Qui sommes nous   |   Envoyez un programme   |   Diffusion   |   Recrutement   |   Coordonnées   |   Publicité   |   Archives

LYON
LE WEB DES SPECTACLES

SUIVEZ-NOUS


Balada triste

CINEMA | critique publiée le Mardi 21 juin 2011 par

Petit Bulletin n°627

Cinéma : critique du film Balada triste d'Alex de la Iglesia Coup de foudre / Rageur, baroque et violent, Balada triste évoque les années noires du franquisme à travers la rivalité de deux clowns amoureux d’une même femme : ni allégorique, ni ironique, Alex de la Iglesia signe son meilleur film, une tragédie d’une noirceur absolue. Christophe Chabert

Balada triste

Alors que l’écran est encore noir, des rires d’enfants emplissent la bande-son. Quand l’image apparaît, on découvre les bambins exultant devant un spectacle de clowns. Si les enfants rient, le spectateur, lui, ne se laisse pas emporter : les objectifs déformants choisis par Alex de la Iglesia, son montage abrupt et l’absence de décor donnent à la scène des allures de pantomime lugubre, comme la énième répétition d’un numéro usé jusqu’à la corde. C’est que ce spectacle-là n’en est pas un. C’est un divertissement, une distraction ; au-dehors la guerre fait rage. Les armées républicaines se battent contre celles du général Franco, et lorsqu’elles débarquent sous le chapiteau, c’est pour enrôler les deux clowns dans leur combat. Le clown blanc rechigne, l’Auguste s’engage, laissant derrière lui son fils Javier, seul avec un lion qui paraît bien moins inquiétant que ces soldats armés jusqu’aux dents.

Tragiques distractions

Ce prologue (comme l’énigmatique générique qui le suit, où des images de la dictature franquiste voisinent avec celles d’artistes populaires) est trompeur : Alex de la Iglesia n’utilise pas le cirque comme une métaphore de l’Histoire espagnole pendant sa période la plus sombre. Les deux événements (la guerre et l’atavisme familiale qui conduira Javier à reprendre le flambeau de son père) coexistent dans le récit, et finissent par interagir. La séquence suivante le dit clairement : armé d’une machette, le père encore grimé participe au massacre avec une sauvagerie inouïe. Vision infernale que la mise en scène baroque, excessive, énorme de de la Iglesia contribue à rendre inoubliable, pour nos yeux comme pour ceux du fiston. L’énergie de Balada triste (de trompeta, selon le titre original) est rageuse, son principe est celui du spectacle furieux contre le divertissement codifié, aseptisé et propagandiste. Une visite au musée des horreurs, la romance sirupeuse entendue dans un mélodrame d’époque, une chasse menée par le dictateur vieillissant ou la construction d’une Basilique grandiose sont autant de leurres cachant des réalités inavouables, simples effets de diversion pour ne pas regarder les choses en face. Le cinéaste choisit donc, pour répondre à ces simulacres, la frontalité extrême pour raconter le cœur de son intrigue : la rivalité qui se développe entre Javier, timide et maladroit, et Sergio, son patron brutal et autoritaire, autour de Natalia, affolante acrobate à la plastique fellinienne. Faisant fi des injures féministes qui ne manqueront pas de tomber à son propos, de la Iglesia fait de Natalia une fille dépendante d’un homme qui la maltraite, lui pardonnant par amour ses excès, ce que Javier ne comprend pas. Sa plongée dans la folie est le résultat de ce malentendu : il a transformé son rival en monstre, il le deviendra à son tour, espérant obtenir les faveurs de la belle. Son désir l’aveugle au point de traverser tous les événements majeurs de son pays sans vraiment les comprendre, élément incontrôlable d’un régime qui aimerait au contraire tout contrôler.

La main de Franco

Il n’est pas interdit, face à Balada triste, de penser aux Bienveillantes, l’extraordinaire roman de Jonathan Littell : même choc entre la trajectoire intime d’un héros ambivalent et la chronique méticuleuse des événements historiques, même envie de raconter une période en adoptant un point de vue subjectif et fictionnel. Une scène invite particulièrement à la comparaison, la main de Franco remplaçant le nez d’Hitler, mais la fiction prenant dans les deux cas ses aises avec la réalité. C’est dire aussi l’ambition de de la Iglesia : emprunter les armes du cinéma de genre (les références sont nombreuses dans le film, en premier lieu aux classiques comme Frankenstein et King Kong) pour investir un patrimoine national jusqu’ici réservé à la reconstitution académique. Par son jusqu’auboutisme forcené (le climax final est la réponse du cinéaste au Peter Jackson du Seigneur des anneaux, avec lequel il dialoguait déjà dans son précédent Crimes à Oxford), Balada triste s’impose comme le film le plus cohérent de son auteur, son plus personnel aussi. Là où tout pouvait le pousser à écrire une farce noire, il choisit au contraire de faire une tragédie désespérée, ce que la boucle du récit vient souligner. Aux rires des enfants en ouverture répondent ainsi les larmes de deux hommes mûrs, soudain conscients du chaos dans lequel ils ont plongé leur vie.

