Il était une fois un prince en slip

SCENES | Le metteur en scène et auteur Tom Porcher-Guinet livre une pièce fleuve (3h) sur un petit groupe bien décidé à lutter contre la connerie. Drôle, fougueux et plaisant. Aurélien Martinez

Aurélien Martinez | Mardi 26 avril 2016

Photo : Marina Bincoletto


Comment, quand on est une toute jeune compagnie de théâtre, cumuler les handicaps ? En proposant d'abord une pièce écrite par un membre de la troupe plutôt qu'un texte bien populaire sûr de parler au plus grand nombre. En affichant ensuite fièrement plus de trois heures de représentation afin de bien effrayer ceux qui auraient pu se laisser tenter par tant d'inconnu. Voilà ainsi rapidement présenté le spectacle À demis cœurs vaillants, presque rien d'impossible, mis en scène et écrit par Tom Porcher-Guinet du collectif grenoblois Le Festin des Idiots.

Une histoire de héros lancé dans une grande quête contre la connerie au cours de laquelle il croisera un lutin, une princesse ou encore une sirène. « Tous ceux qui veulent changer le monde, venez marcher venez chanter » comme le chantaient les jeunes UMP dans un clip en 2010. Venez marcher avec ce prince naïf qui sert de point de départ à Tom Porcher-Guinet pour s'amuser (on rit beaucoup pendant ces trois heures qui passent finalement assez vite), concevoir des images fortes (il s'est fait plaisir à la fin sur du Woodkid) et, surtout, livrer un discours fleuve sur la force du théâtre.

C'est fougueux, dense, plaisant, imparfait ; ça fait parfois penser à du Vincent Macaigne (avec moins de moyens) ou à un (beaucoup plus long) sketch des Robins des bois. Ça montre surtout que pour une jeune compagnie, pour peu qu'elle ait des ambitions, rien n'est impossible. On aime beaucoup cette idée.

À demis cœurs vaillants, presque rien d'impossible
Au Tricycle / Théâtre 145 jusqu'au samedi 30 avril


À demis cœurs vaillants, presque rien d'impossible

Texte et mise en scène Tom Porcher-Guinet. Avec Marina Bincoletto, Myrtille Borel, Fantin Curtet... Le Prince veut changer le monde. Pour cela il doit identifier les racines du mal. Remonter à la source. La technique du saumon.
Théâtre 145 145 cours Berriat Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Le Petit 38 voit plus grand avec le collectif Midi/Minuit

ACTUS | Ça s’active du côté du Petit 38 : le lieu tenu par la metteuse en scène Chantal Morel va ainsi être ouvert continuellement pendant les six prochains mois, avec des spectacles presque tous les soirs. La faute à Midi / Minuit, jeune collectif qui en veut. On fait les présentations. Aurélien Martinez

Aurélien Martinez | Lundi 11 janvier 2016

Le Petit 38 voit plus grand avec le collectif Midi/Minuit

Le Petit 38, c’est un lieu à part à Grenoble, situé rue Saint-Laurent. Un local qui aurait dû être un restaurant, mais que la metteuse en scène Chantal Morel et son équipe ont finalement transformé en 1997 en place culturelle. Un petit espace avec une antichambre d’accueil à l’entrée et une salle d’une trentaine de places au fond. Depuis presque vingt ans, le Petit 38 accueille divers spectacles programmés par Chantal Morel, dont parfois les siens. Aujourd’hui, elle souhaite « le partager ». Le collectif Midi / Minuit a du coup vu le jour, porté par deux jeunes comédiens et metteurs en scène issus du Conservatoire de Grenoble : Élisa Bernard et Florent Barret-Boisbertrand. Pour lancer une nouvelle dynamique, comme nous l’a expliqué Florent Barret-Boisbertrand. « C’est venu de discussions avec Chantal. À la base, j’avais voulu la rencontrer pour voir s’il y avait la possibilité de faire un spectacle au Petit 38, un lieu que j’aime énormément. Elle m’a alors expliqué que, pour diverses raisons, c’était plutôt compliqué en ce moment au Petit 38, qu

Continuer à lire

Petit théâtre entre amis

SCENES | Le Festin des Idiots s'offre trois jours de théâtre à Seyssins pour dévoiler plusieurs de ses facettes.

Aurélien Martinez | Mardi 21 avril 2015

Petit théâtre entre amis

Un conservatoire d’art dramatique, ça apprend l’art dramatique, certes, mais c’est aussi un parfait lieu de rencontre. Nombre de jeunes compagnies se sont ainsi formées sur les bancs d’une école, les anciens élèves déboulant ensuite sur les scènes avec l’énergie du collectif façon "ensemble tout devient possible, surtout quand on est potes". Introducing Le Festin des Idiots, troupe issue de la promotion 2010 du conservatoire de Grenoble qui propose sur trois jours l’événement "Le Festin des Idiots fait ses bacchanales". Tout un programme, même si l’orgie sera principalement théâtrale. Chaque soir, un spectacle de leur répertoire sera présenté : Oreste, débris d'Orestie(s), relecture très bien ficelée du mythe d’Oreste, le jeudi ; La Livreuse du boucher, seul-en-scène autour d’une chanteuse lyrique barrée, le vendredi ; et Un peu d'optimisme, bordel !, « tragi-comédie franco-russe » avec un incroyable et très drôle poussin à sac à main, le samedi. Un collectif qui part donc dans beaucoup de directions, les metteurs en scène changeant d’ailleurs selon les créations. Si on peine du coup à trouver une cohérence d’ense

Continuer à lire