Qui sommes nous   |   Envoyez un programme   |   Diffusion   |   Recrutement   |   Coordonnées   |   Publicité   |   Archives

LYON
LE WEB DES SPECTACLES

SUIVEZ-NOUS


Balada triste

CINEMA | critique publiée le Mardi 21 juin 2011 par Dorotée Aznar

Petit Bulletin n°627 consulté 2081 fois

Cinéma : critique du film Balada triste d'Alex de la Iglesia Coup de foudre / Rageur, baroque et violent, Balada triste évoque les années noires du franquisme à travers la rivalité de deux clowns amoureux d’une même femme : ni allégorique, ni ironique, Alex de la Iglesia signe son meilleur film, une tragédie d’une noirceur absolue. Christophe Chabert

Balada triste

Alors que l’écran est encore noir, des rires d’enfants emplissent la bande-son. Quand l’image apparaît, on découvre les bambins exultant devant un spectacle de clowns. Si les enfants rient, le spectateur, lui, ne se laisse pas emporter : les objectifs déformants choisis par Alex de la Iglesia, son montage abrupt et l’absence de décor donnent à la scène des allures de pantomime lugubre, comme la énième répétition d’un numéro usé jusqu’à la corde. C’est que ce spectacle-là n’en est pas un. C’est un divertissement, une distraction ; au-dehors la guerre fait rage. Les armées républicaines se battent contre celles du général Franco, et lorsqu’elles débarquent sous le chapiteau, c’est pour enrôler les deux clowns dans leur combat. Le clown blanc rechigne, l’Auguste s’engage, laissant derrière lui son fils Javier, seul avec un lion qui paraît bien moins inquiétant que ces soldats armés jusqu’aux dents.

Tragiques distractions

Ce prologue (comme l’énigmatique générique qui le suit, où des images de la dictature franquiste voisinent avec celles d’artistes populaires) est trompeur : Alex de la Iglesia n’utilise pas le cirque comme une métaphore de l’Histoire espagnole pendant sa période la plus sombre. Les deux événements (la guerre et l’atavisme familiale qui conduira Javier à reprendre le flambeau de son père) coexistent dans le récit, et finissent par interagir. La séquence suivante le dit clairement : armé d’une machette, le père encore grimé participe au massacre avec une sauvagerie inouïe. Vision infernale que la mise en scène baroque, excessive, énorme de de la Iglesia contribue à rendre inoubliable, pour nos yeux comme pour ceux du fiston. L’énergie de Balada triste (de trompeta, selon le titre original) est rageuse, son principe est celui du spectacle furieux contre le divertissement codifié, aseptisé et propagandiste. Une visite au musée des horreurs, la romance sirupeuse entendue dans un mélodrame d’époque, une chasse menée par le dictateur vieillissant ou la construction d’une Basilique grandiose sont autant de leurres cachant des réalités inavouables, simples effets de diversion pour ne pas regarder les choses en face. Le cinéaste choisit donc, pour répondre à ces simulacres, la frontalité extrême pour raconter le cœur de son intrigue : la rivalité qui se développe entre Javier, timide et maladroit, et Sergio, son patron brutal et autoritaire, autour de Natalia, affolante acrobate à la plastique fellinienne. Faisant fi des injures féministes qui ne manqueront pas de tomber à son propos, de la Iglesia fait de Natalia une fille dépendante d’un homme qui la maltraite, lui pardonnant par amour ses excès, ce que Javier ne comprend pas. Sa plongée dans la folie est le résultat de ce malentendu : il a transformé son rival en monstre, il le deviendra à son tour, espérant obtenir les faveurs de la belle. Son désir l’aveugle au point de traverser tous les événements majeurs de son pays sans vraiment les comprendre, élément incontrôlable d’un régime qui aimerait au contraire tout contrôler.

La main de Franco

Il n’est pas interdit, face à Balada triste, de penser aux Bienveillantes, l’extraordinaire roman de Jonathan Littell : même choc entre la trajectoire intime d’un héros ambivalent et la chronique méticuleuse des événements historiques, même envie de raconter une période en adoptant un point de vue subjectif et fictionnel. Une scène invite particulièrement à la comparaison, la main de Franco remplaçant le nez d’Hitler, mais la fiction prenant dans les deux cas ses aises avec la réalité. C’est dire aussi l’ambition de de la Iglesia : emprunter les armes du cinéma de genre (les références sont nombreuses dans le film, en premier lieu aux classiques comme Frankenstein et King Kong) pour investir un patrimoine national jusqu’ici réservé à la reconstitution académique. Par son jusqu’auboutisme forcené (le climax final est la réponse du cinéaste au Peter Jackson du Seigneur des anneaux, avec lequel il dialoguait déjà dans son précédent Crimes à Oxford), Balada triste s’impose comme le film le plus cohérent de son auteur, son plus personnel aussi. Là où tout pouvait le pousser à écrire une farce noire, il choisit au contraire de faire une tragédie désespérée, ce que la boucle du récit vient souligner. Aux rires des enfants en ouverture répondent ainsi les larmes de deux hommes mûrs, soudain conscients du chaos dans lequel ils ont plongé leur vie.

Tags  • Balada triste • Alex de la Iglesia • Carlos Aceres • Antonio de la Torre • Carolina Bang

Vous aimez cet article ? partagez le sur les réseaux sociaux !

Suivez l'actualité Cinéma à Lyon avec LE PETIT BULLETIN

NEWSLETTER

À LIRE AUSSI

+ Les Sorcières de Zugarramurdi (CINEMA / 2 janvier 2014)

+ Les Amants passagers (CINEMA / 19 mars 2013)

+ La tragédie d’un clown ridicule (CINEMA / 14 juin 2011)

+ Crimes à Oxford (CINEMA / 19 mars 2008)

comments powered by Disqus

Portraits

ANDRÉ DUSSOLLIER : «QUAND ON JOUE, IL N’Y A PLUS DE MASQUES»

Lundi 3 mars 2014

En tournée pour la sortie de "Diplomatie" de Volker Schlöndorff, rencontre avec le grand André Dussollier autour du film, mais aussi du prochain film d’Alain Resnais, "Aimer, boire (...)

WES ANDERSON : «MES TOURNAGES SONT ASSEZ CHAOTIQUES»

Mercredi 19 février 2014

Dans la reproduction de la chambre d’Antoine Lumière — qui pourrait être le décor d’un de ses films —, rencontre avec Wes Anderson à propos de Stefan Zweig, de sa famille d’acteurs (...)

Billetterie

The Flower kings

Mercredi 30 avril 2014 à 19h30

Le Kao

20th birthday La Marquise

Mercredi 30 avril 2014 à 23h30

La Marquise

Gramatik

Vendredi 2 mai 2014

Transbordeur

Toute la billetterie

Concours

Soirée J'M le cinéma au ciné Duchère

clôture : Mercredi 16 avril 2014

Gagnez 5x2 places pour la soirée J'M le cinéma le jeudi 17 avril à 20h au Ciné Duchère

Hallucinations Collectives 2014

clôture : Mercredi 16 avril 2014

Gagnez vos invitations pour les séances d'ouverture et de clôture du festival Hallucinations Collectives les mercredi 16 et lundi 21 avril au Comoedia

Roberto Rossellini / Ingrid Bergman - Mardi 22 avril à 19h30 à l'Institut Lumière

clôture : Vendredi 18 avril 2014

Gagnez des places pour la soirée conférence + film en présence de François-Guillaume Lorrain (journaliste, critique de cinéma, auteur de L’Année des volcans)

Tous les jeux concours

Blogs

Chroniques d'un monde virtuel

Blog Cinéma publié le Jeudi 3 avril 2014
par GUILLAUME RENOUARD

Lyrique, visionnaire et enivrant, le dernier Spike Jonze dresse le portrait d’une société future atomisée et désincarnée, où les frontières entre intelligence humaine et artificiel (...)

