La Guerre des boutons

ECRANS | De Yann Samuell (Fr, 1h35) avec Éric Elmosnino, Mathilde Seigner…

Dorotée Aznar | Dimanche 11 septembre 2011

Photo : © One world films / Arnaud Borel


Avec cette première Guerre des boutons, la catastrophe attendue est au rendez-vous. Le film est impitoyablement dénué d'intérêt et même de savoir-faire : les enfants sont très mal dirigés, leurs dialogues incompréhensibles ou bêtement récités (pauvre Petit Gibus !), la réalisation multiplie les faux-raccords et les plans illisibles à force de caméra secouée, certains postes techniques semblent avoir été désertés en cours de route (exemple hilarant : la maquilleuse se contente de faire des genoux au mercurochrome, toujours de la même taille !). Même les comédiens adultes pataugent dans la semoule (Alain Chabat mauvais, impossible ? Ben si, ici…). Yann Samuell, crédité au scénario, confirme son incompétence totale après L'Âge de raison : il n'a aucune affinité avec ce qu'il filme, déclinant des plans sans âme et des péripéties laborieuses, et sa tentative pour mettre le récit en perspective historique est expédiée dans la confusion. La Guerre des boutons est un téléfilm à 13 millions d'euro, ni fait ni à faire, d'un ennui incommensurable, qui du coup laisse le champ libre à la version de Christophe Barratier la semaine prochaine.
Christophe Chabert

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Edmond

ECRANS | Malgré la présence de Sarah Bernhardt, la dernière pièce d’Edmond Rostand a été un four cuisant. Deux ans plus tard, il a l’occasion de se refaire… s’il signe (...)

Vincent Raymond | Mardi 8 janvier 2019

Edmond

Malgré la présence de Sarah Bernhardt, la dernière pièce d’Edmond Rostand a été un four cuisant. Deux ans plus tard, il a l’occasion de se refaire… s’il signe en trois semaines une comédie épique pour l’illustre comédien Coquelin. Seul le titre est trouvé : Cyrano de Bergerac… Éloge de la mise en abyme : la pièce racontant l’histoire du plus grand succès théâtral de l’Histoire a connu un tel succès qu’elle a été transposée au cinéma. L’heureux jeune dramaturge de ce triomphe contemporain, Alexis Michalik, s’est même vu confier le soin de signer la réalisation de ce qui ce trouve être son premier long-métrage. À l’auteur, l’industrie cinématographique confiante — en attendant d’être reconnaissante ? Sans minimiser leur investissement, reconnaissons que les producteurs jouent sur du velours : le prestige des planches est double (grâce à la référence patrimoine et la tournée toujours en cours), la distribution extra-large et le style de nature à n’effrayer personne : non point une qualité française, mais une facture charentaise - puisqu’il a été en compétition au festival d

Continuer à lire

La Guerre des boutons, film culte-nu

ECRANS | L’imminence des vacances d’été renvoie chacun à ses vertes années, emplissant l’atmosphère d’une bouffée de nostalgie et ressuscitant quelques images en (...)

Vincent Raymond | Mardi 26 juin 2018

La Guerre des boutons, film culte-nu

L’imminence des vacances d’été renvoie chacun à ses vertes années, emplissant l’atmosphère d’une bouffée de nostalgie et ressuscitant quelques images en noir et blanc. Le moment se trouve particulièrement bien choisi pour (re)voir La Guerre des boutons. Attention, on parle ici de la deuxième et plus fameuse adaptation de Louis Pergaud : celle réalisée par Yves Robert — la première, signée Jacques Daroy, est aujourd’hui confidentielle ; quant aux suivantes, en particulier les versions “rivales“ de Yann Samuell et Christophe Barratier, disons par pudeur qu’elle s’annulent. Transposant le récit à l’époque contemporaine du tournage (1962, soit un demi-siècle après l’écriture du roman), le film n’en modifie pourtant nullement la substance, tirant profit d’un cadre ancré dans une rusticité rurale quasi-immuable — même si quelques gosses sont chaussés de Converse, preuve que le plan Marshall était arrivé au plus profond de nos campagnes. Lesté d’une cinquantaine d’années supplémentaires, il a même gagné une patine patrimoniale le rapprochant davantage de XIXe siècle da

Continuer à lire

Jean-Pierre Améris : « il faut rire de ses petites névroses »

ECRANS | Qu’est-ce qui vous a fait vous identifier au personnage principal du livre de David Foenkinos ? Son mal de dos ? Jean-Pierre Améris : Ah oui vraiment, (...)

