Qui sommes nous   |   Envoyez un programme   |   Diffusion   |   Recrutement   |   Coordonnées   |   Publicité   |   Archives

LYON
LE WEB DES SPECTACLES

SUIVEZ-NOUS


Balada triste

CINEMA | critique publiée le Mardi 21 juin 2011 par

Petit Bulletin n°627

Cinéma : critique du film Balada triste d'Alex de la Iglesia Coup de foudre / Rageur, baroque et violent, Balada triste évoque les années noires du franquisme à travers la rivalité de deux clowns amoureux d’une même femme : ni allégorique, ni ironique, Alex de la Iglesia signe son meilleur film, une tragédie d’une noirceur absolue. Christophe Chabert

Balada triste

Alors que l’écran est encore noir, des rires d’enfants emplissent la bande-son. Quand l’image apparaît, on découvre les bambins exultant devant un spectacle de clowns. Si les enfants rient, le spectateur, lui, ne se laisse pas emporter : les objectifs déformants choisis par Alex de la Iglesia, son montage abrupt et l’absence de décor donnent à la scène des allures de pantomime lugubre, comme la énième répétition d’un numéro usé jusqu’à la corde. C’est que ce spectacle-là n’en est pas un. C’est un divertissement, une distraction ; au-dehors la guerre fait rage. Les armées républicaines se battent contre celles du général Franco, et lorsqu’elles débarquent sous le chapiteau, c’est pour enrôler les deux clowns dans leur combat. Le clown blanc rechigne, l’Auguste s’engage, laissant derrière lui son fils Javier, seul avec un lion qui paraît bien moins inquiétant que ces soldats armés jusqu’aux dents.

Tragiques distractions

Ce prologue (comme l’énigmatique générique qui le suit, où des images de la dictature franquiste voisinent avec celles d’artistes populaires) est trompeur : Alex de la Iglesia n’utilise pas le cirque comme une métaphore de l’Histoire espagnole pendant sa période la plus sombre. Les deux événements (la guerre et l’atavisme familiale qui conduira Javier à reprendre le flambeau de son père) coexistent dans le récit, et finissent par interagir. La séquence suivante le dit clairement : armé d’une machette, le père encore grimé participe au massacre avec une sauvagerie inouïe. Vision infernale que la mise en scène baroque, excessive, énorme de de la Iglesia contribue à rendre inoubliable, pour nos yeux comme pour ceux du fiston. L’énergie de Balada triste (de trompeta, selon le titre original) est rageuse, son principe est celui du spectacle furieux contre le divertissement codifié, aseptisé et propagandiste. Une visite au musée des horreurs, la romance sirupeuse entendue dans un mélodrame d’époque, une chasse menée par le dictateur vieillissant ou la construction d’une Basilique grandiose sont autant de leurres cachant des réalités inavouables, simples effets de diversion pour ne pas regarder les choses en face. Le cinéaste choisit donc, pour répondre à ces simulacres, la frontalité extrême pour raconter le cœur de son intrigue : la rivalité qui se développe entre Javier, timide et maladroit, et Sergio, son patron brutal et autoritaire, autour de Natalia, affolante acrobate à la plastique fellinienne. Faisant fi des injures féministes qui ne manqueront pas de tomber à son propos, de la Iglesia fait de Natalia une fille dépendante d’un homme qui la maltraite, lui pardonnant par amour ses excès, ce que Javier ne comprend pas. Sa plongée dans la folie est le résultat de ce malentendu : il a transformé son rival en monstre, il le deviendra à son tour, espérant obtenir les faveurs de la belle. Son désir l’aveugle au point de traverser tous les événements majeurs de son pays sans vraiment les comprendre, élément incontrôlable d’un régime qui aimerait au contraire tout contrôler.

La main de Franco

Il n’est pas interdit, face à Balada triste, de penser aux Bienveillantes, l’extraordinaire roman de Jonathan Littell : même choc entre la trajectoire intime d’un héros ambivalent et la chronique méticuleuse des événements historiques, même envie de raconter une période en adoptant un point de vue subjectif et fictionnel. Une scène invite particulièrement à la comparaison, la main de Franco remplaçant le nez d’Hitler, mais la fiction prenant dans les deux cas ses aises avec la réalité. C’est dire aussi l’ambition de de la Iglesia : emprunter les armes du cinéma de genre (les références sont nombreuses dans le film, en premier lieu aux classiques comme Frankenstein et King Kong) pour investir un patrimoine national jusqu’ici réservé à la reconstitution académique. Par son jusqu’auboutisme forcené (le climax final est la réponse du cinéaste au Peter Jackson du Seigneur des anneaux, avec lequel il dialoguait déjà dans son précédent Crimes à Oxford), Balada triste s’impose comme le film le plus cohérent de son auteur, son plus personnel aussi. Là où tout pouvait le pousser à écrire une farce noire, il choisit au contraire de faire une tragédie désespérée, ce que la boucle du récit vient souligner. Aux rires des enfants en ouverture répondent ainsi les larmes de deux hommes mûrs, soudain conscients du chaos dans lequel ils ont plongé leur vie.

