Mode d'Emploi 2015 : bien plus qu'un forum

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 17 novembre 2015

Photo : Bertrand Gaudilllère / Collectif Item


Il fut une époque, sans doute, où l'on pouvait demander à un Zola ou à un Sartre de nous éclairer sur la littérature, l'avenir du monde, la politique, les sciences, l'art ou que sais-je encore... ? Certains (Bernard-Henri Lévy, Michel Onfray), poussés par les médias, s'y essayent encore, sans que personne n'y croie plus très sérieusement. En 1976, dans un petit texte (La Fonction politique de l'intellectuel), Michel Foucault notait le passage de "l'intellectuel universel" à "l'intellectuel spécifique". Ce n'est plus au nom d'une philosophie globale ou d'une grande vision du monde que parle l'intellectuel contemporain, mais à partir d'un champ de savoir spécifique, d'un domaine de compétence, d'une recherche précise et approfondie. L'intellectuel qui participe au débat public n'est plus seulement écrivain ou philosophe mais possiblement juriste, biologiste, historien...

Comme le sont les innombrables invités du festival des idées Mode d'Emploi quatrième du nom. Reste, aujourd'hui, deux problèmes majeurs : la possible transformation de l'intellectuel spécifique en "expert" au service du pouvoir, et une spécialisation telle des savoirs qu'ils en deviennent parfois incommunicables au grand public ! La véritable liste à la Prévert de la programmation du festival "Mode d'Emploi" est révélatrice de cette fragmentation des savoirs : on y parlera tour à tour de soufisme, de démocratie africaine, de Poutine, de la vie de famille au XIXe siècle, d'urbanisme, du goût culinaire, de terrorisme ou encore... de l'inconscient freudien expliqué aux enfants !

C'est un peu vertigineux, mais Mode d'Emploi a la vertu de porter sur l'espace public nombre de problèmes et de débats qui agitent le monde contemporain et pourraient, sinon, rester confinés dans d'obscurs laboratoires de recherche ou des livres prenant la poussière. Mode d'Emploi impulse aussi des croisements entre les disciplines, des rencontres entre personnalités d'origines culturelles diverses. Cette initiative-impulsion nous paraît des plus louables et passionnantes, à une époque où certains se lamentent d'un soi-disant appauvrissement de la vie intellectuelle. Elle pose aussi en filigrane une question : comment rendre pérennes de tels échanges et rencontres au-delà de la cristallisation temporaire (quinze jours tout de même) d'un festival ?

Festival Mode d'emploi
Dans l'agglomération et en région jusqu'au 29 novembre

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter