Les Sorcières de Zugarramurdi

ECRANS | Alex de la Iglesia fait de nouveau exploser sa colère dans un film baroque et échevelé, comédie fantastico-horrifique qui règle ses comptes avec la crise espagnole et, mais là le bât blesse, la gente féminine. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Jeudi 2 janvier 2014

Photo : © 2013 - Enrique Cerezo PC, La Ferme !, Arte France


L'Espagne va mal, plombée par la crise et le retour d'un obscurantisme rallumé par le gouvernement Rajoy. Il n'en fallait pas plus pour raviver la colère d'Alex de la Iglesia, dont le cinéma s'est toujours nourri à égale mesure de culture geek et de révolte politique. L'entrée en matière des Sorcières de Zugarramurdi restera comme un de ses gestes les plus éminemment subversifs : en plein cœur de Madrid, un Christ, un soldat vert et Bob l'éponge vont faire un hold-up dans une boutique de cash contre or, autrement dit un usurier moderne qui profite de la précarisation ambiante.

La charge est violente, mais pas autant que les images elles-mêmes, puisque le casse vire au carnage, et la mise en scène à un impressionnant morceau de bravoure où de la Iglesia arrive à faire sentir physiquement le chaos de la situation. Les faux mimes et gangsters amateurs doivent donc fuir à bord d'un taxi direction la frontière franco-espagnole, avec étape à Zugarramurdi. En chemin, les voilà qui dissertent hystériquement sur les raisons qui les ont poussés à commettre leur forfait : leurs ex-femmes ou nouvelles copines qui les ont réduits à l'état de mâles pleurnichards et dévirilisés, quand elles n'ont pas confisqué la garde de leur gosse — Jose, le leader, a d'ailleurs embarqué son gamin Sergio dans l'aventure.

Les Sorcières sont parmi nous !

La suite voit de la Iglesia se lancer dans une comédie horrifique à base de sorcières cherchant à faire advenir un Antéchrist androgyne, et trouvant dans Sergio le cobaye parfait. Une sous-intrigue montrera aussi Jose subir les assauts amoureux de la harpie punk Eva (Carolina Bang, nouvelle égérie du cinéaste), dans une longue scène de ménage surréaliste qui, à l'instar du film tout entier, fait voler en éclats les notions de haut, de bas, de logique et de folie.

De ce sabbat endiablé où la mise en scène empile avec une jouissance hystérique les idées visuelles et sonores jusqu'à provoquer l'épuisement physique du spectateur, se dégage toutefois un discours dont la visée anti-féministe fait peu de doute : de la Iglesia règle ses comptes avec les femmes, dont il fustige l'envie de pouvoir qu'il identifie un peu vite à un désir de castration. C'est le prix à payer quand on est un auteur de sa trempe, qui semble à chaque nouveau film mettre ses tripes sur la table dans une démarche profondément viscérale : ici, c'est sa part sombre qui apparaît, les vicissitudes de sa vie intime se transformant en pamphlet zemmourien agressif et anachronique.

Les Sorcières de Zugarramurdi
D'Alex de la Iglesia (Esp-Fr, 1h52) avec Carmen Maura, Hugo Silva, Carolina Bang…


Les Sorcières de Zugarramurdi

De Álex de la Iglesia (Fr-Esp, 1h52) avec Carmen Maura, Hugo Silva... Trois braqueurs d'un magasin d'or de la Puerta del Sol à Madrid, en fuite vers la frontière française, vont se réfugier par erreur dans la ville de Zugarramurdi, haut lieu de la sorcellerie, à la veille d'une très importante réunion de milliers de sorcières...
Pathé Carré de soie 2 rue Jacquard Vaulx-en-Velin
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

¡Hola cine! Les Reflets du cinéma ibérique et latino-américain

ECRANS | Qu’est-ce qui a présidé au choix du film d’ouverture, Hablar de Joaquín Oristrell ? Laurent Hugues : On voulait à la fois commencer par la compétition et un (...)

Vincent Raymond | Mercredi 9 mars 2016

 ¡Hola cine!
Les Reflets du cinéma ibérique et latino-américain

Qu’est-ce qui a présidé au choix du film d’ouverture, Hablar de Joaquín Oristrell ? Laurent Hugues : On voulait à la fois commencer par la compétition et un film ibérique — puisque nous faisons cette année un focus sur l’Espagne. Hablar s’est imposé par son parti pris artistique : il s’agit d’un faux plan-séquence dans une rue historique de Madrid, sur 300 mètres, permettant de croiser une vingtaine de petites histoires. C’est un cri d’alarme militant que lance Oristrell, qui a tourné ce film avec des amis. Certains ont complètement improvisé sur la trame préétablie. Hablar dresse un portrait de l’Espagne d’aujourd’hui par la parole, l’échange, dans une rue où Podemos est bien implanté. Et il défend les couleurs espagnoles dans la compétition. Il n’y a qu’un seul film en lice par pays ? Pour éviter la surreprésentation, oui. Avec l’Espagne, cela aurait été facile de faire concourir trois films. Notre engagement étant que les films soumis au choix du public soient inédits, ou que leur distribution en France ne soit pas prévue pour l’instant. C’est une manière de porter un éclaira