Tags  • Balada triste • Alex de la Iglesia • Carlos Aceres • Antonio de la Torre • Carolina Ba

Vous aimez cet article ? partagez le sur les réseaux sociaux !

Suivez l'actualité Cinéma à Lyon avec LE PETIT BULLETIN

NEWSLETTER

À LIRE AUSSI

+ Lectures cinéphiles et estivales (CINEMA / 7 juillet 2014)

+ Les Sorcières de Zugarramurdi (CINEMA / 2 janvier 2014)

+ Les Amants passagers (CINEMA / 19 mars 2013)

+ La tragédie d’un clown ridicule (CINEMA / 14 juin 2011)

+ Crimes à Oxford (CINEMA / 19 mars 2008)

comments powered by Disqus

NEWS

"LE VOYAGE DE CHIHIRO" À LUMIÈRE 2014

Vendredi 29 août 2014

FAYE DUNAWAY ET "BONNIE AND CLYDE" EN OUVERTURE DE LUMIÈRE

Mercredi 27 août 2014

Toutes les news

Portraits

ISAO TAKAHATA DÉCROCHE LA LUNE

Mardi 24 juin 2014

Avec "Le Conte de la Princesse Kaguya", Isao Takahata, l’autre génie du Studio Ghibli, sort d’un long silence créatif pour signer ce qui est sans doute son œuvre la plus ambitieuse (...)

«LA PEUR DES MONSTRES EST UNE PEUR PRIMAIRE»

Mardi 13 mai 2014

Entretien avec Gareth Edwards, réalisateur de Godzilla. Propos recueillis et traduits par Christophe Chabert (...)

Billetterie

le Fils du comique

Mercredi 4 février 2015 à 20h30

Bourse du Travail

Katy Perry

Vendredi 20 février 2015 à

Halle Tony Garnier

Soprano

Mardi 31 mars 2015

Halle Tony Garnier

Toute la billetterie

Concours

Avant-première du film "Bon rétablissement !" jeudi 4 septembre au Pathé Bellecour

clôture : Jeudi 4 septembre 2014

Gagnez 15x2 places pour l'avant-première du film réalisé par Jean Becker, le jeudi 4 septembre à 20h30 au Pathé Bellecour, en présence de l'équipe du film

Tous les jeux concours

Blogs

"Transcendance" : pas transcendant

Blog Cinéma publié le Jeudi 10 juillet 2014
par BRUNO SLEEPLESS

Le thème de l’intelligence artificielle est fréquent au cinéma pour le meilleur… ou pour le pire. Je vous laisse deviner dans quelle catégorie ranger “Transcendance”, le dernier fi (...)

La Guerre de Mondes

Blog Cinéma publié le Mardi 17 juin 2014
par GEORGESLECHAMEAU

Extraterrestres, cellule(s) familiale, Spielberg, Tom Cruise et 11/09/01 (...)

Futatsume No Mado

Blog Cinéma publié le Mercredi 21 mai 2014
par GEORGESLECHAMEAU

Naomi Kawase réussit à transmettre quelque chose d'indescriptible, une communion entre l'Homme et la Nature (...)

Recherche
+ CINEMA
THEMATIQUE
DATE

Film
SALLE
Notre selection
Avant premiere
en V.O en 3D   
         Mot-clé

RECHERCHER ►
Choix de la rédaction


+ VENTES PRIVÉES
Sous couvert d'une empoignade girly, notre collaborateur Christophe Chabert signe avec sa deuxième p (...)

+ ALEX RAMIRÈS FAIT SA CRISE
Alex Ramirès fut révélé par un premier one-man-show prodigieusement schizophrène dans lequel il raco (...)

+ JEFFEREY JORDAN S'AFFOLE !
Jeune, beau, drôle, Jefferey Jordan a tout pour plaire. Seulement voilà, il est violoniste. Et gay. (...)

