Blog : Ô Irène !

ECRANS | Mardi 19 mai :

Christophe Chabert | Mardi 19 mai 2009

Le festival continue peinard. On avait vu Looking for Eric avant de partir, on ne l'avait pas beaucoup aimé (pas du tout, même), mais après le Von Trier, les festivaliers avaient manifestement envie de se détendre. Du coup, cette comédie concept très mineure dans l'œuvre de Loach, a reçu un fort bon accueil sur la Croisette. Dans les sections parallèles, on a bien aimé à ‘Un certain regard' Le Père de mes enfants de Mia Hansen-Love, alors qu'on détestait son premier film, Tout est pardonné. Et à la ‘Quinzaine', on a découvert le beau film de Denis Villeneuve Polytechnique, sorte d'Éléphant québécois, ainsi que Les Beaux Gosses, comédie ado de l'excellent Riad Sattouf, bientôt en salles et franchement bidonnant. Et puis le deuxième choc de ce festival : Irène d'Alain Cavalier. Continuant son cinéma en solitaire engagé depuis La Rencontre, le cinéaste septuagénaire l'emmène ici à des hauteurs encore jamais atteintes dans son travail (le mot œuvre lui ferait horreur). Irène, c'est une femme aimée au début des années 70, morte dans un accident de voiture et jamais oubliée par le cinéaste. Il veut faire un film sur elle, il devait même en faire un alors qu'elle était encore vivante, mais il bute sur quelque chose : la représenter. On comprendra tardivement le pourquoi de cette fiction impossible (deux photos d'Irène la révèlent comme une femme magnifique, mais c'est aussi son instabilité de caractère qui entrave Cavalier) ; cependant, un autre film se fera, celui qu'on découvre sous nos yeux, et il est bouleversant. En filmant des carnets, des chambres d'hôtels, les lieux où ils ont vécu, Cavalier fait revivre Irène comme un fantôme qui hante sa mémoire et ses plans. Il passera même près de la mort dans cette quête obstinée et ambivalente. Se sent-il coupable ? Ou juste porteur d'une mission mémorielle ? Si la matière est tragique, le film est cependant toujours drôle, comme en témoigne le rôle tenu par Sophie Marceau, bien plus vivante ici que dans le tout pourri Ne te retourne pas de Marina De Van. Vivement que ce film sublime sorte en France !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Une sirène à Paris

ECRANS | S’il n’y avait les rêveurs pour le porter et lui donner de l’oxygène, le monde s’écroulerait, asphyxié. Mathias Malzieu en fait partie, qui déploie son (...)

Vincent Raymond | Mardi 10 mars 2020

Une sirène à Paris

S’il n’y avait les rêveurs pour le porter et lui donner de l’oxygène, le monde s’écroulerait, asphyxié. Mathias Malzieu en fait partie, qui déploie son imaginaire de chansons en livres et de livres en films, explorant des univers connexes à ceux de ses devanciers Tim Burton ou Jean-Pierre Jeunet. Comme dans La Mécanique du cœur ou Métamorphose en bord de ciel, le meneur de Dionysos ose ici un conte façon alchimie entre merveilleux et mélancolie avec des héros cabossés depuis l’enfance et des créatures surnaturelles. Avec ses décors baroques, sa musique faite maison, ses interprètes attachants (le couple Duvauchelle/Lima s’avère osmotique), Une sirène à Paris cherche à ranimer un certain esprit magique, que l’on peut apprécier comme une forme de nostalgie d’un paradis cinématographique perdu. Malgré tout, ce mixte d’ambition et de naïveté revendiquée manque, c’est triste à dire, de moyens à l’écran. Peut-être aurait-il fallu être étourdi par un surcroît de couleurs et de frénésie à la Baz Luhrmann pour que la féérie du projet soit plus

Continuer à lire

Une sirène à Paris

ECRANS | La dernière fois qu'on l'avait vu, lu, et entendu, il était convalescent — mais surtout vivant ! C'était à l'occasion de la sortie de l'album et du roman (...)

Vincent Raymond | Mardi 18 février 2020

Une sirène à Paris

La dernière fois qu'on l'avait vu, lu, et entendu, il était convalescent — mais surtout vivant ! C'était à l'occasion de la sortie de l'album et du roman Journal d'un vampire en pyjama. Mathias Malzieu renoue avec le cinéma, et après son film d'animation La Mécanique du cœur, le voici réalisateur d'un nouveau conte moderne avec des créatures piégées par l'amour et la fatalité. À l'occasion d'Une sirène à Paris, le Valentinois vient en voisin avec son équipe… Une sirène à Paris Au Pathé Vaise et à l’UGC Confluence le mardi 25 février à 19h45

Continuer à lire

Irène Jacob, la voix sereine

SCENES | D'elle, il nous parvient des flashs apaisants : son visage (qui n'a guère changé depuis les films du cinéaste polonais mythique) et sa voix qui (...)

