – elle a été créée par le compositeur Pierre Jodlowski, très branché musique contemporaine. Pan-Pot ou modérément chantant ensuite, petite forme pour trois jongleurs et une pianiste elle plutôt branchée classique (Liszt, Beethoven, Mozart, Bach, Wagner…) pour une incroyable chorégraphie de balles comme autant de notes de musique échappées de partitions invisibles. Poétique donc. On avait découvert Pan-Pot en

Continuer à lire

Julien Clément (Petit travers) : « Avoir un spectateur à l’affût »

SCENES | Avec le collectif, vous faites du jonglage, mais pas un jonglage simplement limité à la performance… Julien Clément : Oui. On utilise le jonglage (...)

Aurélien Martinez | Mardi 3 mai 2016

Julien Clément (Petit travers) : « Avoir un spectateur à l’affût »

Avec le collectif, vous faites du jonglage, mais pas un jonglage simplement limité à la performance… Julien Clément : Oui. On utilise le jonglage comme un matériau, comme un outil de scène, comme une possibilité de langage. Et tout ça dans une visée poétique et musicale. On essaie de proposer un cadre assez simple pour jouer sur la surprise, pour avoir un spectateur à l’affût, pour l’étonner, le surprendre… Avec, en stars de chaque spectacle, les balles de jonglage. Même si, dans les deux créations que vous présentez à Grenoble, leur rôle est très différent… Pour chaque spectacle, on essaie de redéfinir cet objet, de savoir si c’est quelque chose d’abstrait ou si c’est un être animé d’une vie propre. Dans le tout début de Pan-Pot ou modérément chantant, il y a la mise en place de l’histoire de ces balles qui sont comme autonomes, qui ont leur trajectoire de vie : même si on comprend qu’elles sont jonglées, on ne voit pas les jongleurs, on ne voit pas leurs mains, ils sont vraiment dépersonnalisés. Pour Les Beaux Orages qui nous étaient promis, on a plus pris ces balles co

Continuer à lire

"Pan-Pot ou modérément chantant" : plaisirs sensuels avec le Collectif Petit Travers

SCENES | Une pianiste, trois jongleurs et des balles blanches en grand nombre : une équation de départ on ne peut plus simple et un brin éculée pour un spectacle (...)

Aurélien Martinez | Lundi 29 mars 2010

Une pianiste, trois jongleurs et des balles blanches en grand nombre : une équation de départ on ne peut plus simple et un brin éculée pour un spectacle contemporain. Sauf que le Petit Travers (un collectif d’auteurs, jongleurs, danseurs, musiciens et comédiens venus d’horizons divers) transcende ce postulat initial pour y adjoindre de la poésie et du burlesque. Ce qui donne un résultat inattendu et surprenant, où le plaisir des sens est roi, et où l’imaginaire fait office de foi. Dans une scénographie épurée savamment étudiée (très belle création lumière), les trois jongleurs Nicolas Mathis, Julien Clément et Denis Fargeton, tout de noir vêtus, donnent vie à leurs balles, qui deviennent les véritables interprètes du spectacle : elles dansent les unes avec les autres, glissant contre le corps d’un jongleur, s’entrechoquant ici et là, bondissant sauvagement, chutant soudainement, s’évaporant en un clin d’œil. Une chorégraphie de l’aléatoire en somme, même si l’ensemble apparaît rudement maîtrisé. Et c’est bien ce qui séduit dans ce Pan-Pot ou modérément chantant : cette construction qui semble ne tenir qu’à un fil, laissant le spectat

Continuer à lire