Lilian Auzas : Anita année zéro

Littérature | Pour son quatrième roman, l'écrivain lyonnais Lilian Auzas dresse avec grâce et retenue le vibrant portrait d'une figure légendaire et un peu maudite du Berlin des années 20 : la danseuse Anita Berber, à la fois reine de la nuit et fantôme de la liberté.

Stéphane Duchêne | Lundi 10 septembre 2018

Photo : © DR


« Les affres de la solitude, l'habillent d'un chaud manteau et c'est en reine qu'elle avançait (…) De la grâce, même jonchée sur un talus de tristesse, elle en avait à revendre. Elle pouvait franchir le Styx et en revenir vivante. » écrit Lilian Auzas à propos du sujet de son quatrième roman : Anita Berber – le Lyonnais avait notamment écrit sur Leni Riefenstahl.

Et voilà posés en quelques lignes les contours de l'insondable mystère Berber que le peintre Otto Dix décrivait à la fois comme la « Joconde du XXe siècle » et la « putain écarlate de Berlin » - tout un programme.

Danseuse expressionniste scandaleuse et provocatrice, Anita est l'une des premières à danser nue quand Nijinski et Isadora Duncan osaient à peine découvrir leurs pieds, la première aussi à investir le champ de la performance, s'inspirant largement de son goût pour le sexe (elle est ouvertement bisexuelle) et la drogue pour nourrir les shows qu'elle met au point avec Sebastian Droste puis l'Américain Henri Châtin ses deuxième et troisième mari.

À la dérive

Si en 1925, année dans lequel s'ancre le récit, Anita est au sommet de sa gloire c'est peut-être parce qu'elle danse au bord de l'abîme, ou inversement : elle est séparée de Droste qui lui a tout pris et avec lequel elle formait un duo à tous égards stupéfiant et semble avoir de plus en plus de mal à assumer un destin à la Baudelaire – qu'elle admire tant – régi tout à la fois par les lois de l'attraction et de la répulsion qu'elle suscite chez autrui.

« Elle n'existe plus. Et des centaines de gens, déjà, veulent vivre à travers elle. Mais voilà, elle n'a plus le courage d'une jeune première ni la force des vedettes mythologiques (…) Anita Berber est en quête d'elle-même et ne se retrouve nulle part » écrit Lilian Auzas qui dresse ici, en trois actes entrecoupés d'interludes, le portrait sans fard mais bienveillant d'une icône à la dérive, écrivant comme dansait la dame : dans un corps à corps permanent entre grâce et liberté, poésie et trivialité (des pages magnifiques sur la liberté sexuelle).

Et c'est peu dire qu'on s'attache vite à cette femme que le monde trouve dépravée quand elle se contente d'être elle-même : sans concession, toujours encline à se mettre en danger, à rebours de l'hypocrisie d'une société allemande traumatisée par la Première Guerre mondiale et elle-même en pleine déliquescence.

Ce pourrait d'ailleurs être l'Allemagne de l'époque, prête à se vendre à l'ignominie, qu'évoque en creux Lilian Auzas lorsqu'il écrit à propos de celle que l'on surnommera "la danseuse de l'inflation" : « Anita a des allures de vamp décadente au regard vide. Elle semble figée comme une cariatide, mais non dans la pierre. Plutôt dans les flammes de l'Enfer. Celles-là même qui l'ont carbonisée comme une prostituée de Pompéi. »

Lilian Auzas, Anita (Hippocampe), en librairie le 15 septembre
À la librairie Musicalame le mardi 18 septembre


Lilian Auzas

Pour son roman Anita
Musicalame 16 rue Pizay Lyon 1er
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Tu vas lire (en circuit court)

CONNAITRE | « Lisez ! » disait notre bon président, avant de fermer bibliothèques et librairies — c'était la guerre, faut dire —, ne nous laissant avec (...)

Stéphane Duchêne | Mercredi 27 mai 2020

Tu vas lire (en circuit court)

« Lisez ! » disait notre bon président, avant de fermer bibliothèques et librairies — c'était la guerre, faut dire —, ne nous laissant avec pour seules nouveautés que les chroniques confinées de Leila Slimani et Marie Darrieussecq, dont on a assez vite décroché. Après quoi on s'est vite aperçu qu'il était bien difficile de lire dans un tel contexte et on est parti faire du pain. C'est peu dire que ce virus aura fait du mal au livre, à la littérature et aux auteurs, notamment ceux dont le livre venait tout juste de paraître quand le confinement a fermé à double tour nos vies soudainement hydro-alcoolisées — ce n'était pas beaucoup mieux pour ceux dont les livres avaient paru fin janvier ou en février. On pense notamment à nos chers auteurs rhônalpins Milan Dargent qui a tout de même eu le temps d'aller présenter à la Fête du Livre de Bron (bien inspirée de s'être avancée en février), son Popcorn, délicieux abécédaire de souvenirs d'enfance et des années 70, paru à la

Continuer à lire

L’Œil du mal

CONNAITRE | Pour la postérité, Leni Riefenstahl sera cataloguée comme la cinéaste préférée de Hitler et la réalisatrice du Triomphe de la volonté (1935), tourné lors du congrès de (...)

Gaël Dadies | Vendredi 19 octobre 2012

L’Œil du mal

Pour la postérité, Leni Riefenstahl sera cataloguée comme la cinéaste préférée de Hitler et la réalisatrice du Triomphe de la volonté (1935), tourné lors du congrès de Nuremberg de 1934. Ce film «forgé dans l’acier en sa conception même et flamboyant de passion créatrice» pour Goebbels, exalte la volonté de puissance de l’Allemagne hitlérienne et glorifie un Führer alors maître absolu du pays. Et si dans ces meetings, semblables à de grandes messes païennes dans leur mise en scène, «les nazis ont inventé l’esthétisation de la politique», Leni Riefenstahl y a contribué activement en léguant ce que Lilian Auzas qualifie «d’horribles chefs d’œuvres.» Font-ils de la réalisatrice une simple propagandiste à la solde d'Hitler ou une cinéaste à part entière dont le travail a été admiré par Francis Ford Coppola, Andy Warhol ou Mick Jagger ? Dans ce rapport de fascination parfois hypnotique qu’exerce le mal, est-il possible de considérer ces films comme de simples œuvres d’art et d’occulter toute l’idéologie qu’ils sont censés véhiculer ? «C’est une telle ombre sur ma vie…» Lilian Auzas, qui a longuement étudié à l’univ

Continuer à lire