Quais du polar - Votez pour le prix BD Expérience / Le Petit Bulletin

Benjamin Mialot | Mardi 18 février 2014

La librairie Expérience et Le Petit Bulletin s'associent pour remettre le prix BD Polar Expérience – Le Petit bulletin à l'occasion du festival Quais du Polar, qui fêtera son dixième anniversaire du 4 au 6 avril, et vous invitent à voter pour son récipiendaire.

Neuf titres sont en lice (ne rentrent en compte que des albums ou séries terminés en 2013) :

Silas Corey de Alary et Nury (Glénat)
Tyler Cross de Brüno et Nury (Dargaud)
Ma Révérence de Rodguen et Lupano (Delcourt)
Au Vent mauvais de Murat et Rascal (Futuropolis)
Le Dahlia noir de Hyman, Ellroy, Matz et Fincher (Casterman)
W.W.2. T3 : Secret service de Cara et Gabella (Dargaud)
Losers de Jock et Diggle (Urban)
Scène de crime de Lark, Phillips et Brubaker (Delcourt)
Parker T3 de Cooke et Stark (Dargaud)

 

Envoyez votre choix à lexperience@free.fr (sujet : Sélection prix BD EXPÉRIENCE / LE PETIT BULLETIN).

Clôture des votes le 20 mars à minuit. Le prix sera remis pendant le festival, samedi 5 avril.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Polar sans frontières

CONNAITRE | «Je suis devenu un écrivain de roman noir le jour où j'ai réalisé que le genre policier n'avait pas besoin de parler de meurtres pour exister». Voilà une (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 1 avril 2014

Polar sans frontières

«Je suis devenu un écrivain de roman noir le jour où j'ai réalisé que le genre policier n'avait pas besoin de parler de meurtres pour exister». Voilà une citation, signée Thomas H. Cook, qui peut paraître en totale contradiction avec l'invité d'honneur de ce festival : James Ellroy. Encore que. A l'aube de sa dixième édition, avec une équipe de passionnés de la littérature noire, le "petit" festival Quais du Polar est parvenu à devenir l'un des incontournables du genre en France et même au-delà des frontières. Et surtout à faire admettre que cette littérature, faite de clichés et de prétendus figures imposées, était comme le dit ici Cook, bien plus protéiforme qu'imaginée. Le succès croissant du genre et du festival le prouve et a permis à notre horizon polar de s'élargir non seulement stylistiquement, mais aussi géographiquement. Nous faisant quitter le pré-carré franco-américain pour, par exemple, un nouvel eldorado scandinave – dont la vénéneuse Camilla Läckberg est la nouvelle égérie. Mais aussi des contrées plus exotiques dont on découvre chaque année les nouveau

Continuer à lire

James Ellroy, storyteller

CONNAITRE | Pour ses dix ans, Quais du Polar ne pouvait trouver plus prestigieux invité d’honneur que James Ellroy, l’homme qui a réinventé le roman noir américain en fusionnant jusqu’au vertige ses obsessions, sa vie et l’Histoire secrète de l’Amérique. Texte : Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 1 avril 2014

James Ellroy, storyteller

Avril 2001. Quelques semaines après la sortie d’American Death Trip, James Ellroy s’offre une tournée promo en Europe. Il enchaîne interviews et signatures. Pendant les interviews, il prend un malin plaisir à donner des réponses plus courtes que les questions. Il les balance avec un phrasé aussi sec et saccadé que l’écriture de ses bouquins. Pour les séances de dédicace, avec chacun de ses fans, il échange une poignée de main bien virile et un «Hi buddy, what’s your name ?» avant de signer. Concis, efficace, Américain. Le géant cultive sa légende. L’auteur conserve son aura et son mystère. Mai 1988. Quelques lecteurs connaissent déjà James Ellroy grâce à une trilogie ultra-noire ayant pour héros le flic névrosé et obsédé Lloyd Hopkins. Et puis Le Dahlia Noir arrive dans les librairies. Une déflagration. Le meurtre non résolu d’Elizabeth Short, aspirante actrice retrouvée nue, coupée en deux et les lèvres tailladées dans un rictus de clown façon L’Homme qui rit devient une odyssée de fiction pleine de sang, de sexe et de décadence hollywoodienne. Les années 50 de Los Angeles vues par

Continuer à lire