Tags  • Balada triste • Alex de la Iglesia • Carlos Aceres • Antonio de la Torre • Carolina Ba

Vous aimez cet article ? partagez le sur les réseaux sociaux !

Suivez l'actualité Cinéma à Lyon avec LE PETIT BULLETIN

NEWSLETTER

À LIRE AUSSI

+ Amours cannibales (CINEMA / 11 décembre 2014)

+ Lectures cinéphiles et estivales (CINEMA / 7 juillet 2014)

+ Les Sorcières de Zugarramurdi (CINEMA / 2 janvier 2014)

+ Les Amants passagers (CINEMA / 19 mars 2013)

+ La tragédie d’un clown ridicule (CINEMA / 14 juin 2011)

+ Crimes à Oxford (CINEMA / 19 mars 2008)

comments powered by Disqus

Portraits

WERNER HERZOG : «L’AVENTURE EST UN CONCEPT QUI N’APPARTIENT PAS À NOTRE ÉPOQUE»

Mardi 13 janvier 2015

Cinéaste à la filmographie labyrinthique hors des genres et des formats, né en Allemagne mais ayant tourné aux quatre coins du monde, nanti d’une curiosité insatiable et entouré d’ (...)

ALAIN CAVALIER : «À MON ÂGE, TERMINER UN FILM EST UNE VICTOIRE»

Lundi 20 octobre 2014

Rencontre avec Alain Cavalier, autour de son dernier film, "Le Paradis". Propos recueillis par Christophe Chabert (...)

Billetterie

Soprano

Mardi 31 mars 2015 à 20h

Halle Tony Garnier

Dirty dancing

Du 10 au 12 avril 2015

Halle Tony Garnier

Dirty dancing

Du 10 au 12 avril 2015, ven à 20h30, sam à 15h et 20h30, dim à 14h

Halle Tony Garnier

Toute la billetterie

Concours

20e Festival Ciné o'clock au cinéma le Zola

clôture : Vendredi 30 janvier 2015

Gagnez 20x2 places pour une séance au choix du Festival Ciné o'clock du 31 janvier au 8 février au cinéma Le Zola

Tous les jeux concours

Blogs

Festival du film court de Villeurbanne : histoire de beats, histoire de courts

Blog Cinéma publié le Mercredi 19 novembre 2014
par MONSIEUR WILLIAM

Compte rendu d’une excellente soirée au Zola mardi soir : avec le programme classique « Histoire de courts », le festival a une nouvelle fois fait fort en alliant courts classiques (...)

Le festival du court de Villeurbanne a 35 ans !

Blog Cinéma publié le Dimanche 9 novembre 2014
par MONSIEUR WILLIAM

Depuis quelques jours, les amoureux du court métrage se donnent rendez-vous au Zola à l’occasion de la 35ème édition du festival du court de Villeurbanne. L’occasion de rendre hom (...)

Sin City : J'ai tué pour elle

Blog Cinéma publié le Lundi 29 septembre 2014
par ALEXIS ORSINI

Neuf ans après "Sin City", Robert Rodriguez replonge dans la ville de tous les péchés avec "Sin City : J'ai tué pour elle", partiellement adapté du comics de Frank Miller. Casting (...)

Un Oeil sur...

Le Petit Bulletin vous présente le groupe Pethrol (Journaliste : Stéphane Duchêne - Réalisation : La Brêche - en partenariat avec la Ville de Lyon)

Recherche
+ CINEMA
THEMATIQUE
DATE

Film
SALLE
Notre selection
Avant premiere
en V.O en 3D   
         Mot-clé

RECHERCHER ►
Choix de la rédaction


+ A MOST VIOLENT YEAR
Peut-on suivre la ligne droite que l'on s'est fixé lorsqu'on est un entrepreneur cerné par la corrup (...)

+ ADIEU BERTHE (L'ENTERREMENT DE MÉMÉ)
Denis rejoue l'indécis devant la caméra de son frère Bruno, quinze ans après Dieu seul me voit. Mais (...)

+ ASTÉRIX - LE DOMAINE DES DIEUX
Réjouissante adaptation animée d'Astérix par Alexandre Astier et Louis Clichy, qui respecte l'esprit (...)

+ CHARLIE'S COUNTRY
Entre portrait de son acteur David Gulpilil et fiction cherchant à faire le point sur le destin des (...)

+ COLD IN JULY
Fin des années 80 dans un patelin américain : un acte d'auto-défense embarque un brave type — Michae (...)

+ EXODUS : GODS AND KINGS
Bonne surprise de la part de Ridley Scott : son péplum biblique échappe au pompiérisme et à la bigot (...)

+ FIDELIO, L’ODYSSÉE D’ALICE
"Si j'étais un homme, je serais capitaine…". Alice est une femme — et quelle femme, puisque c'est la (...)

+ INTO THE ABYSS
Werner Herzog démontre, après "La Grotte des rêves perdus", ses qualités de documentariste en plonge (...)

+ LA GROTTE DES RÊVES PERDUS
Un documentaire en 3D sur la grotte de Chauvet ou comment les représentations les plus primitives de (...)

