La chose publique : des Lumières à Internet

Sébastien Broquet | Mardi 15 novembre 2016

Photo : © E. Marchadour


C'est une somme. En fait, ce sont même deux sommes. En deux lourds volumes tout juste parus, et plus de cent articles rédigés par autant de spécialistes placés sous la direction de Christophe Charle (un historien) et Laurent Jeanpierre (un sociologue), s'étalent deux siècles de La vie intellectuelle en France.

Et c'est tout sauf rébarbatif, même pour un non-initié, car les niveaux de lecture s'entrecroisent et sont multiples, du plus petit détail au large panorama : l'on y croise le Godard matraqué par la police alors qu'il soutient Henri Langlois, que Malraux veut virer de la Cinémathèque, l'on y explore également les soubresauts des musiciens français dont les recherches esthétiques évoluent au fil du XXe siècle. On s'interroge sur la place d'Internet dans le renouvellement des idées, comme l'on s'immerge dans un salon du XIXe, on débat par revues interposées, ou encore l'on crie sa naissance au collectif par un manifeste.

Ce gigantesque ouvrage couvre tous les champs : philosophie, sciences humaines, musique et journalisme, débat politique et avant-gardes artistiques, mathématiques... rien ne lui échappe et tout est remis en perspective, rangé par périodes distinctes. Tout ce qui s'est déroulé dans l'hexagone depuis deux siècles, de la Révolution à aujourd'hui, dans ce petit monde des élites intellectuelles tant décriées aujourd'hui est ici passé au crible et vous sera familier pour peu que vous alliez au bout de la lecture, ou tout simplement en vous rendant à La Chose Publique, ce nouveau rendez-vous pour penser le monde que Guy Walter et son équipe de la Villa Gillet ont su inventer avec l'appui de Res Publica.

Là, les deux hommes à l'origine de ce vaste projet seront questionnés par Caroline Broué de France Culture et conteront comment ils ont souhaité décloisonner l'histoire de la vie intellectuelle, trop souvent fragmentée, en refusant la spécialisation et en s'interrogeant, justement, sur la montée actuelle de l'anti-intellectualisme - l'ouvrage démontre d'ailleurs que cette fronde a toujours existé, mais pas automatiquement avec une telle ampleur. Un travail salvateur.

La Vie Intellectuelle en France (éd. Seuil)
Rencontre avec Laurent Jeanpierre et Christophe Charle
À Sciences Po (Grand Amphi) dans le cadre de La Chose Publique le mardi 22 novembre à 18h30


La vie intellectuelle en France

Avec Laurent Jeanpierre et Christophe Charle
Sciences Po Lyon 14 avenue Berthelot Lyon 7e
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Pour se changer les idées

La Chose Publique | Retour du festivals des idées concocté par Res Publica et la Villa Gillet, avec en vedette Christiane Taubira et Pierre Rosanvallon.

Sébastien Broquet | Mardi 2 octobre 2018

Pour se changer les idées

C'est l'un des livres les plus commentés de cette rentrée : Notre histoire intellectuelle et politique. 1968-2018 conte cinquante années d'engagement et d'idées et propose d'ouvrir de nouvelles perspectives pour la gauche française dont Pierre Rosanvallon, son auteur, est une figure éminente. Professeur au Collège de France, c'est un historien des idées et théoricien de la politique majeur (on lui doit Le Bon Gouvernement en 2015 ou Le Capitalisme Utopique en 1979, au Seuil, parmi de multiples ouvrages) et la Villa Gillet a la bonne idée de le convier pour le grand entretien d'ouverture de La Chose Publique, le rendez-vous des idées concocté en joint-venture avec l'association Res Publica. Intéressant, car Rosanvallon dévoile ici pour la première fois son parcours personnel et le confronte à l'évolution du pays, à ses soubresauts, jusqu'à la montée actuelle des populismes. D'Edgar Morin à Michel Foucault, en passant par Michel Rocard et Jacques Delors, nombreuses sont les personnalités à croiser son chemin et le nôtre au travers des pages de cet ouvrage important débutant avec Mai-68. Rien sur le macronisme, trop tôt

Continuer à lire

Christiane Taubira invitée à Lyon par la Villa Gillet

La Chose Publique | L'ancienne ministre Christiane Taubira est conviée au festival des idées La Chose Publique, qui se déroulera en novembre prochain et dont le thème est "L'invention démocratique : la place du citoyen en démocratie".