Nadja Pobel | Mardi 6 novembre 2018

Irène Jacob, la voix sereine

D'elle, il nous parvient des flashs apaisants : son visage (qui n'a guère changé depuis les films du cinéaste polonais mythique) et sa voix qui décline les questions de Cosmopolitan en susurrant à l'oreille de Vincent Delerm « avez-vous déjà fait souffrir votre partenaire ? » ou nous informe que « c'est une période difficile pour les natives du deuxième décan ». Elle est aussi « une fille Deutsche Grammophon » sur l'album Kensington square. Et Jean-Luc Le Ténia lui a même consacré une chanson à son nom. Iconique. Osons le mot qu'elle ne peut s'attribuer. Il y a de cela chez Irène Jacob, mais une icône accessible que l'on voudrait toutefois ne pas trop chahuter pour respecter ce travail mené depuis plus de vingt avec exigence et humilité. Tracer sa voix (humaine) D'emblée, elle rencontre des hommes de cinéma reconnus pour leur rigueur. C'est Louis Malle qui met le pied à l'étrier de cette fille de physicien et psychologue, la quatrième fille, après trois g

Continuer à lire

Alain Cavalier en grand format

ECRANS | Grand filmeur devant l’Éternel, Alain Cavalier a débuté il y a plus d’une trentaine d’années une activité de portraitiste qu’il mène assidument en parallèle de ses (...)

Vincent Raymond | Mardi 16 octobre 2018

Alain Cavalier en grand format

Grand filmeur devant l’Éternel, Alain Cavalier a débuté il y a plus d’une trentaine d’années une activité de portraitiste qu’il mène assidument en parallèle de ses caméra-journaux ou de ses fictions. Alors que sortent, répartis en trois programmes, Six portraits XL (c’est à dire de 50 minutes au lieu de 13 chacun), le cinéaste accomplit sa traditionnelle visite en terres lyonnaises pour les présenter. Normalement, il sera accompagné par sa caméra. Six portraits XL Au Comœdia ​le mercredi 24 octobre à 20h

Continuer à lire

Alain Cavalier, la voie du filmeur

ECRANS | Son importance dans le paysage cinématographique contemporain n’a d’égale que son infinie discrétion. Humble mais résolu, il se révèle capable d’audaces inouïes (...)

Vincent Raymond | Mardi 28 novembre 2017

Alain Cavalier, la voie du filmeur

Son importance dans le paysage cinématographique contemporain n’a d’égale que son infinie discrétion. Humble mais résolu, il se révèle capable d’audaces inouïes sur un fil entre intimité et impudeur, restant étranger cependant à toute obscénité. S’il revêt la forme de l’énigme, Alain Cavalier est une figure de style à lui seul, en marge et en marche continues — avant que l’expression soit à la mode, donc galvaudée. C’est une voie d’exigence et d’épure que ce filmeur s’est tracée, se dépouillant patiemment des attirails, des lourdeurs du cinéma. Ce chemin, qui démarre sur les bas-côtés de la Nouvelle Vague, à distance des chapelles, l’Institut Lumière propose d’en accomplir un fragment significatif autour de ses premières œuvres. En apparence classiques, ou du moins conformes à la “forme“ de l’époque, Le Combat dans l’île (1962) avec Romy Schneider et Trintignant puis L’Insoumis (1964, avec Delon et tourné à Lyon) jouent pourtant avec le feu en abordant frontalement des thématiques sensibles, comme la guerre d’Algérie. Il oblique v

Continuer à lire

Lou et l’île aux sirènes

ECRANS | Ado taciturne vivant dans un village de pêcheurs, Kai aime se réfugier dans sa musique. Se laissant convaincre par deux amis de lycée, il forme avec eux un (...)

Vincent Raymond | Mardi 29 août 2017

Lou et l’île aux sirènes

Ado taciturne vivant dans un village de pêcheurs, Kai aime se réfugier dans sa musique. Se laissant convaincre par deux amis de lycée, il forme avec eux un groupe qui séduit une incroyable fan : Lou, jeune sirène mélomane. Le groupe va tenter de la faire accepter par les villageois… Depuis Takahata et Miyazaki, on sait l’importance du commerce que les Japonais entretiennent avec la Nature, s’incarnant dans de multiples divinités protectrices et volontiers farceuses (voir Pom Poko). Nouvel avatar de cette innocence joviale, Lou poursuit l’inscription de ce patrimoine traditionnel dans le monde moderne, luttant contre la voracité humaine pour y préserver sa place — il y aura au moins une morale à en retirer. Si le fond est connu, la forme innove. Au classique duo poétique/grotesque courant dans l’anime nippon, Masaaki Yuasa ajoute des éclats de ce néo-screwball héritier de Tex Avery qu’on rencontre dans Gumball ou Adventure Time pour

Continuer à lire

Le Nouvel Institut Franco-Chinois ouvre ses portes

ACTUS | En 1921, le Fort Saint-Irénée a hébergé la première "Université chinoise" (comprenez campus, et non un lieu de formation : les étudiants chinois y étaient (...)

