Les questions (sciences) humaines

CONNAITRE | Matthieu Potte-Bonneville, philosophe, enseignant à l’Institut Français d’Éducation de l’ENS, président de l’assemblée du Collège International de Philosophie, à l’origine de la journée «Que fait-on des sciences humaines et sociales et de la philosophie». Propos recueillis par Christophe Chabert

Christophe Chabert | Vendredi 16 novembre 2012

Photo : Ph : Manuel Braun


Comment se sont imposés les thèmes de cette journée de tables rondes consacrées aux sciences humaines ?
Mathieu Potte-Bonneville : L'idée était non pas simplement de travailler sur les usages des sciences humaines, ce qui est d'une certaine manière la thématique de l'ensemble du festival, mais aussi de réfléchir à l'effet en retour de ces usages : comment les sciences humaines peuvent être transformées, modelées par les pratiques dans lesquelles elles sont mobilisées. C'est pour ça que j'ai travaillé sur la formule "Que fait-on des sciences humaines ?" ; elle peut s'entendre à la fois comme "comment on s'en sert" et "comment on les transforme". Le découpage de la journée s'est fait à partir de verbes d'action. Par exemple "Gouverner" : il y a un rapport intime entre sciences humaines et sciences du gouvernement mais, en même temps, si les formes du gouvernement changent, est-ce que ça change les sciences humaines elles-mêmes ? À partir du moment où on passe d'un gouvernement par un état protecteur à un gouvernement libéral, est-ce que ça a un impact sur le type de discours que les sciences humaines peuvent tenir, leur mode de scientificité ? Dans la dernière table ronde, "Transformer", l'idée est de faire un point sur les grands projets transformateurs dans lesquels les sciences humaines se sont reconnues : entre le positivisme à la Auguste Comte où les sciences humaines sont au fond pensées comme des sciences de l'ingénieur permettant un progrès social et des sciences humaines engagées dans un projet révolutionnaire à la façon marxiste, où en est-on aujourd'hui ?

Le choix des intervenants s'est-il fait avec l'objectif de produire du débat ?
Ce choix est le fuit d'une collaboration entre l'Université, la revue Tracés et votre serviteur. L'idée était d'avoir une pluralité de points de vue, mais en plusieurs sens. Nous voulions des gens qui ne sont pas forcément engagés du même côté de l'échiquier politique ; mais l'idée était aussi d'avoir des acteurs des sciences humaines qui se situent dans des espaces différents. Pour la table ronde "Conserver", il y a une pratique de l'Histoire qui se produit à l'université et qui a un rapport avec les archives, et une pratique de l'Histoire à la radio, ce que fait Emmanuel Laurentin sur France Culture et qui est précieux ; mais tout cela appartient de plain-pied aux sciences humaines. L'enjeu de la journée est de se demander ce qui se passe entre les sciences humaines qui se produisent dans les lieux de science et la manière dont elles peuvent circuler dans l'espace public.

«Que fait-on des sciences humaines et sociales et de la philosophie ?»
À l'Université Lumière - Lyon 2, mercredi 28 novembre

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

La Villa Gillet déroule un Mode d'Emploi 100% Web

CONNAITRE | Confinée au moment des Assises Internationales du Roman, la Villa Gillet en avait livré une version virtuelle sur son site Web. Reconfinée au moment de Mode (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 17 novembre 2020

La Villa Gillet déroule un Mode d'Emploi 100% Web

Confinée au moment des Assises Internationales du Roman, la Villa Gillet en avait livré une version virtuelle sur son site Web. Reconfinée au moment de Mode d'Emploi, son festival des idées, la voici contrainte mais néanmoins enthousiaste de remettre le couvert avec un programme qui, sur la forme, se calque quelque peu sur le couvre-feu et, sur le fond, embrasse les thématiques auxquelles cette drôle d'année 2020 est venue donner davantage de relief. Ainsi chaque jour, sauf exception, Mode d'Emploi proposera un programme en trois temps. À 19h, il sera question de Libertés d'expression, sous la forme de capsules sonores ou vidéo avec des artistes et citoyens engagés. À 19h30 — de 16h à 19h pour la journée, copieuse, du samedi —, on enchaînera avec Les idées sous couvre-feu, soit une heure quotidienne de débats et conversations thématiques avec é

Continuer à lire

Muscler son cerveau à Mode d'Emploi

CONNAITRE | Avant les Municipales Question très intéressante : à quoi doit ressembler un programme politique ? Est-ce une liste de mesures immédiatement applicables, (...)

Sébastien Broquet | Mardi 12 novembre 2019

Muscler son cerveau à Mode d'Emploi

Avant les Municipales Question très intéressante : à quoi doit ressembler un programme politique ? Est-ce une liste de mesures immédiatement applicables, que l'on coche au fur et à mesure de l'avancée du mandat ? Ou bien une utopie qui nous aspire vers un monde plus beau, mais irréalisable en l'état ? C'est à cette interrogation que vont se confronter Vincent Peillon, ancien ministre de l’Éducation nationale et député européen, et Catherine Audard, autrice de plusieurs ouvrages de philosophie politique et traductrice de John Rawls. Pour mieux comprendre la campagne électorale qui s'annonce. La promesse plutôt que le contrat ? À la Villa Gillet le samedi 16 novembre à 16h Avant la Présidentielle Droite et gauche n'existeraient plus, les partis traditionnels seraient dissous dans une baignoire d'acide et seuls resteraient dans le paysage le progressisme et le conservatisme, nous dit-on. Vraiment ? Le journaliste du Figaro Alexandre Devecchio, l'historien Pascal Ory et la docteure en science politique Agathe Cagé

Continuer à lire

Mario Vargas Llosa aux Assises du Roman, Thomas Piketty à Mode d'Emploi

CONNAITRE | Pour davantage de détails sur la programmation, il faudra patienter un peu (jusqu'à notre numéro "rentrée littéraire" le 2 octobre) mais on peut d'ores et (...)

Stéphane Duchêne | Jeudi 12 septembre 2019

Mario Vargas Llosa aux Assises du Roman, Thomas Piketty à Mode d'Emploi

Pour davantage de détails sur la programmation, il faudra patienter un peu (jusqu'à notre numéro "rentrée littéraire" le 2 octobre) mais on peut d'ores et déjà annoncer que les Assises internationales du Roman débuteront le 11 mai 2020 avec l'immense écrivain péruvien Mario Vargas Llosa, le festival renouant ainsi avec la tradition d'un prestigieux grand entretien d'ouverture. Plus proche de nous, du 13 au 20 novembre 2019, Mode d'Emploi, le festival des idées de la Villa Gillet, revient avec en guise d'introduction la venue de l'économiste Thomas Piketty qui fait actuellement l'actualité avec son ouvrage Capital et idéologie (Seuil).

Continuer à lire

L’Habitat habité

ARTS | Après dix-huit mois consacrés au confort moderne puis au béton (et à toutes ces incidences sur la massification de l’habitat), le Musée Urbain Tony Garnier (...)

Nadja Pobel | Mardi 20 mars 2018

L’Habitat habité

Après dix-huit mois consacrés au confort moderne puis au béton (et à toutes ces incidences sur la massification de l’habitat), le Musée Urbain Tony Garnier poursuit son remarquable travail pour mieux comprendre comment le XXe siècle s’est adapté en France à un changement civilisationnel fondamental - la bascule du monde rural vers le monde urbain – et comment cette population, de plus en plus dense, a pu être logée. Si quelques panneaux explicatifs éclairent des points précis (le rôle fondamental de l’Église, celui du patronat qui a abrité pour mieux les contrôler les ouvriers…), cette exposition est avant tout immersive. Il s’agit de ressentir comment on vivait au début du siècle, avec la reproduction d’une pièce de vie sous les toits quasiment dans ses dimensions originelles. Avec une collecte réalisée auprès des Lyonnais, voici un lit, des édredons peut-être vus chez vos ancêtres, une fenêtre type ré

Continuer à lire