Continuer à lire

Lectures cinéphiles et estivales

ECRANS | Sous l’impulsion de quelques éditeurs dynamiques — Rouge profond, Capricci, les Cahiers du cinéma, et bientôt Carlotta — les livres consacrés au cinéma (...)

Christophe Chabert | Mardi 8 juillet 2014

Lectures cinéphiles et estivales

Sous l’impulsion de quelques éditeurs dynamiques — Rouge profond, Capricci, les Cahiers du cinéma, et bientôt Carlotta — les livres consacrés au cinéma connaissent un boom quantitatif et qualitatif dont il serait absolument stupide de se priver. Disons d’abord un mot d’un livre essentiel sorti en novembre dernier, le troisième volume que le génial Pierre Bethomieu consacre au cinéma hollywoodien, Le Temps des mutants. Avec son approche hegelienne de l’histoire du cinéma, Berthomieu démontre que le cinéma américain contemporain vit toujours dans l’héritage du classicisme forgé par Cecil B. DeMille, que l’on retrouve chez Spielberg — incroyable chapitre consacré à cette œuvre «anachronique» qu’est Cheval de guerre — Cameron, Zemeckis, DePalma, Coppola — superbe analyse de Twixt — ou Bryan Singer, dont les X-Men fournissent leur titre à l’ouvrage. La sortie de

Continuer à lire

Festival des Arcs : partie 1

ECRANS | Le festival du cinéma européen des Arcs — et les Journées DIRE, on va expliquer tout ça assez vite — fait irrésistiblement penser à un film (européen) récent, (...)

Christophe Chabert | Vendredi 20 décembre 2013

Festival des Arcs : partie 1

Le festival du cinéma européen des Arcs — et les Journées DIRE, on va expliquer tout ça assez vite — fait irrésistiblement penser à un film (européen) récent, L’Enfant d’en haut d’Ursula Meier. La station vit sur quatre niveaux d’altitude, de Bourg Saint-Maurice aux Arcs 2000, et il s’agit de faire la navette — littéralement, ce qui, un jour de neige, fout autant le vertige que d’assister à sa première projection de Gravity — entre les différents sites. Et plus on monte, plus c’est la profession — exploitants, distributeurs, presse — qui s’accapare les lieux, tandis que le public reste majoritairement en bas — ce qui ne veut pas dire qu’il n’a pas droit à d’excellents films, bien au contraire. Le festival se répartit ainsi en trois grandes sections : la compétition, composée de films inédits ; les avants-premières et les séances spéciales, qui mettent en avant quelques événements à venir dans l’actualité cinématographique — comme les derniers Nicole Garcia et Patrice Leconte, ou le biopic d’Andrzej Wajda sur Lech Walesa… ; et enfin un panorama, cette année consacrée au cinéma de l’ex-yougoslavie, avec beaucoup de très bonnes choses comme la première pal

Continuer à lire

Gravité sur la rentrée ciné

ECRANS | Après le marteau-piqueur estival qui faisait résonner semaine après semaine le même air connu fait de blockbusters, d’animation pour gamins décérébrés, de films (...)

Christophe Chabert | Mardi 20 août 2013

Gravité sur la rentrée ciné

Après le marteau-piqueur estival qui faisait résonner semaine après semaine le même air connu fait de blockbusters, d’animation pour gamins décérébrés, de films d’auteur qu’on ne savait pas où mettre ailleurs et de comédies françaises dont tout le monde se fout, le cinéma reprend ses droits comme à chaque rentrée, avec des œuvres plus audacieuses et moins routinières. C’est évidemment le cas des deux gagnants du dernier Cannes, en l’occurrence La Vie d’Adèle d’Abdellatif Kechiche (9 octobre) et Inside Llewin Davis des frères Coen (6 novembre). Rien de commun toutefois entre le roman naturaliste sur les amours adolescentes déployé magistralement, trois heures durant, par Kechiche, et le vagabondage d’un folkeux dépressif et poissard dans l’Amérique des années 60 raconté en mode faussement mineur et vraiment métaphysique par les Coen. Rien, sinon une envie de pousser les murs du cinéma, en faisant imploser les limites de la durée d’un côté, et celles des structures scénaristiques de l’autre. En cela, ce sont les deux grands films insoumis de cette rentrée.

