Johnny Got His Gun : tranchées vif

Christophe Chabert | Mardi 4 novembre 2014

C'est un classique et un OVNI, comme peuvent l'être La Nuit du chasseur ou Les Tueurs de la lune de miel, le chef-d'œuvre unique d'un cinéaste dont ce n'était pas le métier. Dalton Trumbo était scénariste et écrivain, et il adaptait avec Johnny Got His Gun en 1971 son propre roman, racontant comment un soldat pendant la Première Guerre mondiale revient des tranchées dans un état physique extrême, le visage arraché par un obus, sourd et aveugle, les jambes et les bras mutilés.

Que reste-t-il de ce pauvre Johnny sur son lit d'hôpital ? Une conscience, que l'on entend en voix-off, et des souvenirs, que Trumbo reconstitue en couleurs, tranchant avec le noir et blanc plus noir que blanc des scènes au présent. Bien entendu, il s'agit de dénoncer de façon viscérale l'absurdité et les horreurs de la guerre ; mais Johnny Got His Gun n'est pas un pamphlet pacifiste, plutôt un poème humaniste célébrant la puissance de l'esprit, capable de s'élever au-delà de la matérialité corporelle.

Parfois insoutenable — les cris intérieurs de Johnny, protestant pour qu'on lui laisse ses jambes — parfois miraculeux — quand le même, sentant un rayon de lumière réchauffer le trou qui lui sert de visage, s'exclame «J'ai trouvé le soleil !» — le film s'autorise des percées vers l'imaginaire mémorables, comme cette évocation d'un lac où gisent dans ses profondeurs des dizaines de squelettes, ou ce Christ si humain incarné par Donald Sutherland. L'enfance mythifiée, la jeunesse et ses émois brisés par la guerre, la résurrection spirituelle qui conduit vers une mort apaisée : les élans de Johnny Got His Gun sont universels, bouleversants, intemporels.

Christophe Chabert

Johnny Got His Gun
De Dalton Trumbo (1971, ÉU, 1h51) avec Timothy Bottoms, Kathy Fields, Jason Robards…
Dans les salles du GRAC jusqu'au 1er décembre

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Dalton Trumbo : plaisir gourmand pour cinéphiles

ECRANS | Vissé à sa machine à écrire, Dalton Trumbo a signé parmi les plus grandes pages du cinéma hollywoodien (Vacances romaines, Spartacus, Exodus…). Mais il a (...)

Vincent Raymond | Mardi 26 avril 2016

Dalton Trumbo : plaisir gourmand pour cinéphiles

Vissé à sa machine à écrire, Dalton Trumbo a signé parmi les plus grandes pages du cinéma hollywoodien (Vacances romaines, Spartacus, Exodus…). Mais il a aussi mené une vie personnelle et citoyenne romanesque. Le biopic que lui consacre Jay Roach, avec Bryan Cranston, relate le parcours de ce blacklisté haut en couleurs, qui défia la chasse aux sorcières en industrialisant l’écriture sous prête-noms et glanant des Oscars à la barbe de McCarthy et de ses séides. S’il est enlevé et jouissif, à l’image du personnage, le film n’est qu’un instantané de son existence. Il se penche uniquement sur la période aussi conflictuelle qu’héroïque de l’après-guerre (Trumbo auteur reconnu et installé, a déjà publié Johnny Got His Gun), et fait l’impasse sur la fin de sa carrière (son passage à la réalisation avec… Johnny Got His Gun). Un plaisir gourmand pour les cinéphiles, ravis de naviguer dans les coulisses hollywoodiennes parmi les légendes (sont ici convoqués Otto Preminger, John Wayne…) et un joli tour de force pour l’auteur de la série Austin Powers qui mêle ses comédiens à d’authentiques séquences d’archives. Grâce à la prescriptio

Continuer à lire