Stars 80

ECRANS | Projet improbable emmené par l’équipe d’«Astérix aux jeux olympiques» autour de la réunion de vieilles gloires du «Top 50», «Stars 80» fascine par son envie farouche d’être aussi médiocre que son pitch. Y avait-il une autre issue ? Peut-être… Christophe Chabert

Christophe Chabert | Lundi 22 octobre 2012

Photo : © La Petite Reine / Alain Guizard


Si tant est qu'on aime le cinéma et la musique, il n'y a aucun espoir au moment où l'on franchit les portes de Stars 80 : ce sera affreux, il ne peut pas en être autrement. Imaginer Thomas Langmann aux commandes d'une fiction retraçant l'histoire vraie de deux producteurs qui décident de monter un show avec les vedettes du Top 50 dans les années 80 (quelques noms, juste pour mesurer l'enfer : Début de soirée, Jeanne Mas, Sabrina, Émile et images…), c'est déjà une sorte de cauchemar. Et pourtant, à la vision du film, quelque chose d'étrange se produit : Stars 80 n'est pas bon, nos yeux piquent et nos oreilles saignent à de nombreuses reprises durant ses 110 minutes, mais on se dit qu'on passe toujours à deux doigts d'une improbable réussite.

Il suffit pour cela de se rappeler qu'il y a deux mois sortait Magic Mike ; sur le papier, l'idée est proche : raconter le passé de strip-teaseur de Channing Tatum, et dresser la chronique d'un groupe humain soudé par un métier alimentaire qu'ils exercent pourtant avec professionnalisme et dignité. Scénaristiquement, Stars 80 est tout aussi faible dans ses enjeux dramatiques : le premier acte (la recherche des chanteurs puis leur retour sur scène) est vaguement prétexte à quelques embûches (Jean-Luc Lahaye en pleine autoparodie, le couple Peter et Sloane en ex-amants qui se détestent), et le troisième greffe un très bateau conflit d'ego entre les deux producteurs (Anconina et Timsit, à l'aise avec leur partition). Au milieu, c'est le calme plat, la routine du succès qui s'enclenche… Mais là encore, ni plus ni moins que dans Magic Mike.

Flop 50

La différence, bien entendu, c'est l'absence de mise en scène. Le plus bel exemple est cette scène, potentiellement décisive, où après avoir essuyé un gros bide, la troupe se retrouve dans un petit restaurant de Rouen où Jean-Pierre Mader (Jean-Pierre Mader !) sort son ukulélé et s'offre une reprise folk hawaïenne de Disparue (Disparue !). Tous ses camarades reprennent alors en chœur la chanson, soudés par la musique.

Ce pourrait être du Cassavetes, ces comédiens maladroits devraient être regardés comme des morceaux de réel, avec leur histoire marquée sur leurs corps et leurs visages vieillissants. Mais non ; il faut bouger la caméra dans tous les sens, faire des plans de coupe sur les clients qui chantent, greffer la grammaire découpée de la fiction plutôt que d'enregistrer l'émotion de la situation.

Il ne s'agit pas de reprocher au film ce qu'il n'est pas ; il s'agit de pester contre son manque d'ambition, typique du cinéma commercial français où le spectateur qui va voir "ça" n'a forcément aucune envie d'être surpris. Dommage, pour une fois, il aurait pu l'être.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Marie-Francine

ECRANS | Tuiles en cascades pour la quinquagénaire Marie-Francine : son mari la quitte pour une jeunesse, elle perd son boulot de chercheuse puis doit retourner (...)

Vincent Raymond | Mardi 30 mai 2017

Marie-Francine

Tuiles en cascades pour la quinquagénaire Marie-Francine : son mari la quitte pour une jeunesse, elle perd son boulot de chercheuse puis doit retourner vivre chez ses parents (et supporter leurs manies hors d’âge). Une éclaircie tempère ce chaos : sa rencontre avec Miguel, un cuisinier attentionné traversant peu ou prou les mêmes galères qu’elle. Et si le bonheur était à venir ? On avait laissé, pour ne pas dire abandonné, Valérie Lemercier seule face à la Bérézina que constituait 100% Cachemire (2013), film trahissant un essoufflement ultime dans sa mécanique de comédie. Comme une fin de cycle en triste capilotade. Changement de ton et de registre ici, avec ce qui pourrait bien être la plus belle réussite de la cinéaste : sous l’impulsion de sa coscénariste Sabine Haudepin, Valérie Lemercier sort en effet de sa zone de confiance, au-delà de l’aimable charge contre les bourgeois — plus prévisible que corrosive chez elle. Certes, elle s’octroie le (petit) rôle de la jumelle snobinarde de Marie-Francine, clone des emplois qu’elle a mille fois tenus, mais ce d

Continuer à lire

Rires enregistrés

SCENES | En cette rentrée, les cafés-théâtres lyonnais ont des airs de champs en jachère : à leur programme figurent  nombre de reprises d'une saison 2013/2014 (...)