Vincent Raymond | Mardi 29 mai 2018

Jean-Pierre Améris : « il faut rire de ses petites névroses »

Qu’est-ce qui vous a fait vous identifier au personnage principal du livre de David Foenkinos ? Son mal de dos ? Jean-Pierre Améris : Ah oui vraiment, c’est la première chose. J'en souffre aujourd’hui pour la simple raison que je suis très grand et que je me tiens très bas, n’assumant toujours pas ma taille. L’autre jour dans un débat avec le public, une dame m’a dit « osez être grand » ! Elle a raison : je me tiens mal car j’essaie de me mettre à hauteur des gens. Ce qui m’a vraiment amusé dans le roman, c’est le mal de dos qui raconte tout ce qu’on a de mal de nos vies : on est tous fait pareil. 43% des gens associent leur douleur physique au travail : l’ambiance, le harcèlement même. On est quand même dans un monde où on est malmené : je vois le matin la tête des gens. C’est une fichue société de performance, il faut tout réussir, le familial, le conjugal, l’éducation, et les gens n’y arrivent pas. Au bout d’un moment, le corps dit : « stop, je ne sais pas ce que font les neurones là-haut, mais moi j’arrête. » C’est un signal d’alarme.

Continuer à lire

Je vais mieux

ECRANS | Au beau milieu d’un repas entre amis, Laurent est pris d’un violent mal de dos qui va persister et résister à la médecine traditionnelle, spécialisée et même (...)

Vincent Raymond | Mardi 29 mai 2018

Je vais mieux

Au beau milieu d’un repas entre amis, Laurent est pris d’un violent mal de dos qui va persister et résister à la médecine traditionnelle, spécialisée et même alternative. Et si cette douleur était le signal d’un dysfonctionnement inconscient dans sa vie professionnelle ou privée ? Il faut toujours prêter attention aux signaux inconscients. Observez l’affiche de Je vais mieux. Sa typo — une cousine de la EF Windsor-Elongated, pour nos amis et amies graphistes —, ne rappelle-t-elle furieusement pas celle, si caractéristique, de Woody Allen ? La silhouette de l’échalas coiffé à la diable, n’évoque-t-elle pas le Juif new-yorkais névrosé le plus célèbre du monde ? Traduction : attendez-vous à une comédie psychanalytique à forte composante autobiographique. Car bien qu’il s’agisse d’une adaptation de Foenkinos, Améris se retrouve tout entier dans cette histoire où la douleur d’un corps longtemps ignoré fusionne avec celles de l’âme. Héros effacé se mettant à somatiser, Laurent serait-il une forme de prolongement de ses charmants inadaptés des Émotifs anonymes, ces timide

Continuer à lire

"M. Armand dit Garrincha" : Jouer juste avec Elmosnino

SCENES | On ne va pas se mentir : un solo a toujours un aspect un peu intimidant pour le spectateur, qui sait que toute l'émotion lui sera transmise par une (...)