+ LA TERRE ÉPHÉMÈRE
Deux personnages sur un bout de terre émergée, les saisons qui passent, presque aucun dialogue, mais (...)

+ LÉVIATHAN
Une splendeur signée Andreï Zviaguintsev, où son génie de la mise en scène, ample et d'un absolu per (...)

+ LOIN DES HOMMES
David Oelhoffen réunit Viggo Mortensen et Reda Kateb pour une adaptation d'Albert Camus transformée (...)

+ PANIQUE CHEZ LES JOUETS
Ce programme de trois courts pour enfants vaut surtout pour l'incroyable "La Bûche de Noël", nouveau (...)

+ SECONDS - L'OPÉRATION DIABOLIQUE
Reprise d'un film météore de John Frankenheimer qui interroge sur un mode cauchemardesque et halluci (...)

+ TIMBUKTU
En posant un regard tragi-comique sur l'absurdité dangereuse du djihadisme au Mali, Abderrahmane Sis (...)

+ WHIPLASH
"Coup de fouet" mais surtout coup d'essai et coup de maître pour Damien Chazelle : sa première œuvre (...)

+ WHITE GOD
Victimes de l'acharnement d'un gouvernement qui privilégie la race aux bâtards, une meute de chiens (...)


Tous les films à l'affiche à LYON

+ KARIM DUVAL
Encore un de ces stand-uppers communautaires tels que le Jamel Comedy Club en usine à la douzaine ch (...)

+ COUIC
Comédie noire confrontant un tueur en série débutant à sa première victime, "Couic" est un pur exerc (...)

+ YANN GUILLARME
En s'inspirant de son expérience de la paternité, Yann Guillarme signe un one-man-show doucement mél (...)

+ CÉCILE GIROUD ET YANN STOTZ - LE DUO
Lui, poseur et impertinent, est taillé pour le music-hall. Elle, forte en gueule et un brin nympho, (...)

+ SIX PIEDS SUR TERRE
Issus pour certains de l’école de cirque de Ménival, ces acrobates et équilibristes signent un spect (...)

+ LES FOURBERIES DE SCAPIN
Une adaptation habile et survitaminée du classique de Molière où les intrigues, habilement ficelées, (...)

+ LES ENCOMBRANTS FONT LEUR CIRQUE
Quand "Les Encombrants font leur cirque", c'est sur une piste aux étoiles improvisée dans une déchar (...)

+ MOLIÈRE FOREVER
Auteur et acteur d’une pièce très ludique sur la rencontre de deux personnes dans un ascenseur, Jean (...)

+ LA CARRIOLE FANTASQUE DE MONSIEUR VIVALDI
Le théâtre, ce sont des mots issus de textes plus ou moins classiques, mais aussi d’autres venus d’a (...)

+ LE TRIOMPHE DE L'AMOUR
Quand la langue virtuose de Marivaux rencontre l’univers tout en décalage de Michel Raskine, cela do (...)

+ LA JEANNE DE DELTEIL
Elle est seule sur scène sans aucun artifice (sinon quelques accessoires de la machinerie théâtrale) (...)

+ BOXE BOXE
Quand l'énergie des comparses de Mourad Merzouki se mêle à la suavité des cordes du Quatuor Debussy, (...)

+ LA GRANDE ET FABULEUSE HISTOIRE DU COMMERCE
Comment le commerce broie les gens ? Pour leur vendre quoi ? Sans rien perdre de sa singularité et e (...)

+ L'ODEUR DES PLANCHES
Sobrement, avec modestie mais un talent constant, Sandrine Bonnaire retrouve les planches et incarne (...)

+ MAI, JUIN, JUILLET
C'est un événement ! Quatre heures de théâtre durant lesquelles défilent l'histoire de Mai 68, de l' (...)

+ LES QUELQUES JOURS DE L'œUF
Attention, des œufs vont éclore dans le quartier de Vaise. Proposition surréaliste de Magali Chabrou (...)

+ BELGRADE
Mis en musique en live, écrit et interprété magistralement, ce spectacle laisse à bout de souffle, s (...)

+ ATVAKHABAR RHAPSODIES
Imprégné d'univers aussi éloignés de la danse contemporaine que le jeu vidéo et le cinéma d'animatio (...)


Tous les spectacles à l'affiche à LYON

L'Oeil du Petit Bulletin

Retrouvez les sorties cinéma en compagnie de Christophe Chabert (Petit Bulletin - Lysa productions)

Au cinéma


À l'affiche aujourd'hui

à LYON le Vendredi 30 janvier 2015

Cinéma 110 Films

Concerts et Soirées 33 Concerts

Animations 2 Événements

Théâtre et danse 65 Spectacles

Expositions 64 Expositions

Film de la semaine
 
Clapolé Dance Center

Clapolé Dance Center

Cours et atelier bien être

Le bien-être au service de la forme

20 bis rue Pierre Bressat 69100 Villeurbanne


De l'atelier photo au cours de didgeridoo... toutes les disciplines que vous recherchez sont représentées sur Cours & Stages Lyon