Benjamin Mialot | Mardi 9 septembre 2014

Rires enregistrés

En cette rentrée, les cafés-théâtres lyonnais ont des airs de champs en jachère : à leur programme figurent  nombre de reprises d'une saison 2013/2014 exceptionnellement riche en créations. Côté one-man-show, on retrouvera ainsi avec plaisir Jefferey Jordan (aux Tontons Flingueurs, jusqu'au 2 octobre), Karim Duval (même endroit, en octobre), François Martinez (idem), Yann Guillarme (au Boui Boui, en janvier et février), Alex Ramirès (au Boui Boui également, jusqu'au 30 décembre), Gérémy Crédeville (au Complexe du Rire, en novembre et décembre) ou encore

Continuer à lire

Une chanson pour ma mère

ECRANS | Survivant d'une époque plus lointaine mais qui ne fait pas plus rêver que celle de l'affreux Stars 80, Dave avait su résister jusqu'ici à la réhabilitation par (...)

Jerôme Dittmar | Jeudi 21 mars 2013

Une chanson pour ma mère

Survivant d'une époque plus lointaine mais qui ne fait pas plus rêver que celle de l'affreux Stars 80, Dave avait su résister jusqu'ici à la réhabilitation par voie cinématographique ; sa présence sur les canaux télé et son aura plus mineure justifiant sans doute l'absence de nécessité. Son nom au générique d'Une chanson pour ma mère, comédie à l'anglaise réunissant une famille de bras cassés kidnappant le fameux chanteur pour faire plaisir à leur maman malade et en sursis, avait de quoi faire peur. Si le film ne fait pas de miracles, s'évertuant à enchaîner des situations un peu trop improbables et pataudes aux moyens de personnages commodément stupides, Dave se révèle de loin le meilleur acteur du casting et une vraie surprise. Sans trop sombrer dans la complaisance kitsch, Joël Franka observe avec une réelle tendresse un Dave attachant qui, transformé malgré lui en levier d'une grande réconciliation familiale, devient un joli héros ordinaire. Jérôme Dittmar

Continuer à lire

L’Emmerdeur

ECRANS | La Doublure marquait déjà des signes d’essoufflement, mais avec L’Emmerdeur, Francis Veber part vraiment en vrille. À peine (et très mal !) adapté pour (...)

Christophe Chabert | Mercredi 3 décembre 2008

L’Emmerdeur

La Doublure marquait déjà des signes d’essoufflement, mais avec L’Emmerdeur, Francis Veber part vraiment en vrille. À peine (et très mal !) adapté pour l’écran d’une pièce qui a pourtant beaucoup tourné l’an dernier, on n’y retrouve à aucun moment le sens du timing comique qui a fait la réputation de l’auteur-cinéaste. Signe cruel de ce manque d’inspiration, la prestation neurasthénique de Timsit semble attendre à chaque réplique la réaction complice de la salle. Sans parler du climax burlesque du film, où il s’agit de se gausser de deux hommes qui s’ébattent sur un lit ! Rien à sauver donc dans ce film aussi laid que balourd, et étrangement crépusculaire. CC

Continuer à lire

Astérix aux jeux Olympiques

ECRANS | L'échec artistique de ce troisième Astérix, patent et douloureux, peut se résumer facilement. Le projet de blockbuster paneuropéen de Thomas Langmann voulait (...)

Christophe Chabert | Mercredi 6 février 2008

Astérix aux jeux Olympiques

L'échec artistique de ce troisième Astérix, patent et douloureux, peut se résumer facilement. Le projet de blockbuster paneuropéen de Thomas Langmann voulait fédérer les talents de chaque pays coproducteur. Des talents, il y en a (Depardieu, Poelvoorde, Delon, Cornillac, Astier, Segura, Garcia...), mais chacun est réduit à jouer sa partition en solo, souvent dans le registre qu'on lui connaît déjà. Ni le scénario, basique, ni la réalisation, occupée à justifier le budget du film, n'assure le liant. Langmann tenait aussi à se démarquer de la vision donnée par Chabat dans le précédent volet, jugé trop «Canal». Pourtant, dès le monologue de Delon, ce que l'on voit à l'écran, c'est un immense acteur en train de jouer en live son guignol. Rupture tranquille, donc, qui au fil du film se déporte de la chaîne cryptée vers TF1, avec la sainte trinité variétoche/comédie populaire/sport en ligne de mire. Sur le modèle des superproductions américaines formatées, Astérix aux jeux Olympiques ne repose que sur des équations marketing hasardeuses où chaque séquence est supposée répondre aux attentes d'une catégorie de spectateurs. C'est l'aveu terrible des 15 dernières minutes où il n'

Continuer à lire