Leçon de ténèbres

CONNAITRE | Sur les soixante écrivains présents pendant le festival Quais du polar, petite sélection de cinq auteurs et présentation de leurs ouvrages

Dorotée Aznar | Mardi 22 mars 2011

QUAIS DU POLAR
Vendredi 25 mars, samedi 26 et dimanche 27 se tiendra la septième édition de Quais du polar. Plus de soixante auteurs de littérature policière et de bande dessinée seront présents pour des rencontres et des conférences, en accès libre pour la plupart. Une sélection de films sera également proposée, notamment à l'Institut Lumière, autour du thème de la corruption, avec la projection de The Red Riding Trilogy inspirée des romans de David Peace, et en sa présence (les trois épisodes seront diffusés samedi 26 mars, à partir de 18h). Pendant les trois jours du festival, on retrouvera bien sur des lectures, mais aussi des initiatives comme les “conversations autour d'une oeuvre“ au Musée des Beaux-Arts. Soit l'occasion de découvrir une pièce de la collection du Musée à travers le regard d'un auteur de roman noir.

QUAIS DU POLAR
Vendredi 25, samedi 26 et dimanche 27 mars

 LARS KEPLER
Vendredi 25 mars à 16h30 et samedi 26 mars à 15h30, à la CCI

Sous le nom de Lars Kepler, se cache un couple de Suédois qui s'est fait connaître en France grâce à la parution de son premier roman noir à succès, L'Hypnotiseur. Dans ce polar qui tient beaucoup du thriller psychologique, l'intrigue s'amorce autour du massacre sanglant de la famille Ek. Seul rescapé de la tuerie, le jeune Josef devient dès lors témoin clef de l'affaire. Un témoin qu'il s'agit de faire parler, sous hypnose s'il le faut, et autour duquel le mystère va croissant. Ce roman illustre à merveille ce que le polar a de contemporain. Loin du roman policier à clef d'une Agatha Christie, chez laquelle le moindre lapsus prenait des allures de preuves irréfutables, ce récit de Lars Kepler introduit la peur chez ceux-là même qui semblaient préservés par le pacte de non atteinte du détective ou du médecin. Nul point d'accroche, nulle instance auprès de qui trouver refuge : le lecteur est confronté à un univers complexe, contradictoire et immaîtrisable dans lequel la violence est autant l'apanage d'une société que d'un tueur. Ce duo d'écrivain a composé dans l'ambiance d'un Stockholm glacial des pages brutales, impitoyables, effrayantes. Affreusement plaisant.

 JOHN HARVEY
Samedi 26 mars à 11h à l'Hôtel de Ville et dimanche 27 mars
à 11h au Musée des Beaux Arts de Lyon

Comme Simenon est associé à Maigret et Chandler à Marlowe, John Harvey, plume de choix du polar anglais, est inséparable de son personnage, Charles Resnick. Présent dans près de dix des titres de l'auteur, ce policier attaché au commissariat de Nottingham, Polonais d'origine, confère aux enquêtes mises en place ce petit surcroît d'une personnalité attachante sans quoi le mystère perdrait de son intérêt. Resnick aime les chats et le jazz, ce qui donne aux intermèdes que constituent les instants glanés de sa vie le long des pages, quelque chose d'une solitude poétique séduisante. Au cours des histoires, «les sonorités lustrées de la trompette de Clifford Brown» nous parviennent «douces comme de la fumée» et le style semble se modeler sur ces mélodies : toujours juste. Le regard de l'auteur ne fuit toutefois pas la réalité d'une société dont il n'hésite pas à faire émerger les failles, sans se départir néanmoins de cette empathie qui le caractérise. Une certaine douceur dans le point de vue peut-être propre au personnage Resnick qu'il fait évoluer en vieillissant (Now's the time) vers une sorte de détachement tout de quant-à-soi british. Urbain et racé, du polar grand style !

 SERGIO GONZALEZ RODRIGUEZ
Samedi 26 mars à 15h30 à l'Hôtel de Ville et à 17h30 à la CCI, dimanche 27 mars à 14h à la CCI

Roman sans fiction, Des os dans le désert, écrit par le journaliste Sergio Gonzalez Rodriguez, raconte la disparition de près de 500 femmes, survenue dans la ville mexicaine de Ciudad Juarez entre 1993 et 2007. Davantage que la relation d'un faitdivers macabre, l'auteur adopte un point de vue surplombant qui lui permet d'englober ces disparitions dans une réflexion sur la frontière, lieu crépusculaire, sorte de quatrième dimension. Pour lui, «l'histoire est un paysage complexe issu de la géographie et de la culture», il s'attache dès lors à décrypter les éléments en jeu dans le mécanisme de cette violence déferlante. Stratégie de domination masculine, milieu du crime organisé, trafic de drogue érigé sur une structure patriarcale, tout semble s'imbriquer pour tracer peu à peu les contours de l'horreur. Alternant la chronique et l'essai, Sergio Gonzalez Rodriguez développe dans cet ouvrage une belle vision de ce que la littérature peut avoir de puissant, allant même jusqu'à définir la narration comme une «forme de raisonnement crucial, seule capable de comprendre les réalités humaines». On lit ce livre comme on découvre l'enfer.

 MEGAN ABBOTT
Samedi 26 mars à 15h30 à l'Amphi Opéra et dimanche 27 mars
à 14h30 à l'Institut Lumière

Pendant longtemps, le détective de polar a pris dans l'imagination collective les traits d'Humphrey Bogart, s'inscrivant dans le triptyque de choc : boire, séduire, tuer. Cigarette au coin des lèvres, flegme à toute épreuve, une esthétique très “Dashiel Hammett“, maître du genre. C'est non sans joie que nous retrouvons sous la plume de Megan Abbott, dans son roman Absente, un peu de cette atmosphère rétro fifties. Autour de la disparition d'une aspirante actrice, fait-divers non élucidé survenu à Hollywood, l'auteur met en place une galerie de personnages dessinés à traits précis et convaincants. De la fille de ferme aux «dents épaisses et blanches comme du savon Ivory», à Maureen, la secrétaire au nez retroussé, du bout d'un collant résille, à la boucle d'une chevelure au-dessus d'un verre de bourbon, tout est délicieusement vintage. Mais ne nous y trompons pas, Megan Abbott nous introduit dans un univers de pellicule filmique noir et blanc pour mieux dévoiler les bas-fonds d'un mythe : Hollywood fabrique la désillusion, le faux-semblant et le meurtre.

 ANTONIN VARENNE
Samedi 26 mars à 18h30 et dimanche 27 mars à 11h, à la CCI

Lire Antonin Varenne, c'est entrer dans une sorte de métaphysique du crime et comprendre qu'une enquête n'est pas simple recherche d'indices, mais aussi «quête de sens». Une quête dans les viscères du meurtre, lesquelles doivent mener, selon lui, à la compréhension d'une société toute entière. Le tueur est en effet pour Varenne une image de notre monde, son «outil hors de contrôle, son symptôme». Dans Le Fruit de nos entrailles, il mettait ainsi en scène un tueur en série d'artistes, symboles selon lui de l'impuissance de notre temps à la création. Le tueur voulait changer l'agencement de la matière, mais n'y parvenait que par la violence incontrôlée de sa pulsion. «Un auteur de polar ne claque jamais la porte sur la vie», écrit Robin Cook. De la vie urbaine contemporaine, Antonin Varenne décrypte un Paris de banlieues ou de club underground sado maso (Fakirs), d'errance et d'architecture de la laideur. Les personnages sont atypiques, à la marge, observateurs d'un temps qu'ils ne comprennent pas, seuls comme une fenêtre de l'immeuble de La Défense «visible mais anonyme, allumée mais bientôt éteinte».

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Une ville, un héros

CONNAITRE | Auteur / À la question «Quels sont les ingrédients d’un polar réussi ?», de nombreux maîtres du roman noir contemporain seraient sans doute tentés de répondre : (...)

Dorotée Aznar | Vendredi 2 avril 2010

Une ville, un héros

Auteur / À la question «Quels sont les ingrédients d’un polar réussi ?», de nombreux maîtres du roman noir contemporain seraient sans doute tentés de répondre : «Un héros et une ville». De Michael Connelly, (Harry Bosch et Los Angeles) à Arnaldur Indridason (Erlendur et Reykjavik), en passant par George Pelecanos (Nick Stefanos et Washington) ou Dennis Lehane (Kenzie/Gennaro et Boston), la récurrence d’un personnage principal dans un cadre urbain familier semble être une sorte de passage obligé du polar moderne. L’Écossais Ian Rankin a lui aussi son duo, puisque la carrière mouvementée de l’Inspecteur Rebus, son personnage fétiche, est tout entière liée à la ville d’Édimbourg. Comme c’est le cas pour les auteurs précités, la ville du héros est aussi celle de l’auteur… L’Appel des morts, qui vient de paraître aux éditions du Masque est la 16e et avant-dernière enquête de l’inspecteur Rebus puisque la suivante, en cours de traduction, marquera la fin du parcours de celui qui était apparu en 1987 dans L’Étrangleur d’Edimbourg, et que l’on a suivi, au fil des années, comme un véritable compagnon de route. Dans ce dernier opus paru en français, on retrouve un John Rebus aux portes de la

Continuer à lire

Fondus du noir

CONNAITRE | Présentation / Pour sa cinquième édition, le festival Quais du polar change de lieu (Le Palais du commerce) mais pas d’esprit avec un week-end consacré au (...)