Julie Hainaut | Mardi 6 septembre 2016

Le Nouvel Institut Franco-Chinois ouvre ses portes

En 1921, le Fort Saint-Irénée a hébergé la première "Université chinoise" (comprenez campus, et non un lieu de formation : les étudiants chinois y étaient simplement hébergés). Aujourd’hui, il abrite encore des logements pour étudiants mais également le NIFC, créé et inauguré en 2014 par Xi Jinping, président de la République populaire de Chine, Laurent Fabius, alors ministre des Affaires étrangères et Gérard Collomb, sénateur-maire de Lyon, dans le but d’en faire « une plateforme d’échanges pluridisciplinaires. » Après deux ans de travaux, le lieu s’apprête à ouvrir ses portes. Ses ambitions sont de trois ordres : économiques (faciliter les investissements chinois à Lyon et inversement), universitaires (favoriser les partenariats entre les facultés) et culturelles. « Le Nouvel Institut Franco-Chinois entend valoriser l’histoire commune entre Lyon et la Chine et promouvoir la création contemporaine chinoise » annonce sa directrice, Candice du Chayla. « Le grand public n’est pas au courant que la ville de Ly

Continuer à lire

La Sociologue et l’Ourson

ECRANS | On avait à peu près tout vu et entendu au moment de la présentation du projet de loi ouvrant le mariage aux couples de personnes du même sexe (dite du (...)

Vincent Raymond | Mardi 5 avril 2016

La Sociologue et l’Ourson

On avait à peu près tout vu et entendu au moment de la présentation du projet de loi ouvrant le mariage aux couples de personnes du même sexe (dite du “mariage pour tous”). Beaucoup de passion et d’écume, empêchant toute réflexion sereine ou toute parole structurée en faveur de la loi d’être relayée dans le calme. Chaillou et Théry font de cette chienlit table rase, en proposant de suivre le parcours de l’une des expertes sollicitées le temps de l’examen du projet, la sociologue Irène Théry (la mère de l’un des documentaristes). À la fois conviviale et didactique, l’approche ne manque pas d’originalité : les auteurs ont pris le parti de remplacer la plupart des intervenants dans les images d’archives par des jouets animés qui dédramatisant le sujet sans le ridiculiser. Et de rendre la sociologie vivante en illustrant de manière plaisante les exemples concrets choisis par la spécialiste dans son histoire familiale, à l’occasion des entretiens qu’elle accorde à son rejeton. Ce documentaire dispose enfin d’un autre grand mérite : il inscrit le texte dans le temps républicain, en abrasant (autant que faire se peut) la surmédiatisation délirante dont ont bénéficié

Continuer à lire

Arnaud fait son deuxième film

ECRANS | Le terme autofiction étant désormais galvaudé, il vaudrait mieux qualifier ce deuxième film écrit, réalisé et interprété par Arnaud Viard de performatif. De son (...)

Christophe Chabert | Mardi 31 mars 2015

Arnaud fait son deuxième film

Le terme autofiction étant désormais galvaudé, il vaudrait mieux qualifier ce deuxième film écrit, réalisé et interprété par Arnaud Viard de performatif. De son titre à son exécution, il s’agit en effet de transformer une impasse — faire un nouveau film — en réalité, par le simple geste de filmer. Arnaud Viard y est Arnaud Viard, cinéaste subissant refus sur refus, contraint de faire l’acteur dans un programme court télé et de reprendre son rôle de prof au cours Florent. Sans aucune aigreur ni volonté de régler des comptes, il assume sa mouise et ses aventures deviennent la matière du film que nous regardons, moitié drôle — mais ce n’est pas son point fort — moitié dramatique — c’est déjà plus réussi. Comme débarrassé de son enveloppe fictionnelle, ce projet pas si inclassable exhibe ainsi le squelette de ce qu’est aujourd’hui un "film français" : incertitudes sentimentales, crise de la quarantaine, mort de la mère pour les grandes lignes ; et dans les détails, l’incontournable scène de fête, les visites chez le psy ou la dispute en chambre. C’est peut-être la plus grande qualité d’Arnaud fait son deuxième film : mettre à nu ce qu

Continuer à lire

Alain Cavalier : «À mon âge, terminer un film est une victoire»

ECRANS | Comment jugez-vous le retour de la fiction dans votre œuvre entre Pater et Le Paradis ? Est-ce une suite logique ou est-ce plus accidenté ?Alain (...)

Christophe Chabert | Lundi 20 octobre 2014

Alain Cavalier : «À mon âge, terminer un film est une victoire»

Comment jugez-vous le retour de la fiction dans votre œuvre entre Pater et Le Paradis ? Est-ce une suite logique ou est-ce plus accidenté ?Alain Cavalier : Je n’ai jamais fait de différence entre fiction et documentaire. Quand je faisais de la fiction, je copiais la vie ; je regardais comment parlaient les gens, comment ils vivaient et quand j’écrivais un scénario, j’essayais de reconstituer ce qui m’avait intéressé dans la vie. Après, pour changer un petit peu, je suis allé filmer les gens directement dans leur vie, comment ils travaillaient… Ce qui m’intéresse, c’est regarder la vie et la copier le mieux possible avec ma caméra pour la proposer au spectateur. Je vous pose cette question car je me souviens qu’au moment de René, vous assumiez le fait d’avoir essayé de réinjecter la fiction dans votre nouvelle manière de tourner…Avant cela, j’avais rencontré quatre jeunes gens pour faire un film qui s’appelait Le Plein de super ; j’avais envie de tourner av

Continuer à lire

Le Paradis

ECRANS | Voici le corps inerte d’un petit paon, que deux mains manipulent pour constater son absence de vie. On le déposera au pied d’un arbre et des charognards (...)

