L'Air de rien

ECRANS | Un huissier de justice doit s’occuper du cas de Michel Delpech, avec qui il se lie d’amitié puis qu’il va aider à payer ses dettes. Sur cette idée aussi incongrue que formidable, Grégory Magne et Stéphane Viard signent une comédie réjouissante, toujours juste et discrètement subversive. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 30 octobre 2012

Photo : © Julien Poupard


Au fin fond de la province, là où le surendettement fait rage, Maître Grégory Morel a repris le cabinet de son père défunt en compagnie d'un associé tatillon, Max Paturel. Le quotidien de ces deux huissiers de justice consiste à se rendre chez des quidams pour expertiser leurs biens avant saisie et mise aux enchères. Un jour, Morel tombe sur un client tout sauf ordinaire : Michel Delpech ; le chanteur, retiré de la musique, vit en ermite sans le sou dans une petite maison où il fait de la cibie en amateur. Criblé de contraventions, il doit toutefois payer ses dettes.

Pour Morel, c'est un cas de conscience : son père était fan de Delpech, et l'atavisme familial se heurte donc à une plus complexe affaire de transmission. Précisons : si Grégory Morel est incarné par l'incroyable Grégory Montel, révélation comique et acteur au bas mot génial, Michel Delpech est Michel Delpech. Dans son propre rôle ? Plus exactement dans les interstices énigmatiques de sa biographie, le film lui inventant notamment une expérience de producteur pour un polar à la française dont l'affiche trône encore dans son grenier ! Bougon, peu loquace, l'œil malicieux mais fatigué, Delpech est formidable et permet à L'Air de rien de transformer son pari de départ incongru en situation de comédie crédible.

En mode Delpech

Pour honorer ses traites, Delpech va devoir remonter sur scène. La séquence où il redevient chanteur se déroule dans une boîte de nuit minable, et c'est un petit miracle : la voix rouillée, il reprend maladroitement Quand j'étais chanteur ; le public, qui jusqu'alors se déhanchait sur de la techno bas de gamme, s'avère étonnamment attentif et enthousiaste, et Delpech retrouve ses réflexes d'antan, se pique au jeu et prend à nouveau du plaisir.

Plaisir contagieux pour le spectateur : alors que ce show unique se mue peu à peu en tournée de la France profonde et Morel en manager improvisé de Delpech, la comédie prend de l'ampleur et la mise en scène aussi, suite de plans-séquences dont la complexité est pourtant invisible à l'écran. Surtout, dans ce drôle d'attelage entre le chanteur déchu et l'huissier pris de scrupules, entre une bohème boiteuse et un notable encanaillé, se joue une politique de l'amitié qui défie les institutions et la logique de l'argent. L'air de rien, en effet, ce premier film tonique révèle alors son caractère joyeusement subversif.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Emmanuelle Devos, et néanmoins patronne…. : "Les Parfums"

Comédie | En galère de boulot, Guillaume devient le chauffeur d’Anna Walberg, “nez“ indépendante dans l’univers de la parfumerie et femme si exigeante qu’elle a épuisé tous ses prédécesseurs. Mais Guillaume va s’accrocher en lui tenant tête. Une manière de leur rendre service à tous les deux…

Vincent Raymond | Vendredi 26 juin 2020

Emmanuelle Devos, et néanmoins patronne…. :

Devenu un visage familier grâce à la série 10% , Grégory Montel avait “éclos“ en 2012 au côté du regretté Michel Delpech dans le très beau L’Air de rien, première réalisation de Stéphane Viard et… Grégory Magne. Après l’ouïe, celui-ci s’intéresse donc à l’odorat mais conserve peu ou prou un schéma narratif similaire puisque son héros ordinaire-mais-sincère parvient à nouveau à redonner du lustre à une vieille gloire recluse prisonnière de son passé et/ou ses névroses, tout en s’affirmant lui-même ; la différence majeure réside dans le fait qu’une relation fatalement plus sentimentale que filiale se noue ici entre les protagonistes. Loin d’être une bluette à l’anglaise où les deux tourtereaux roucoulent après avoir fait chien et chat pendant l’essentiel du film, cette comédie sentimentale mise beaucoup — à raison — sur les à-côté des personnages : le métier de sentir et composer des fragrances (étrangement peu exploité jusqu’à pré

Continuer à lire

Sa mère la fantôme : "Moi, Maman, ma mère et moi"