Wrong Cops

Blog Cinéma publié le Mercredi 26 mars 2014
par GEORGESLECHAMEAU

Avec "Wrong Cops" Quentin Dupieux continue d'entretenir son mystère cinématographique résumable en un joli "WTF" ? (...)

Supercondriaque

Blog Cinéma publié le Vendredi 21 mars 2014
par GEORGESLECHAMEAU

Une comédie populaire qui ne se juge pas sur des qualités cinématographiques, quasi-inexistantes, mais à l’applaudimètre. (...)

Recherche
+ CINEMA
THEMATIQUE
DATE

Film
SALLE
Notre selection
Avant premiere
en V.O en 3D   
         Mot-clé

RECHERCHER ►
Choix de la rédaction


+ AIMER, BOIRE ET CHANTER
Resnais tire le rideau sur sa carrière avec un film ouvertement théâtral où la mort et la jeunesse s (...)

+ CRIA CUERVOS
Chronique de la vie d'une famille sous Franco vue depuis les yeux d'une enfant qui s'ouvrent sur un (...)

+ EASTERN BOYS
Entre Fassbinder et Paul Schrader, Robin Campillo porte un regard complexe et passionnant sur la que (...)

+ GERONTOPHILIA
Cette love story entre un très jeune infirmier et son patient nonagénaire débouche sur une comédie r (...)

+ HER
Fragments d'un discours amoureux au XXIe siècle entre un solitaire déprimé et une intelligence artif (...)

+ IDA
D'un achèvement scénaristique et formel stupéfiant, d'une grande intelligence dans son traitement d' (...)

+ LA CRÈME DE LA CRÈME
En immersion dans le monde des grandes écoles de commerce où un trio de mavericks monte un réseau de (...)

+ LE VENT SE LÈVE
Pour ses adieux au cinéma, Hayao Miyazaki justifie plus que jamais son titre de maître du cinéma d'a (...)

+ PHILOMENA
Un journaliste arrogant et déchu aide une vieille dame bigote à retrouver son fils, vendu par des no (...)

+ SE BATTRE
À Givors, portraits de travailleurs pauvres, d'individus vivant sous le seuil de pauvreté, et de ceu (...)

+ THE BIG LEBOWSKI
Relecture très libre et déjantée du Grand sommeil que les frères Coen propulsent dans le L.A. interl (...)

+ THE GRAND BUDAPEST HOTEL
Étourdissante comédie retraçant, en la redessinant de fond en comble, l'histoire de l'Europe de l'Es (...)

+ WRONG COPS
Une galerie de flics ordinairement ripoux dans un Los Angeles fantomatique, pour une comédie rigoure (...)


Tous les films à l'affiche à LYON

+ SANS VALENTIN
Un nid à clichés, comme la plupart des spectacles abordant l'homosexualité sous l'angle de l'humour (...)

+ TRASH
Un casting cinq étoiles et une mise en scène pluridisciplinaire au service de la quête amoureuse d'u (...)

+ COUIC
A peine auréolé du succès de "Trash", son spectacle AAA dans le milieu du XXX, Jocelyn Flipo retrouv (...)

+ KARIM DUVAL
Encore un de ces stand-uppers communautaires tels que le Jamel Comedy Club en usine à la douzaine ch (...)

+ OH BOY !
Un spectacle d'une finesse remarquable, qui arrive à convoquer des émotions profondes avec un minimu (...)

+ SÉQUENCE 8
La première mondiale avait eu aux Nuits de Fourvière 2012 et depuis le spectacle des Québecois a fai (...)

+ TU TIENS SUR TOUS LES FRONTS
D'un texte ardu (et parfois peu audible), un étonnant duo de comédiens (un sociétaire de la Comédie- (...)

+ LE ROI NAVET
Les Forces des Légumes Libres mènent la révolution contre la "Renforceuse" (un distributeur d'engrai (...)