Christophe Chabert | Mardi 7 octobre 2014

Le Paradis

Voici le corps inerte d’un petit paon, que deux mains manipulent pour constater son absence de vie. On le déposera au pied d’un arbre et des charognards viendront l’emporter. Mais pour garder la trace de son passage sur terre, on construira un mausolée de fortune ; d’abord une pierre, puis quelques clous courbés en croix pour la maintenir. Les saisons passeront, l’arbre sera coupé, la neige l’ensevelira, mais le mausolée résiste et la mémoire du petit paon avec lui. À intervalles réguliers, comme un fil rouge de ce Paradis, Alain Cavalier reviendra filmer ce monument dérisoire mais qui, par la force de son regard, devient essentiel. Non pour célébrer une mystique panthéiste, mais pour montrer que l’acte de se souvenir peut inverser le cycle de la vie et de la mort. Un homme et des Dieux Alors Cavalier se souvient… Il se souvient de ses années au pensionnat catholique où on lui a appris des histoires fantastiques qui n’ont depuis jamais cessé de l’habiter, comme des fictions fécondes ayant forgé son imaginaire. Il en retient deux : les Évangiles et L’Odyssée d’Homère. D’un côté, l’histoire d’un homme qui se prétend fils de Dieu, réalise des mir

Continuer à lire

Le film de casse selon Cavalier

ECRANS | Découvrir le film le plus rare d’un de nos cinéastes préférés, en sa présence : le festival Lumière ne pouvait nous faire plus plaisir qu’en programmant Mise à sac (...)

Christophe Chabert | Vendredi 11 octobre 2013

Le film de casse selon Cavalier

Découvrir le film le plus rare d’un de nos cinéastes préférés, en sa présence : le festival Lumière ne pouvait nous faire plus plaisir qu’en programmant Mise à sac d’Alain Cavalier. Il faut aussi remercier la Cinémathèque française, qui a choisi le film dans le cadre de l’invitation qui lui a été lancée. Mise à sac appartient à la première période de Cavalier, celle où il laisse parler son goût pour les genres cinématographiques, et ce film de casse à l’échelle d’une ville toute entière lui permet de collaborer à l’écriture avec un autre cinéaste qui débuta dans le polar avant d’inventer un cinéma à son image, Claude Sautet. Surtout, Mise à sac est la transposition d’un roman de Richard Stark, The Score (En coupe réglée, en français) qui appartient à sa série racontant les aventures d’un cambrioleur nommé Parker. Derrière le pseudo de Stark se cache l’immense Donald Westlake, et ce héros-là, rebaptisé Georges et incarné par Michel Constantin chez Cavalier, connaîtra une sacrée postérité cinématographique, puisque Lee Marvin — dans Le Point de non-retour — Mel G

Continuer à lire

Pater

ECRANS | Il était une fois un cinéaste qui avait un acteur pour ami, et qui voulait faire un film avec lui. Précision importante : ce cinéaste, qui s’appelle Alain (...)

Christophe Chabert | Mardi 14 juin 2011

Pater

Il était une fois un cinéaste qui avait un acteur pour ami, et qui voulait faire un film avec lui. Précision importante : ce cinéaste, qui s’appelle Alain Cavalier, se méfie depuis vingt ans des acteurs professionnels et de la machinerie qu’implique un tournage de fiction, préférant filmer seul avec sa petite caméra des instants de réalité qu’il transforme par son regard singulier en spectacle cinématographique. Autre précision : l’acteur-ami, c’est Vincent Lindon, sans doute le comédien le plus passionnant du cinéma français, celui qui n’est jamais là où on l’attend, traversant tous les territoires avec un mélange de curiosité et d’intégrité. La rencontre entre ces deux figures rétives à la classification paraît tomber sous le sens, mais de quel film pouvait-elle accoucher ? Pater est d’abord l’histoire de ce tâtonnement : Cavalier retrouve Lindon dans un hôtel, ils discutent sans but précis, notamment de l’emploi du temps de Lindon (il tourne simultanément La Permission de minuit). Et puis, par un coup de force que Cavalier rend immédiatement naturel, les voilà de chaque côté d’une table : Alain Cavalier est président de la République, et il nomme Vincent Lin

Continuer à lire

Cannes jour 8 : Pater noster

ECRANS | Arrivé dans la dernière ligne droite du festival et de sa compétition, on attend toujours le film qui mettra tout le monde d’accord, celui qui trouvera le (...)

Dorotée Aznar | Jeudi 19 mai 2011

Cannes jour 8 : Pater noster

Arrivé dans la dernière ligne droite du festival et de sa compétition, on attend toujours le film qui mettra tout le monde d’accord, celui qui trouvera le juste milieu entre film pour festival et œuvre suffisamment audacieuse pour séduire la frange la plus dure de la cinéphilie. On pensait que Melancholia, le dernier Lars Von Trier, allait jouer ce rôle. Présenté ce matin au Grand Palais, le film s’avère en définitive une des déceptions majeures de Cannes 2011. Pourtant, Melancholia démarre par dix minutes de pure sidération visuelle, où Von Trier mélange des ralentis étranges où les personnages semblent flotter au milieu des décors, et des visions spatiales d’une planète en fusion, se terminant par une spectaculaire collision avec la Terre, le tout sur fond de Wagner. C’est magnifique, impressionnant, même si on se souvient que l’ouverture d’Antichrist produisait sensiblement la même sensation. Quand le film retrouve une forme traditionnelle (et même ultra-traditionnelle pour du Lars Von Trier : scope et caméra portée, zooms et raccords dans l’axe), les choses s’enlisent dans un pénible remake de Festen. Un mariage, des

Continuer à lire

Rio sex comedy

ECRANS | Rio, aujourd’hui. Une gloire de la chirurgie esthétique anglaise prodigue ses conseils à de jeunes médecins, et révèle une méthode peu orthodoxe visant à décourager (...)