Comédie dramatique | De Christophe Le Masne (Fr, 1h27) avec Grégory Montel, Olivia Côte, Philippe Rebbot…

Vincent Raymond | Mercredi 13 février 2019

Sa mère la fantôme :

Après vingt ans d’absence, Benoît est de retour dans la maison familiale pour faire du tri avant, peut-être, de la vendre. Entre deux engueulades avec son frère et ses sœurs, il subit les visites intempestives et insistantes de sa mère. Problème : elle est morte l’année d’avant… Du réalisme magique made in Pays de Loire. Pourquoi pas, après tout… À condition de ne pas être trop regardant sur l’intrigue, façon secret de famille de feuilleton estival, et de tolérer l’arythmie générale qui réclame de supporter dix minutes plan-plan à chaque fois qu’il y a quinze secondes dynamiques. Dommage, car il y a de bonnes idées ou personnages (comme le voisin magnétiseur susceptible) au milieu des incohérences (le puzzle intact après trois décennies au bord de la flotte). Pour cette réunion de famille, le cinéaste a fait appel à des interprètes ayant tous un haut potentiel de sympathie. Sans doute est-ce parce que lui-même est comédien : il a eu la délicatesse de laisser à chacune et chacun un “solo“ leur permettant d’avoir une partition face au groupe. L’attention, louable, a le déf

Continuer à lire

"Embrasse-moi !" de Océanerosemarie & Cyprien Vial

Du genre raté | de Océanerosemarie & Cyprien Vial (Fr, 1h26) avec Océanerosemarie, Alice Pol, Grégory Montel…

Vincent Raymond | Mardi 4 juillet 2017

Enchaînant les petites amies, Océanerosemarie est installée… dans l’instabilité. Mais lorsqu’elle rencontre Cécile, une sculpturale photographe célibataire, elle promet de changer. Chiche ? Connue pour fustiger à la scène comme à la ville les pratiques discriminatoires envers la communauté LGBT (notamment le refus d’accorder le mariage pour tous), l’autrice/actrice fait ici un grand pas en faveur de l’égalité : elle prouve qu’on peut signer en France une bluette lesbienne tout aussi calamiteuse que les navrantes comédies romantiques hétéro faisant florès. Pour autant, commettre une profession de foi qui nivelle artistiquement par le sous-sol, est-ce si productif ? Pense-t-elle RÉELLEMENT qu’il faille recourir à une esthétique de salle de bains et de sitcom réunies, un étalage de poncifs sur le “L World” et Michèle Laroque en second rôle pour faire évoluer les mentalités ? Embrasse-moi trahit une forme de candeur ; comme si Océanerosemarie avait sous-estimé la complexité du genre dont elle tente ici de s’emparer.

Continuer à lire

Dans la peau de Michel Delpech

ECRANS | À 66 ans, Michel Delpech, chanteur ayant su traverser les époques sans se caricaturer, se réinvente au cinéma dans une fiction où il s’incarne lui-même. À moins que ce ne soit un autre ? Christophe Chabert

Christophe Chabert | Dimanche 4 novembre 2012

Dans la peau de Michel Delpech

Quand commence L’Air de rien, épatant premier film de Stéphane Viard et Grégory Magne, on découvre que le Michel Delpech dont parlent les personnages est bien le Michel Delpech que l’on verra à l’écran. Une question surgit alors : "Pourquoi Michel Delpech ?" Peu à peu, une autre la remplace : "Qui d’autre que Michel Delpech ?" Après la projection, on fait le tour des chanteurs de sa génération pour imaginer un remplaçant possible : Johnny Hallyday ? Trop connu, et déjà embaumé par le cinéma français dans le navet Jean-Philippe. Sardou ? Trop antipathique. Souchon ? Trop sympathique, et pas crédible dans un rôle qui nécessitait fatalement une part de mystère concernant sa propre vie. Car c’est bien de cela qu’il s’agit : un chanteur dont tout le monde connaît les chansons, mais dont peu savent l’itinéraire personnel, et qui pourrait ainsi à loisir entretenir une confusion entre la fiction et la réalité. Chansons ordinaires Delpech confirme : «C’était une façon de m’amuser, de bousculer mon image et mon histoire. C’était aussi un avantage à mon âge, à cette période de ma vie, d’y mettre quelque chose d’un peu fou.» Son âge : 66

Continuer à lire