Cyril Griot : « Montrer au public la diversité des clowns »

Festival | Depuis 2015, la compagnie iséroise Le Bateau de papier organise son Festival du numéro de clown. « Un public (jusqu’à 300 personnes par soirée), une véritable piste de cirque sous un chapiteau, un temps de jeu ne dépassant pas les 14 minutes, et surtout, surtout, le désir de faire rire et de rire ensemble » assurent les organisateurs. Pour en savoir plus, nous avons rencontré le directeur artistique de l’événement.

Aurélien Martinez | Vendredi 21 avril 2017

Photo : Chloé Perez


C'est quoi ce Festival du numéro de clown ?

Cyril Griot : C'est d'abord une rencontre avec le monde des clowns pour montrer au public la diversité de notre univers. Car il y a autant de propositions artistiques différentes que de clowns !

Et c'est aussi un festival qui privilégie la forme clownesque courte, c'est-à-dire le numéro, avec un maximum de 14 minutes. Ce qui permet de voir plein de choses en une soirée, sachant que cette forme courte demande une certaine efficacité : faut que ça démarre très vite, qu'on crée un événement en quelques minutes…

D'où viennent les clowns que nous verrons sur scène ?

On lance une invitation très large à tous les clowns. Du coup beaucoup nous contactent, de partout. L'information circule bien : par exemple, on a pas mal de demandes qui viennent d'Espagne. On aura ainsi cette année Ricardo Cornelius, clown assez connu dans son pays. Et de l'Espagne, l'info est carrément partie en Amérique latine !

On a aussi des clowns de toute la France, dont certains qui viennent du Samovar, la grande école de clown à Paris. Il y a donc des professionnels très confirmés, mais aussi des amateurs. Et tous sont bénévoles. L'idée est vraiment d'éviter la compétition et la démonstration de savoir-faire, pour créer une grande fête.

Et qu'est-ce que Le Bateau de papier qui organise l'événement ?

On est une compagnie de clown [basée à Crolles – NDLR], c'est ce qui nous motive et nous fait vivre – même si on fait aussi du théâtre. On tourne des spectacles – on était récemment à l'Heure bleue avec Un lac. On travaille aussi beaucoup en Russie. Et puis on a aussi un gros volet de notre activité tourné vers la formation.

Festival du numéro de clown
Au parc Paul-Mistral (sous chapiteau) du mercredi 26 au samedi 29 avril à 19h30


Festival du numéro de clown


Parc Paul-Mistral parc Paul-Mistral Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

En attendant le public... (épisode 2)

SCENES | L'équipe du Petit Bulletin est repartie à la rencontre des compagnies de théâtre et de danse pour recueillir leurs impressions sur la crise sanitaire et l'évolution de leur travail au quotidien. Cinq d'entre elles nous ont répondu pour témoigner de leurs incertitudes persistantes, mais aussi, parfois, d'un relatif optimisme.

La rédaction | Vendredi 5 février 2021

En attendant le public... (épisode 2)

Yoann Bourgeois – Centre chorégraphique national de Grenoble (CCN2) « C’est difficile car cette crise a touché le cœur de nos activités. Mais c’est aussi difficile pour moi de dire que c’est difficile parce que je sais que beaucoup d’autres sont plus impactés que nous au CCN2, qui sommes une institution assez solide économiquement. Même si, bien sûr, notre économie repose beaucoup sur la diffusion – on tournait énormément –, presque totalement à l’arrêt depuis un an. » Pour Yoann Bourgeois, codirecteur du Centre chorégraphique national de Grenoble (en binôme avec Rachid Ouramdane), cette crise sanitaire a chamboulé énormément de choses, notamment au niveau artistique puisque trois de ses créations sont en suspens : Hurricane, pour le ballet de l’Opéra de Göteborg en Suède, répétée entre janvier et mars 2020 mais qui n’a pu pour l’instant être jouée que le soir de la première en mars (on devrait cependant la voir la saison prochaine à la MC2) ; I wonder where the dreams I don't remember go, pour la fameuse

Continuer à lire