Christophe Chabert | Jeudi 17 février 2011

Rio sex comedy

Rio, aujourd’hui. Une gloire de la chirurgie esthétique anglaise prodigue ses conseils à de jeunes médecins, et révèle une méthode peu orthodoxe visant à décourager les patients de pratiquer des opérations. Une réalisatrice française interviewe des employées de maison pour connaître leur rapport à leurs maîtres, et se rapproche de son beau-frère caméraman fantasque et libéré. Le nouvel ambassadeur américain de la ville pète les plombs, fuit ses responsabilités et se terre dans une favela où il sympathise avec un tour operator déglingué. Le titre du nouveau film de Jonathan Nossiter, qui marque son retour à la fiction après l’excellent "Signs and wonders", est conforme au programme sur l’écran : il y a Rio, dont il filme tous les habitants, tous les quartiers ; il y a du sexe, notamment de troublantes séquences entre Irène Jacob et Jérôme Kircher, en couple dans la vie civile ; et c’est une comédie loufoque effectivement très drôle, surtout les scènes avec Bill Pullman, dont un moment extraordinaire où, avec perruque et fausse barbiche, il expose au PowerPoint un projet d’échange chiens contre enfants dans les favelas pour tirer les larmes aux occidentaux !.

Continuer à lire

«Un film appartient à celui qui le regarde»

ECRANS | Petit bulletin : Comment situez-vous ‘Irène’ dans votre veine autobiographique ?Alain Cavalier : En réalité, dans ‘Irène’, il y a trois films : celui que je (...)

Christophe Chabert | Jeudi 22 octobre 2009

«Un film appartient à celui qui le regarde»

Petit bulletin : Comment situez-vous ‘Irène’ dans votre veine autobiographique ?Alain Cavalier : En réalité, dans ‘Irène’, il y a trois films : celui que je devais faire avec Irène et que je n’ai pas fait, qui est donc une sorte de trou noir ; après, il y a ‘Ce répondeur ne prend pas de messages’, un film un peu compliqué sur une période de ma vie après la mort d’Irène, où elle intervient épisodiquement ; et puis, des années et des années plus tard, ce film ‘Irène’ parce que la permanence de cette personne dans ma vie depuis deux ou trois ans était plus forte. Elle frappait à ma porte, alors je suis rentré dans un passé pour revivre cette expérience sentimentale et amoureuse à la fois magnifique et extrêmement compliquée. J’ai essayé au début de rôder autour d’Irène en me disant qu’à un moment, je serai bien obligé d’attaquer le corps d’Irène. Mais comme elle n’est plus de ce monde, le corps de quelqu’un d’autre la remplacerait. J’ai envisagé plusieurs hypothèses, l’idée d’une comédienne connue notamment, mais je me suis rendu compte qu’elle était tellement présente à mes yeux qu’il était impossible de l’incarner par une autre. Alors j’ai

Continuer à lire

Irène

ECRANS | Irène est peut-être le plus beau film de l’année, et le meilleur de son cinéaste, du moins dans sa veine «autobiographique». Pourtant, c’est un objet à part, (...)

Christophe Chabert | Jeudi 22 octobre 2009

Irène

Irène est peut-être le plus beau film de l’année, et le meilleur de son cinéaste, du moins dans sa veine «autobiographique». Pourtant, c’est un objet à part, unique, précieux dans tous les sens du terme, c’est-à-dire rare et fragile. Irène, c’est la femme aimée par Cavalier, disparue tragiquement au milieu des années 70 alors que le cinéaste essayait de monter un film avec elle. Cavalier s’engouffre dans cette béance (une femme et un film fantômes) qu’il tente de matérialiser, trente-cinq ans plus tard, avec les moyens rudimentaires qu’il a adoptés depuis La Rencontre : un homme qui regarde et commente, seul derrière sa caméra, des bribes de réel. Alain cherche Irène dans son présent : il la trouve dans une photo de Sophie Marceau, dans l’appartement où ils ont vécu, dans le regard d’une oie, dans des traversins disposés comme les jambes écartées d’une femme… Il part sur ses traces, y risque sa vie — incroyable scène presque gore où il tombe dans les escaliers du métro — et après avoir longuement tourné autour, choisit d’affronter cette présence insaisissable. C’est une simple photo, révélée tardivement, de cette femme sublime, qui donne tout son sens à ce film d’amour

Continuer à lire

Cannes blanc

ECRANS | Montré en milieu de festival, au moment où la sélection partait dans une veine auteuriste moins surprenante que lors des premiers jours, Le Ruban blanc de (...)