Nadja Pobel | Mardi 21 juin 2016

On ne va pas se mentir : un solo a toujours un aspect un peu intimidant pour le spectateur, qui sait que toute l'émotion lui sera transmise par une seule et même personne. C'est assez redoutable, aussi, pour le comédien. Mais, dans cette reprise de rôle (la pièce avait été créée à son initiative en 2001), Éric Elmosnino s'en sort de façon absolument remarquable. Cela tient bien sûr à son talent que l'on ne découvre pas ici et aussi à Patrick Pineau (récemment vu à Fourvière dans le rôle-titre de Cyrano sous la direction de Georges Lavaudant) qui signe une mise en scène tout en décadrages, utilisant le hors-champ à bon escient. Des images sont parfois retransmises en direct quand l'acteur est dans sa cuisine avant qu'il ne revienne sur le plateau, parcelle de terrain entourée de deux bancs aux couleurs limpides évoquant le Brésil sans porter le pays en étendard non plus. Manoel dos Santos dit Garrincha, ailier droit de la seleção, double champion du monde en 1958 et 1962, réputé pour toujours dribbler en passant à droite et icône aussi célèbre que Pelé dans son pays, est sauvé par Monsieur Armand. Ce jeune footballeur de l'OM, véridiquement le premier qui en j

Continuer à lire

"Retour chez ma mère" : un double portrait de femmes réussi

ECRANS | Auteur du très injustement mésestimé Protéger et Servir (comme du moins mémorable Barbecue), Éric Lavaine adore adapter au format de la comédie des sujets de société (...)

Vincent Raymond | Mercredi 1 juin 2016

Auteur du très injustement mésestimé Protéger et Servir (comme du moins mémorable Barbecue), Éric Lavaine adore adapter au format de la comédie des sujets de société ne prêtant pas forcément à rire. Se saisissant des désarrois de la “génération boomerang” humiliée par un retour subit et subi chez môman, il signe un double portrait de femmes d’autant plus réussi qu’il est dépourvu de vulgarité, ce saprophyte du rire ordinaire. Malgré les apparences, la mère n’y est pas qu’une mamie poussiéreuse dépassée par la modernité ; elle possède son petit tempérament — sans surprise, Josiane Balasko se montre parfaite pour jouer sur les deux registres. Quant à Alexandra Lamy en fille déprimée, elle se ferait presque manger par sa sœur à l’écran, Mathilde Seigner : en peau de vache, la seconde retrouve enfin de la subtilité dans son interprétation et redevient attachante. Certes, la presque trop grande efficacité du dialogue, aux répliques sur-ciselées façon Francis Veber, donne à l’ensemble des allures de succès des planches transposé devant la caméra. Ma

Continuer à lire

Le Cœur des hommes 3

ECRANS | Le deuxième volet était déjà atroce, mais ce troisième épisode le surclasse encore dans l’infamie. Le cœur des hommes, ici, c’est plutôt leurs «couilles», terme (...)

Christophe Chabert | Mercredi 16 octobre 2013

Le Cœur des hommes 3

Le deuxième volet était déjà atroce, mais ce troisième épisode le surclasse encore dans l’infamie. Le cœur des hommes, ici, c’est plutôt leurs «couilles», terme généreusement employé tout au long de dialogues d’une absolue vulgarité, à l’avenant de la beaufitude satisfaite de ses quatre personnages. Qui, non contents d’accueillir chaleureusement le spectateur par une charge anti-fonctionnaires sur l’air du "on les paie à rien foutre avec nos impôts", vont ensuite s’employer à démontrer, dans un chorus de phallocrates rigolards, que les femmes ne serviraient à rien s’il n’y avait pas les hommes pour donner un sens à leur vie. La preuve : quand elles font chier, la meilleure chose à faire est de les virer — du pieu ou de leur boulot — ou de leur donner une bonne petite leçon en allant voir ailleurs. Et, bien sûr, tout cela se conclut par un éloge du mariage… Décomplexé politiquement, Le Cœur des hommes 3 l’est aussi, et c’est bien le pire, vis-à-vis de la forme télévisuelle, qu’il repique sans aucune mauvaise conscience : ouvertures de séquences avec le même panoramique sur les toits de Paris, mise

Continuer à lire

Des gens qui s’embrassent

ECRANS | Poursuivant ce qu’elle pense être une observation de la société française, Danièle Thompson invente surtout au fil des films une grande célébration des classes (...)

Christophe Chabert | Mardi 2 avril 2013

Des gens qui s’embrassent

Poursuivant ce qu’elle pense être une observation de la société française, Danièle Thompson invente surtout au fil des films une grande célébration des classes supérieures et de leurs valeurs : famille, religion, argent, apparences, réussite… Elle a beau, comme ici, créer des oppositions — les artistes contre les nantis, les candides contre les cyniques — ce n’est qu’une habile diversion avant la réconciliation finale — dans ce film-là, incroyablement bâclée. Et quand il s’agit de critiquer vaguement l’arrogance de ses personnages, c’est à travers des stéréotypes embarrassants, pas aidés par des comédiens parfois en pleine panade — Monica Bellucci est catastrophique en bourgeoise hystérique. Surtout, Des gens qui s’embrassent a l’ambition d’un film choral, mais se retrouve coincé dans un format de prime time d’évidence trop étroit et qui intensifie tous ses défauts : ainsi la narration avance par bonds temporels, s’attarde sur des événements sans intérêt et passe à toute vitesse sur ce qui pourrait créer du trouble — le déterminisme amoureux qui relie les deux cousines, par exemple.

Continuer à lire

Télé Gaucho

ECRANS | Visiblement, en France, il est impossible de transformer l’essai d’un succès (critique et public) surprise. Michel Leclerc vient s’ajouter à une liste déjà (...)

Christophe Chabert | Mardi 4 décembre 2012

Télé Gaucho

Visiblement, en France, il est impossible de transformer l’essai d’un succès (critique et public) surprise. Michel Leclerc vient s’ajouter à une liste déjà longue (et pas encore close cette année…) de cinéastes trop confiants qui tentent de retrouver un esprit qu’ils réduisent à une formule creuse. Reprenant l’équation politique + romantisme + fantaisie de son Nom des gens, il la métamorphose en bouillie informe, scénaristiquement décousue, filmée n’importe comment, où l’humour pèse des briques et où les sentiments ont l’air fabriqués comme jamais. On suit donc le parcours d’un naïf qui, délaissant son stage chez TF1 (mais ce n’est pas TF1) pour aller faire ses classes dans la télé libre (Télé Bocal est devenue Télé Gaucho), y croise de vrais gens passionnés, sincères et de gauche, avec tout ce que cela implique de purisme et de prise de courge sur celui qui a la plus grosse conscience militante. Probablement autobiographique, le film est surtout incroyablement égocentrique : Leclerc fait la voix-off, chante en live et au générique

Continuer à lire

La guerre des moutons

ECRANS | D’ordinaire, pour débuter la rentrée, il faut pousser quelques exclamations de joie et de bonne humeur. C’est vrai que c’est beau, la rentrée, toutes ces (...)

Christophe Chabert | Mercredi 24 août 2011

La guerre des moutons

D’ordinaire, pour débuter la rentrée, il faut pousser quelques exclamations de joie et de bonne humeur. C’est vrai que c’est beau, la rentrée, toutes ces promesses de grands films faits par des réalisateurs intelligents, avec des histoires originales, des acteurs talentueux… Mais là, la rentrée cinéma nous accueille avec des culs de bus et des colonnes Morris placardés d’affiches mettant en scène non pas l’habituel défilé de longs-métrages alléchants, mais la rivalité absurde et pathétique entre deux films sortant à une semaine de distance et portant (presque) le même titre. C’est la guerre de "La Guerre des boutons", qui faisait déjà ricaner le monde entier à Cannes ; devenue réalité à l’orée de ce mois de septembre, elle ressemble au cauchemar d’un responsable marketing interné à l’asile. Du coup, plus question de se taire, sous peine d’être reconnu complice de la mascarade : tout cela n’a plus rien à voir avec le cinéma, et on aurait voulu révéler au grand jour les pratiques agressivement mercantiles de la production française actuelle, on ne s’y serait pas mieux pris. Car vouloir faire une nouvelle adaptation du livre de Louis Pergaud, après celle toujours regardable d’Yves

Continuer à lire

L’Âge de raison

ECRANS | Après "Jeux d’enfants" et son remake hollywoodien inédit de "My Sassy girl", Yann Samuell revient en France, entre la Cité internationale à Lyon et Saoû dans (...)

Christophe Chabert | Mercredi 7 juillet 2010

L’Âge de raison

Après "Jeux d’enfants" et son remake hollywoodien inédit de "My Sassy girl", Yann Samuell revient en France, entre la Cité internationale à Lyon et Saoû dans la Drôme exactement, pour raconter l’histoire d’une business woman hyperactive qui reçoit les lettres qu’elle s’était écrite enfant et dans laquelle elle avait consigné ses rêves de petite fille. Qui, de la réalité libérale ou du conte de fée, triomphera ? La naïveté volontariste de Samuell ne laisse guère de doute sur la réponse, mais c’est surtout le cinéma qui sort perdant de l’affaire : très mal écrit et filmé comme une contrefaçon cheapos du style Jean-Pierre Jeunet, "L’Âge de raison" déroule son programme lénifiant entre embardées oniriques façon origami et comédie de l’époque déjà datée. Quant à Sophie Marceau, en plein trip, on a le sentiment de la voir refaire pendant une heure trente son discours cannois.CC

Continuer à lire

Toutes les filles pleurent

ECRANS | C’est horrible à dire, mais en termes de caprice de star, on préfère encore quand les actrices françaises enregistrent un disque. Ce n’était hélas pas suffisant (...)

Dorotée Aznar | Vendredi 26 mars 2010

Toutes les filles pleurent

C’est horrible à dire, mais en termes de caprice de star, on préfère encore quand les actrices françaises enregistrent un disque. Ce n’était hélas pas suffisant pour l’ego de Judith Godrèche, qui brûlait apparemment de se créer un surmoi cinématographique à la hauteur de sa haute d’estime d’elle-même. Hallucinant de narcissisme mal digéré, Toutes les filles pleurent nous expose donc, via moult gros plans sur son visage évanescent, un portrait de l’artiste en indécise vaporeuse, objet de toutes les attentions sentimentales, louée pour ses talents vocaux inexistants, ahanant des répliques improbables appuyées d’un regard fuyant, le tout entrecoupé de séquences où miss Godrèche se balade dans les rues de Montmartre d’un air absent. Tout ça pour démontrer qu’elle n’a strictement rien à dire, et entretenir la caricature d’un cinéma français fasciné par des questionnements “charmants“ et “sensibles“ : doit-on s’engager ? Faut-il vacciner un lapin domestique ? Y-a-t-il de la noix de coco dans le Malibu ? Les lesbiennes sont-elles des mecs comme les autres ? FC

Continuer à lire

Gainsbourg (vie héroïque)

ECRANS | D’abord le sous-titre : "Vie héroïque". Puis l’accroche : «un conte de Joann Sfar». Ce Gainsbourg arrive entouré de deux précautions adressées au spectateur : (...)

Christophe Chabert | Mercredi 13 janvier 2010

Gainsbourg (vie héroïque)

D’abord le sous-titre : "Vie héroïque". Puis l’accroche : «un conte de Joann Sfar». Ce Gainsbourg arrive entouré de deux précautions adressées au spectateur : la vie de Gainsbourg sur l’écran sera celle d’un héros, ce qui est le propre de tout biopic, notamment quand il s’attaque à des figures musicales mythiques, de Jim Morrison à Edith Piaf en passant par Ray Charles. Quant au conte, il dit la part d’invention que Sfar a prise avec la réalité du personnage public et privé — distinction qui, avec Gainsbourg, n’a pas grand sens. De fait, si le film est une œuvre extrêmement personnelle, une vision iconoclaste d’une icône controversée, il y a parfois en lui une étrange soumission aux scories de la biographie sur grand écran. Comme un papier plié méticuleusement mais qui, déplié, formerait un dessin aléatoire, "Gainsbourg (vie héroïque)" échappe aux jugements définitifs et oblige à l’examen attentif. Héros national Le film s’ouvre sur le jeune Lucien Ginzburg en pleine occupation allemande. Pendant que son père, immigré russe et musicien raté, l’oblige à jouer du piano, il se rêve en grand peintre français. Premier schisme intim

Continuer à lire