+ KARIM DUVAL
Encore un de ces stand-uppers communautaires tels que le Jamel Comedy Club en usine à la douzaine ch (...)

+ SANS VALENTIN
Un nid à clichés, comme la plupart des spectacles abordant l'homosexualité sous l'angle de l'humour (...)

+ VINCENT DEDIENNE
Il monte, il monte le petit Vincent Dedienne, comédien doté d’un humour ravageur et très théâtral. A (...)

+ UNE CHAMBRE À SOI
Comme toujours (cf. "Lambeaux" notamment), la comédienne Anne de Boissy porte avec un subtil dosage (...)

+ BOUNCE !
Ce qui importe à Thomas Guerry et Camille Rocailleux, c'est la beauté du geste, fut-il conflictuel o (...)

+ FPP 3 - FABULATIONS PÉDESTRES PÉRIPHÉRIQUES
Le premier mérite de ce projet tient certainement à son étrangeté : convier cent "curieux" tels qu'i (...)

+ MON TRAÎTRE
Chalandon qui a couvert le conflit irlandais pour "Libération" s'invente un alias, un luthier parisi (...)

+ COUIC
A peine auréolé du succès de "Trash", son spectacle AAA dans le milieu du XXX, Jocelyn Flipo retrouv (...)

+ LA LEÇON
Initialement prévue dans la petite salle du TNP, cette "Leçon" fait un triomphe sur son grand platea (...)

+ LES FOURBERIES DE SCAPIN
En 1h25, Mohamed Brikat et sa troupe livrent une adaptation survitaminée du classique de Molière et (...)

+ SÉQUENCE 8
La première mondiale avait eu aux Nuits de Fourvière 2012 et depuis le spectacle des Québecois a fai (...)

+ YAËL TAUTAVEL OU L'ENFANCE DE L'ART
Magnifique texte sur l'apprentissage, la coupure du cordon, l'accès à l'indépendance, à la solitude (...)

+ LES ENCOMBRANTS FONT LEUR CIRQUE
Quand "Les Encombrants font leur cirque", c'est sur une piste aux étoiles improvisée dans une déchar (...)

+ MOLIÈRE FOREVER
Auteur et acteur d’une pièce très ludique sur la rencontre de deux personnes dans un ascenseur, Jean (...)

+ LE TRIOMPHE DE L'AMOUR
Quand la langue virtuose de Marivaux rencontre l’univers tout en décalage de Michel Raskine, cela do (...)

+ LA JEANNE DE DELTEIL
Elle est seule sur scène sans aucun artifice (sinon quelques accessoires de la machinerie théâtrale) (...)

+ BOXE BOXE
Quand l'énergie des comparses de Mourad Merzouki se mêle à la suavité des cordes du Quatuor Debussy, (...)

+ LA GRANDE ET FABULEUSE HISTOIRE DU COMMERCE
Comment le commerce broie les gens ? Pour leur vendre quoi ? Sans rien perdre de sa singularité et e (...)

+ L'ODEUR DES PLANCHES
Sobrement, avec modestie mais un talent constant, Sandrine Bonnaire retrouve les planches et incarne (...)

+ MAI, JUIN, JUILLET
C'est un événement ! Quatre de théâtre durant lesquelles défilent l'histoire de Mai 68, de l'Odéon, (...)

+ LES QUELQUES JOURS DE L'œUF
Attention, des œufs vont éclore dans le quartier de Vaise. Proposition surréaliste de Magali Chabrou (...)

+ BELGRADE
Mis en musique en live, écrit et interprété magistralement, ce spectacle laisse à bout de souffle, s (...)

+ ATVAKHABAR RHAPSODIES
Imprégné d'univers aussi éloignés de la danse contemporaine que le jeu vidéo et le cinéma d'animatio (...)


Tous les spectacles à l'affiche à LYON

Au cinéma


À l'affiche aujourd'hui

à LYON le Mardi 2 septembre 2014

Cinéma 94 Films

Concerts et Soirées 2 Concerts

Animations 1 Événements

Théâtre et danse 7 Spectacles

Expositions 22 Expositions

Film de la semaine
 
Cie Zéotrope

Cie Zéotrope

Cours et école de musique

Pour les plus de 16 ans qui s'ennuient les mardis soirs, Zéotrope propose son atelier de pratique théâtrale.

4 rue Serge Ravanel 69100 Villeurbanne


De l'atelier photo au cours de didgeridoo... toutes les disciplines que vous recherchez sont représentées sur Cours & Stages Lyon