Christophe Chabert | Lundi 25 mai 2009

Cannes blanc

Montré en milieu de festival, au moment où la sélection partait dans une veine auteuriste moins surprenante que lors des premiers jours, Le Ruban blanc de Michael Haneke a fait forte impression et s’est immédiatement positionné comme Palme d’or potentielle (sinon évidente). Le film, radiographie d’un microcosme protestant dans l’Allemagne de 1913-1914, expose une suite de faits dramatiques a priori déliés et parfois anodins, dont l’issue reste un horizon hors de sa temporalité. Cet horizon visé par Haneke est, comme le dit le narrateur du film, «les événements qui se sont passés dans notre pays». Mais cette référence au nazisme n’est pas nécessaire pour appréhender le discours du Ruban blanc : la dissection patiente de la lâcheté face à un monde qui ne connaît que la répression, des actes des autres mais aussi de ses propres émotions, est aussi un miroir de toutes les sociétés cherchant le repli et le refus du monde. Il faut signaler la forme, impressionnante sinon intimidante, du Ruban blanc : un scope noir et blanc implacable, pour des plans au cordeau comme Haneke n’en avait jamais tourné jusqu’alors. Waltz sans hésitation

Continuer à lire

Blog : Suleiman chaud et l’arche de Noé

ECRANS | La compétition touche à sa fin et c’est l’heure des pronostics, avant celui des bilans. Niveau palmarès donc, trois films semblent aujourd’hui en mesure de (...)

Christophe Chabert | Dimanche 24 mai 2009

Blog : Suleiman chaud et l’arche de Noé

La compétition touche à sa fin et c’est l’heure des pronostics, avant celui des bilans. Niveau palmarès donc, trois films semblent aujourd’hui en mesure de décrocher la Palme : Un prophète de Jacques Audiard, Le Ruban blanc de Michael Haneke et, en cas de surprise raccord avec les deux palmes précédentes, Fish tank d’Andrea Arnold. On pourrait même en ajouter un quatrième, mais on va y revenir dans quelques lignes. Pour la mise en scène, il n’y a que l’embarras du choix, mais récompenser Alain Resnais serait une assez jolie idée. Si Les Herbes folles, film anguille qui glisse délicieusement entre les neurones, n’est pas exactement parfait, les inventions juvéniles de Resnais à la caméra et au montage méritent d’être soulignées. Pour ce qui est du prix d’interprétation masculine, Tahar Rahiq et Niels Arestrup dans le Audiard semblent très bien placés, mais on persiste et on signe concernant la prestation mémorable de Christoph Waltz en officier SS dans Inglourious basterds. Et si Giovanna Mezzogiorno dans Vincere de Bellocchio obtenait le prix d’interprétation féminine, on ne crierait pas au scandale (mais il y a de la concurr

Continuer à lire

Blog : Tout sur Bernard

ECRANS | Je ne vais pas raconter ma vie, mais pendant ce festival, je ne crèche pas sur la Croisette, mais à sept bornes de là. Tous les matins, c’est donc dans un (...)

Christophe Chabert | Vendredi 22 mai 2009

Blog : Tout sur Bernard

Je ne vais pas raconter ma vie, mais pendant ce festival, je ne crèche pas sur la Croisette, mais à sept bornes de là. Tous les matins, c’est donc dans un bus lambda que je rejoins le Palais des festivals pour attaquer le marathon. Rituel devenu sympa, qui permet de lier connaissance avec d’autres festivaliers, dont ce couple de réalisateurs venus défendre leur court-métrage au ‘short film corner’, et que je salue et remercie pour leur délicieuse conversation cinéphile. Mais ce matin, stupeur et tremblement de joie, qui débarque dans ledit bus ? Bernard Menez ! L’interprète des films mythiques de Jacques Rozier et Pascal Thomas, avec qui, il y a huit ans, j’avais réalisé une interview mémorable, hors de toute actualité, où l’on avait discuté de cinéma, mais aussi de cyclisme (sa passion). La présence de ce passager hors norme à fait son effet, et quand on l’a vu, le soir même, monter les marches en smoking pour voir «À l’origine» de Xavier Gianolli, on se disait que ce festival est quand même un drôle de machin, où tout ou presque peut arriver ! Dans le même registre, entre deux films, les rumeurs couraient dans tous les sens sur la Croisette. Après la présentation du Tarantino

Continuer à lire

Blog : Déjà vu

ECRANS | Il y a, dans un festival de cinéma, des temps forts et des temps morts, des moments où tout le monde reprend son souffle et d’autres où tous les (...)

Christophe Chabert | Jeudi 21 mai 2009

Blog : Déjà vu

Il y a, dans un festival de cinéma, des temps forts et des temps morts, des moments où tout le monde reprend son souffle et d’autres où tous les retiennent. Ce qui est curieux, c’est qu’à l’échelle de Cannes, où le moindre buzz s’amplifie en quelques heures, en bien (Les Chats persans le premier jour) ou en mal (le pauvre Lars Von Trier, qui l’a un peu cherché il est vrai). Mais la plupart du temps, le temps mort s’apparente à une sensation persistante de déjà vu. Ainsi, le Almodovar a fait figure de non événement. Beaucoup l’avaient déjà vu, justement, à Paris avant de venir, d’autres se disaient qu’ils attendraient le lendemain pour le voir en salles, où Étreintes brisées sort sur une très large combinaison de copies. Bizarrement, une fois le film vu, l’impression est exactement la même : d’une maîtrise bluffante tant dans la narration que dans la mise en scène, il ne provoque pourtant aucune réelle surprise. On pourrait mettre cela sur le compte de l’effet de signature Almodovar. Son cinéma est devenu extrêmement identifiable en effet, mais de là à dire qu’il est prévisible, c’est y aller un peu fort. Ce qui gène en revanche dans Étreintes brisées,

Continuer à lire

Blog : ça charcle !