Sébastien Broquet | Jeudi 30 août 2018

Christiane Taubira invitée à Lyon par la Villa Gillet

On se souvient que sa dernière venue à Lyon en mars 2017 avait provoqué des remous en pleine campagne pour la présidentielle : Gérard Collomb, alors maire de la ville, avait refusé la salle des Rancy à l'ancienne ministre qui venait présenter son livre, Nous sommes sur Terre, à l'invitation de la librairie du Tramway. La préfecture avait pourtant donné son accord. Mais le maire avait utilisé l’interdiction pour une collectivité de faire bénéficier un candidat d’avantages avant une élection pour justifier sa décision, considérant que l'écrivaine était un soutien actif de Benoît Hamon. La rencontre avait finalement pu avoir lieu dans l'enceinte de l'université Lyon 2. Christiane Taubira sera donc de retour dans la ville du désormais ministre de l'Intérieur le vendredi 23 novembre prochain, conviée par la Villa Gillet et Res Publica, les concepteurs du festival des idées La Chose Publique : rendez-vous est pris pour un Grand Entretien, à 21h, dans le grand amphithéâtre cet

Continuer à lire

Panser l'Europe

Débats d'idées | Seconde édition de La Chose Publique, le festival de débats d'idées qui essaime des pistes d'avenir en pensant cette année l'Europe.

Sébastien Broquet | Mardi 21 novembre 2017

Panser l'Europe

Précieuse Villa Gillet, qui a su se réinventer tout en continuant de penser notre monde : La Chose Publique, seconde édition, en est la démonstration. Un festival de débats d'idées, profondément contemporain, mené sur des fonds privés (ceux de l'association indépendante Res Publica, également très active dans l'humanitaire au Burkina Faso), non accolé à un grand média (comme peut l'être le festival du quotidien Le Monde, proche dans son format) : quatorze rencontres sont ainsi proposées jusqu'au samedi 25 novembre en divers lieux de la ville, conviant principalement des philosophes, historiens et sociologues à disséquer celle qui occupe tant nos esprits, l'Europe. Au Musée des Confluences ce mercredi, Jean-François Colosimo (directeur des éditions du Cerf, il a beaucoup écrit sur les chrétiens d'Orient) se penchera sur ses sources, en compagnie de deux historiens, François Hartog (spécialiste de la Grèce antique) et Pierre Vesperini. Tous trois remonteront les fils d'une Histoire menant à Rome, Athènes et Byzance. De là, seront questionnés en deux autres débats (toujours au M

Continuer à lire

La chose publique : la révolte des images

Festival d'idées | L'historien de l'art et philosophe Georges Didi-Huberman viendra à la Villa Gillet parler d'images bien sûr, et tout particulièrement des représentations de la révolte et des soulèvements.

Jean-Emmanuel Denave | Mardi 15 novembre 2016

La chose publique : la révolte des images

Les hystériques, Fra Angelico, Georges Bataille, le chorégraphe Israel Galvan, le peintre Simon Hantaï, le plasticien Giuseppe Penone, le psychanalyste Pierre Fédida, Jean-Luc Godard, le film Le Fils de Saul de Laszlo Nemes... En plus d'une quarantaine de livres, il semble ne pas y avoir de thèmes ou d'auteurs que n'ait abordés l'historien de l'art Georges Didi-Huberman (né en 1953 à Saint-Étienne). Mais sous ce foisonnement de sujets, et derrière une œuvre en apparence fragmentée, c'est d'abord et avant tout à l'image qu'il s'intéresse. Une image comprise (en compagnie de Walter Benjamin, Aby Warburg, Freud et beaucoup d'autres) comme événement, comme puissance, comme fragment de réel, comme déchirure d'affects, comme survivance, et non comme simple représentation ou illustration. Les images, selon Didi-Huberman, imposent à la pensée et à l'écriture une ouverture nouvelle. « Là où manquent les mots de l'expérience de l'image, là même s'ouvre un ho

Continuer à lire

La Villa Gillet a de la repartie

Penser le monde | Certains annonçaient la Villa Gillet moribonde après ses déboires des derniers mois. Visiblement, le directeur Guy Walter et son équipe, réduite de moitié juste (...)

Sébastien Broquet | Jeudi 13 octobre 2016

La Villa Gillet a de la repartie

Certains annonçaient la Villa Gillet moribonde après ses déboires des derniers mois. Visiblement, le directeur Guy Walter et son équipe, réduite de moitié juste avant l'été suite à la baisse drastique de ses subventions, ont de la repartie : on n'attendait pas si rapidement l'arrivée d'un nouveau rendez-vous, en l'occurrence La Chose Publique, qui se tiendra du 21 au 26 novembre dans les locaux de la Villa Gillet. Prenant la place laissée vacante par Mode d'Emploi, cette nouvelle semaine de débats d'idées s'articulera « autour de l'actualité française en philosophie, en sciences humaines et sociales. La Villa Gillet en assurera le commissariat scientifique » nous explique-t-on du côté de l'équipe. C'est l'arrivée d'un mécène qui permet la tenue de cet événement, en l'occurrence l'association Res Publica, basée à Lyon - et au Burkina Faso via son ONG - et

Continuer à lire