Aurélien Martinez | Jeudi 19 mars 2009

Fondus du noir

Présentation / Pour sa cinquième édition, le festival Quais du polar change de lieu (Le Palais du commerce) mais pas d’esprit avec un week-end consacré au genre noir sous toutes ses formes. Le cinéma, bien sûr, mais aussi la BD (on attend notamment les interventions de Baru, Jean-Claude Fournier ou Guillaume Martinez qui, avant de se faire remarquer avec l’excellent Le Monde de Lucie, avait donné plusieurs séries noires dont William Panama) et le théâtre seront à l’honneur. Mais c’est avant tout du côté de la littérature qu’il faut se tourner avec un programme de rencontres et de tables rondes qui réuniront de grands noms du polar international. Outre le géant Lawrence Block et le très populaire Douglas Kennedy, on retrouvera aussi les américains William Bayer et Iain Levison, ainsi que le moins connu Jason Starr, qui participera à des rencontres consacrées à la dimension «sociale» du roman noir ou à la ville de New York. Côté français, les ainés, comme Jean-Bernard Pouy ou Patrick Raynal, cohabiteront avec la relève représentée par les excellents DOA et Caryl Ferey, dont le dernier livre, Zulu, nous avait mis une claque gigantesque. A noter également, la présence de l’Italien Gian

Continuer à lire

Auteurs ! Auteurs !

CONNAITRE | Printemps des poètes, Fête du Livre de Bron, Quais du Polar, Assises Internationales du Roman… Petit inventaire des manifestations littéraires à ne pas manquer lors du premier semestre 2009. YN

Aurélien Martinez | Vendredi 19 décembre 2008

Auteurs ! Auteurs !

On ne saurait trop conseiller aux amateurs de littérature de mettre une croix dans leur agenda sur l’ensemble du mois de mars tant celui-ci s’annonce dense en rendez-vous passionnants. Du 2 au 15 mars, ce sera la 11e édition du Printemps des poètes, dont le thème sera «En rire(s)». Une quinzaine de jours où la poésie envahira la ville, avec une attention particulière autour de l’œuvre de Jean Tardieu. Parmi les nouveautés de l’année, notons la mise en place d’un concours du poème chanté avec un jury présidé par Matthieu Chédid, tandis que l’on retrouvera comme toujours une multitude de poètes (dont Hédi Kaddour, Thierry Renard, Annie Salager) pour des interventions de tous types (lectures, performances, théâtre…). Il y aura, ensuite, la 23e édition de la Fête du Livre de Bron, qui reprend ses habitudes abandonnées l’an dernier avec une manifestation qui se tiendra du 6 au 8 mars, comme toujours à l’Hippodrome de Parilly. «En Quête d’Ailleurs» est le fil rouge d’un week-end dans lequel on retrouvera des écrivains français et étrangers dans des tables rondes, des débats, des lectures autour des questions du déplacement, de l’exil, de l’appartenance et de cet ailleurs impossibl

Continuer à lire

Le polar tisse sa toile

ECRANS | D’éditions en éditions, le cinéma prend une place centrale dans le festival Quais du Polar. Cette année, difficile d’y échapper tant la programmation se décline (...)

Dorotée Aznar | Mardi 25 mars 2008

Le polar tisse sa toile

D’éditions en éditions, le cinéma prend une place centrale dans le festival Quais du Polar. Cette année, difficile d’y échapper tant la programmation se décline sur plusieurs axes et plusieurs lieux, avec des événements franchement originaux. Ainsi de la venue du génial Jean-Pierre Mocky qui dévoilera les deux premiers courts tirés de sa collection télé «Mister Mocky présente…» ; ou encore la projection de deux inédits espagnols, dont le très bon Sombras en una batalla de Mario Camus, au CNP Terreaux. Mais le meilleur est à chercher du côté de l’Institut Lumière et de la carte blanche donnée à l’écrivain et scénariste Tonino Benacquista au CNP Odéon. À l’Institut d’abord, dans la foulée du cycle Johnnie To (avec The Mission en guise de —beau — trait d’union), c’est une vague de polars asiatiques qui animera le week-end. Venu de Hong Kong, on redécouvrira celui qui a joué les pionniers sur les écrans français, le mal compris à l’époque Gun Men de Kirk Wong, mais aussi deux films récents : l’ingénieux Infernal Affairs d’Andrew Lau et Alan Mak, qui fit l’objet d’un remake cent fois supérieur par Martin Scorsese avec Les Infiltrés (l’honnêteté oblige à dire qu’il y a débat depuis plus

Continuer à lire

Le sang sur la neige

CONNAITRE | Littérature / La venue au festival Quais du Polar de trois écrivains scandinaves (l’Islandais Arnaldur Indridason, la Norvégienne Anne Holt et la Suédoise (...)

Dorotée Aznar | Mercredi 19 mars 2008

Le sang sur la neige

Littérature / La venue au festival Quais du Polar de trois écrivains scandinaves (l’Islandais Arnaldur Indridason, la Norvégienne Anne Holt et la Suédoise Karin Alvtegen) reflète l’omniprésence de cette partie de l’Europe dans la production mondiale de polars. Un phénomène dont l’élément le plus en vue actuellement est le suédois Stieg Larsson, qui connaît un succès posthume considérable avec sa trilogie Millenium (Actes sud). Mais il y a aussi Ake Edwardson, Jo Nesbø et, bien sûr, Henning Mankell. Pourquoi un tel succès ? Dans la lignée d’écrivains comme Per Walhoo et Maj Sjowall, ils ont en commun de tordre le cou aux clichés véhiculés sur les pays nordiques (égalité, prospérité, tolérance, transparence….) et d’interroger les dérives de leurs sociétés. Ce que nous montrent un Mankell ou un Nesbø, c’est le côté sombre de ces démocraties «exemplaires» dans ses manifestations les plus cauchemardesques : crime organisé, corruption, violence «ordinaire», crimes sexuels, racisme… Un autre trait commun est de créer des personnages qui, à l’image du Harry Hole de Nesbø, sont des hommes et des femmes torturés, cabossés par la vie. C’est le cas de l’héroïne de la danoise Anne Holt, Inger J

Continuer à lire

Planète noire

CONNAITRE | Festival / Outre une programmation littéraire de très grande qualité, symbolisée par la venue de maîtres comme Indridason ou Pelecanos, la 4e édition du festival Quais du Polar nous mènera une fois de plus sur d’autres continents noirs, dont le cinéma et la bande dessinée. Yann Nicol

Dorotée Aznar | Mercredi 19 mars 2008

Planète noire

Difficile de ne pas s’incliner devant le plateau d’écrivains qui seront présents au Palais Bondy du 28 au 30 mars pour cette quatrième édition de Quais du Polar, un festival qui s’est très vite installé comme un rendez-vous incontournable de la planète noire. La plus impressionnante délégation nous vient bien sûr des États-Unis, avec une liste de noms susceptible de faire perdre son sang froid à n’importe quel lecteur de romans noirs : Matt Rees, Jake Lamar, Joe R. Lansdale (dont le dernier roman, Du sang dans la sciure, vient de paraître aux éditions du Rocher) et, bien sûr, George P. Pelecanos. L’auteur de King Suckerman revient aux affaires avec un polar puissant et ample (Les Jardins de la mort, Seuil), dans lequel on suit les destins de trois flics qui se retrouvent confrontés à une affaire vieille de vingt ans. La ville de Washington, l’importance de la musique dans son écriture, la dimension «sociologique» du roman noir.La littérature anglo-saxonne sera aussi représentée par des auteurs britanniques, dont la célébrissime Minette Walters, qui vend des livres comme d’autre des petits pains, ou Mark Billingham, que les accros connaissent notamment pour son héros f

Continuer à lire

«Le plus proche possible des procédures policières»

CONNAITRE | Entretien / George P. Pelecanos nous parle de son dernier roman, Les Jardins de la mort (Seuil). Propos recueillis par YN Merci à Barney pour la traduction

Dorotée Aznar | Mercredi 19 mars 2008

«Le plus proche possible des procédures policières»

Petit Bulletin : Le va-et-vient entre deux époques (1985 et 2005) vous permet de montrer l’évolution de Washington, la ville qui est le théâtre de tous vos livres…George P. Pelecanos : C’est vrai. La ville a connu des changements considérables durant ces vingt dernières années. Le premier chapitre, situé en 1985, est une manière de mettre en place les personnages et d’interroger la façon dont ils vont évoluer par rapport aux mutations de Washington. On suit le destin de trois flics qui donnent différentes visions d’un même métier : l’idéaliste, le «fonctionnaire» et l’«ancien»…Oui, mais c’est la combinaison de ces différentes approches qui leur permet de résoudre l’enquête. Seuls, ils n’auraient certainement pas réussi à trouver les clés… Par ailleurs, je ne suis pas d’accord pour dire que Gus Ramone est un «fonctionnaire». Il est le seul des trois à pouvoir poser son arme et sa plaque en fin de journée pour se consacrer à sa vie personnelle. Je préfère considérer Ramone comme quelqu’un de solide, de stable. Et il n’est pas aussi droit qu’il le laisse penser : il est lui aussi capable d’enfreindre les lois ! Votre livre est une fois de plus un

Continuer à lire