ECRANS | Pour la plus grande horreur de certains festivaliers, qui ne s’en laissent pas compter en quittant les salles à la première goutte de sang, le festival de (...)

Christophe Chabert | Mardi 19 mai 2009

Blog : ça charcle !

Pour la plus grande horreur de certains festivaliers, qui ne s’en laissent pas compter en quittant les salles à la première goutte de sang, le festival de Cannes 2009 ne lésine pas sur la violence. Au menu : corps démembré (Kinatay), gorges tranchées (Un prophète, Thirst), gunfights sanglants (Vengeance) et enfin clitoris tranché à coups de ciseaux, masturbation puis éjaculation sanglante, et jambe lestée par une lourde meule après un bon coup de foreuse (Antichrist de Lars Von Trier). Cependant, n’en déplaise aux pères la pudeur qui commencent à perdre patience et à se fâcher tout rouge, toutes ces formes de violence ne sont pas du même ordre. Pas grand-chose de commun entre la violence graphique et déréalisée que l’on trouve chez Park Chan Wook ou Jonnie To et celle, sèche et réaliste, d’Audiard ou Mendoza. Quant à Lars Von Trier, la violence débarque dans son film au milieu d’un lourd projet mystico-psychanalatique avec la souplesse d’un éléphant. Antichrist est certes gonflé (jusqu’à l’aveuglement, voir la dédicace assez hallucinante à Tarkovski à la fin), mais totalement foiré aussi. La première séquence, où un clip au r

Continuer à lire

Le bon genre cannois

ECRANS | L’idée a surgi à la sortie du Taking Woodstock de Ang Lee, excellent film du samedi soir, feel good movie promis à un bel accueil en salles. Ce n’était (...)

Christophe Chabert | Lundi 18 mai 2009

Le bon genre cannois

L’idée a surgi à la sortie du Taking Woodstock de Ang Lee, excellent film du samedi soir, feel good movie promis à un bel accueil en salles. Ce n’était pourtant que le cinquième long-métrage de la compétition, mais l’intuition que celle-ci avait cette année pour enjeu le retour des films qui d’ordinaire restent à sa porte, paraissait évidente. La veille pourtant, Bright star de Jane Campion, racontant la liaison entre le poète romantique Keats et une jeune fille de bonne famille revue façon pub La Laitière, nous avait échaudé. Mais l’académisme planplan de Campion s’inscrit dans un registre de cinéma culturel ayant ses adeptes et qui, lui aussi, avait déserté la sélection officielle ces dernières années au profit d’un cinéma d’auteur parfois suffisant et autiste. On trouvera sûrement des contre-exemples d’ici à fin du festival (Kinatay de Brillante Mendoza, mélange hallucinant et grotesque d’auteurisme glandeur et de série Z moralisatrice et gore, n’en est pas très loin), mais le programme à venir (Lars Von Trier, Tarantino, Gianolli, Resnais, Noé…) promet encore de belles émotions de spectateur. Réservoir à gros poissons

Continuer à lire

Blog : les choses presque sérieuses commencent

ECRANS | Dimanche 17 MaiVendredi soir : micro-émeute au très calme 'Un certain regard' avec la présence surréaliste de Lenny Kravitz et de Mariah Carey pour présenter (...)

Christophe Chabert | Dimanche 17 mai 2009

Blog : les choses presque sérieuses commencent

Dimanche 17 MaiVendredi soir : micro-émeute au très calme 'Un certain regard' avec la présence surréaliste de Lenny Kravitz et de Mariah Carey pour présenter Precious, film clip et bof qui m'a fait piquer du nez lors de sa dernière demi-heure (la faute au retard cumulé par l'hystérie autour des pop stars mais aussi à la prestation de Scorsese en maître es Michael Powell à la séance d'avant. Il se dit partout que le festival en manque, de stars. C'était vrai aujourd'hui puisque le Ang Lee (Taking Woodstock) et le Audiard ont pour héros deux acteurs inconnus. Ils sont formidables, comme les films d'ailleurs, tendance 'feel good' pour Lee, 'feel bad' pour Audiard. La double odyssée d'un mythique festival de rock et d'un parrain moderne qui depuis sa prison, réactive un très pervers ascenseur social par-dessus les réflexes communautaires, sont deux bonheurs de spectateurs. C'est d'ailleurs ça, le dénominateur commun de ce début de compétition. : des films ou circulent le plaisir de faire du cinéma et le plaisir de l'offrir aux spectateurs. Osons le dire : on se fait plaisir dans les salles cannoises, avec ou sans stars... Un prophète

Continuer à lire

Blog : classique et classiques

ECRANS | Je m'étais promis de ne pas m'appesantir sur les ratages et déceptions de la compétition, mais un mot sur la douloureuse expérience Bright star : Jane Campion (...)