Continuer à lire

Balada triste

ECRANS | Alors que l’écran est encore noir, des rires d’enfants emplissent la bande-son. Quand l’image apparaît, on découvre les bambins exultant devant un spectacle (...)

Dorotée Aznar | Mardi 21 juin 2011

Balada triste

Alors que l’écran est encore noir, des rires d’enfants emplissent la bande-son. Quand l’image apparaît, on découvre les bambins exultant devant un spectacle de clowns. Si les enfants rient, le spectateur, lui, ne se laisse pas emporter : les objectifs déformants choisis par Alex de la Iglesia, son montage abrupt et l’absence de décor donnent à la scène des allures de pantomime lugubre, comme la énième répétition d’un numéro usé jusqu’à la corde. C’est que ce spectacle-là n’en est pas un. C’est un divertissement, une distraction ; au-dehors la guerre fait rage. Les armées républicaines se battent contre celles du général Franco, et lorsqu’elles débarquent sous le chapiteau, c’est pour enrôler les deux clowns dans leur combat. Le clown blanc rechigne, l’Auguste s’engage, laissant derrière lui son fils Javier, seul avec un lion qui paraît bien moins inquiétant que ces soldats armés jusqu’aux dents. Tragiques distractions Ce prologue (comme l’énigmatique générique qui le suit, où des images de la dictature franquiste voisinent avec celles d’artistes populaires) est trompeur : Alex de la Iglesia n’utilise pas le cirque comme une métaphore de l’Histo

Continuer à lire

La tragédie d’un clown ridicule

ECRANS | Alors que l’écran est encore noir, des rires d’enfants emplissent la bande-son. Quand l’image apparaît, on découvre les bambins exultant devant un spectacle (...)

Christophe Chabert | Mardi 14 juin 2011

La tragédie d’un clown ridicule

Alors que l’écran est encore noir, des rires d’enfants emplissent la bande-son. Quand l’image apparaît, on découvre les bambins exultant devant un spectacle de clowns. Si les enfants rient, le spectateur, lui, ne se laisse pas emporter : les objectifs déformants choisis par Alex de la Iglesia, son montage abrupt et l’absence de décor donnent à la scène des allures de pantomime lugubre, comme la énième répétition d’un numéro usé jusqu’à la corde. C’est que ce spectacle-là n’en est pas un. C’est un divertissement, une distraction ; au-dehors la guerre fait rage. Les armées républicaines se battent contre celles du général Franco, et lorsqu’elles débarquent sous le chapiteau, c’est pour enrôler les deux clowns dans leur combat. Le clown blanc rechigne, l’Auguste s’engage, laissant derrière lui son fils Javier, seul avec un lion qui paraît bien moins inquiétant que ces soldats armés jusqu’aux dents. Tragiques distractions Ce prologue (comme l’énigmatique générique qui le suit, où des images de la dictature franquiste voisinent avec celles d’artistes populaires) est trompeur : Alex de la Iglesia n’utilise pas le cirque comme une mé

Continuer à lire

Crimes à Oxford

ECRANS | C’est assez rare pour être souligné : Crimes à Oxford accroche son spectateur par une première séquence où l’on nous raconte une anecdote sur le penseur Ludwig (...)

Dorotée Aznar | Mercredi 19 mars 2008

Crimes à Oxford

C’est assez rare pour être souligné : Crimes à Oxford accroche son spectateur par une première séquence où l’on nous raconte une anecdote sur le penseur Ludwig Wittgenstein rédigeant, sous les bombes de la première guerre, le Tractatus logico-philosophicus qui sert de base à la philosophie du langage contemporaine. Et quand on dit «accroche», on n’utilise pas le mot pour rien (d’ailleurs, disait Wittgenstein, «ce que l’on ne peut dire clairement, il faut le taire»)… Cette introduction, en forme d’exposé passant d’une chaire universitaire à un champ de bataille, est effectivement brillante. Le reste de ce thriller élégant et néanmoins un peu cinglé ne l’est pas moins, prouvant que son réalisateur, l’épatant Alex de la Iglesia, ne s’est pas trop perdu dans les rouages d’une adaptation littéraire à visée internationale. √Ω+∆=Q On y voit Martin, étudiant américain, débarquer en Angleterre pour écrire sa thèse sous la direction d’Arthur Seldom, vieux professeur cynique et blasé. Mais sa logeuse, elle-même liée par le passé à Seldom, est retrouvée assassinée. Ce qui devait être un mémoire rasoir se transforme en palpitante enquête policière menée avec force équations p

Continuer à lire