+ (SUPER) HAMLET
Un huis clos maritime et nordique qui raconte le passage à l’âge adulte d’un jeune prince transformé (...)

+ FRIDA KAHLO, ESQUISSES DE MA VIE
Avec son acolyte guitariste et chanteur, la comédienne Nadia Larbiouene nous promène par sa voix dan (...)

+ ALEX RAMIRÈS EST UN GRAND GARÇON !
Alex Ramirès fut révélé par un premier one-man-show prodigieusement schizophrène dans lequel il raco (...)

+ GÉRÉMY CRÉDEVILLE
Ne vous laissez pas abuser : malgré ses ressemblances avec Johnny Hallyday (l'air de voyou à sa mama (...)

+ JEFFEREY JORDAN S'AFFOLE !
Jeune, beau, drôle, Jefferey Jordan a tout pour plaire. Seulement voilà, il est violoniste. Et gay. (...)

+ CABARET NEW BURLESQUE - NOUVEAU SPECTACLE
Depuis que Mathieu Amalric l’a dévoilée dans son film "Tournée", la petite bande féminine (plus un v (...)

+ VINCENT DEDIENNE
Il monte, il monte le petit Vincent Dedienne, comédien doté d’un humour ravageur et très théâtral. A (...)

+ ATVAKHABAR RHAPSODIES
Imprégné d'univers aussi éloignés de la danse contemporaine que le jeu vidéo et le cinéma d'animatio (...)


Tous les spectacles à l'affiche à LYON

+ VIVE LE CONFORT MODERNE !
Et si la consommation de masse avait été engendrée par les progrès techniques répondant aux nécessit (...)

+ LYON, CENTRE DU MONDE !
Plus qu'un panégyrique qui démontrerait que Lyon est la capitale du monde, cette nouvelle exposition (...)

+ ANDRÉ GAMET
André Gamet 95 ans, Karim Kal 37 ans, exposent ensemble au Bleu du ciel. Le premier plutôt "photogra (...)

+ LISTEN PROFOUNDLY
Le Musée d'art contemporain accueille deux très belles installations mêlant sons et images. La premi (...)

+ VANIA COMORETTI
Vania Comoretti poursuit son exploration quasi-clinique du visage humain, scrutant ses moindres plis (...)

+ LES PHOTO-REPORTERS DE L'EQUIPE
Au gré de 40 photographies noir et blanc, de 1910 à 1980, issues des collections de "L'Équipe", l' (...)

+ PAT ANDREA
L’instant où quelque chose bascule et provoque un nouvel état des choses et des êtres... Tel est ce (...)

+ CLÉMENT MONTOLIO
Le peintre lyonnais Clément Montolio expose ses «mystères évidents», soit une vingtaine de paysages (...)

+ THOMAS BAYRLE
L'IAC consacre une passionnante rétrospective à l'artiste allemand Thomas Bayrle. Proche à ses début (...)

+ PASSAGES
L'exposition "Passages" réunit une vingtaine d'artistes contemporains autour du motif et du concept (...)

+ PASSAGES
L'exposition "Passages" réunit une vingtaine d'artistes contemporains autour du motif et du concept (...)

+ GEORGES ROUSSE
A travers une quarantaine d'images, cette exposition donne un très bel aperçu d'une œuvre singulière (...)


Toutes les expositions à l'affiche à LYON

Au cinéma


À l'affiche aujourd'hui

à LYON le Mercredi 16 avril 2014

Cinéma 108 Films

Concerts et Soirées 17 Concerts

Animations 5 Événements

Théâtre et danse 35 Spectacles

Expositions 85 Expositions

Film de la semaine
 
ILCP - Institut de langue et de culture portugaise

ILCP - Institut de langue et de culture portugaise

Cours et école de langues

Le spécialiste de la Langue et Culture Portugaise (Portugal /Brésil) depuis 1989

7 rue Curie 69006 Lyon 6e


De l'atelier photo au cours de didgeridoo... toutes les disciplines que vous recherchez sont représentées sur Cours & Stages Lyon