Christophe Chabert | Samedi 16 mai 2009

Blog : classique et classiques

Je m'étais promis de ne pas m'appesantir sur les ratages et déceptions de la compétition, mais un mot sur la douloureuse expérience Bright star : Jane Campion aligne, dans cette pénible évocation de la passion du poète Keats pour une jeune couturière bourgeoise un catalogue de cliches estampilles film littéraire du plus mauvais effet. En gros, tout le monde parle comme des livres et la mise en scène, à l'académisme criminel, souligne ce manque de chair. Mais ou est passée la réalisatrice sensualiste de La Leçon de piano ? Face a ce classicisme frelate, et plutôt que d'évoquer le complexe Thirst de Park Chan-Wook (plein de défauts mais quand même impressionnant) ou Air doll de Kore-Eda (plutôt décevant), allons faire un tour du côte des classiques et de l'excellente sélection Cannes classics. Avec une putain de claque : Wake in fright de Ted Kotcheff, le réalisateur du premier Rambo qui, en 1970, tournait dans son Australie natale, ce Prisonnier des beaufs buveurs de bière, ce Jacques Rozier chez les rednecks du bush... L'histoire ? Un instituteur veut passer noël avec sa copine à Sidney, mais se retrouve coincé dans un bled o

Continuer à lire

Blog : Persans et percées

ECRANS | Vendredi 15 mai : J'ai couru après le Coppola mais ne l'ai jamais rattrapé... Queues monstres pour le film alors que les séances de la compétition restaient (...)

Christophe Chabert | Mardi 22 janvier 2013

Blog : Persans et percées

Vendredi 15 mai : J'ai couru après le Coppola mais ne l'ai jamais rattrapé... Queues monstres pour le film alors que les séances de la compétition restaient clairsemées. Tant pis, tant mieux, il faut activer le plan B... et je me retrouve devant un formidable film iranien, Les Chats persans. Un film tourné clandestinement et qui retrace avec un argument de fiction la difficile réalité du rock underground à Téhéran. Plusieurs bonnes nouvelles sont au programme : malgré la complexité kafkaienne des démarches pour répéter, enregistrer et faire des concerts dans la ville, on voit défiler à l'écran des Strokes ou des Moldy peaches iraniens de fort bonne facture ; même avec une Dv pourrie, Bahman Ghobadi et son chef opérateur réalisent un objet esthétiquement superbe, énergique et ludique ; et, bien que le film dessine un horizon bouché pour ses personnages, Les Chats persans est une comédie noire parfois bidonnante. Bref, le cinéma iranien ne nous avait pas habitué à ça et c'est une sacrée nouvelle ! Autre bon film, celui de l'Anglaise Andrea Arnold, Fish tank. Portrait d'une ado butée qui se rêve danseuse de R'n'B, le film

Continuer à lire

Blog : Yes, I Cannes !

ECRANS | Jeudi 14 mai : Avant d'entrer dans le vif du sujet - j'ai laissé passer Up et le gala d'ouverture et j'attaque avec le Coppola à la Quinzaine des (...)

Christophe Chabert | Jeudi 14 mai 2009

Blog : Yes, I Cannes !

Jeudi 14 mai : Avant d'entrer dans le vif du sujet - j'ai laissé passer Up et le gala d'ouverture et j'attaque avec le Coppola à la Quinzaine des réalisateurs - autant prendre ses marques avec les festivités à venir en tirant quelques plans sur la comète et sur la compétition. Je n'aurais jamais pensé écrire ça de mon vivant mais cette année, c'est la France qui fait envie : Audiard, Noe, Gianolli, Resnais, voilà un quarte réjouissant, surtout quand on pense à ce qu'on a évité - Honoré et Rivette, pas au hasard... Juste derrière, l'Asie avec les nouveaux Johnnie To, Park Chan Wok, Kore-Eda et Bong Joon Ho fait sur le papier forte impression. En élargissant l'angle de vue, on constate que des cinéastes reconnus mais un peu à la peine ces derniers temps reviennent avec des projets ambitieux, notamment Lars Von Trier et Michael Haneke. On en oublie (Tarantino, oui, oui...) mais on oubliera pas d'en parler au fil de ce blog.

Continuer à lire

Intégrale autobiographique

ECRANS | Le cinéma d'Alain Cavalier part d'un postulat simple : si le cinéaste est un artisan, son outil est la caméra. Et son travail consiste à filmer le réel dans son (...)

| Mercredi 14 mars 2007

Intégrale autobiographique

Le cinéma d'Alain Cavalier part d'un postulat simple : si le cinéaste est un artisan, son outil est la caméra. Et son travail consiste à filmer le réel dans son immédiateté, sans médiation entre son regard et l'objet filmé. Que Cavalier ait été un formidable cinéaste de fiction, cela ne fait aucun doute. Mais c'est bien dans ses œuvres autobiographiques, aujourd'hui regroupées dans un coffret DVD, que l'on peut voir son art à l'état brut. Trois films tournés à trois périodes et avec trois supports différents, traduisent ainsi à la fois la réappropriation de son outil par Cavalier, mais aussi les soubresauts de son existence. Ce répondeur ne prend pas de message, (16 mm, 1977) le montre enrubanné tel l'homme invisible, repeignant une pièce de son appartement entièrement en noir après la mort de sa compagne. La Rencontre (Hi-8, 1996) filme des objets, des animaux, des paysages et le corps de Françoise Widhoff, dont il vient de tomber follement amoureux. Le Filmeur (DV, 2005) enregistre son quotidien d'homme et de cinéaste, démarche naturelle de celui qui tient son journal et qui n'a plus peur de tout montrer, lui compris. La mort, l'amour, la maladie : Cavalier cherche à capter l'inf

Continuer à lire