Le Crime est notre affaire

ECRANS | De Pascal Thomas (Fr, 1h49) avec André Dussollier, Catherine Frot, Claude Rich…

Christophe Chabert | Mercredi 8 octobre 2008

Photo : DR


Pendant que Belisair Dussollier met son ordinateur «à la poubelle», Prudence Frot lui lance un cinglant «Ça sent le vieux !». Sacré Pascal Thomas ! Il faut être sûr de son coup pour ouvrir un film sur une séquence qui résume, avec humour, toute son œuvre récente. Alors, oui, cette suite de Mon petit doigt m'a dit sera encore plus old school et fière de l'être. Après le bâclé L'Heure zéro, Le Crime est notre affaire fait preuve d'un solide sens de la mise en scène, et l'intrigue d'Agatha Christie a cette fois suffisamment de substance pour contenter le spectateur jusqu'à la dernière séquence. Mais ça, à la limite, on s'en fout ! Scindant son couple de détectives amateurs en deux pour les besoins de l'histoire, Pascal Thomas propulse Prudence dans un château enneigé. Elle y découvre une famille partiellement rescapée du dernier Desplechin qu'un vieillard pingre — Claude Rich, avec une réplique géniale : «Elle est bonne, la soupe !» — couvre de reproches. De ce choc générationnel, il ressort que les vieux ne sont pas ceux que l'on croit, et qu'une quadra bien conservée suscite un appétit sexuel plus affolant qu'une blonde minette — qui court en jupe plissée dans les couloirs, au cas où. Eh oui ! Certaines valeurs, comme la liberté et la fantaisie, n'ont pas d'âge, et nul besoin de rouler des mécaniques pour le rappeler. Alors que les vins putes s'effondrent dans la cave du cinoche français, celui de Pascal Thomas se bonifie discrètement dans son coin. CC

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter