Martha Marcy May Marlene

ECRANS | Portrait d’une adolescente s’échappant d’une communauté dirigée par un gourou séduisant et dangereux, le premier film de Sean Durkin exprime par sa mise en scène, mentale et envoûtante, la confusion de son héroïne. Brillant. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Jeudi 23 février 2012

Photo : Ph : Jody Lee Lipes - © Twentieth Century Fox 2012


Martha Marcy May Marlene pourrait être un drame à sujet sur les dérives sectaires de l'Amérique profonde ; mais Sean Durkin a une ambition bien plus grande qu'un simple réquisitoire contre la confusion des valeurs américaines et ses conséquences sur une jeunesse déboussolée. Son premier film est surtout, à la manière de La Solitude des nombres premiers l'an dernier, une tentative pour retranscrire le trouble mental de son héroïne Martha. C'est son vrai prénom, mais le gourou de la communauté dans laquelle elle a fui ce qui lui reste de famille l'a rebaptisée Marcy May. Quant à Marlene, c'est le nom que chacune de ses ouailles emprunte pour répondre au téléphone et pister de futures proies. L'horreur est bien là : le viol initial au prétexte d'une libération du corps, le bourrage de crâne qui conduit à se départir de son libre-arbitre et de son identité ; mais le cinéaste ne la livre jamais que par fragments intercalés en flashbacks dans un récit centré sur la reconstruction de Martha. En effet, celle-ci a réussi à s'évader et s'est réfugiée chez sa sœur Lucy et son mari.

En eaux troubles

Il y a d'abord une idée très forte : ces deux hôtes, bourgeois aisés et puritains, ne tolèrent que partiellement les mœurs de Martha. Impossible, par exemple, de supporter qu'elle se baigne nue dans le lac de leur propriété. Comme si, ayant échappé à l'enfer d'un communautarisme liberticide, elle se heurtait à d'autres barrières, sociales et morales. D'où la schizophrénie qui s'empare d'elle, et que Durkin traduit par une mise en scène impressionnante. À la manière du Altman des années 70, Martha Marcy May Marlene est composé en longs plans en scope filmés en courtes focales, dans lesquels le cinéaste recadre l'action par des zooms minutieux et un discret travail de perspective sonore. Martha est ainsi doublement livrée à sa solitude, écrasée par l'absence de profondeur de champ puis isolée dans le cadre du reste de son environnement humain. L'angoisse qu'elle ressent, diffuse mais omniprésente, se communique ainsi au spectateur jusqu'au dernier plan, en suspens. Le trouble ressenti tient aussi à la force de ses acteurs, à commencer par Elizabeth Olsen, sorte de Kristen Stewart en plus charnelle, et John Hawkes en gourou séducteur et manipulateur, hippie dégénéré façon Gilbert Bourdin, la religion en moins.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Godzilla

ECRANS | Étrange blockbuster que ce Godzilla, où la frustration le dispute avec le sentiment d’assister à l’éclosion d’un auteur doué et intransigeant, suivant une (...)

Christophe Chabert | Mardi 13 mai 2014

Godzilla

Étrange blockbuster que ce Godzilla, où la frustration le dispute avec le sentiment d’assister à l’éclosion d’un auteur doué et intransigeant, suivant une ligne casse-cou dont il ne s’écarte jamais. C'est donc l’œuvre d’un cinéphile qui a réussi à digérer une tradition pour la synthétiser dans un geste assez gonflé de mise en scène. Car Edwards choisit son camp : celui des humains plutôt que des monstres, réduits la plupart du temps à un hors champ menaçant. Brassant une demi-douzaine de personnages que le film prend soin de présenter dans leur intimité familiale et leur environnement professionnel, le cinéaste semble adopter la voie Abrams pour faire renaître la mythologie Godzilla : on voit donc un père rongé par la culpabilité d’avoir sacrifier son épouse, délaissant un fils qui lui-même privilégie sa carrière militaire à sa présence auprès de sa femme et de son enfant. Cette première demi-heure est un exercice de storytelling d’une évidente élégance formelle — superbe photo de Seamus McGarvey, musique inspirée d’Alexandre Desplat — mais très éloigné du film de monstres promis. Quand ils finissent par débarquer dans les plans, ils sont presque immédi

Continuer à lire

The Sessions

ECRANS | John Hawkes est un peu l’acteur que l’on remarque tout le temps mais qui, d’ordinaire, cherche à ne pas se faire remarquer. On a croisé son visage émacié et (...)

Christophe Chabert | Mardi 26 février 2013

The Sessions

John Hawkes est un peu l’acteur que l’on remarque tout le temps mais qui, d’ordinaire, cherche à ne pas se faire remarquer. On a croisé son visage émacié et son bouc bien taillé dans des séries comme 24, Deadwood ou Lost, puis en homme de ménage dans Contagion et en gourou séduisant et inquiétant dans Martha Marcy May Marlene ; récemment, il était un des trois lobbyistes de Lincoln. The Sessions le voit passer en pleine lumière pour un rôle à Oscar — comprenez, à handicap — celui d’un homme contraint de vivre dans un poumon d’acier suite à une poliomyélite. Salué comme un poète important, il veut connaître les joies du sexe avant sa mort. Avec la bénédiction d’un prêtre très ouvert d’esprit, il passe une petite annonce et voit débarquer une thérapeute un peu spéciale qui va lui proposer des sessions de travaux p

Continuer à lire

Winter’s bone

ECRANS | Invitée surprise des prochains oscars, cette production indépendante joue l’exotisme à l’envers : il montre un bout d’Amérique inédit sur les écrans, celle des (...)

Christophe Chabert | Mercredi 23 février 2011

Winter’s bone

Invitée surprise des prochains oscars, cette production indépendante joue l’exotisme à l’envers : il montre un bout d’Amérique inédit sur les écrans, celle des bicoques délabrées d’un Missouri brumeux et boueux, et les familles pauvres qui les habitent. Le meilleur du film de Debra Granik est d’ailleurs dans ses séquences purement ethnologiques et documentaires. Elle y greffe par-dessus une fiction qui a tendance à affadir l’ensemble par un misérabilisme appuyé. Le puits de poisse qui s’abat sur cette adolescente refusant, pour protéger sa famille, de courber l’échine face à la violence, le machisme et la corruption, aurait mérité une touche d’humour, d’onirisme ou d’innocence ; une distance, celle que David Gordon Green avait trouvée dans son beau (et trop peu vu) "L’Autre Rive". CC

Continuer à lire