Publicité
Publicité

60 ans, toujours Positif !

Christophe Chabert | Jeudi 17 janvier 2013

En ces temps bien sombres pour la presse (et plutôt crépusculaires pour la critique de cinéma), le fait que Positif fête ses soixante ans tient presque du miracle. Si la revue, fondée à Lyon par Bernard Chardère, a résisté aux assauts du temps, c'est grâce à sa constance ; là où son frère ennemi des Cahiers du cinéma tanguait à coups de révolutions de palais hasardeuses, Positif n'a jamais cherché à être autre chose qu'une revue de passionnés désintéressés mus essentiellement par la cinéphilie.

Autre axe fort : son sens de l'histoire. Si elle n'a pas été avare en aveuglements (de Godard dans les années 60 à Carax aujourd'hui), elle fut aussi une des rares à accompagner des cinéastes majeurs plutôt décriés par le reste de la critique française — Robert Altman en est le meilleur exemple. Après de nombreux déboires financiers, elle a trouvé refuge (et couleurs !) à l'Institut Lumière, désormais co-éditeur avec Actes Sud.

C'est donc là que la revue terminera sa longue tournée anniversaire avec un week-end spécial où seront projetés des films emblématiques de son histoire. Des choix judicieux, notamment Alice dans les villes, caractéristique de Wenders dans sa période errance des années 70, ou Naked de Mike Leigh, cinéaste fétiche de Positif, alors au sommet de son art. Plus classiques mais pas moins géniaux, le Sunset boulevard de Billy Wilder (qui fit la première couverture… des Cahiers du cinéma !) et La Fièvre dans le sang d'Elia Kazan, avec lequel la revue (et surtout son rédacteur en chef, Michel Ciment) a entretenu des rapports passionnés.

Enfin, ne manquez pas la copie restaurée des Yeux sans visage de Georges Franju, parangon d'un fantastique à la française à la postérité longue et foisonnante, du Volte Face de John Woo à… Holy Motors de Leos Carax.

Christophe Chabert

Positif fête ses 60 ans
À l'Institut Lumière, du 25 au 27 janvier.

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Causeries du 3e : Tape m’en cinq !

ECRANS | Quand on a traversé (presque) un siècle de cinéma, on a immanquablement fait des rencontres et noué des amitiés fidèles, transformant des entreprises parfois (...)

Vincent Raymond | Mardi 20 février 2018

Causeries du 3e : Tape m’en cinq !

Quand on a traversé (presque) un siècle de cinéma, on a immanquablement fait des rencontres et noué des amitiés fidèles, transformant des entreprises parfois incertaines, mais passionnées, en aventures inoubliables. L’irremplaçable et volubile Bernard Chardère ouvre le livre de ses souvenirs pour évoquer cinq complices proches l’ayant accompagné aux moments-clefs de sa prolifique carrière : Michel Ciment pour la revue Positif, André Collombet pour Les Films du Galion, Max Schoendorff pour Premier Plan, Raymond Chirat pour l’Institut Lumière et naturellement Sonia Bove pour Les Causeries du 3e. Titrée “Comme les Cinq doigts de la main”, cette conférence forcément affable, ouverte par un petit pot, peut se poursuivre par une collation. Entre potes, bien sûr. Causeries du 3e À la Mairie du 3e (salle Eugène-Brouillard) le mardi 27 février à 18h

Continuer à lire

Bernard Chardère, de Lumière à Brouillard

ECRANS | Infatigable Bernard Chardère ! Créateur de la revue Positif en 1952, sauveteur de l’Institut Lumière dont il fut le premier directeur en 1982, le (...)

Vincent Raymond | Mardi 24 mai 2016

Bernard Chardère, de Lumière à Brouillard

Infatigable Bernard Chardère ! Créateur de la revue Positif en 1952, sauveteur de l’Institut Lumière dont il fut le premier directeur en 1982, le bouillonnant cinéphile a ajouté une ligne à son imposant CV. En compagnie du consultant Patrick Picot, il a lancé ce printemps un nouveau rendez-vous culturel. Des conférences sur le 7e art… “améliorées” : « J’ose à peine le dire, confie-t-il malicieux, mais l’idée est d’abord née de l’envie d’organiser des pots avec des camarades partageant la culture des ciné-clubs ; de nous réunir autour de notre passion plutôt que d’attendre de voir nos noms figurer à la page des disparitions ! ». De réunion conviviale entre passionnés à discussion cinéphile structurée en présence d’invités, il n’y avait qu’un pas que le maire du 3e arrondissement, Thierry Philip, a permis de franchir en mettant à disposition la salle Eugène-Brouillard. « Impressionnante » pour les hôtes de ces Causeries, elle se fait intime et chaleureuse lorsque Olivier Barrot y évoque la mémoire de son ami historien Raymond Chirat, ou quand Philippe Roger « étonne » l’auditoire en dissertant sur la musique chez Gr

Continuer à lire

Le Crépuscule des idoles

ECRANS | Pendant que la caméra remonte les rues de Los Angeles direction Sunset Boulevard et une de ces grandes villas où vivent les stars du cinéma, le narrateur (...)

Christophe Chabert | Mardi 11 mars 2014

Le Crépuscule des idoles

Pendant que la caméra remonte les rues de Los Angeles direction Sunset Boulevard et une de ces grandes villas où vivent les stars du cinéma, le narrateur du film se présente en voix-off : Joe Gillis (William Holden), scénariste à la rue dans une ville où l’on en croise dix à chaque carrefour. Surprise : on finit par le découvrir à l’image flottant sur le ventre dans une piscine comme un poisson crevé. Quoi ? Un mort qui parle ? C’est le premier tour de force de Boulevard du crépuscule — proposé en mars dans le cadre de la Ciné-Collection du GRAC : sa narration d’outre-tombe, comme si Gillis se remémorait le film de sa vie en accéléré, et plus précisément le moment fatal où il a atterri chez Norma Desmond, diva du muet sacrifiée sur l’autel du parlant, attendant désespérément de faire son comeback — ce qui est peu ou prou la réalité de son interprète, Gloria Swanson. Elle aussi est un fantôme, sa disparition des écrans s’apparentant à une forme de mort civile. On en croisera d’autres au cours du film, comme Buster Keaton dans son propre rôle ou Erich Von Stroheim dans celui d’un majordome impavide gardant les secrets de la star mais aussi, métaphoriqueme

Continuer à lire