Hommages à Vienne

CONNAITRE | Difficile de célébrer chaque année le jazz et ses différentes filiations, sans invoquer régulièrement l’esprit, et la lettre, de grands anciens comme Nina Simone, Sun Ra ou Joni Mitchell. Des soirées qui sont souvent l’occasion d’explorer non seulement les frontières entre les générations mais aussi celles qui séparent, pour mieux les réunir, les genres. Stéphane Duchêne

Dorotée Aznar | Vendredi 19 juin 2009

Nina Simone, incarnation des musiques noires, réfutait absolument le terme de «jazz» : «Jazz est le terme blanc pour définir les Noirs, ma musique est de la musique classique noire». C'est sans doute pour cela que trois grandes dames, trois admiratrices venues d'horizons aussi différents que la chanteuse et pianiste Lizz Wright, la diva Dianne Reeves ou la soulwoman du Bénin Angélique Kidjo peuvent sans problème rendre un hommage conjoint à la grande Nina, sous l'égide de la propre fille de la chanteuse. Seule condition à l'exercice, comme Nina : chanter la vérité, «Sing the Truth». Fille du jazz, de la folk et de la pop, Yaël Naïm a également vu comme une évidence sa découverte de Joni Mitchell. Elle qui ne rechigne pas à reprendre ses pairs de temps à autre (écouter Toxic sa reprise de Britney Spears) se délectera, en plein festival jazz, des chansons de la Canadienne. Laquelle a apporté un écot considérable et souvent méconnu au jazz.

Saturne, Alabama
Essentiellement classée au rayon folk, notamment pour ses fréquentations (elle fut mariée à Graham Nash de Crosby, Stills & Nash) et son disque le plus connu, Blue, Joni Mitchell a passé la majeure partie des années 70 à enregistrer des disques sous hautes influences jazz, collaborant même un temps avec Charlie Mingus et Herbie Hancock. La notion de frontière, Sun Ra l'a lui, complètement faite exploser. Avec son orgue synthétique, qu'il fut le premier à utiliser dans le jazz, sa seule limite semblait être le cosmos. Sun Ra prétendait être né sur Saturne (l'état civil préférant prudemment opter pour l'Alabama) et du haut de ses inspirations cosmiques produisit plus de 200 albums de musique givrée en compagnie de son Arkestra. C'est ce dernier qui, emmené par le complice originel du maître décédé en 1993, Marshall Allen, 85 ans, reviendra sur un voyage musical intersidéral autant que sidérant qui a véritablement tiré le jazz vers le (très) haut.

Jazz à Vienne
Comme chaque année, Jazz à Vienne oscille au rythme du jazz. Que ce soit entre les différents genres affiliés au jazz, qu'ils soient d'origine africaine (Seun Kuti, Youssou N'Dour, Oumou Sangaré), rendus au blues (Lucky Peterson) ou au tropicalisme brésilien (Gilberto Gil). Ou entre la nourriture pour puristes jazzeux (Archie Shepp), le lyrisme reconnu (Barbara Hendricks) et la grande variété (Seal). Bref, une ouverture aussi grande que celle du Théâtre Antique. Du 27 juin au 10 juillet au Théâtre Antique de Vienne.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Jazz à Vienne : premiers invités

MUSIQUES | Jazz à Vienne : premiers invités

Dorotée Aznar | Jeudi 26 janvier 2012

Jazz à Vienne : premiers invités

Les premiers noms de la manifestation viennent d'être révélés : Ibrahim Maalouf, Mélody Gardot, Pat Metheny et Tigran Hamasyan seront au théâtre antique de Vienne pour la 32 e édition du festival qui se tiendra du 28 juin au 13 juillet.

Continuer à lire

Jazz mix night (Jazz à Vienne)

MUSIQUES | La soirée de clôture de Jazz à Vienne (le vendredi 10 juillet à partir de 20h) est un véritable festival à l’intérieur du festival : une douzaine d’artistes (...)

Christophe Chabert | Vendredi 19 juin 2009

Jazz mix night (Jazz à Vienne)

La soirée de clôture de Jazz à Vienne (le vendredi 10 juillet à partir de 20h) est un véritable festival à l’intérieur du festival : une douzaine d’artistes d’horizons musicaux extrêmement variés se partageront la scène, sur le principe de l’invitation à… Ainsi, Seun Kuti, fils de Fela, mêlera son afro-beat au jazz d’Archie Shepp ; l’électro-jazz d’Erik Truffaz et de ses musiciens iront dialoguer avec les mots (bleus) de l’icône Christophe ; le poète et maître du spoken word Anthony Joseph prêtera sa voix aux notes funk de Joseph Bowie ; quant à Roy Ayers (et son vibraphone), il cherchera la «fusion» avec le piano de Don Blackman. Grand(s) moment(s) en perspective !

Continuer à lire