Cendres et sang

ECRANS | De Fanny Ardant (Fr-Roumanie, 1h40) avec Ronit Elkabetz, Abraham Belaga…

Christophe Chabert | Vendredi 4 septembre 2009

On pensait naïvement que Fanny Ardant, en passant à la réalisation, s'inspirerait de quelques-uns des grands cinéastes qui l'ont dirigée, Truffaut en tête. Mais Cendres et sang, sans doute le film le plus aberrant de la rentrée, évoque plutôt du Nina Companeez, si ce n'est pire encore. Car cette histoire de vengeance refaisant surface une génération plus tard entre deux clans ennemis dans un grand nulle part qui se voudrait mythologique, déploie un romanesque toc digne des sagas de l'été sur Antenne 2 (l'affaire sent bon les années 80) ou, ce n'est pas mieux, les mythologies de plage qu'on trouve chez Laurent Gaudé. Les acteurs sont mauvais comme des cochons, les fautes de goût constantes (image, musique, décor) ; du coup, le film sombre rapidement dans le grand n'importe quoi, risible dès qu'il s'agit de filmer quelque chose de spectaculaire, croulant sous les dialogues sentencieux et les symboles pachydermiques. Un ratage majuscule !

CC

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Les racines et la terre : " ADN" de Maïwenn

ECRANS | Son grand-père Émir qui périclitait en EHPAD meurt. Très proche de lui, Neige vit plus douloureusement son départ que le reste des siens. En hommage, elle décide (...)

Vincent Raymond | Mardi 27 octobre 2020

Les racines et la terre :

Son grand-père Émir qui périclitait en EHPAD meurt. Très proche de lui, Neige vit plus douloureusement son départ que le reste des siens. En hommage, elle décide de prendre la nationalité algérienne… Épidermique, le cinéma de Maïwenn est depuis toujours nourri par ses joies, cris ou deuils intimes : Neige est ici son double, Émir un décalque de son grand-père (déjà évoqué par le passé) et la famille dysfonctionnelle à l’écran un reflet de la sienne propre (elle aussi assaisonnée jadis). Seulement, ADN laisse une impression de confusion dérangeante. Porter la mémoire d’un combattant de l’indépendance algérienne devenu amnésique avant de mourir (quel symbole !) et traiter en comédie une séquence de funérailles (quels acteurs !), pourquoi pas. Mais les fixettes de son personnage sur la religiosité de son aïeul comme la candeur romantique enveloppant son désir de passeport algérien la montrent tout aussi immature, hors-sol, que le reste de sa parentèle. ADN n’est certes pas un film de paix ni d’apaisement, mais une questi

Continuer à lire

Ma mère est folle

ECRANS | Dilettante professionnelle, Nina, la soixantaine bohème, n’a jamais pu se conformer à quelque loi que ce soit. Productrice fauchée, elle a imaginé se refaire (...)

Vincent Raymond | Mardi 4 décembre 2018

Ma mère est folle

Dilettante professionnelle, Nina, la soixantaine bohème, n’a jamais pu se conformer à quelque loi que ce soit. Productrice fauchée, elle a imaginé se refaire en convoyant de la beuh d’Amsterdam à Paris. Ça tombe bien : elle pourra au passage faire coucou à son fils, qui s’y est exilé, loin d’elle. Pour camper cette mythomane invétérée dépourvue d’instinct maternel (en tout cas, vis-à-vis de son propre fils), Fanny Ardant a dû prendre un malin plaisir. Il est sûr qu’elle rehausse de son étrangeté coutumière cette histoire somme toute über classique à l’esthétique de téléfilm. Car s’il n’y avait ce personnage viscéralement pernicieux, on s’ennuierait ferme devant le catalogue d’effets attendus. Un chanteur débutant à l’écran ? Check Vianney ! Un clin d’œil à un bouquin du fiston par ailleurs coscénariste ? OK le plan sur une traduction de Sacha Sperling ! Arielle Dombasle en inconséquente et richissime bourgeoise ? Euh, comme d’habitude. Par charité, on évitera d’aborder l’intégration d’un petit réfugié traîné comme une mascotte, ni de parler de Patrick Chesnais jouant les beaufs mafieux ayant découve

Continuer à lire

Les Beaux jours

ECRANS | Au croisement de plusieurs opportunités qui sont aussi, sans doute, des opportunismes — la mode du film pour seniors, la possibilité d’offrir un vrai (...)

Christophe Chabert | Mercredi 12 juin 2013

Les Beaux jours

Au croisement de plusieurs opportunités qui sont aussi, sans doute, des opportunismes — la mode du film pour seniors, la possibilité d’offrir un vrai grand premier rôle à une actrice adulée par les lecteurs de Télérama — Les Beaux jours arrive assez miraculeusement à transformer tout cela en un film imparfait mais cohérent. Mieux : Marion Vernoux, qui met fin à un trop long break pour le grand écran, y développe avec une perspective nouvelle le thème qui travaillait son œuvre jusqu’ici, à savoir la vacance nécessaire pour vivre une histoire d’amour. C’est parce qu’elle se retrouve prématurément à la retraite que Caroline peut passer son temps libre à tromper son mari avec un homme deux fois moins vieux qu’elle. Là encore, le film pourrait s’égarer dans une dissertation sociétale sur les cougars ; mais Vernoux ne généralise jamais, attachée à la dimension romanesque de son cinéma et à la singulière présence d’une Fanny Ardant magnifique de justesse. Surtout, en creux se dessine l’idée forte que le travail, le couple et plus globalement, les normes sociales sont autant de garde-fous qui mu

Continuer à lire